Ukraine: frappe meurtrière avant l'annexion de quatre régions par Moscou

Vue générale de la ville d'Orikhiv, près de Zaporijia, dans l'est de l'Ukraine, le 11 mai 2022. (AFP)
Vue générale de la ville d'Orikhiv, près de Zaporijia, dans l'est de l'Ukraine, le 11 mai 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 30 septembre 2022

Ukraine: frappe meurtrière avant l'annexion de quatre régions par Moscou

  • Des civils faisaient la queue pour recevoir de l'aide humanitaire, au cours d'un bombardement dans la région de Zaporijjia (sud) que les Russes occupent en partie
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui convoqué pour vendredi une réunion d'urgence de son Conseil de sécurité et réclamé plus d'armes occidentales

KIEV: Une frappe dévastatrice sur une colonne de véhicules civils a fait 25 morts vendredi dans le sud de l'Ukraine, quelques heures avant l'annexion prévue par la Russie de quatre régions ukrainiennes.

A l'occasion de ces annexions, qui représentent une escalade sérieuse de l'offensive lancée le 24 février, un long discours de Vladimir Poutine et des festivités sont prévues à Moscou, alors même qu'une mobilisation souvent chaotique se déroule en Russie, qui a poussé des dizaines de milliers de Russes à l'exil.

Le Kremlin doit accueillir à 12H00 GMT une cérémonie au cours de laquelle M. Poutine doit prononcer un discours annoncé comme "volumineux" pour célébrer les conquêtes russes, au moment même pourtant où son armée est en difficulté sur le terrain, reculant face à une contre-offensive ukrainienne, notamment à Lyman, un noeud ferroviaire important de l'est ukrainien.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui convoqué pour vendredi une réunion d'urgence de son Conseil de sécurité et réclamé plus d'armes occidentales.

La matinée a été endeuillée par une frappe particulièrement meurtrière sur une colonne de voitures de civils non loin de la limite entre la zone ukrainienne et la zone occupée de la région de Zaporijjia, l'un des quatre territoires devant être incorporés par la Russie.

Au moins 25 personnes ont été tués et 50 autres blessées dans cette frappe, selon le parquet ukrainien, les deux camps se rejetant la responsabilité du bombardement.

M. Zelensky a traité la Russie de "terroriste" et de "racaille sanguinaire" après cette frappe.

Un responsable de la présidence ukrainienne, Kyrylo Tymoshenko, a affirmé que 16 missiles S-300 russes étaient tombés sur la zone, alors que ces armes sol-air sont aussi utilisées par les Russes pour frapper des cibles au sol.

Sur les lieux, deux colonnes de voitures aux vitres éclatées et aux carrosseries criblées d'impacts étaient visibles. Entre elles, des corps inanimés gisaient, certains recouverts de draps en guise de linceul.

Selon Kiev, la Russie a frappé "à la roquette contre un convoi humanitaire de civils" qui "faisaient la queue pour se rendre dans la zone temporairement occupée".

Un représentant de l'occupation russe locale, Vladimir Rogov, a lui accusé Kiev d'avoir "frappé nos gens, qui faisaient la queue" pour empêcher ces civils de rejoindre la zone sous contrôle des Russes.

Dans la région voisine de Kherson, qui doit également être annexée vendredi, un responsable de l'occupation russe a été tué dans la nuit dans une frappe ukrainienne sur son domicile menée à l'aide de systèmes HIMARS fournis par les Etats-Unis, selon un autre cadre prorusse, Kirill Stremooussov.

«Jamais»

La capitale russe se prépare elle à des festivités, avec une circulation restreinte vendredi, notamment un concert à l'ombre des murs du Kremlin, lors duquel M. Poutine pourrait faire une apparition.

Les employés municipaux installaient des affiches géantes sur la Place rouge qui lisaient: "Donetsk. Lougansk. Zaporijjia. Kherson. Russie!", ont constaté des journalistes de l'AFP.

Ces quatre régions vont être officiellement annexées, après de prétendus référendums régionaux organisés fin septembre à la hâte. Le vote a eu lieu sous surveillance de soldats en armes et a été qualifié de "parodie" par Kiev et ses soutiens occidentaux.

Les dirigeants occidentaux se sont succédé pour marteler qu'ils ne reconnaîtraient "jamais" les annexions et ont promis de nouvelles sanctions à l'encontre de Moscou.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit voter vendredi sur une résolution condamnant ces "référendums". Ce texte préparé par les Etats-Unis n'a aucune chance d'être adopté en raison du droit de veto de la Russie mais il devrait ensuite être présenté à l'Assemblée générale.

Revendiquant son emprise sur ces territoires, la Russie, qui avait déjà annexé en 2014 la Crimée, péninsule du sud de l'Ukraine, a menacé de faire usage de l'arme nucléaire pour les défendre.

Assaut sur Lyman

Sur le front, la situation se détériore pour les forces russes, engagées dans une bataille pour Lyman, ville de la région de Donetsk et important noeud ferroviaire, qui fait face à un assaut ukrainien.

Les forces ukrainiennes restent silencieuses sur les opérations en cours, mais le chef des séparatistes de la région de Donetsk Denis Pouchiline a reconnu que les Russes étaient "partiellement encerclés" et ne plus avoir "le contrôle total" des localités avoisinantes de Drobychevé et Iampil.

Ailleurs sur le terrain, une personne a été tuée et cinq blessées dans une frappe russe sur la région de Dnipropetrovsk (centre) qui a détruit une entreprise de transport par bus. Dans celle de Donetsk (est), huit personnes ont été tuées et 17 blessées dans de multiples bombardements, selon le rapport matinal de la présidence ukrainienne.

L'Ukraine a déjà reconquis depuis début septembre l'essentiel de la région de Kharkiv, dans le nord-est, et repris récemment le noeud ferroviaire de Koupiansk.

Pour soutenir cette contre-offensive, les Etats-Unis ont débloqué jeudi une nouvelle enveloppe de plus de 12 milliards de dollars.


Un humanitaire belge détenu en Iran a entamé une grève de la faim

La famille du travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteele, détenu en Iran, dit qu'il est en grève de la faim pour le traitement «inhumain» de ses ravisseurs. (Dossier, AFP)
La famille du travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteele, détenu en Iran, dit qu'il est en grève de la faim pour le traitement «inhumain» de ses ravisseurs. (Dossier, AFP)
Short Url
  • Olivier Vandecasteele, arrêté sans raison le 24 février à Téhéran, cumule désormais «278 jours à l'isolement complet dans une cellule en sous-sol sans fenêtre»
  • La dernière communication de la famille remonte au 1er septembre, date à laquelle elle avait déjà dit craindre «des dommages irréversibles» sur la santé du prisonnier en raison de ses conditions de détention «indignes»

BRUXELLES: La famille d'Olivier Vandecasteele, un travailleur humanitaire belge détenu depuis neuf mois en Iran, s'est inquiétée mardi d'une dégradation de sa santé, précisant qu'il avait entamé une grève de la faim pour protester contre un traitement "inhumain".

Dans un communiqué, la famille du quadragénaire dénonce une "injustice monstrueuse", en rapportant le contenu d'un échange que ce dernier a pu avoir lundi avec les services consulaires belges.

Olivier Vandecasteele, arrêté sans raison le 24 février à Téhéran, cumule désormais "278 jours à l'isolement complet dans une cellule en sous-sol sans fenêtre".

"Ses problèmes de santé se multiplient avec notamment une perte de poids importante, la formation de poches de sang aux orteils, la perte des ongles, des problèmes dentaires et gastriques inquiétants", poursuit le communiqué.

Cette "situation insoutenable", a "sérieusement entamé" les capacités de résistance et l'état psychologique de M. Vandecasteele, est-il souligné. "Il a débuté une grève de la faim depuis plus de deux semaines et ne s'alimente plus que de pain et d'eau le matin".

La dernière communication de la famille remonte au 1er septembre, date à laquelle elle avait déjà dit craindre "des dommages irréversibles" sur la santé du prisonnier en raison de ses conditions de détention "indignes".

L'emprisonnement de M. Vandecasteele avait été rendu public début juillet par le ministre belge de la Justice Vincent Van Quickenborne, en plein débat parlementaire à Bruxelles sur un traité belgo-iranien d'échange de prisonniers présenté comme le seul moyen de faire libérer le quadragénaire.

Le texte a suscité une vive controverse. Ses détracteurs, nombreux parmi les opposants iraniens, y voient la porte ouverte à la remise à Téhéran, et à une possible grâce, d'Assadollah Assadi, condamné pour terrorisme en Belgique.

Ce diplomate iranien, considéré comme un agent du renseignement, a été condamné en 2021 à Anvers à 20 ans de prison pour avoir fomenté un projet d'attentat qui devait viser le 30 juin 2018 en France le grand rassemblement annuel du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).


Royaume-Uni: un homme arrêté dans l'affaire du naufrage de 27 migrants morts dans la Manche

Harem Ahmed Abwbaker après son arrestation près de Cheltenham, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 29 novembre 2022. (Photo, National Crime Agency (NCA), AFP)
Harem Ahmed Abwbaker après son arrestation près de Cheltenham, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 29 novembre 2022. (Photo, National Crime Agency (NCA), AFP)
Short Url
  • Harem Ahmed Abwbaker «est suspecté d'être un membre du groupe criminel organisé qui a conspiré pour transporter les migrants au Royaume-Uni à bord d'un petit bateau»
  • Le 24 novembre 2021, 27 migrants âgés de sept à 46 ans - 16 Kurdes d'Irak, un Kurde d'Iran, quatre Afghans, trois Éthiopiens, une Somalienne, un Égyptien et un Vietnamien - avaient péri dans le naufrage de leur bateau pneumatique au large de Calais

LONDRES: Un homme de 32 ans a été arrêté mardi au Royaume-Uni dans le cadre de l'enquête sur la mort en novembre 2021 de 27 migrants ayant fait naufrage alors qu'ils traversaient la Manche sur un bateau pneumatique, a annoncé l'agence britannique de lutte contre la criminalité (NCA). 

Harem Ahmed Abwbaker a été arrêté dans le sud-ouest de l'Angleterre et "est suspecté d'être un membre du groupe criminel organisé qui a conspiré pour transporter les migrants au Royaume-Uni à bord d'un petit bateau", a indiqué la NCA dans un communiqué. 

Le 24 novembre 2021, 27 migrants âgés de sept à 46 ans - 16 Kurdes d'Irak, un Kurde d'Iran, quatre Afghans, trois Éthiopiens, une Somalienne, un Égyptien et un Vietnamien - avaient péri dans le naufrage de leur bateau pneumatique au large de Calais, alors qu'ils tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne. 

Deux passagers seulement, un Kurde irakien et un Soudanais, avaient pu être secourus. 

M. Abwbaker a été retrouvé et arrêté par les autorités britanniques avec l'aide de la France, souligne le communiqué de la NCA. Il "restera en détention pour comparaître demain devant le tribunal de Westminster, où la procédure d'extradition commencera". 

Côté français, dix membres présumés du réseau de passeurs à l'origine du naufrage ont été mis en examen cet été. 

Dans un récent article mi-novembre, le journal français Le Monde affirme que les passagers du bateau avaient appelé à une quinzaine de reprises les autorités françaises pour leur demander de l'aide, en vain. 

La question des traversées de migrants dans la Manche a été l'objet de tensions entre Paris et Londres mais les deux pays ont signé un accord mi-novembre, avec notamment une enveloppe de 72,2 millions d'euros que devront verser les Britanniques en 2022-2023 à la France pour augmenter de 800 à 900 le nombre de policiers et gendarmes sur les plages françaises, d'où partent les migrants. 

Plus de 40.000 migrants sont arrivés au Royaume-Uni après avoir traversé la Manche à bord de petites embarcations cette année, un record. 


Le nombre de musulmans au Royaume-Uni a augmenté de 44% en dix ans

Sur l’ensemble de la population du Royaume-Uni, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam. (Photo, AP)
Sur l’ensemble de la population du Royaume-Uni, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam. (Photo, AP)
Short Url
  • Selon le dernier recensement, britannique 6,5% de la population est adepte de l’islam
  • Le deuxième groupe ethnique le plus répandu au Royaume-Uni est celui des «Asiatiques, Britanniques asiatiques ou Gallois asiatiques»

LONDRES: La population musulmane du Royaume-Uni a augmenté de 44% en dix ans, selon les chiffres du dernier recensement publiés par le Bureau de la statistique nationale. Sur l’ensemble de la population du pays, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam.

Par ailleurs, le deuxième groupe ethnique le plus répandu au Royaume-Uni aujourd’hui est celui des «Asiatiques, Britanniques asiatiques ou Gallois asiatiques», qui représente 9,3% de la population».

Dans les chiffres montrant que le Royaume-Uni s’est diversifié à grande vitesse depuis le dernier recensement de 2011, Londres compte désormais deux tiers de minorités ethniques, tandis que d’autres grandes villes comme Leicester, Luton et Birmingham abritent désormais des «majorités minoritaires», en raison de l’accroissement considérable des communautés asiatiques originaires du Pakistan, du Bangladesh, de l’Inde et de l’Afrique de l’Est.

Ce recensement est une enquête sur les tendances au Royaume-Uni réalisée tous les dix ans afin de fournir une image aussi précise que possible de la composition du pays. Le recensement de 2021 a révélé qu’environ 10% des ménages britanniques comptent aujourd’hui des membres d’au moins deux groupes ethniques différents, soit une augmentation de 8,7%.

Il ressort également de cette étude que le pendjabi et l’urdu sont devenus les cinquième et sixième langues les plus parlées au Royaume-Uni, avec respectivement 291 000 et 270 000 locuteurs, soit environ 1% de la population totale.

Selon le directeur adjoint du recensement, Jon Wroth-Smith, «les données d’aujourd’hui mettent en évidence une société de plus en plus multiculturelle. Le pourcentage de personnes s’identifiant au groupe ethnique “Blanc: Anglais, Gallois, Écossais, Irlandais du Nord ou Britannique", continue de diminuer. Bien que cela reste la réponse la plus courante à la question sur le groupe ethnique, le nombre de personnes s’identifiant à un autre groupe ethnique continue d’augmenter».

«Toutefois, les chiffres varient selon l’endroit où l'on vit. Londres reste la région d’Angleterre la plus diversifiée sur le plan ethnique, avec un peu moins de deux tiers des personnes s’identifiant à un groupe ethnique minoritaire, alors que moins d’une personne sur dix s’identifie ainsi dans le Nord-Est.»

«Cependant, en dépit de la diversité ethnique de la société, neuf personnes sur dix en Angleterre et au Pays de Galles s’identifient toujours à une identité nationale britannique, et près de huit sur dix à Londres.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com