Les députés libanais s’accrochent à l'approche de la date limite pour l'élection du nouveau président

Une urne pour l'élection présidentielle est placée sur une table au Parlement dans la capitale libanaise, Beyrouth, mercredi. Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a demandé que le Parlement se réunisse aujourd’hui pour élire un président en remplacement de Michel Aoun dont le mandat expire le 31 octobre. (AFP)
Une urne pour l'élection présidentielle est placée sur une table au Parlement dans la capitale libanaise, Beyrouth, mercredi. Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a demandé que le Parlement se réunisse aujourd’hui pour élire un président en remplacement de Michel Aoun dont le mandat expire le 31 octobre. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 29 septembre 2022

Les députés libanais s’accrochent à l'approche de la date limite pour l'élection du nouveau président

  • L'annonce de Nabih Berri intervient quelques semaines avant que Michel Aoun ne quitte ses fonctions
  • Le Parlement libanais, qui compte cent vingt-huit députés, est composé de deux blocs principaux après les élections qui ont eu lieu plus tôt cette année

BEYROUTH: Le président du Parlement libanais convoque une session aujourd’hui pour élire un nouveau président, malgré l’impasse politique due à une chambre divisée qui ne parvient pas à s'entendre sur un candidat.

L'annonce de Nabih Berri intervient quelques semaines avant que Michel Aoun ne quitte ses fonctions, alors que les blocs parlementaires rivaux refusent de nommer ou même de discuter de la personne qui devrait le remplacer.

Le Parlement libanais, qui compte cent vingt-huit députés, est composé de deux blocs principaux après les élections qui ont eu lieu plus tôt cette année: L'Alliance du 8 mars, alliée du Hezbollah, avec soixante députés, et son opposant, l'Alliance du 14 mars, avec trente-huit députés.

Le Parlement compte également trente indépendants et réformateurs, ce qui signifie qu'aucun bloc ne jouit d'une majorité absolue. Par conséquent, le nouveau président doit bénéficier du soutien de tous les partis.

Ali Darwich, un ancien député, déclare que l'annonce de M. Berri, dont le Mouvement Amal fait partie de l’Alliance du 8 mars, a pour but «de demander des comptes à tout le monde».

Il précise : «Nous espérons que la session aboutira à l'élection d'un président, mais le spectacle de demain révélera qu'un accord sur l'identité du nouveau président n'a pas encore été trouvé.»

Les consultations entre les blocs parlementaires se sont intensifiées depuis l'annonce de Nabih Berri, des sources suggérant que nombreux sont ceux qui ont accepté d'assister à la session.

Melhem Khalaf, membre du bloc d'opposition des Forces du changement (treize membres), déclare que M. Berri a «rempli son devoir constitutionnel en exhortant les députés à assumer leurs responsabilités et à éviter un vide présidentiel» et «en tant que réformateurs, nous serons les premiers à y assister».

Son alliance n'a cependant pas désigné de candidat. En revanche, elle a publié une série de critères pour le remplacement de M. Aoun: «Un vrai Libanais, un sauveur choisi en dehors du système corrompu qui a contribué à la destruction du pays.»

En vertu de la Constitution, qui répartit le pouvoir entre les religions du pays, tout Libanais maronite peut se présenter à la présidence.

Les candidats les plus en vue sont généralement les chefs des partis chrétiens, comme l'ancien député Sleiman Frangié, chef du Mouvement Marada et allié du régime syrien; Gebran Bassil, chef du Courant patriotique libre (CPL) et allié du Hezbollah, et le chef du Parti des forces libanaises, Samir Geagea. Toutefois, aucun ne bénéficie du soutien de la majorité au Parlement.

Parmi les noms qui auraient reçu un certain soutien mercredi figurent l'ambassadeur du Liban au Vatican depuis 2018, Farid Elias al-Khazen; l'ancien député Salah Honein; Michel Moawad, le fils de l'ancien président René Moawad, et l'indépendant Neamat Ifram, député et homme d'affaires précédemment affilié au CPL.

Parmi les autres candidatures figurent Damianos Kattar et Jihad Azour, tous deux anciens ministres des Finances; le banquier Samir Assaf; Ziad Baroud et Marwan Charbel, tous deux anciens ministres de l'Intérieur.

Le président libanais est élu au scrutin secret. Les candidats doivent obtenir une majorité des deux tiers des cent vingt-huit députés au premier tour de scrutin pour être élus.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Koweït: La démission du gouvernement acceptée par décret de l'émir

Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah (Photo fournie).
Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah (Photo fournie).
Short Url
  • Cette démission est due aux multiples blocages au sein du pouvoir législatif
  • Le gouvernement avait été intronisé il y a de cela quatre mois

DUBAI: La démission du gouvernement du Koweït a été acceptée jeudi par décret de l'émir, selon l'agence d'information officielle KUNA.
Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah.
Selon Barek Al-Shaitan, ministre d'Etat aux affaires du Cabinet, cette démission est due aux multiples blocages au sein du pouvoir législatif au cours de la première session du 17ème mandat de l'Assemblée nationale.
Le ministre s'est dit confiant quant à la capacité du prince héritier à prendre les mesures nécessaires pour l'intérêt du pays.
Le gouvernement avait été intronisé il y a de cela quatre mois.
Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Signatures d’accords stratégiques entre la France et l’Irak a l’Élysée

Emmanuel Macron et Mohammed Chia Al-Soudani (Photo, AFP).
Emmanuel Macron et Mohammed Chia Al-Soudani (Photo, AFP).
Short Url
  • Parmi les accords signés figure un traité visant à renforcer les relations bilatérales dans le domaine de la lutte contre la corruption
  • En décembre 2022, Emmanuel Macron avait plaidé pour que Bagdad s'engage dans une autre voie que celle d'un «modèle dicté par l'extérieur»

PARIS: La France et l’Irak ont signé jeudi une série d'accords stratégiques destinés à renforcer la coopération économique entre les deux pays, a déclaré le palais de l’Élysée. Cette signature est intervenue lors de la rencontre qui a eu lieu jeudi entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre irakien Mohammed Chia al-Soudani en visite à Paris, a annoncé jeudi la présidence française.
Parmi les accords signés figure un traité visant à renforcer les relations bilatérales dans les domaines de la lutte contre la corruption, de la sécurité, des énergies renouvelables et de la culture, a annoncé vendredi l'Elysée.
M.Soudani qui cherche tous azimuts des partenaires pour donner un coup de neuf au secteur énergétique irakien a fait part la veille de son déplacement de son espoir de renforcer la «coopération sécuritaire entre les deux pays (...), notamment dans la formation et le développement des capacités sécuritaires irakiennes, ainsi que dans le domaine de l'achat d'armement».
Le chef de l'Etat français est de son côté particulièrement investi en Irak où il s'est rendu par deux fois depuis le début de son premier mandat en 2017. En décembre 2022, Emmanuel Macron avait plaidé lors d'une conférence régionale de soutien à l'Irak pour que Bagdad s'engage dans une autre voie que celle d'un «modèle dicté par l'extérieur».
Cette rencontre et les accords signes pourraient donner un coup de fouet à la coopération énergétique entre les deux pays. TotalEnergies avait signé un contrat de 10 milliards de dollars avec l'Irak en 2021, mais le premier coup de pelle se fait attendre.
L'accord avec le géant français porte sur la construction d'unités de collecte et de traitement de gaz pétrolier pour générer de l'électricité. Est aussi prévue la construction dans le sud d'une centrale électrique photovoltaïque capable de produire 1 gigawatt d’électricité, au moment où le réseau électrique est particulièrement en souffrance avec des délestages qui peuvent durer jusqu'à 12 heures par jour, dans ce pays pourtant riche en hydrocarbures.
(Avec Agences)


Tunisie: Nouveau vote pour le Parlement avec la participation comme baromètre

Un panneau d'affichage électoral pour le deuxième tour des législatives prévu le 29 janvier est photographié à Tunis, le 25 janvier 2023 (Photo, AFP).
Un panneau d'affichage électoral pour le deuxième tour des législatives prévu le 29 janvier est photographié à Tunis, le 25 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux-cent-soixante-deux candidats (pour 131 des 161 sièges) se présentent au deuxième tour des législatives
  • Au premier tour, le 17 décembre, seuls 11,22% des électeurs s'étaient déplacés, soit la plus forte abstention depuis la Révolution de 2011

TUNIS: Quelque 8 millions de Tunisiens sont invités à voter dimanche pour élire un nouveau Parlement aux pouvoirs limités par le président Kais Saied, sur fond de désaffection pour la politique et de difficultés économiques croissantes.

Deux-cent-soixante-deux candidats (pour 131 des 161 sièges) se présentent au deuxième tour des législatives, l'une des dernières étapes de l'instauration d'un système ultra-présidentialiste, objectif affiché de M. Saied depuis son coup de force de l'été 2021.

Le 25 juillet 2021, jugeant le pays ingouvernable, le président limogeait son Premier ministre et gelait l'Assemblée parlementaire, dissoute au printemps 2022 avant une réforme de la Constitution l'été passé qui restreint grandement les prérogatives du Parlement.

Celui-ci, formé de l'Assemblée des députés, élus dimanche, et d'un Conseil national des régions (encore à établir), "n'accorde pas la confiance au gouvernement et ne peut pas le censurer, sauf à la majorité des 2/3 des deux chambres et au bout de deux motions", rappelle le juriste et politologue Hamadi Redissi. En outre, le président ne peut être destitué même pour faute grave.

"Vu le désintérêt de la population" pour la politique, "ce Parlement aura peu de légitimité, le président tout puissant grâce à la Constitution de 2022 pourra le dominer à sa guise", estime Youssef Cherif, expert du Columbia Global Centers.

Au premier tour, le 17 décembre, seuls 11,22% des électeurs s'étaient déplacés, soit la plus forte abstention depuis la Révolution de 2011 qui fit chuter le dictateur Ben Ali et marqua l'avènement de la démocratie.

Les experts prévoient une participation de nouveau faible.

Comme au premier tour, l'opposition, marginalisée par un mode de scrutin interdisant aux candidats d'afficher une affiliation politique, a appelé à boycotter le vote, au nom aussi de son rejet du "coup d'Etat" de M. Saied.

La campagne apparaît fade, avec peu de panneaux électoraux et des candidats majoritairement inconnus.

Pour mobiliser l'opinion, surtout la jeunesse qui avait massivement voté en 2019 pour M. Saied, alors novice en politique, l'autorité électorale a organisé des débats télévisés aux heures de grande écoute.

Mais dans la rue, l'attention est ailleurs.

La population a vu son pouvoir d'achat plonger avec une inflation supérieure à 10%, et subit des pénuries sporadiques de produits comme le lait, l'huile ou la semoule.

L'envoi par la Libye voisine de 170 camions d'aide alimentaire la semaine passée a été vécu comme une "humiliation" par beaucoup de Tunisiens.

"Le pays est au bord de l'effondrement", estime M. Redissi, inquiet des pénuries que "le président impute pathétiquement aux 'spéculateurs', 'traîtres', 'saboteurs'".

«Mécontentement général»

Malgré un "mécontentement général" alimenté par des grèves des transports ou de l'enseignement, les manifestations ne mobilisent pas les foules et "il se peut que le statu quo continue tant que le Tunisien lambda ne verra pas d'alternative crédible au président Saied", estime M. Cherif.

L'opposition, qui a appelé le président à démissionner après le camouflet du premier tour, reste divisée en trois blocs inconciliables: le Front de salut national coalisé autour du parti d'inspiration islamiste Ennahdha – bête noire de M. Saied –, le PDL d'Abir Moussi qui revendique l'héritage de Ben Ali et les partis de gauche.

Autre impasse: les négociations cruciales du pays, très endetté, avec le FMI pour un prêt de quasi 2 milliards de dollars piétinent depuis des mois.

Divers facteurs semblent freiner un accord: d'abord il y a, selon M. Cherif, "le rôle des Etats-Unis", poids lourd du FMI, inquiets d'une dérive autocratique en Tunisie, "étoile déchue" alors qu'elle était "un modèle de démocratie".

Et le président Saied "semble hésiter à accepter les diktats du FMI" pour des réformes douloureuses comme la levée des subventions sur les produits de base, décrypte M. Cherif.

Il y a "un décalage flagrant entre les déclarations souverainistes intempestives du président contre les organisations internationales, et le programme proposé au FMI par le gouvernement", abonde M. Redissi.

Lueur d'espoir à ses yeux: "l'initiative de la dernière chance" pilotée par la puissante centrale syndicale UGTT avec la Ligue des droits de l'homme, l'Ordre des avocats et l'ONG socio-économique FTDES pour un "plan de sauvetage" du pays.