Le fils de l'ancien shah d'Iran salue «une révolution des femmes et pour les femmes»

Reza Pahlavi, le fils du défunt Shah d'Iran, prend la parole lors d'une interview à Washington, DC, le 27 septembre 2022. (AFP)
Reza Pahlavi, le fils du défunt Shah d'Iran, prend la parole lors d'une interview à Washington, DC, le 27 septembre 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 28 septembre 2022

Le fils de l'ancien shah d'Iran salue «une révolution des femmes et pour les femmes»

  • Pour M. Pahlavi, lui-même père de trois filles, la société iranienne s'est affranchie du temps du «chauvinisme mâle» et les droits des femmes devraient être respectés
  • «Il est important de fournir plus qu'un soutien moral. Ce seraient des mesures qui auraient un impact», dit-il

WASHINGTON: Les manifestations en cours en Iran représentent "une révolution des femmes et pour les femmes", estime dans un entretien à l'AFP le fils du défunt shah d'Iran, appelant également la communauté internationale à faire plus pour accélérer la chute du régime.

"C'est de mon point de vue la première révolution des femmes, pour les femmes, des temps modernes, avec le soutien des maris, des fils, des frères et des pères" en Iran, affirme Reza Pahlavi, dont le père avait été évincé du pouvoir lors de la révolution islamique en 1979.

"On atteint le point comme disent les Espagnols où l'on dit, basta - on en a assez", ajoute Reza Pahlavi, qui vit en exil dans la région de Washington.

Pour la 12e nuit consécutive, les Iraniens ont pris la rue mardi dans plusieurs villes du pays afin de protester contre la mort d'une jeune femme arrêtée par la police des mœurs, malgré la répression qui a fait des dizaines de morts.

"Je pense que la plupart des femmes iraniennes, lorsqu'elles observent les libertés dont disposent les femmes ailleurs dans le monde, exigent les mêmes droits pour elles-mêmes", dit-il encore.

Son grand-père, Reza Shah, avait banni le port du voile en 1936 dans le cadre d'un mouvement d'occidentalisation inspiré de la Turquie voisine.

Le dernier shah d'Iran, Mohammad Reza Pahlavi, avait lui laissé le choix aux femmes de porter ou non le voile, ce à quoi la république islamique a mis fin en arrivant au pouvoir.

Pour M. Pahlavi, lui-même père de trois filles, la société iranienne s'est affranchie du temps du "chauvinisme mâle" et les droits des femmes devraient être respectés.

"Les femmes peuvent décider ou non de porter le voile. Mais cela devrait être leur choix, un choix libre, et non imposé pour des raisons idéologiques ou religieuses", estime-t-il.

Alternative 

Reza Pahlavi, qui est respecté parmi les Iraniens en exil, dit ne pas vouloir réinstaurer la monarchie en Iran, une idée peu soutenue dans le pays.

De concert avec des groupes d'opposition à l'extérieur, il se dit favorable en revanche à une assemblée constituante qui rédigerait une nouvelle constitution.

"Il n'est juste pas possible d'avoir une vraie démocratie sans séparation claire entre l'Eglise et l'Etat", juge-t-il.

La république islamique est au pouvoir depuis plus de quatre décennies, malgré des oppositions internes et l'antipathie de l'Occident, tout particulièrement des Etats-Unis.

Mais selon M. Pahlavi, le régime peut tomber à tout moment et la communauté internationale doit s'y préparer.

"Maintenant nous sommes à un moment clé et c'est là où la communauté internationale doit comprendre pourquoi on ne peut plus s'attarder sur juste le statu quo", affirme M. Pahlavi en français dans cet entretien.

"Il faut envisager qu'il y a une grande possibilité que ce régime n'existera pas longtemps. Et quand je dis longtemps ça peut arriver dans quelques mois ou quelques semaines, et là, il faut déjà penser à l'alternative", ajoute-t-il.

Il plaide en ce sens pour une "implosion contrôlée" et une transition pacifique.

Tout en saluant les condamnations de la répression en Iran de la part de la communauté internationale -- il cite en particulier l'Allemagne et le Canada --, le responsable appelle à augmenter la pression sur Téhéran en expulsant par exemple des diplomates et en gelant des avoirs.

"Il est important de fournir plus qu'un soutien moral. Ce seraient des mesures qui auraient un impact", dit-il.

Dans cet esprit, M. Pahlavi se dit inquiet d'un éventuel retour des Etats-Unis dans l'accord nucléaire de 2015 qui permettrait en échange à l'Iran de vendre son pétrole sur les marchés mondiaux.

Les puissances occidentales tendent à penser qu'on peut "créer des incitations afin que le régime change de comportement" mais, souligne-t-il, l'Iran est enraciné dans l'idéologie. "Avec ce régime, impossible de coexister".


Le nombre de musulmans au Royaume-Uni a augmenté de 44% en dix ans

Sur l’ensemble de la population du Royaume-Uni, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam. (Photo, AP)
Sur l’ensemble de la population du Royaume-Uni, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam. (Photo, AP)
Short Url
  • Selon le dernier recensement, britannique 6,5% de la population est adepte de l’islam
  • Le deuxième groupe ethnique le plus répandu au Royaume-Uni est celui des «Asiatiques, Britanniques asiatiques ou Gallois asiatiques»

LONDRES: La population musulmane du Royaume-Uni a augmenté de 44% en dix ans, selon les chiffres du dernier recensement publiés par le Bureau de la statistique nationale. Sur l’ensemble de la population du pays, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam.

Par ailleurs, le deuxième groupe ethnique le plus répandu au Royaume-Uni aujourd’hui est celui des «Asiatiques, Britanniques asiatiques ou Gallois asiatiques», qui représente 9,3% de la population».

Dans les chiffres montrant que le Royaume-Uni s’est diversifié à grande vitesse depuis le dernier recensement de 2011, Londres compte désormais deux tiers de minorités ethniques, tandis que d’autres grandes villes comme Leicester, Luton et Birmingham abritent désormais des «majorités minoritaires», en raison de l’accroissement considérable des communautés asiatiques originaires du Pakistan, du Bangladesh, de l’Inde et de l’Afrique de l’Est.

Ce recensement est une enquête sur les tendances au Royaume-Uni réalisée tous les dix ans afin de fournir une image aussi précise que possible de la composition du pays. Le recensement de 2021 a révélé qu’environ 10% des ménages britanniques comptent aujourd’hui des membres d’au moins deux groupes ethniques différents, soit une augmentation de 8,7%.

Il ressort également de cette étude que le pendjabi et l’urdu sont devenus les cinquième et sixième langues les plus parlées au Royaume-Uni, avec respectivement 291 000 et 270 000 locuteurs, soit environ 1% de la population totale.

Selon le directeur adjoint du recensement, Jon Wroth-Smith, «les données d’aujourd’hui mettent en évidence une société de plus en plus multiculturelle. Le pourcentage de personnes s’identifiant au groupe ethnique “Blanc: Anglais, Gallois, Écossais, Irlandais du Nord ou Britannique", continue de diminuer. Bien que cela reste la réponse la plus courante à la question sur le groupe ethnique, le nombre de personnes s’identifiant à un autre groupe ethnique continue d’augmenter».

«Toutefois, les chiffres varient selon l’endroit où l'on vit. Londres reste la région d’Angleterre la plus diversifiée sur le plan ethnique, avec un peu moins de deux tiers des personnes s’identifiant à un groupe ethnique minoritaire, alors que moins d’une personne sur dix s’identifie ainsi dans le Nord-Est.»

«Cependant, en dépit de la diversité ethnique de la société, neuf personnes sur dix en Angleterre et au Pays de Galles s’identifient toujours à une identité nationale britannique, et près de huit sur dix à Londres.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Etats-Unis: l'auteur de la tuerie raciste de Buffalo plaide coupable

Le jeune suprémaciste blanc accusé d'avoir perpétré le 14 mai une tuerie raciste en assassinant dix personnes noires à Buffalo, dans le nord de l'Etat de New York, comparaît brièvement devant un tribunal qui a fixé au 9 juin une nouvelle audience de procédure. (Photo, AFP)
Le jeune suprémaciste blanc accusé d'avoir perpétré le 14 mai une tuerie raciste en assassinant dix personnes noires à Buffalo, dans le nord de l'Etat de New York, comparaît brièvement devant un tribunal qui a fixé au 9 juin une nouvelle audience de procédure. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après cette étape judiciaire, Payton Gendron, 18 ans au moment du massacre, le 14 mai, «encourt une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle lorsqu'il sera condamné le mercredi 15 février 2023»
  • Après le bain de sang de Buffalo, l'Etat de New York, le quatrième plus peuplé des Etats-Unis (près de 20 millions d'habitants), gouverné par la démocrate Kathy Hochul, a relevé l'âge pour pouvoir se procurer un fusil semi-automatique, de 18 à 21 ans

NEW YORK: Le jeune suprémaciste blanc accusé d'avoir perpétré en mai une tuerie raciste en assassinant dix personnes noires dans un supermarché de Buffalo, au nord de New York, a plaidé coupable lundi de meurtres racistes et acte de terrorisme devant la justice de l'Etat de New York. 

Il "a plaidé coupable des charges" contenues "dans l'acte d'inculpation", a annoncé, peu après l'audience devant un tribunal du comté d'Erié, le procureur John Flynn, en rappelant le caractère "raciste" de ces crimes, "nourris par l'idéologie suprémaciste blanche et visant délibérément des personnes noires". 

Après cette étape judiciaire, Payton Gendron, 18 ans au moment du massacre, le 14 mai, "encourt une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle lorsqu'il sera condamné le mercredi 15 février 2023", devant la justice de l'Etat de New York, a ajouté le procureur dans un communiqué. Mais il est aussi inculpé devant un tribunal fédéral, où il risque théoriquement la peine de mort. 

Durant sa conférence de presse, le procureur a rappelé que le jeune homme, en détention depuis mai, avait méticuleusement préparé ses actes, et qu'il était muni, en plus d'un fusil semi-automatique de type AR-15, d'une caméra portable pour filmer sa tuerie et la diffuser sur le réseau social Twitch. 

Débat récurrent 

"Même si justice a été rendue, rien ne ramènera jamais les dix belles personnes qui ont perdu la vie ce jour-là", a déclaré John Flynn. "Espérons que le terme judiciaire (de l'affaire) apportera aux familles et aux victimes un certain soulagement", a-t-il ajouté. Les victimes étaient âgées de 20 à 86 ans. 

Dans ses messages et un manifeste raciste, suprémaciste et complotiste qui lui a été attribué, Payton Gendron avait écrit plusieurs mois avant le massacre qu'il voulait tuer des personnes noires et qu'il visait un quartier pauvre et isolé de Buffalo en raison de sa forte proportion d'Afro-Américains. Il avait aussi effectué un voyage de reconnaissance avant la tuerie à Buffalo, à 300 km au nord de son domicile. 

Le carnage avait été un nouveau choc pour les Etats-Unis, doublé seulement dix jours plus tard par un autre massacre au fusil semi-automatique perpétré par un jeune homme de 18 ans, qui avait tué 19 enfants et deux enseignantes dans une école d'Uvalde, au Texas. 

Ces tueries, dont la liste s'est allongée depuis, ont relancé le débat récurrent sur un manque de régulation des armes à feu aux Etats-Unis, mais le président démocrate Joe Biden n'est pour l'instant pas parvenu à faire passer au Congrès l'interdiction des fusils d'assaut comme les AR-15, en raison de l'opposition républicaine. 

Après le bain de sang de Buffalo, l'Etat de New York, le quatrième plus peuplé des Etats-Unis (près de 20 millions d'habitants), gouverné par la démocrate Kathy Hochul, a relevé l'âge pour pouvoir se procurer un fusil semi-automatique, de 18 à 21 ans. 

Selon le site Gun Violence Archive, plus de 600 fusillades ayant fait plusieurs victimes (au moins quatre personnes tuées ou blessées), ont eu lieu aux Etats-Unis depuis le début de l'année en cours. 

Environ 49 000 personnes sont mortes par balle aux Etats-Unis en 2021, contre 45 000 en 2020, qui était déjà une année record. Cela représente plus de 130 décès par jour, dont plus de la moitié sont des suicides. 


Ukraine: la Russie furieuse après les propos du pape sur les minorités «cruelles» russes

Le pape François prononce un discours lors de son audience générale hebdomadaire sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le 23 novembre 2022 (Photo, AFP).
Le pape François prononce un discours lors de son audience générale hebdomadaire sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le 23 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La Russie a été accusée en septembre de mobiliser de manière disproportionnée des hommes appartenant à des minorités ethniques de Sibérie et du Caucase pour appuyer son offensive en Ukraine
  • La réaction russe ne s'est pas fait attendre, Moscou ayant déposé mardi une plainte officielle auprès du Vatican

MOSCOU: La Russie a exprimé son "indignation" après des propos du pape François sur le rôle présumé des minorités ethniques russes dans le conflit en Ukraine, ont rapporté mardi les agences de presse russes.

Le pape François a affirmé dans une interview publiée lundi que certains des combattants "les plus cruels" dans l'offensive russe en Ukraine "ne sont pas de tradition russe", mais appartiennent à des minorités comme "les Tchétchènes, les Bouriates", en référence aux peuples autochtones de ces régions russes.

La réaction russe ne s'est pas fait attendre, Moscou ayant déposé mardi une plainte officielle auprès du Vatican, selon l'agence de presse publique RIA Novosti.

"J'ai exprimé mon indignation après ces insinuations et indiqué que rien ne pouvait ébranler la cohésion et l'unité du peuple multinational russe", a déclaré à l'agence l'ambassadeur russe auprès du Saint-Siège, Alexandre Avdeïev.

La Russie a été accusée en septembre de mobiliser de manière disproportionnée des hommes appartenant à des minorités ethniques de Sibérie et du Caucase pour appuyer son offensive en Ukraine, après l'annonce par le Kremlin d'une mobilisation partielle qui a touché environ 300 000 réservistes.

Selon les critiques du Kremlin, les minorités concentrées dans des régions russes pauvres et reculées comptent aussi plus de soldats tués sur le front en Ukraine, en comparaison avec les Russes ethniques.

Mais ces minorités ont également été accusées d'avoir joué un rôle dans des atrocités attribuées par Kiev aux forces russes, comme le massacre de Boutcha.

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a fustigé lundi sur Telegram les propos du pape en lançant: "Ce n'est même plus de la russophobie, c'est de la perversion".

L'ONG Free Buryatia Foundation ("Bouriatie libre"), basée aux Etats-Unis et qui apporte notamment une assistance juridique aux soldats russes qui ne souhaitent pas prendre part à l'offensive en Ukraine, a également critiqué les propos du pape François.

"Les stéréotypes restent des stéréotypes, peu importe qui les reproduit: des militants, des politiciens ou des leaders spirituels. Et les remarques du pape sur les Bouriates et Tchétchènes sont non seulement des stéréotypes racistes, mais aussi des mensonges", a regretté l'organisation dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.