L’Union européenne dénonce le nouveau coup de force au Burkina

Les Djihadistes ont multiplié les attaques meurtrières dans le nord et l'est, où des villes sont désormais soumises à un blocus. Deux convois de ravitaillement ont été attaqués en septembre, avec à chaque fois un bilan lourd. (Photo, AFP)
Les Djihadistes ont multiplié les attaques meurtrières dans le nord et l'est, où des villes sont désormais soumises à un blocus. Deux convois de ravitaillement ont été attaqués en septembre, avec à chaque fois un bilan lourd. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 01 octobre 2022

L’Union européenne dénonce le nouveau coup de force au Burkina

  • Le coup de force « met en danger les efforts engagés depuis plusieurs mois, notamment de la part de la Cédéao, afin d’encadrer la Transition», a déploré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell
  • Le Burkina Faso, un des pays pauvres du Sahel, a connu vendredi son second coup d'Etat en huit mois, mené pour renverser le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch fin janvier

BRUXELLES : L'Union européenne a dénoncé samedi le nouveau coup de force au Burkina Faso et la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans le pays.

Le coup de force "met en danger les efforts engagés depuis plusieurs mois, notamment de la part de la Cédéao, afin d’encadrer la Transition", a déploré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

"L’Union européenne en appelle au respect des engagements pris, qui ont été à la base de l’accord trouvé avec la Cédéao le 3 juillet dernier, afin d’accompagner le Burkina Faso vers un retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024", a-t-il insisté.

"L’Union européenne déplore aussi la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans le pays, et reste aux côtés du peuple burkinabè dans ces moments difficiles", a-t-il ajouté.

Le Burkina Faso, un des pays pauvres du Sahel, a connu vendredi son second coup d'Etat en huit mois, mené pour renverser le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch fin janvier. Le nouvel homme fort est un jeune capitaine de 34 ans, Ibrahim Traoré, chef de l'unité des forces spéciales antijihadistes "Cobra" dans la région de Kaya (nord).

Les Djihadistes ont multiplié les attaques meurtrières dans le nord et l'est, où des villes sont désormais soumises à un blocus. Deux convois de ravitaillement ont été attaqués en septembre, avec à chaque fois un bilan lourd.


Somalie: Attaque en cours d'un hôtel à Mogadiscio, revendiquée par les shebab

Des gens ramassent des débris devant l'hôtel Hayat détruit après un siège meurtrier de 30 heures par des militants d'Al-Shabaab à Mogadiscio (Photo, AFP).
Des gens ramassent des débris devant l'hôtel Hayat détruit après un siège meurtrier de 30 heures par des militants d'Al-Shabaab à Mogadiscio (Photo, AFP).
Short Url
  • De nombreux civils et des responsables politiques ont déjà été secourus et évacués de cet établissement
  • Selon l'ONU, au moins 613 civils ont déjà été tués et 948 blessés dans des violences cette année en Somalie

MOGADISCIO: Une attaque par les shebab d'un hôtel du centre sécurisé de Mogadiscio près du palais présidentiel était en cours dimanche soir, montrant la capacité des islamistes radicaux à continuer de frapper le pouvoir somalien, qui lui a déclaré une "guerre totale".

"Un groupe de combattants shebab a attaqué un hôtel dans le district de Bondhere ce soir (et) les forces de sécurité sont engagées pour les éliminer", a annoncé le porte-parole de la police nationale, Sadik Dudishe, dans un communiqué.

De nombreux civils et des responsables politiques ont déjà été secourus et évacués de cet établissement, le Villa Rose, a-t-il ajouté.

"J'étais près du Villa Rose lorsque deux fortes explosions ont secoué l'hôtel. Il y a eu des tirs nourris. La zone a été bouclée et j'ai vu des gens fuir", a relaté un témoin, Aadan Hussein, depuis Mogadiscio.

Les shebab, groupe affilié à Al-Qaïda qui tente de renverser le gouvernement central somalien depuis 15 ans, ont revendiqué l'attaque.

L'hôtel Villa Rose est un lieu prisé des députés somaliens, située dans la zone centrale sécurisée de Mogadiscio, non loin du bureau du président du pays, Hassan Cheikh Mohamoud.

Sur son site web, le Villa Rose y est décrit comme "l'hébergement le plus sûr de Mogadiscio", avec détecteurs de métaux et haut mur d'enceinte.

La force de l'Union africaine en Somalie (Atmis) a condamné l'attaque et "félicité" sur Twitter "les forces de sécurité somaliennes pour leur réponse rapide afin d'éviter de nouvelles victimes et des dommages matériels".

Attaques en représailles 

Cette nouvelle attaque intervient alors que le président somalien récemment élu, en mai, a décidé d'engager depuis trois mois une "guerre totale" contre les shebab.

L'armée somalienne, soutenue par des clans locaux, par l'Atmis, et avec l'appui de frappes aériennes américaines, leur ont ainsi repris le contrôle de la province de Hiran et de vastes zones du Moyen-Shabelle, dans le centre du pays.

Mais les insurgés ont riposté par une série d'attaques sanglantes, soulignant leur capacité à frapper au cœur des villes et des installations militaires somaliennes.

Le 29 octobre, deux voitures bourrées d'explosifs ont explosé à quelques minutes d'intervalle à Mogadiscio, tuant 121 personnes et en blessant 333 autres. Soit l'attaque la plus meurtrière depuis cinq ans dans ce pays fragile de la Corne de l'Afrique.

Un triple attentat à la bombe à Beledweyne (centre) a aussi fait 30 morts dont des responsables locaux début octobre, et au moins 21 clients d'un hôtel de Mogadiscio ont été tués lors d'un siège de 30 heures en août.

Selon l'ONU, au moins 613 civils ont déjà été tués et 948 blessés dans des violences cette année en Somalie, principalement causées par des engins explosifs improvisés (EEI) attribués aux shebab. Les chiffres les plus élevés depuis 2017, et en hausse de plus de 30% par rapport à l'an dernier.


Des violences éclatent à Bruxelles après le match Maroc-Belgique

Un manifestant tient une fusée rouge en marge de la retransmission en direct du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Belgique et le Maroc, à Bruxelles, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
Un manifestant tient une fusée rouge en marge de la retransmission en direct du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Belgique et le Maroc, à Bruxelles, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Avant même la fin du match, en centre-ville «des dizaines de personnes, dont une partie cagoulée, ont cherché la confrontation avec les forces de l'ordre, ce qui a compromis la sécurité publique», a annoncé la police
  • Elle a fait état d'utilisation de matériel pyrotechnique, de lancers de projectiles, de manifestants armés de bâtons, d'un incendie sur la voie publique et de la destruction d'un feu de signalisation

BRUXELLES: Des violences ont éclaté dimanche à Bruxelles après la victoire du Maroc contre la Belgique à la Coupe du Monde de football, quelques "dizaines de personnes" s'en prenant à du mobilier urbain et aux forces de l'ordre, selon la police.

Avant même la fin du match, en centre-ville "des dizaines de personnes, dont une partie cagoulée, ont cherché la confrontation avec les forces de l'ordre, ce qui a compromis la sécurité publique", a annoncé la police dans un communiqué.

Elle a fait état d'utilisation de matériel pyrotechnique, de lancers de projectiles, de manifestants armés de bâtons, d'un incendie sur la voie publique et de la destruction d'un feu de signalisation.

"Un journaliste a été blessé au visage par des feux d'artifice", toujours selon la police qui a alors décidé d'intervenir avec un canon à eau et des gaz lacrymogène.

Une centaine de policiers, qui ont essuyé des jets de projectiles, étaient mobilisés dans cette intervention.

Les forces de l'ordre ont demandé aux habitants et supporters d'éviter certains quartiers du centre-ville. Des stations de métro ont été fermées et des rues bloquées pour limiter les attroupements.

"Je condamne avec la plus grande fermeté les incidents de cet après-midi. La police est déjà intervenue fermement. Je déconseille donc aux supporters de venir dans le centre-ville. La police engage tous ses moyens pour maintenir l'ordre public", a réagi le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, sur Twitter.

"J'ai donné ordre à la police de procéder à des arrestations administratives des fauteurs de troubles", a-t-il ajouté.


Espagne: des milliers de sympathisants d'extrême droite manifestent contre le gouvernement

Les partisans du parti d'extrême-droite Vox se rassemblent lors d'une manifestation antigouvernementale à Madrid, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les partisans du parti d'extrême-droite Vox se rassemblent lors d'une manifestation antigouvernementale à Madrid, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Aux cris de «Va-t'en Sánchez!», 25 000 personnes selon la police s'étaient données rendez-vous dans le centre de la capitale espagnole, sur la place Colon
  • C'est sur cette même place que la droite et l'extrême droite avaient mobilisé en février 2019, puis en juin 2021, des milliers de personnes, à chaque fois pour dénoncer le dialogue du gouvernement avec les indépendantistes catalans

MADRID: Des dizaines de milliers de sympathisants du parti d'extrême-droite Vox ont manifesté dans plusieurs villes d'Espagne, dont Madrid, pour protester contre le gouvernement de gauche de Pedro Sánchez, un gouvernement "de la trahison, de l'insécurité et de la ruine" selon eux. 

Aux cris de "Va-t'en Sánchez!", 25 000 personnes selon la police s'étaient données rendez-vous dans le centre de la capitale espagnole, sur la place Colon, choisie pour l'immense drapeau espagnol qui y flotte, où ils étaient nombreux à brandir l'étendard national. 

"Nous avons un gouvernement qui gouverne contre les gens, qui baisse les peines de prison pour des crimes, qui désarme la police", a déclaré le président de Vox Santiago Abascal lors de son discours. 

Le leader politique faisait référence à la suppression prochaine du délit de sédition, pour lequel neuf responsables indépendantistes catalans avaient été condamnés en raison de leur rôle dans la tentative de sécession de 2017 de leur région, dans le nord-est du pays. 

La modification du code pénal, qui devrait avoir lieu d'ici la fin de l'année, va encourager, selon l'opposition de droite et d'extrême droite, de nouvelles tentatives de sécession en Catalogne, dans la mesure où celles-ci seraient alors punies bien moins sévèrement. 

Santiago Abascal a également évoqué un "doublement des agressions sexuelles depuis l'arrivée au pouvoir de Sánchez et d'une ministre folle qui fait une loi avec la bénédiction du gouvernement, de la gauche politique et médiatique pour qu'à la fin puissent sortir (de prison) des violeurs et des pédophiles". 

Il faisait là allusion à la loi phare appelée "seul un oui est un oui" contre les violences sexuelles, entrée en vigueur en octobre, qui a globalement durci l'arsenal contre le viol, mais a abaissé les peines pour d'autres types de violences sexuelles. 

Une modification qui a eu pour effet pervers de faire sortir de prison certains condamnés en réduisant leurs peines. 

"Nous sommes gouvernés par des personnes séparatistes, par des gens qui ne veulent pas être espagnols, voilà pourquoi je suis là", a protesté Cesar Peinado, un ancien chauffeur de poids-lourd de 65 ans venu manifester, estimant que le pouvoir "achète des votes". 

"Nous n'en pouvons plus de ce gouvernement, des lois qu'il sort, sans la majorité nécessaire, qui font sortir de prison des terroristes et remettent en liberté des violeurs", a expliqué María Dolores López, une secrétaire de 58 ans. 

C'est sur cette même place que la droite et l'extrême droite avaient mobilisé en février 2019, puis en juin 2021, des milliers de personnes, à chaque fois pour dénoncer le dialogue du gouvernement avec les indépendantistes catalans. 

Minoritaire au Parlement, l'exécutif est contraint depuis sa création de mener d'incessantes négociations avec les indépendantistes catalans ou basques pour s'assurer de leur soutien.