Energie: risque « imminent» pour la survie de « milliers» d'entreprises

"Chaque Mégawattheure (d'électricité) et chaque milliard de mètres cubes (de gaz) comptera cet hiver". (Photo, AFP)
"Chaque Mégawattheure (d'électricité) et chaque milliard de mètres cubes (de gaz) comptera cet hiver". (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 29 septembre 2022

Energie: risque « imminent» pour la survie de « milliers» d'entreprises

  • L'exécutif européen et les Vingt-Sept peinent jusqu'à présent à esquisser des solutions, tant les mix énergétiques et les intérêts des différents pays sont divergents
  • Quelque « 70% de la production européenne d'engrais a été arrêtée ou ralentie, tandis que 50% de la capacité totale de production d'aluminium a été perdue. Il existe un réel danger que les entreprises»

BRUXELLES : Les prix élevés du gaz et de l'électricité font peser un "risque imminent" de "pertes de production" et "d'arrêts de milliers d'entreprises européennes", a averti jeudi BusinessEurope, une organisation représentant le patronat européen.

Dans une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l'association patronale réclame notamment un assouplissement du cadre des aides d'Etat aux entreprises en difficulté, un découplage d'urgence des prix de l'électricité de ceux du gaz ainsi que la mobilisation de tous les moyens de production d'électricité disponibles.

"Il est urgent de trouver des moyens au niveau de l'UE d'atténuer l'impact des prix de l'énergie qui paralysent les entreprises européennes, c'est une question de survie", affirme le lobby des entreprises qui regroupe des organisations comme le Medef en France ou le BDA en Allemagne, à la veille d'une réunion des Etats membres à Bruxelles sur la crise énergétique.

L'exécutif européen et les Vingt-Sept peinent jusqu'à présent à esquisser des solutions, tant les mix énergétiques et les intérêts des différents pays sont divergents.

Quelque "70% de la production européenne d'engrais a été arrêtée ou ralentie, tandis que 50% de la capacité totale de production d'aluminium a été perdue. Il existe un réel danger que les entreprises, et en particulier les industries à forte intensité énergétique, se délocalisent définitivement en dehors de l'Europe", s'inquiète BusinessEurope.

"Pour éviter de nouvelles pertes de production, le cadre communautaire des aides d'État doit être encore ajusté afin de permettre temporairement aux États membres d'accorder les aides dont les entreprises touchées ont tant besoin", a-t-elle réclamé.

"Les décideurs politiques devraient envisager d'urgence une mesure temporaire à l'échelle de l'UE pour découpler les prix de l'électricité des prix du gaz. Si elle est bien conçue (...), cette mesure pourrait effectivement faire baisser les factures d'énergie", assure le lobby patronal.

"Chaque Mégawattheure (d'électricité) et chaque milliard de mètres cubes (de gaz) comptera cet hiver. Il est possible et nécessaire de faire davantage pour accroître l'offre d'énergie en Europe. Il est extrêmement important d'intensifier encore l'action extérieure auprès des fournisseurs et de déployer au plus vite des capacités supplémentaires en matière d'énergies renouvelables, d'énergie nucléaire, d'énergie à faible émission de carbone et de gaz naturel en Europe", estime encore BusinessEurope.

"De nombreuses entreprises étant au bord de l'effondrement, il convient d'envisager toutes les options pour faciliter la production d'énergie, y compris des adaptations législatives temporaires ou des moratoires", demande l'organisation, au moment où des réacteurs nucléaires sont mis à l'arrêt en Belgique et en Allemagne.


Réunion de l’Opep+ : le plafonnement des prix ne freinera pas la demande de pétrole, selon la Russie

Les contrats à terme sur le Brent se sont stabilisés à 1,31 $ (1 dollar = 0,95 euro), une baisse d’1,5%, à 85,57 $ le baril. Les contrats à terme sur le brut CLc1 US West Texas Intermediate ont chuté d’1,24 $, ou 1,5%, à 79,98 $ le baril. (Shutterstock)
Les contrats à terme sur le Brent se sont stabilisés à 1,31 $ (1 dollar = 0,95 euro), une baisse d’1,5%, à 85,57 $ le baril. Les contrats à terme sur le brut CLc1 US West Texas Intermediate ont chuté d’1,24 $, ou 1,5%, à 79,98 $ le baril. (Shutterstock)
Short Url
  • La Russie a déclaré samedi qu’elle trouverait toujours des acheteurs, en dépit de ce qu’elle qualifie de tentative «dangereuse» des gouvernements occidentaux d’imposer un plafond de prix à ses exportations de pétrole
  • M. Zelensky se plaint que le monde fait preuve de faiblesse en fixant le plafond à 60 dollars, ce qui, selon lui, augmenterait le budget de la Russie de 100 milliards de dollars par an

RIYAD: Les contrats à terme sur le pétrole ont chuté d’1,5% lors de négociations agitées vendredi avant une réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés, connue sous le nom d’Opep+, dimanche, et les restrictions imposées par l’Union européenne sur le brut russe lundi.

Les contrats à terme sur le Brent se sont stabilisés à 1,31 $ (1 dollar = 0,95 euro), une baisse d’1,5%, à 85,57 $ le baril. Les contrats à terme sur le brut CLc1 US West Texas Intermediate ont chuté d’1,24 $, ou 1,5%, à 79,98 $ le baril.

Les deux prix ont cependant enregistré leurs premiers gains hebdomadaires à environ 2,5% et 5%, respectivement, après trois semaines consécutives de baisse.

La Russie affirme que le plafonnement des prix est dangereux

La Russie a déclaré samedi qu’elle continuerait à trouver des acheteurs pour son pétrole, en dépit de ce qu’elle qualifie de tentative «dangereuse» des gouvernements occidentaux d’imposer un plafond de prix à ses exportations de pétrole.

Une coalition de pays occidentaux dirigée par le Groupe des sept a convenu vendredi de plafonner le prix du pétrole russe transporté par voie maritime à 60 dollars le baril, dans le but de limiter les revenus de Moscou et sa capacité à financer son invasion de l’Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine et de hauts responsables du Kremlin ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils ne fourniraient pas de pétrole aux pays qui appliquent le plafonnement des prix.

Dans un communiqué publié sur Telegram, l’ambassade de Russie aux États-Unis a critiqué ce qu’elle qualifie de «refonte» des principes du marché libre et a réitéré que son pétrole continuerait d’être demandé malgré les mesures.

«Des mesures comme celles-ci entraîneront inévitablement une incertitude croissante et des coûts plus élevés pour les consommateurs de matières premières», peut-on lire dans le communiqué.

«Indépendamment du fait de jouer avec l’instrument dangereux et illégitime, nous sommes convaincus que le pétrole russe continuera d’être sollicité.»

M. Zelensky dit que le niveau de plafonnement des prix du pétrole russe n’est pas sérieux.

Le plafond de prix, fixé à 60 dollars par les pays du G7 et l’Australie, pour le pétrole russe transporté par voie maritime, n’est pas sérieux et ne dissuadera pas la Russie de poursuivre sa guerre en Ukraine, déclare samedi le président Volodymyr Zelensky.

L’Union européenne est maintenant sur le point d’approuver le plafond après que le G7 et l’Australie ont conclu un accord vendredi. La mesure vise à réduire les revenus de la Russie provenant de la vente de pétrole, tout en empêchant une flambée des prix mondiaux.

«Vous ne qualifieriez pas de sérieuse la décision de fixer une telle limite pour les prix russes, ce qui est assez confortable pour le budget d’un État terroriste», déclare M. Zelensky dans une allocution vidéo.

«Ce n’est qu’une question de temps avant que des outils plus puissants ne soient de toute façon nécessaires. C’est dommage que ce temps soit ainsi perdu.»

Andriy Yermak, chef de l’administration de Zelensky, a déclaré plus tôt que le plafond devrait être fixé à 30 dollars «pour détruire plus rapidement l’économie de l’ennemi».

M. Zelensky se plaint que le monde fait preuve de faiblesse en fixant le plafond à 60 dollars, ce qui, selon lui, augmenterait le budget de la Russie de 100 milliards de dollars par an.

«Cet argent servira à déstabiliser davantage ces pays qui tentent précisément d’éviter des décisions sérieuses», conclut-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Dans les cryptomonnaies, le Français Ledger prospère malgré la crise

Le modèle de Ledger repose sur la détention directe des cryptomonnaies (AFP)
Le modèle de Ledger repose sur la détention directe des cryptomonnaies (AFP)
Short Url
  • Ledger est l'une des entreprises vedettes de la tech française avec son produit phare, un accessoire semblable à une clef USB qui permet aux internautes de stocker les codes sécurisés donnant directement accès à leurs cryptomonnaies mais aussi aux NFT
  • En novembre, les ventes de l'entreprise ont été «près de quatre fois supérieures» à celle d'octobre et Ledger devrait à la fin de l'année frôler la barre des six millions de portefeuilles vendus dans le monde

PARIS : Loin d'être freiné par la déroute de la plateforme d'échange de cryptomonnaies FTX, le fabricant français de portefeuilles sécurisés pour ces monnaies virtuelles Ledger bat actuellement «tous ses records» de vente, selon son PDG Pascal Gauthier.

«En novembre, on aura fait le meilleur jour de l'histoire de Ledger, la meilleure semaine et le meilleur mois», affirme le patron de l'entreprise.

Ledger est l'une des entreprises vedettes de la tech française avec son produit phare, un accessoire semblable à une clef USB qui permet aux internautes de stocker les codes sécurisés donnant directement accès à leurs cryptomonnaies mais aussi aux NFT, ces jetons numériques uniques qui reposent sur la même technologie: la chaîne de blocs ou «blockchain».

En novembre, les ventes de l'entreprise ont été «près de quatre fois supérieures» à celle d'octobre et Ledger devrait à la fin de l'année frôler la barre des six millions de portefeuilles vendus dans le monde, indique M. Gauthier, qui se refuse toutefois à toute indication de valeur.

Le chiffre d'affaires mensuel de Ledger «se chiffre en dizaines de millions d'euros», se borne-t-il à dire.

Pour Pascal Gauthier, l'écroulement spectaculaire de FTX, un poids-lourd mondial, et les autres faillites du même type ne font que conforter le modèle de Ledger, qui repose sur la détention directe des cryptomonnaies.

Le bitcoin, ethereum et autres cryptomonnaies ont été créés pour que les internautes puissent échanger de la valeur directement entre eux et pas pour permettre l'apparition de grandes plateformes où le particulier ne fait qu'ouvrir un compte et ne contrôle pas directement son bien, explique-t-il.

Ces plateformes peuvent peut-être jouer un rôle d'initiation, mais «une fois qu'on est dans la crypto, on ne devrait jamais leur laisser ses cryptomonnaies», souligne-t-il.

Malgré les milliards partis en fumée ces derniers mois pour FTX et consorts, Pascal Gauthier estime que les cryptomonnaies, sur le fond, confirment les espoirs placées en elles. Mais elles restent pour l'instant cantonnées à un univers plus adapté aux «geeks» qu'à monsieur et madame Tout-le-monde, admet-il: «On est encore à l'époque des +early adopters+ (NDLR précurseurs), pas celle du marché de masse.»

- «Prison» numérique -

Les «protocoles de finance décentralisée», qui permettent de prêter ou d'emprunter des cryptomonnaies sans intermédiaires, «fonctionnent et font ce qu'ils sont supposés faire», faillite de FTX ou non, affirme-t-il.

Les NFT, actifs numériques cousins de la cryptomonnaie et eux aussi stockables sur les portefeuilles Ledger, suscitent un véritable engouement dans le monde de l'art et parmi les grandes marques mondiales, souligne Pascal Gauthier.

«Toutes les marques de luxe qui font des objets uniques ou presque uniques et très chers vont associer leurs objets avec des NFT», qui seront «beaucoup plus pratique pour prouver l'authenticité du bien» qu'un certificat de papier.

Le NFT d'une montre de luxe, par exemple, pourra ainsi recenser toutes les interventions ou réparations faites par la marque, explique-t-il.

Pascal Gauthier est convaincu aussi que les NFT vont faire exploser le marché des cartes à collectionner - genre Pokemon ou Magic - qui quitteront la forme papier pour prendre la forme numérique.

«La crypto s'adapte bien à tout ce qui est rare, collectionnable, tout ce qu'on aime posséder, et l'être humain aime bien posséder», dit-il.

L'intuition fondamentale du bitcoin - permettre d'échanger de la valeur électroniquement sans passer par un intermédiaire - deviendra de plus en plus pertinente au fur et à mesure que l'argent liquide disparaîtra.

Les cryptomonnaies seront le seul moyen d'échapper à la «prison digitale qui est en train de se construire autour de nous», prédit-il.


Apple, le nouveau challenger qui fait peur au monde de la pub

Andrew Ross Sorkin s'entretient avec Mark Zuckerberg, PDG et fondateur de Meta, lors du New York Times DealBook Summit, dans la salle Appel du Jazz At Lincoln Center, le 30 novembre 2022 à New York. (Photo de Michael M. Santiago / Getty Images North AMERICA / Getty Images via AFP)
Andrew Ross Sorkin s'entretient avec Mark Zuckerberg, PDG et fondateur de Meta, lors du New York Times DealBook Summit, dans la salle Appel du Jazz At Lincoln Center, le 30 novembre 2022 à New York. (Photo de Michael M. Santiago / Getty Images North AMERICA / Getty Images via AFP)
Short Url
  • Concrètement, le nouveau système baptisé App Tracking Transparency(ATT) permet aux utilisateurs d'iPhone de refuser de partager l'identifiant publicitaire de leur appareil
  • Les éditeurs d'applications (du géant Facebook aux petites start-up) perdent alors la capacité de cibler précisément leurs publicités vers les clients d'Apple, considérés comme des cibles privilégiées par les annonceurs en raison de leur pouvoir d'achat

PARIS : Apple, qui défend une image de chevalier blanc de la vie privée, est pourtant aujourd'hui cerné par les critiques sur ses ambitions publicitaires qu'il compte réaliser, selon ses concurrents, grâce à des mesures anticoncurrentielles.

Après avoir bouleversé le commerce de données personnelles sur le web en interdisant les +cookies+ sur son navigateur, Apple s'est attaqué au printemps 2021 au même marché sur les applications mobiles.

Concrètement, le nouveau système baptisé App Tracking Transparency(ATT) permet aux utilisateurs d'iPhone de refuser de partager l'identifiant publicitaire de leur appareil. Sans surprise, la majorité des utilisateurs refusent d'être pistés.

Les éditeurs d'applications (du géant Facebook aux petites start-up) perdent alors la capacité de cibler précisément leurs publicités vers les clients d'Apple, pourtant considérés comme des cibles privilégiées par les annonceurs en raison de leur pouvoir d'achat.

La mise à jour a contribué à l'effondrement d'une partie des valeurs boursières de la tech. Le groupe Meta (Facebook) avait d'ailleurs prévenu début 2022 que cette mise à jour allait lui coûter 10 milliards de dollars de manque à gagner sur l'année, et a annoncé en novembre se séparer de 13% de ses effectifs.

«La réalité, c'est que la grande majorité des profits dans l'écosystème du mobile sont captés par Apple», notamment au travers des commissions sur les applications payantes et les achats numériques, a déclaré son PDG Mark Zuckerberg mercredi, lors d'une conférence organisée par le New York Times.

- Auto-préférence -

D'autres groupes très dépendants de la publicité ciblée, comme Snap, maison mère de Snapchat, ont également dû revoir leur plans et procéder à des licenciements à la suite des décisions d'Apple.

Mais le secteur entend désormais faire plier la marque à la pomme devant la justice.

En France, le lobby de la pub en ligne, associé à l'Udecam (qui représente les agences de communication) et au SRI (régies internet), espère voir aboutir une plainte pour abus de position dominante devant l'Autorité de la Concurrence.

Le collège de l'Autorité, contre l'avis de ses services d'instruction, les avait d'abord débouté en mai 2021 d'une demande de mesures conservatoire, considérant qu'Apple n'avait pas à ce stade «mis en œuvre une pratique susceptible d'avoir potentiellement un effet anticoncurrentiel».

Mais l'examen de la plainte se poursuit au fond, notamment sur le fondement de l'auto-préférence, c'est-à-dire le fait qu'Apple réserve à ses propres applications des règles plus souples.

«Cela ne va pas assez vite par rapport aux très forts impacts sur la concurrence», a regretté jeudi le président de l'Alliance Digitale -une association professionnelle d'acteurs du marketing numérique- Nicolas Rieul, qui note que des actions similaires ont été lancées en Allemagne et en Pologne.

L'action a été rejointe cette année par le Geste, qui fédère 140 éditeurs de contenus en ligne.

Parallèlement, l'association France Digitale, qui regroupe des développeurs d'applications, a porté plainte contre Apple auprès de la Cnil, le gendarme français des données personnelles.

- «Publicité mensongère» -

Si Apple ne communique pas son chiffre d'affaires publicitaire, les analystes de Wedbush Securities estiment autour de 4,5 milliards de dollars les recettes annuelles issues de la publicité sur le magasin d'application App Store, où les éditeurs payent pour être mis en avant.

Des études prévoient que ces revenus montent jusqu'à 30 milliards de dollars en 2025, notamment si Apple ajoute de la publicité à son service Apple TV ou Maps. Il pourrait alors se positionner en quatrième acteur publicitaire derrière Google, Facebook ou Amazon.

Apple a pourtant largement construit son image sur le respect de la vie privée, affirmant sur des affiches géantes que ses applications ne collectaient pas de données personnelles.

«C'est très bien que chaque acteur s'engage pour la confidentialité des données, mais il ne faut pas que ce soit de la publicité mensongère», a commenté auprès de l'AFP Romain Robert, directeur de programme de l'association de défense de la vie privée Noyb.

Récemment, deux développeurs spécialistes de la cybersécurité ont révélé qu'Apple était capable de suivre la navigation sur l'App Store de leurs utilisateurs, sans qu'il soit possible de s'y opposer.

Après cette découverte, une action de groupe a été lancée le 10 novembre en Californie. Interrogé par l'AFP sur ce point, Apple n'a pas fait de commentaires.