L'Égypte et la Grèce contestent la légitimité du protocole d'accord signé entre la Turquie et la Libye

L'Égypte et la Grèce contestent le protocole d'accord que le gouvernement d'unité nationale libyen et la Turquie ont signé à Tripoli; cet accord prévoit l'exploration du gaz et du pétrole dans les eaux de la Libye. (Reuters/photo d’archive)
L'Égypte et la Grèce contestent le protocole d'accord que le gouvernement d'unité nationale libyen et la Turquie ont signé à Tripoli; cet accord prévoit l'exploration du gaz et du pétrole dans les eaux de la Libye. (Reuters/photo d’archive)
Short Url
Publié le Mercredi 05 octobre 2022

L'Égypte et la Grèce contestent la légitimité du protocole d'accord signé entre la Turquie et la Libye

  • La Turquie soutient le gouvernement d'union nationale, dont la légitimité est contestée par le Parlement libyen
  • M. Salah Issa a par ailleurs averti que la signature de tout protocole d'accord, traité ou accord émanant du régime de Dbeibah «n'engage pas l'État libyen ni le peuple libyen»

LE CAIRE: L'Égypte et la Grèce ont contesté le protocole d'accord que le gouvernement d'unité nationale libyen et la Turquie ont signé à Tripoli. Cet accord prévoit l'exploration du gaz et du pétrole dans les eaux de la Libye.

En Libye, le pouvoir est partagé entre deux administrations rivales. La première est le gouvernement d'union nationale d'Abdel Hamid Dbeibah, qui siège à Tripoli. Ce dernier a refusé de démissionner après l'échec des élections de l'année dernière.

La seconde est dirigée par Fathi Bachagha, qui exerce ses fonctions dans la ville de Benghazi, à l'est du pays, après avoir échoué à établir son gouvernement dans la capitale.

La Turquie soutient le gouvernement d'union nationale, dont la légitimité est contestée par le Parlement libyen.

Lors d'une conférence de presse conjointe des ministres des Affaires étrangères libyen et turc, Najla Mangoush et Mevlut Cavusoglu, ce dernier a annoncé la signature d'un «protocole d'accord pour l'exploration pétrolière et gazière dans les eaux territoriales et sur le sol libyen par des sociétés turco-libyennes».

M. Cavusoglu a précisé que ce protocole d'accord «concernait les deux pays et qu'aucun autre pays n'avait le droit d'interférer». Il a également rappelé que «le pétrole ne manque pas dans son pays» et a déclaré que «les échanges commerciaux entre la Libye et la Turquie se chiffreront à 4 milliards de dollars [1 dollar = 1 euro, NDLR]».

Selon Mme Mangoush, le protocole d'accord sert «les intérêts des deux pays».

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a reçu un appel téléphonique de son homologue grec, Nikos Dendias, pour discuter des questions régionales. Les deux hommes ont affirmé que le gouvernement basé à Tripoli ne disposait pas de l'autorité nécessaire pour conclure des accords internationaux ou des protocoles d'accord, comme l'a indiqué le ministère égyptien des Affaires étrangères.

M. Dendias a écrit ensuite sur Twitter: «J'ai discuté avec mon homologue égyptien, M. Choukri, des derniers événements au sujet de la Libye. Nous nous sommes interrogés sur la légitimité du gouvernement d'union nationale pour signer ce protocole d'accord au nom de la Libye.»

Il a fait savoir qu'il se rendrait au Caire dimanche pour mener une nouvelle série de concertations.

Le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abou Zeid, a affirmé quant à lui que M. Dbeibah ne jouissait pas de l'autorité nécessaire pour conclure de nouveaux accords, notamment ceux qui portent sur l'avenir du peuple libyen et la gestion de ses ressources.

La Grèce «suit attentivement l'évolution de la situation en Libye, notamment le protocole d'accord sur les hydrocarbures conclu entre le gouvernement d'union nationale de Libye et la Turquie. La Grèce détient dans cette zone un droit souverain qu'elle défendra par tous les moyens licites et en toute conformité avec le droit international maritime», souligne de son côté le ministère grec des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ce dernier précise que la Grèce «continuera à sensibiliser ses partenaires et ses alliés au rôle déstabilisateur que joue la Turquie».

Les différends qui opposent l'Égypte à la Grèce d'une part et à la Turquie d'autre part remontent à novembre 2019. À cette époque, le gouvernement turc et le gouvernement d'union nationale libyen ont signé un protocole d'accord qui porte sur la souveraineté des zones maritimes en Méditerranée.

La partie grecque affirme qu’«il convient de rappeler que le protocole d'accord signé en 2019 entre la Turquie et la Libye est illégal, invalide et inexistant. Personne n'a donc le droit de l'invoquer».

Par ailleurs, une délégation turque de haut niveau est arrivée lundi à Tripoli, avec à sa tête Ibrahim Kalin, le conseiller principal du président turc.

Le président de la Chambre des représentants libyenne Aguila Salah Issa a exprimé « le rejet de tout accord, traité ou protocole d'accord conclu par le Premier ministre du Gouvernement d'unité nationale dans la mesure où le mandat de ce dernier expire le 24 décembre 2021 ».

M. Salah Issa a par ailleurs averti que la signature de tout protocole d'accord, traité ou accord émanant du régime de Dbeibah «n'engage pas l'État libyen ni le peuple libyen».

Il a rappelé que la signature des protocoles d'accord doit se faire par l'intermédiaire du chef de l'État, du Parlement ou du gouvernement légitime qui a obtenu la confiance du Parlement, en l'occurrence le gouvernement de Bachagha.

Cette déclaration a été saluée par la Grèce.

De son côté, le gouvernement de Bachagha a assuré qu'il «engagera des consultations immédiates avec ses partenaires nationaux, régionaux et internationaux pour riposter de manière appropriée à ces abus».

Il a dénoncé les agissements du gouvernement d'union nationale, qui «compromet la paix et la sécurité en Libye et dans la région».

Le porte-parole du gouvernement d'union nationale, Mohamed Hammouda, a souligné que le protocole d'accord signé par la Libye et la Turquie renforçait la coopération.

En effet, le marasme politique qui, en Libye, entoure la répartition du pouvoir entre les deux gouvernements a contrarié les efforts visant à tenir des élections nationales. Dans ce contexte, on craint que le pays ne replonge dans le conflit.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les EAU vont lancer un astromobile sur la Lune mercredi

Dans un communiqué, la société japonaise ispace inc. a annoncé avoir terminé l’intégration de son atterrisseur lunaire Hakuto-R Mission 1 dans la fusée Falcon 9 de SpaceX. (Photo fournie)
Dans un communiqué, la société japonaise ispace inc. a annoncé avoir terminé l’intégration de son atterrisseur lunaire Hakuto-R Mission 1 dans la fusée Falcon 9 de SpaceX. (Photo fournie)
Short Url
  • Mercredi 30 novembre, l’astromobile Rashid décollera de la station spatiale de Cap Canaveral, en Floride
  • Si la mission lunaire est couronnée de succès, les EAU seront le quatrième pays à se poser sur la Lune

DUBAÏ: Les Émirats arabes unis (EAU) ont achevé les derniers préparatifs pour lancer leur astromobile sur la Lune dans le cadre de la première mission lunaire du monde arabe, a-t-il été annoncé mardi.

Le mercredi 30 novembre, l’astromobile Rashid décollera de la station spatiale de Cap Canaveral, en Floride (États-Unis), pour entamer un voyage de cinq mois vers la Lune.

Dans un communiqué, la société japonaise ispace inc. a annoncé avoir terminé l’intégration de son atterrisseur lunaire Hakuto-R Mission 1 dans la fusée Falcon 9 de SpaceX. «Nous sommes heureux d’avoir terminé la première phase de la Mission 1 avec les derniers préparatifs avant le lancement», a déclaré Takeshi Hakamada, fondateur et PDG d’ispace.

«Pour ce faire, nous avons utilisé un modèle de conception et de développement qui a permis d’équilibrer la fiabilité et les faibles coûts en utilisant des technologies éprouvées et des composants provenant du monde entier», a-t-il ajouté.

Le Centre spatial Mohammed ben Rachid (MBRSC) a invité les téléspectateurs du monde entier à assister au lancement en direct à 12h39, heure des EAU (GMT+4). L’astromobile se posera sur la «surface lunaire inexplorée du cratère Atlas, sur le bord extérieur sud-est de Mare Frigoris («mer du froid»)» en avril 2023, selon le centre.

«Les critères du site cible ont été soigneusement étudiés par l’équipe de la Mission lunaire des Émirats, notamment la durée de l’illumination solaire continue et la visibilité des communications depuis la Terre», a précisé le MBRSC dans un communiqué. Une fois lancé, le vaisseau spatial intégré empruntera une route à faible énergie vers la Lune plutôt qu’une route directe.

Si la mission lunaire est couronnée de succès, les EAU seront le quatrième pays à se poser sur la Lune.

L’astromobile Rashid, qui pèse 10 kg, étudiera les propriétés du sol lunaire, la mobilité sur la surface lunaire, la pétrographie et la géologie de la Lune, le mouvement de la poussière, ainsi que l’état du plasma de surface et la gaine photoélectronique de la Lune.

Il enverra des données et des images vers la Terre, en utilisant deux caméras haute résolution: une microscopique et une thermique, selon l’équipe de la mission.

Cette mission lunaire est la dernière initiative des EAU en matière d’exploration spatiale. En février 2021, le pays est entré dans l’histoire en faisant atterrir sa sonde Hope sur Mars, devenant ainsi la première nation arabe à lancer une mission sans pilote vers la planète rouge.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les réfugiés syriens, incités à rentrer chez eux, font face à un avenir incertain

Environ 5,6 millions de Syriens déplacés ont fui vers l’étranger. (AFP)
Environ 5,6 millions de Syriens déplacés ont fui vers l’étranger. (AFP)
Short Url
  • Des pays comme le Liban, la Turquie et le Danemark, en proie à des crises économiques et à la montée des sentiments anti-immigrés, multiplient les initiatives pour que les Syriens rentrent chez eux
  • Malgré l’accumulation de preuves qui montrent que le régime continue de cibler des civils qu’il considère comme des dissidents, plusieurs pays désirent normaliser les relations avec Bachar al-Assad

DUBAÏ: Quand, en 2013, Amir a quitté Homs, sa ville natale, située dans l’ouest de la Syrie et ravagée par la guerre, il pensait qu’il partait pour un endroit qui lui offrirait, ainsi qu’à sa famille, une sécurité durable et qui lui servirait de refuge contre la guerre civile qui dévastait son pays.

Emballant les quelques effets personnels que les bombardements incessants du régime avaient épargnés, Amir est monté à bord d’un bus à destination du Liban avec sa sœur, Alia, et le bébé de cette dernière, Omar. Tous trois se sont installés dans un camp, au sein du village d’Arsal, à Baalbek.

«Mon frère est un homme fier», confie Alia, qui se trouve dans sa maison d’adoption, au Liban, à Arab News. «Après la mort de nos parents, ensevelis sous les décombres, il a décidé de tout faire pour subvenir à nos besoins et élever mon fils, Omar.»

Ainsi, Amir et sa famille ont rejoint les rangs des millions de Syriens déplacés par la guerre civile. La majorité d’entre eux se sont installés dans les pays voisins – en Turquie, au Liban, en Jordanie et en Irak –, tandis que d’autres ont élu domicile en Europe ou ailleurs dans le monde.

Ce qui a commencé en 2011 comme un mouvement de protestation pacifique qui réclamait de plus grandes libertés civiques est rapidement devenu l’un des conflits les plus sanglants du monde – les morts se comptant par centaines de milliers.

image 4
Environ treize millions de personnes ont été déplacées par la guerre. (AFP)

Cent mille autres personnes ont disparu, sans doute enlevées par des agents des services de sécurité pour être torturées et tuées dans les prisons de Bachar al-Assad. À ce jour, environ treize millions de personnes ont été déplacées par la guerre, parmi lesquelles 5,6 millions ont fui vers l’étranger.

Aujourd’hui, un grand nombre des pays qui avaient offert un abri aux réfugiés ont élaboré des plans pour renvoyer leurs invités syriens, volontairement ou de force, malgré les avertissements lancés par des organismes d’aide ainsi que par les réfugiés eux-mêmes, pour lesquels la Syrie reste un pays dangereux et en proie à la pauvreté.

Ces derniers sont considérés par le régime d’Al-Assad et par ses partisans comme des traîtres et des dissidents. Les observatoires des droits de l’homme ont identifié des cas de rapatriés harcelés, détenus sans inculpation, torturés et même portés disparus.

Néanmoins, des pays comme le Liban, la Turquie et le Danemark, qui sont aux prises avec leurs propres pressions économiques et la montée des sentiments anti-immigrés, multiplient les initiatives pour que les Syriens rentrent chez eux, affirmant que la guerre civile est désormais terminée.

En 2021, le Danemark a adopté une politique «zéro demandeur d’asile», ce qui a entraîné la révocation du statut de résident pour de nombreux Syriens qui s’y étaient installés depuis 2015, tandis que d’autres ont été renvoyés vers des centres d’expulsion.

Le gouvernement intérimaire du Liban, touché de plein fouet par la crise, a du mal à subvenir aux besoins de son peuple. En octobre dernier, il a annoncé son propre plan de rapatriement dans le but de renvoyer quinze mille réfugiés chez eux chaque mois.

Selon les différents rapports, la situation n’est guère différente en Turquie. On raconte ainsi sur les réseaux sociaux les histoires de réfugiés contraints de signer des formulaires de retour volontaire.

Selon les rapports du groupe de défense intitulé «Syriens pour la vérité et la justice», basé en France, les Syriens conduits au poste-frontière de Bab al-Salama par les autorités turques sont classés comme «rapatriés volontaires», bien qu’il s’agisse d’un poste contrôlé par le régime.

Les rapatriés – volontaires ou non – sont souvent victimes de harcèlement, d’extorsion, de recrutement forcé, de torture et d’arrestation arbitraire par le régime dès leur arrivée, indépendamment de leur âge ou de leur genre.

Mazen Hamada, militant très en vue qui a survécu à la torture, a raconté des horreurs qu’il a vécues dans les prisons du régime syrien. Le monde a été déconcerté lorsqu’il a appris qu’il avait décidé de retourner à Damas en 2020.

M. Hamada, qui a longtemps parlé de ses troubles mentaux après sa libération et de sa solitude en exil, est retourné en Syrie à partir des Pays-Bas en vertu d’un accord d’amnistie censé garantir sa liberté.

Cependant, lors de son arrivée à Damas, en février 2020, M. Hamada a été arrêté et on est sans nouvelles de lui depuis.

L’année dernière, l’observatoire des droits de l’homme Amnesty International a publié un rapport, intitulé «Vous vous dirigez vers votre mort», qui documente de graves violations commises par des agents des services de renseignement du régime contre soixante-six rapatriés, dont treize enfants.

image 4
Cent mille personnes auraient disparu, sans doute enlevées par des agents des services de sécurité pour être torturées et tuées dans les prisons de Bachar al-Assad. (AFP)

Cinq rapatriés sont morts en détention, tandis que le sort de dix-sept autres est toujours inconnu. Quatorze cas d’agressions sexuelles – dont sept concernent des viols – ont également été perpétrés contre cinq femmes, un adolescent et une fillette de 5 ans.

Voices for Displaced Syrians, un autre groupe de défense d’Istanbul, a publié une étude en février dernier intitulée «Est-il prudent de retourner en Syrie? Le point de vue des rapatriés». Elle se base sur des entretiens menés auprès de trois cents individus, des rapatriés et des personnes déplacées dans quatre gouvernorats.

Leurs récits décrivent des violations extrêmes des droits de l’homme, des abus physiques et psychologiques ainsi qu’un manque de protection juridique. 41% des personnes interrogées sont volontairement retournées en Syrie, tandis que 42% affirment y être revenues par nécessité en raison des mauvaises conditions de vie dans leur pays d’accueil et de leur désir de retrouver leur famille.

Au sujet de la manière dont elles ont été traitées à leur arrivée, 17% des personnes interrogées affirment avoir été des victimes ou des témoins d’arrestations arbitraires, 11% évoquent des actes de harcèlement et de violence physique infligés à elles-mêmes ou à un membre de leur famille et 7% ont choisi de ne pas répondre.

Quant aux déplacés internes, 46% déclarent qu’eux-mêmes ou des proches ont été arrêtés, 30% parlent de sévices corporels et 27% avouent avoir été persécutés en raison de leurs origines et de leur lieu de naissance. Beaucoup ont également signalé des difficultés à récupérer leurs biens.

image 4
Au sujet de la manière dont elles ont été traitées à leur arrivée, 17% des personnes interrogées affirment avoir été des victimes ou des témoins d’arrestations arbitraires et 11% évoquent des actes de harcèlement et de violence physique infligés à elles-mêmes ou à un membre de leur famille. (AFP)

Malgré l’accumulation de preuves qui montrent que le régime continue de cibler les civils qu’il considère comme des dissidents, plusieurs pays désirent normaliser les relations avec Bachar al-Assad, font pression pour le réintégrer dans le giron arabe et rouvrent leurs ambassades à Damas.

Pour les proches des rapatriés qui sont portés disparus, ces initiatives s’apparentent à une trahison.

Amir, qui est finalement retourné volontairement en Syrie, semble avoir subi le même sort que le militant Hamada. Las de vivre au Liban dans la pauvreté et loin de sa famille, il est retourné dans son pays en octobre 2021 et n’a plus donné de nouvelles depuis.

«La vie au Liban est devenue insupportable. Amir revenait humilié chaque fois qu’il quittait la maison», confie sa sœur Alia à Arab News.

Après avoir vécu un moment à Arsal dans une tente fournie par le Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR), Amir et sa famille ont finalement réussi à acquérir une petite maison avec une seule chambre près des camps. Alia affirme que rassembler suffisamment d’argent pour payer le loyer représente un combat de tous les instants.

La plupart des réfugiés ne sont pas en mesure d’obtenir un emploi stable en raison de l’absence de papiers officiels, ce qui, dans des circonstances normales, leur accorderait la résidence et faciliterait un revenu stable. Amir, comme beaucoup d’hommes qui sont en âge de travailler autour de lui, a eu recours à un travail manuel acharné.

Ceux qui tentent de trouver du travail dans les grandes villes risquent d’être arrêtés aux postes de contrôle libanais, emprisonnés et expulsés en raison de leur séjour illégal dans le pays.

Depuis la disparition d’Amir, Alia est obligée de se contenter d’un seul revenu; elle travaille comme femme de ménage.

image 4
Ce qui a commencé en 2011 comme un mouvement de protestation pacifique qui réclamait de plus grandes libertés civiques est rapidement devenu l’un des conflits les plus sanglants du monde. (AFP)

«Il ne supportait plus que certains de ses employeurs le traitent comme un enfant, sans compter les remarques dégradantes qu’il entendait parfois», souligne Alia.

«Cela m’arrive aussi, mais je préfère ne rien dire. Je ne peux pas me permettre de me défendre. Il a voulu tenter sa chance en retournant en Syrie dans l’espoir de nous trouver une place et de nous garantir un retour vers quelque chose de plus familier.»

Elle dit avoir supplié son frère de ne pas retourner au pays dans la mesure où elle connaissait personnellement de nombreux réfugiés qui avaient été maltraités lors de leur retour en Syrie. Certains d’entre eux ont été détenus en prison jusqu’à ce qu’ils soient libérés sous caution, tandis que d’autres ont disparu.

«Mais il ne voulait rien entendre. Cela fait plus d’un an qu’il est parti et je n’ai plus aucune nouvelle», déplore Alia ?

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Mondial: Tunisie-France, entre rotation et dynamique

«On a une occasion en or de se racheter, de réaliser quelque chose de grand», a souligné le défenseur de Lorient Montassar Talbi, qui compte sur les nombreux supporters tunisiens venus au Qatar pour porter les Tunisiens, qui n'ont toujours pas marqué en deux matches. (Photo, AFP)
«On a une occasion en or de se racheter, de réaliser quelque chose de grand», a souligné le défenseur de Lorient Montassar Talbi, qui compte sur les nombreux supporters tunisiens venus au Qatar pour porter les Tunisiens, qui n'ont toujours pas marqué en deux matches. (Photo, AFP)
Short Url
  • La France doit tout de même sécuriser la première place du groupe D. Un match nul lui suffira, voire une défaite si l'Australie ne remporte pas une large victoire contre le Danemark à la même heure
  • De l'autre côté du terrain, les Aigles de Carthage débarquent avec les serres aiguisées

DOHA: Sa qualification déjà en poche, l'équipe de France affronte la Tunisie mercredi (16h00) avec une "dynamique" à entretenir et des remplaçants à concerner, avant de basculer sur un huitième de finale de Mondial à l'affiche encore indécise. 

Avant les matches-couperet, les "coiffeurs" sont dans les starting-blocks ! Ce surnom ingrat désignant les remplaçants est de sortie, au stade Education City de l'ouest de Doha. Après deux victoires probantes contre l'Australie (4-1) et le Danemark (2-1), les Bleus ont le luxe de pouvoir faire tourner. 

La France doit tout de même sécuriser la première place du groupe D. Un match nul lui suffira, voire une défaite si l'Australie ne remporte pas une large victoire contre le Danemark à la même heure. 

Mais au-delà du classement, il faut surtout prolonger l'euphorie d'une entame de tournoi prometteuse. 

"Le fait d'avoir cette tranquillité-là, comme le Brésil et le Portugal (qualifiés également), laisse un peu plus de marge. Mais il ne faut en aucun cas galvauder ce troisième match. La dynamique est importante en interne", a affirmé le sélectionneur Didier Deschamps, resté très secret mardi sur l'étendue de sa rotation. 

D'ordinaire peu mystérieux sur l'identité de son gardien titulaire en veille de match, il a même laissé planer le flou à ce poste, alors que le capitaine Hugo Lloris vise une 142e sélection qui ferait de lui l'égal de Lilian Thuram en haut du classement des Bleus les plus capés de l'histoire. 

L'égo de Mbappé 

"Il est important de garder un certain esprit dans l'équipe et dans le groupe", avait affirmé Lloris dès samedi, sans vouloir s'avancer. Sa doublure Steve Mandanda, le "grand frère" du groupe France, se tient prêt pour un deuxième match en grande compétition, après sa titularisation contre le Danemark au Mondial-2018, dans un contexte similaire sans grand enjeu comptable (0-0). 

De l'autre côté du terrain, les Aigles de Carthage débarquent avec les serres aiguisées. 

L'unique point pris en deux matches par les partenaires de Youssef Msakni contraint la Tunisie à créer l'exploit pour avoir une chance d'atteindre les huitièmes de finale, en espérant un faux pas de l'Australie face au Danemark. 

"On a une occasion en or de se racheter, de réaliser quelque chose de grand", a souligné le défenseur de Lorient Montassar Talbi, qui compte sur les nombreux supporters tunisiens venus au Qatar pour porter les Tunisiens, qui n'ont toujours pas marqué en deux matches. 

La France, au contraire, compte six buts en deux matches, dont trois signés Kylian Mbappé, en quête du trophée de meilleur buteur du tournoi. 

Sera-t-il aligné d'entrée mercredi? "Kylian n'a pas d'égo... Enfin, évidemment il est important, mais il s'est toujours inscrit dans un cadre collectif", a balayé Deschamps, qui l'avait préservé face au Danemark il y a quatre ans. Mais "Kyky" n'était pas encore, à l'époque, la superstar insatiable qu'il est devenu. 

Retrouvailles avec Messi ? 

De nombreux changements sont tout de même attendus. En défense, la menace de suspension qui plane sur Jules Koundé, averti contre le Danemark, plaide pour une mise au repos du Barcelonais au profit de Benjamin Pavard. Après deux titularisations, Dayot Upamecano pourrait laisser sa place à l'un des nombreux défenseurs centraux de l'effectif, comme Ibrahima Konaté ou William Saliba. 

L'encadrement devra aussi faire un choix pour Raphaël Varane qui a besoin de rythme après avoir été sur le flanc pendant cinq semaines, et pour Theo Hernandez, seul arrière gauche de la liste. Testé à ce poste à l'entraînement, Eduardo Camavinga est prêt à dépanner. 

Youssouf Fofana, Jordan Veretout et Mattéo Guendouzi espèrent eux aussi un peu de temps de jeu au milieu, comme Marcus Thuram et Kingsley Coman en attaque. "J'espère que je vais débuter", a glissé le joueur du Bayern Munich. 

Les Bleus veulent surtout préparer au mieux le "deuxième tournoi" qui les attend à partir des huitièmes, avec un adversaire encore inconnu et de possibles retrouvailles avec l'Argentine de Lionel Messi, comme en 2018, un match référence du Mondial russe (4-3). 

"Les huitièmes de finale, c'est là où il y a les meilleures équipes dans la Coupe du monde. Tu n'as pas le droit de te cacher", a pointé le milieu Aurélien Tchouaméni. "Quoi qu'il arrive, au bout d'un moment, tu joueras de grandes équipes donc Argentine, Pologne, Mexique, on sera prêt".