KSRNR présentera l’action saoudienne en faveur de la protection de la faune sauvage à l'ADIHEX 2022

KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
Short Url
Publié le Dimanche 25 septembre 2022

KSRNR présentera l’action saoudienne en faveur de la protection de la faune sauvage à l'ADIHEX 2022

  • La KSRNR veut se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce type au Moyen-Orient
  • En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec la KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq

DJEDDAH : L'Arabie saoudite entame lundi sa participation au 19e Salon international de la chasse et de l'équitation d'Abu Dhabi 2022.

L'événement se tiendra du 26 septembre au 2 octobre au Centre national des expositions d'Abou Dhabi.

Le Royaume sera représenté par la réserve naturelle royale King Salman bin Abdulaziz.

Au cours de l'exposition, la KSRNR entend se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce genre au Moyen-Orient, avec sa diversité géographique frappante et ses sites d'art d'inscriptions anciennes. La KSRNR soulignera également la présence d’animaux plus rares et en voie de disparition, tels que l'oryx arabe, l'outarde houbara et la gazelle à cornes fines.

La participation saoudienne mettra l'accent sur les trésors naturels et les caractéristiques du pays, tout en sensibilisant à l'importance de la faune et à son rôle dans le maintien de l'équilibre environnemental et de la biodiversité.

En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec le KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq, dans le nord-ouest du Royaume. Parmi ces espèces figuraient 50 oryx arabes, 100 antilopes, 30 houbara et 20 bouquetins des montagnes.

Mohammed Qurban, PDG de NCW, a déclaré que la remise en liberté de ces animaux s'inscrivait dans le cadre des initiatives visant à réinstaller les espèces locales menacées, à restaurer la biodiversité, à renforcer l'équilibre écologique et à améliorer la durabilité environnementale.

Qurban a également été cité par l'Agence de presse saoudienne comme ayant déclaré que le centre avait relâché 785 animaux dans les réserves et les parcs nationaux du Royaume l'année dernière, ajoutant que NCW avait prévu de relâcher plus de 1 000 animaux en 2022.

Le KSRNR a récemment mené sa première enquête de référence approfondie sur les oiseaux afin d'observer les oiseaux migrateurs, les oiseaux de passage et d'eau, ainsi que les espèces résidentes. L'étude vise à estimer le nombre de ces oiseaux et des oiseaux résidents, migrateurs et visiteurs. L'aperçu scientifique porte également sur l'abondance de ces oiseaux et leur répartition. Elle est intervenue après la découverte d'un grand nombre d'aigles nichés en plusieurs endroits de la réserve.

L'ADIHEX de cette année, considéré comme le plus important de son genre dans la région MENA, cible les secteurs de la chasse et de l'équitation. L'événement vise à promouvoir et à conserver le patrimoine culturel.

L'événement, qui se déroule sous le thème « Durabilité et patrimoine. . . Une aspiration renaissante », sera parrainé par le cheikh Hamdan ben Zayed Al-Nahyane, représentant du souverain dans la région d'Al-Dhafra et président de l'Emirates Falconers' Club.

Selon les organisateurs, ADIHEX 2022 rassemblera plus de 105 000 visiteurs qui pourront explorer les 11 secteurs de l'exposition sur 50 000 m². Plus de 680 exposants et marques présentant les dernières technologies, innovations et tendances en matière de matériel équestre, de chasse et de camping, ainsi que d'accessoires et de méthodes de chasse traditionnelles et modernes, seront présents. L'exposition comprendra également des ventes aux enchères de faucons, de chameaux et de chevaux et plusieurs concours.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Deux nouveaux champs de gaz naturel découverts en Arabie saoudite, annonce le ministre de l’Énergie

Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane. (Photo)
Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane. (Photo)
Short Url
  • Le premier champ de gaz naturel «Awtad» a été découvert au sud-ouest du champ de Ghawar, à 142 kilomètres au sud-ouest de la ville de Hofouf
  • Le champ de gaz naturel «Al-Dahna» est pour sa part situé à 230 kilomètres au sud-ouest de la ville de Dhahran.

RIYAD: Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a annoncé la découverte de deux nouveaux champs de gaz naturel dans le Royaume.

Le champ de gaz naturel non classique «Awtad» a été découvert au sud-ouest du champ de Ghawar, à 142 kilomètres au sud-ouest de la ville de Hofouf, selon l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Le champ de gaz naturel non classique «Al-Dahna» est situé à 230 kilomètres au sud-ouest de la ville de Dhahran. 

Les deux champs ont été découverts par Saudi Aramco.

Le prince Abdelaziz a déclaré que l’importance de ces découvertes résidait dans l’augmentation des réserves de gaz naturel de l’Arabie saoudite, ce qui soutiendrait à son tour les stratégies du Royaume et contribuerait à réaliser les objectifs du programme de déplacement des combustibles liquides.

Le ministre de l’Énergie a ajouté que ces découvertes témoignaient de la richesse des ressources naturelles dont dispose le Royaume.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le groupe Etat islamique annonce la mort de son chef

Drapeau du groupe terroriste, Etat islamique. (Photo fournie)
Drapeau du groupe terroriste, Etat islamique. (Photo fournie)
Short Url
  • L'Irakien Abou Hassan al-Hashimi al-Qurashi, précisant qu'il avait été tué en combattant selon le groupe terroriste
  • Dans un message audio, le porte-parole du groupe Djihadiste a annoncé qu'un successeur, Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qurashi, avait été nommé

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique, défait en Irak et en Syrie, a annoncé mercredi la mort de son chef, l'Irakien Abou Hassan al-Hashimi al-Qurashi, précisant qu'il avait été tué "en combattant les ennemis de Dieu".

Dans un message audio, le porte-parole du groupe djihadiste a annoncé qu'un successeur, Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qurashi, avait été nommé.


Iran: 15 accusés risquent la peine de mort pour le meurtre d'un paramilitaire

Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation de soutien à Amini, une jeune Iranienne décédée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique, sur l'avenue Istiklal à Istanbul le 20 septembre 2022. (AFP)
Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation de soutien à Amini, une jeune Iranienne décédée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique, sur l'avenue Istiklal à Istanbul le 20 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Depuis la mi-septembre, des milliers d'Iraniens et une quarantaine d'étrangers ont été arrêtés et plus de 2.000 personnes inculpées en lien avec les «émeutes», selon les autorités judiciaires
  • Parmi les inculpés, au moins six ont été condamnés à mort en première instance et leur sort dépend désormais de la Cour suprême qui doit statuer sur leur appel

TEHERAN: Quinze personnes, dont une femme et trois mineurs, accusées d'avoir tué début novembre un paramilitaire lors d'une cérémonie organisée par des manifestants pour marquer le 40e jour de la mort d'une des leurs, risquent la peine de mort, a annoncé mercredi la justice iranienne.

L'Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs. Cette dernière lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

"La première audience des agresseurs de Ruhollah Ajamian a eu lieu ce matin (mercredi) dans la province d'Alborz" près de Téhéran, a indiqué l'organe de la justice, Mizan Online.

"Quinze accusés ont été inculpés de corruption sur terre", un crime passible de la peine capitale, a précisé la même source.

Ruhollah Ajamian, membre de la milice Bassidj, liée aux Gardiens de la révolution [l'armée idéologique de la République islamique], a été tué le 3 novembre à Karaj, dans la province d'Alborz, à 30 km à l'ouest de Téhéran, alors qu'un rassemblement marquait près d'un cimetière le 40e jour de deuil après la mort d'une manifestante, selon les médias locaux.

"Les émeutiers ont attaqué cet agent de sécurité qui n'était pas armé, l'ont déshabillé, poignardé, frappé avec des poings américains, des pierres et des coups de pied, puis ont traîné son corps nu et à moitié mort sur l'asphalte de la rue et entre les voitures d'une manière horrible", avait affirmé le 12 novembre Hossein Fazeli Harikandi, chef de la justice de la province d'Alborz.

L'agence Mizan avait annoncé le même jour l'inculpation de onze individus, dont une femme, soupçonnés d'avoir assassiné Ajamian.

Mercredi, Mizan a précisé que "trois des accusés ont 17 ans" et que "leur cas sera traité par un tribunal spécial chargé des délits juvéniles".

Depuis la mi-septembre, des milliers d'Iraniens et une quarantaine d'étrangers ont été arrêtés et plus de 2.000 personnes inculpées en lien avec les "émeutes", selon les autorités judiciaires.

Parmi les inculpés, au moins six ont été condamnés à mort en première instance et leur sort dépend désormais de la Cour suprême qui doit statuer sur leur appel.

Un général iranien a fait état lundi de la mort de plus de 300 personnes depuis le début du mouvement de contestation.

Dans ce bilan figurent des dizaines de membres des forces de l'ordre tués dans des affrontements avec les manifestants ou assassinés, selon les autorités iraniennes.