Annexion, sanctions: les prix du blé au rythme de la guerre en Ukraine

Des agriculteurs récoltent un champ de blé dans la vallée de Shiraqi en Géorgie, à environ 150 km de la capitale Tbilissi, le 20 juillet 2022 (Photo, AFP).
Des agriculteurs récoltent un champ de blé dans la vallée de Shiraqi en Géorgie, à environ 150 km de la capitale Tbilissi, le 20 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 05 octobre 2022

Annexion, sanctions: les prix du blé au rythme de la guerre en Ukraine

  • La tonne de blé tendre, qui avait grimpé jusqu'à plus de 356 euros fin septembre est redescendue autour de 348 euros mercredi en séance sur Euronext
  • A la Bourse de Chicago, peu avant l'ouverture, le boisseau de blé de variété SRW (environ 27 kg) était en légère baisse à 8,9669 dollars

PARIS: Les cours du blé, élevés, restent largement dictés par l'évolution du conflit en Ukraine, des déclarations russes aux sanctions européennes, dans un marché incertain miné par la crise énergétique.

Le président russe Vladimir Poutine a signé mercredi la loi d'annexion des régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia. Une annexion illégale selon l'Union européenne, qui a annoncé dans la matinée de nouvelles sanctions contre la Russie.

Blé annexé 

Après la mobilisation "partielle" annoncée par Moscou, ces derniers développements n'ont pas fondamentalement changé la donne sur les marchés.

"On navigue à vue. On achète la rumeur et on vend les faits. Les prix étaient fortement remontés avec les menaces nucléaires, mais l'avancée ukrainienne se poursuit sans escalade militaire côté russe. Dans les faits, le blé continue de sortir de la mer Noire", a expliqué à l'AFP Damien Vercambre, courtier chez Inter-Courtage.

Toutefois, demeure un facteur de hausse pour la céréale: la révision à la baisse des estimations de production américaine de blé, le ministère de l'Agriculture (USDA) tablant sur un tassement de la demande, dans un contexte de marasme économique.

La tonne de blé tendre, qui avait grimpé jusqu'à plus de 356 euros fin septembre est redescendue autour de 348 euros mercredi en séance sur Euronext, au même niveau qu'il y a trois mois. A la Bourse de Chicago, peu avant l'ouverture, le boisseau de blé de variété SRW (environ 27 kg) était en légère baisse à 8,9669 dollars.

Dans un contexte géopolitique incertain, se pose la question du statut du blé sortant des régions annexées, qui représentaient avant la guerre 20% de la production ukrainienne de blé (selon l'USDA).

Bien que Moscou ait remis à plus tard la délimitation des frontières des territoires annexés - qu'il ne contrôle pas entièrement -, le ministre russe de l'Agriculture Dmitri Patrouchev a déclaré mardi que la récolte de blé allait être relevée de 5 millions de tonnes à la suite de l'incorporation des quatre régions.

Quel que soit son pavillon, les observateurs estiment que ce blé trouvera acheteur, notamment dans des pays où peut sévir la faim, du Yémen au Soudan.

Quid du corridor? 

L'annexion elle-même n'a eu "à ce stade" aucun effet, selon Andrey Sizov du cabinet SovEcon, qui souligne que ces dernières semaines les exportations se sont accélérées, atteignant un million de tonnes pour le blé russe comme pour le blé ukrainien, via le corridor maritime ouvert le 1e août.

Ce corridor a permis à Kiev d'exporter par bateaux plus de 6 millions de tonnes de produits agricoles, selon le site officiel des Nations unies.

L'accord sur ce corridor, signé en juillet entre l'Ukraine et la Russie, mais critiqué par Moscou, expirera fin novembre. Il a surtout permis d'exporter du maïs, issu de stocks ukrainiens, et plus récemment de plus en plus de blé, provenant de la nouvelle récolte.

"Malgré toutes les critiques de Poutine, l'accord est toujours là. La Russie ne bombarde pas les infrastructures de grains à Odessa (premier port ukrainien). Si l'accord arrivait à échéance demain, la probabilité d'un renouvellement serait assez élevé, selon nous", a déclaré à l'AFP Andrey Sizov.

Pour Gautier Le Molgat, du cabinet Agritel, le marché a besoin du blé russe: "Si les Russes ne sont pas là pour calmer la demande, les prix vont être élevés, car les réserves européennes et américaines ne sont pas énormes".

Andrey Sizov estime que les exportations russes de blé atteindront environ 40 millions de tonnes pour 2022-23 (42 millions selon l'USDA). Il juge que Moscou aurait pu faire mieux sans un démarrage poussif, du fait de difficultés de paiement liées aux sanctions imposées à de nombreux acteurs du système financier russe, mais aussi aux taxes imposées par l'Etat aux exportateurs russes.

Par ailleurs, à la veille de l'hiver, la hausse du pétrole soutient les cours du maïs américain - dont près de la moitié est convertie en éthanol - et du colza, valorisé en biodiesel.

Une tendance fragile alors que la demande semble se tasser au niveau mondial, notamment concernant l'alimentation animale, avec le retour de la grippe aviaire en Europe et la baisse de consommation générale anticipée par l'USDA, relève Agritel.


Primark va créer 800 emplois en France et ouvrir 7 nouveaux magasins

Primark, qui appartient au groupe britannique Associated British Foods (ABF), a réalisé 7,7 milliards de livres sterling (8,9 milliards d'euros) de chiffre d'affaires lors de son exercice 2021-2022 (Photo, Twitter).
Primark, qui appartient au groupe britannique Associated British Foods (ABF), a réalisé 7,7 milliards de livres sterling (8,9 milliards d'euros) de chiffre d'affaires lors de son exercice 2021-2022 (Photo, Twitter).
Short Url
  • Au total, la marque va investir 100 millions d'euros et se déployer sur 29 000 mètres carrés de surface de vente supplémentaires
  • Implanté depuis 10 ans en France, Primark possède actuellement 20 magasins, employant 5 820 salariés, pour une surface de vente de 100 000 mètres carrés

PARIS: La chaîne de vêtements à bas prix Primark a annoncé lundi un "plan de croissance ambitieux" pour la France, avec l'ouverture programmée de sept nouveaux magasins, une extension à Lyon et la création de 800 emplois.

L'enseigne va ouvrir ces sept nouveaux magasins entre fin 2022 et fin 2023 (à Brest, Nantes, Angers, Rouen, Mulhouse, Saint-Etienne et Grenoble). Le groupe va aussi étendre sa surface de vente à Lyon, au sein du centre commercial de la Part-Dieu, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Au total, la marque va investir 100 millions d'euros et se déployer sur 29 000 mètres carrés de surface de vente supplémentaires.

Implanté depuis 10 ans en France, Primark possède actuellement 20 magasins, employant 5 820 salariés, pour une surface de vente de 100 000 mètres carrés, a détaillé sa directrice générale France, Christine Loizy.

Dans le monde, l'enseigne entend passer de 409 magasins actuellement à 536 magasins d'ici à septembre 2026. Elle emploie au total plus de 70 000 personnes dans 14 pays en Europe et aux Etats-Unis.

Primark, qui appartient au groupe britannique Associated British Foods (ABF), a réalisé 7,7 milliards de livres sterling (8,9 milliards d'euros) de chiffre d'affaires lors de son exercice 2021-2022, soit un bond de 43% sur un an.

Interrogée sur une éventuelle répercussion de l'inflation sur le coût des marchandises, Christine Loizy a admis que "sur la collection hiver adultes" au niveau mondial, le groupe a "été obligé, pour certains produits, d'augmenter les prix (...) de 3 à 4% environ".

La directrice générale a toutefois souligné que "pour plus de 1 000 références" de l'habillement enfants, les prix n'avaient pas varié, afin de ne pas pénaliser les familles au moment de la rentrée.


Menace de grève pour Noël chez easyJet France après l'échec de négociations

Cette photographie prise à Genève le 28 juillet 2022 montre des avions de la compagnie aérienne à bas prix EasyJet (Photo, AFP).
Cette photographie prise à Genève le 28 juillet 2022 montre des avions de la compagnie aérienne à bas prix EasyJet (Photo, AFP).
Short Url
  • Aucun préavis de grève n'a encore été formellement déposé, mais les syndicats des hôtesses et stewards et la direction se sont séparés jeudi dernier sur un échec des négociations annuelles obligatoires
  • EasyJet France reste «toujours dans une logique de dialogue», a affirmé son directeur général Bertrand Godinot

PARIS: Des syndicats de la filiale française d'easyJet menacent d'une grève pendant la période des fêtes pour obtenir des hausses de salaires et la direction de la compagnie s'est dite lundi prête à continuer à discuter afin d'éviter des annulations de vols.

Aucun préavis de grève n'a encore été formellement déposé, mais les syndicats des hôtesses et stewards et la direction se sont séparés jeudi dernier sur un échec des négociations annuelles obligatoires (NAO), a expliqué à l'AFP William Bourdon, délégué du Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNC-FO).

Selon lui, alors que l'intersyndicale formée avec l'Union des navigants de l'aviation civile (Unac) réclame des augmentations en rapport avec l'inflation, ce que propose la compagnie est "en dessous de 6%" pour la rémunération totale, comprenant parts fixes et variables.

Et "dans le même temps", a assuré M. Bourdon, "la compagnie a choisi de changer d'assureur sur notre prévoyance santé". "Les augmentations de cotisations qu'on va subir en janvier du fait de ces mauvais choix-là ne seront pas compensées. (...) Sur la prévoyance, on a +94%".

Après l'échec des NAO, s'est ouvert lundi un "processus de résolution de conflit" entre direction et syndicats, mais M. Bourdon s'est dit pessimiste quant à l'issue de ces discussions: "c'est mal engagé".

Jeudi, le SNPNC avait mis en garde contre "un risque très important d'arrêt de travail du personnel navigant commercial pendant les fêtes de fin d'année" et "exhort(é) la direction à reconsidérer sa position".

EasyJet France reste "toujours dans une logique de dialogue", a affirmé lundi à l'AFP son directeur général Bertrand Godinot, même si "on est très déçus que le SNPNC menace publiquement de prendre les clients en otage pour les fêtes alors que les discussions sont toujours en cours".

Pour lui, lors des NAO, les syndicats de navigants en France "se sont vu proposer (...) une offre très compétitive et supérieure à l'inflation moyenne lors des 12 derniers mois, et malheureusement cette offre a été rejetée".

Il a estimé que les demandes syndicales "étaient sans doute assez déconnectées de la réalité économique de l'entreprise" alors qu'"on vient de vivre la plus grande crise de notre histoire, on a perdu de l'argent sur les trois années précédentes, on est toujours dans une situation fragile".

"Évidemment, on fait le maximum pour éviter toute grève qui impacterait nos clients", a promis M. Godinot.


Inflation, prix de l'énergie, ces menaces qui pèsent sur les fromages grecs

Le berger Yannis Karganis trait ses animaux dans sa ferme sur l'île égéenne de Naxos, le 11 novembre 2022. (AFP).
Le berger Yannis Karganis trait ses animaux dans sa ferme sur l'île égéenne de Naxos, le 11 novembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Au moment où la Grèce se débat avec une inflation qui a grimpé à 12% en septembre avant de refluer légèrement en octobre (9,1%), de lourdes menaces pèsent sur un secteur agricole qui emploie 11% de la population active
  • Dans tout le pays, la détresse sociale monte face à l'envolée des prix de l'énergie notamment: une grève générale pour dénoncer la vie chère a paralysé la Grèce début novembre

NAXOS : Derrière sa ferme dévorée par les bougainvilliers, le Grec Yannis Karganis trait ses brebis en broyant du noir. Assommé par la flambée des prix, cet agriculteur de l'île grecque de Naxos craint désormais pour la survie de sa petite fromagerie.

"Je ne gagne rien avec mes fromages. Je travaille jour et nuit et malgré cela, je ne peux pas vivre", se désole ce septuagénaire qui produit chaque année deux tonnes de gravièra de Naxos, un fromage réputé dans toute la Grèce et au-delà.

"L'an dernier, nous achetions le sac de semences 14 euros. Cette année, c'est 21 euros. Le prix de l'essence est monté en flèche, à 2,30 euros le litre en ce moment", souffle dans son verre de raki cet agriculteur, une tignasse poivre-et-sel dressée sur un visage ridé comme un pruneau.

Sur cette île agricole de l'archipel des Cyclades, comme dans le reste du pays, éleveurs et fromagers sont à cran.

Au moment où la Grèce se débat avec une inflation qui a grimpé à 12% en septembre avant de refluer légèrement en octobre (9,1%), de lourdes menaces pèsent sur un secteur agricole qui emploie 11% de la population active.

Détresse sociale

Dans tout le pays, la détresse sociale monte face à l'envolée des prix de l'énergie notamment: une grève générale pour dénoncer la vie chère a paralysé la Grèce début novembre.

Si rien ne change, "à moyen terme, il n'y aura plus de lait sur le marché grec, ni de viande, ni de pommes de terre, ni rien qui provienne du secteur" agricole, prophétise Dimitris Kapounis, le président de l'Union des coopératives agricoles de Naxos (EAS).

Petit ou gros producteur, la crise touche tout le monde sur cette île aux traditions rurales bien enracinées.

Avec sa pâte dure et son fort caractère, le gravièra, composé à 80% de lait de vache et à 20% de lait de brebis ou de chèvre, dispose du précieux label européen AOP (Appellation d'origine protégée).

Les Grecs l'aiment saupoudré sur les pâtes, frit ou en fromage de table. Il s'exporte aussi dans une dizaine de pays, des Etats-Unis à l'Allemagne.

Cette année, la production de plus de 1 250 tonnes par an accuse déjà une chute de 130 tonnes.

En cause? Le manque de lait dû notamment à la hausse des prix de la nourriture pour animaux provoquée par la guerre en Ukraine d'où sont importées les céréales et les coûts de transport élevés dus eux aussi au conflit en cours.

Abattus

Au bout d'une route de montagne aux flancs râpés avec vue plongeante sur la mer Égée, le berger Yannis Vavoulas, les yeux sur son troupeau, livre lui aussi ses tourments.

"Nous ne nourrissons pas (les bêtes) comme nous le devrions", explique cet homme de 42 ans. "Nous les nourrissons 2 ou 3 fois (par jour mais) avec peu de nourriture" donc les bêtes produisent moins de lait.

La crise est si aigüe que certains éleveurs ont dû abattre une partie de leur cheptel, réduisant encore la production de lait.

Yorgos Margaritis, qui élève 250 vaches, a déjà pris cette décision douloureuse. "Tous ces animaux que vous voyez auraient dû être inséminés" pour vêler. "Ils seront abattus".

A la rentrée, le gouvernement a bien ficelé un paquet d'aides d'urgence de 280 millions d'euros pour plus de 10 000 jeunes agriculteurs. Mais elles n'ont pas mis un terme à l'angoisse qui ronge les agriculteurs.

"Si les producteurs de lait ne sont pas aidés pour qu'au moins la production de fromage vers l'Europe soit maintenue, alors nous sommes tous perdus", se lamente dans son hâloir Yannis Kavouras, 56 ans, à la tête de la plus grosse fromagerie de Naxos.

Et impossible de faire venir du lait d'autres régions. La fabrication du gravièra AOP répond à un cahier des charges rigoureux.

Et les coûts de transport pour faire venir des marchandises du continent s'avèrent prohibitifs. Il faut plus de 5 heures de bateau pour relier le port du Pirée près d'Athènes à Naxos.

"Si les producteurs n'apportent plus de lait, qu'est-ce que je vais utiliser?", lance-t-il, une charlotte enfoncée sur la tête. "De l'eau?".