La Corée du Nord tire encore deux missiles et blâme Séoul et Washington

De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
Short Url
Publié le Jeudi 06 octobre 2022

La Corée du Nord tire encore deux missiles et blâme Séoul et Washington

  • Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon
  • Pour la Chine, les essais de missiles par Pyongyang sont «étroitement liés» aux exercices militaires américano-sud-coréen

SÉOUL: La Corée du Nord a lancé jeudi deux nouveaux missiles balistiques et a qualifié ces essais d'armes de "justes mesures de rétorsion" contre Washington et Séoul et leurs exercices militaires dans la région.

Les nouveaux tirs sont intervenus au moment où, à New York, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunissait pour évoquer le lancement d'un autre missile nord-coréen qui avait survolé le Japon deux jours plus tôt.

Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon. Les gardes-côtes japonais ont confirmé avoir détecté ces projectiles.

Ce sixième lancement en moins de deux semaines, est "absolument inacceptable", a aussitôt réagi le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Mardi, un missile de type Hwasong-12 avait survolé le Japon et parcouru environ 4 600 km, soit probablement la distance la plus longue jamais atteinte par Pyongyang dans le cadre de ses essais, selon Séoul et Washington.

C'était la première fois en cinq ans qu'un projectile nord-coréen passait au-dessus du territoire japonais.

La Corée du Nord, qui a adopté en septembre une nouvelle doctrine rendant "irréversible" son statut de puissance nucléaire, a intensifié cette année ses tirs et a lancé un missile balistique intercontinental (ICBM) pour la première fois depuis 2017.

Ces tirs constituent "les justes mesures de rétorsion de l'Armée populaire coréenne contre les manoeuvres militaires conjointes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis qui provoquent une escalade des tensions militaires dans la Péninsule coréenne", a déclaré jeudi le ministère nord-coréen dans un communiqué.

À la suite du lancement de mardi, Washington avait appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Mais la Chine, alliée et partenaire économique de la Corée du Nord, y a blâmé elle aussi les Etats-Unis.

La Chine blâme Washington

Les essais de missiles par Pyongyang sont "étroitement liés" aux exercices militaires américano-sud-coréens, a déclaré devant le Conseil l'ambassadeur chinois adjoint auprès des Nations unies, Geng Shuang.

Il a accusé Washington d'"empoisonner l'environnement de sécurité régional".

Séoul, Tokyo et Washington ont multiplié les manoeuvres militaires conjointes ces dernières semaines, notamment des exercices de lutte anti-sous-marine et des manoeuvres navales à grande échelle.

Mercredi, la Corée du Sud et les Etats-Unis avaient tiré cinq missiles balistiques -dont un s'est écrasé après son lancement- vers des cibles fictives en mer du Japon. Et la veille, les aviations des deux pays avaient mené des exercices de tir en mer Jaune.

Séoul a également annoncé le retour dans la région du porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Ronald Reagan qui a effectué en septembre des exercices avec la marine sud-coréenne.

La réunion du Conseil de sécurité a été soutenue par la France, le Royaume-Uni, l'Albanie, la Norvège et l'Irlande.

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Linda Thomas-Greenfield y a dénoncé "un effort clair de la Chine et la Russie pour récompenser (la Corée du Nord) pour ses mauvaises actions", et a apppelé à un renforcement des sanctions contre Pyongyang.

En mai, Pékin et Moscou avaient opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, alors que l'instance avait adopté à l'unanimité de lourdes sanctions en 2017.

Selon les analystes, le régime du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un saisit l'occasion de l'impasse à l'ONU pour pousser toujours plus loin ses essais d'armes.

Séoul et Washington s'attendent à ce que la Corée du Nord reprenne ses essais nucléaires, interrompus depuis 2017, probablement après le congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre.

"A ce stade, pour Kim, faire marche arrière et arrêter les provocations paraîtrait contre-productif pour ses intérêts. Sans parler de la quantité de ressources gaspillées pour mener ces essais d'armes", a expliqué Soo Kim, analyste à la RAND Corporation.

"Nous sommes assurément dans un cycle de provocation armée", a-t-elle estimé.


Les États-Unis et l’OSCE cherchent à mettre fin à la guerre et aux atrocités en Ukraine

Tout en critiquant vivement la Russie pour son rôle dans le conflit, Carpenter a déclaré que les nations européennes s’étaient récemment entretenues avec Moscou et Kiev pour une «désescalade». (FICHIER/AFP)
Tout en critiquant vivement la Russie pour son rôle dans le conflit, Carpenter a déclaré que les nations européennes s’étaient récemment entretenues avec Moscou et Kiev pour une «désescalade». (FICHIER/AFP)
Short Url
  • La prochaine réunion de l'OSCE début décembre est très importante, selon le représentant américain à l'OSCE, Michael Carpenter
  • L'escalade nucléaire est un «danger réel et imminent»

WASHINGTON: La prochaine réunion de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), sera essentielle pour aider à mettre fin à la guerre en Ukraine et aux violations continues des droits humains dans ce conflit.

C'est le point de vue de Michael Carpenter, représentant permanent des États-Unis à l'OSCE, qui a récemment évoqué avec Arab News la réunion annuelle du conseil ministériel du groupe à Lodz, en Pologne, les 1er et 2 décembre.

Carpenter a déclaré que les responsables de l'OSCE devraient discuter de l'élargissement du travail de l'organisation pour s'attaquer à des problèmes tels que la traite des êtres humains et la surveillance des élections.

Tout en critiquant vivement la Russie pour son rôle dans le conflit, Carpenter a indiqué que les nations européennes avaient récemment eu des entretiens avec Moscou et Kiev pour une «désescalade».

Les commentaires de Carpenter interviennent alors que des médias américains ont divulgué des détails depuis deux semaines sur uneréunion secrète entre le directeur de la CIA, Bill Burns, et son homologue du renseignement russe, Sergey Naryshkin, à Ankara, en Turquie. La réunion faisait partie des efforts américains actuels dans leur «communication avec la Russie sur la gestion du risque» d'une éventuelle escalade nucléaire.

Un porte-parole de la CIA a refusé de fournir des commentaires à Arab News sur la réunion, invoquant une absence d'autorisation pour parler du programme du directeur de la CIA.

L'OSCE compte 57 États participants d'Europe, d'Asie centrale et d'Amérique du Nord et s'emploie à promouvoir les droits humains et la gouvernance démocratique à travers la surveillance des élections et la lutte contre la traite des êtres humains.

L’organisation fonctionne comme un forum de dialogue sur les problèmes mondiaux touchant les États membres, et compte 13 missions sur le terrain dans les Balkans occidentaux, en Asie centrale et en Moldavie. Un nouveau bureau sera bientôt mis en place en Ukraine.

Carpenter a déclaré qu'une nouvelle mission sur le terrain appelée «programme de soutien à l'Ukraine» a été mise en place le 1er novembre, financée par une «contribution généreuse» des États-Unis et d'autres soutiens volontaires.

«Grâce à cette nouvelle présence sur le terrain, nous avons l'intention de soutenir des projets qui contribueront à renforcer la résilience des infrastructures essentielles de l'Ukraine, à permettre un déminage humanitaire et une limitation des incidences environnementales de la guerre», a-t-il précisé.

La délégation américaine serait dirigée par Victoria Nuland, sous-secrétaire d'État américaine aux Affaires politiques, qui viendra se joindre aux représentants des 57 États participants de l'OSCE et aux 11 États partenaires.

Carpenter a indiqué que le sujet le plus important de la prochaine réunion était la guerre en Ukraine. «L’essentiel n’est pas ce qui a été dit à l'OSCE, mais ce qui a été fait.»

Il a précisé que les États de l'OSCE prenaient leurs décisions sur la base d’un consensus. Celle-ci dispose de trois institutions autonomes: le Bureau des institutions démocratiques et des droits humains, le représentant pour la liberté des médias et le Haut-Commissariat pour les minorités nationales.

«L'OSCE dispose d'un certain nombre de représentants spéciaux qui travaillent sur des questions extrêmement importantes, comme la lutte contre la corruption, la lutte contre la traite des êtres humains, le soutien à l'égalité des sexes et la promotion de la tolérance et de la non-discrimination», a-t-il affirmé.

Il a expliqué qu'au Tadjikistan, par exemple, l'OSCE soutenait les centres de ressources pour les femmes qui fournissent les seuls points de vente approuvés par le gouvernement pour les victimes de violence domestique. Elles ont accès à une aide juridique, à un soutien psychologique et à une aide à la recherche d'emploi.

«Dans les Balkans occidentaux et en Asie centrale, nos missions sur le terrain soutiennent les efforts visant à documenter et à protéger les stocks d'armes légères et de petit calibre afin de renforcer la stabilité et la sécurité dans bon nombre de ces sociétés sortant d'un conflit.»

Carpenter a indiqué qu'à la suite de la guerre en Ukraine, l'OSCE a diffusé des informations sur les risques de traite des êtres humains en utilisant un partenariat public privé innovant transmettant les informations aux smartphones des personnes les plus à risque.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: au moins 16 morts dans une explosion dans une école coranique

Des policiers afghans montent la garde sur le site d'une explosion à Kaboul, en Afghanistan, le 12 novembre 2018. (Reuters)
Des policiers afghans montent la garde sur le site d'une explosion à Kaboul, en Afghanistan, le 12 novembre 2018. (Reuters)
Short Url
  • Au moins 16 personnes ont été tuées et 24 blessées mercredi dans une explosion dans une école coranique en Afghanistan
  • «Ce sont tous des enfants et des gens ordinaires», a déclaré sous couvert d'anonymat un docteur d'un hôpital d'Aybak, capitale de la province de Samangan

KABOUL : Au moins 16 personnes ont été tuées et 24 blessées mercredi dans une explosion dans une école coranique de la ville d'Aybak, dans le nord de l'Afghanistan, a-t-on appris de source hospitalière.

"Ce sont tous des enfants et des gens ordinaires", a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat un docteur d'un hôpital d'Aybak, capitale de la province de Samangan.

Un responsable provincial a confirmé l'explosion, mais n'a pas pu fournir de chiffres sur les victimes ni d'informations sur les circonstances.

Des dizaines d'explosions et d'attaques visant des civils ont eu lieu depuis le retour au pouvoir des talibans en août 2021, la plupart étant revendiquées par la section locale du groupe État islamique (EI-K).

Un attentat suicide commis le 30 septembre dans un centre de formation de Kaboul préparant aux examens universitaires avait fait 54 morts, dont au moins 51 filles, selon l'ONU.

Cet attentat n'avait pas été revendiqué, mais le gouvernement afghan avait accusé l'EI-K d'avoir mené cette attaque.

Puis le 5 octobre, au moins quatre personnes avaient été tuées à Kaboul dans une explosion survenue dans une mosquée du ministère de l'Intérieur.


Décès de l'ancien président chinois Jiang Zemin à l'âge de 96 ans

Sur cette photo d'archive prise le 12 octobre 1992, le secrétaire général du Parti communiste chinois Jiang Zemin se coiffe juste avant son discours au 14e Congrès du PCC à Pékin. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 12 octobre 1992, le secrétaire général du Parti communiste chinois Jiang Zemin se coiffe juste avant son discours au 14e Congrès du PCC à Pékin. (AFP)
Short Url
  • Jiang Zemin avait dirigé son pays dans une ère de profonds bouleversements de 1989 jusqu'au début des années 2000
  • Il était arrivé au pouvoir au lendemain de la répression des manifestations de la place Tiananmen de Pékin

PEKIN: L'ex-président chinois Jiang Zemin est décédé mercredi à l'âge de 96 ans, ont annoncé les médias d'Etat, qui l'ont salué comme un grand révolutionnaire communiste ayant aidé à rétablir l'ordre durant les manifestations pro-démocratie de 1989.

Son décès survient alors que les autorités chinoises sont confrontées depuis plusieurs jours au mouvement de contestation le plus étendu depuis ces événements, contre les restrictions sanitaires anti-Covid et pour davantage de libertés politiques.

Arrivé au pouvoir au lendemain de la répression des manifestations de la place Tiananmen à Pékin, Jiang Zemin avait accompagné la transformation de la nation la plus peuplée du monde en une puissance mondiale, qu'il avait dirigée jusqu'au début des années 2000.

Son prédécesseur Deng Xiaoping l'avait appelé à la tête du Parti communiste chinois en juin 1989, impressionné par la maîtrise avec laquelle il venait de mettre fin pacifiquement aux manifestations dans sa ville de Shanghai (est), sans verser le sang comme à Pékin.

"Jiang Zemin est décédé de leucémie et d'une défaillance de plusieurs organes à Shanghai à 12H13 (04H13 GMT) le 30 novembre 2022, à l'âge de 96 ans", a annoncé l'agence d'Etat Chine nouvelle.

Les drapeaux seront en berne sur les bâtiments du Parti communiste et du gouvernement, a indiqué la télévision d'Etat CCTV.

Selon Chine nouvelle, sa mort a été annoncée dans une lettre des autorités chinoises exprimant une "profonde tristesse", adressée à l'ensemble du Parti communiste chinois, à l'armée et au peuple.

"Le camarade Jiang Zemin était (...) un grand marxiste, un grand révolutionnaire prolétarien, un homme d'État, un stratège militaire et un diplomate, un combattant communiste de longue date, et un leader exceptionnel de la grande cause du socialisme aux caractéristiques chinoises", a ajouté l'agence citant la lettre.

A Moscou, le Kremlin, plus dépendant que jamais du soutien tacite mais prudent de Pékin dans sa guerre contre l'Ukraine et dans le bras de fer avec les Occidentaux, a salué un "ami sincère" de la Russie, "un homme d'Etat exceptionnel" qui a amené les relations entre les deux pays "au niveau d'un partenariat de confiance et d'interaction stratégique".

«Vif et jovial»

L'annonce de son décès arrive alors qu'une vague de manifestations secoue plusieurs villes de Chine ces derniers jours, rappelant la mobilisation pro-démocratie de 1989, qui avait été réprimée dans le sang à Pékin.

"Pendant les graves troubles politiques qui ont secoué la Chine au printemps et à l'été 1989, le camarade Jiang Zemin a soutenu et appliqué la décision correcte du Comité central du Parti pour s'opposer aux troubles, défendre le pouvoir d'État socialiste et sauvegarder les intérêts fondamentaux du peuple", selon CCTV.

Dans la population, Jiang Zemin a aussi laissé l'image d'un dirigeant au caractère affable. "Il y avait beaucoup de problèmes de corruption à l'époque, mais c'est quelqu'un qui était vif et jovial", a confié Wang Yi, une habitante de Pékin. "Les médias étaient aussi plus libres à son époque de faire des reportages critiques sur les problèmes de la société".

Mais il a aussi été critiqué pour n'avoir pas réussi à régler certains problèmes comme la corruption, les inégalités, la dégradation de l'environnement et des réformes du secteur de l'Etat qui ont entraîné des licenciements massifs.

Mèmes et nostalgie

Il aura été 13 ans à la tête du parti (1989-2002) et président durant 10 ans (1993-2003).

Une fois à la retraite, il a fait l'objet de nombreux mèmes amusants, des jeunes se surnommant les "adorateurs du crapaud" en référence à son allure. Des mèmes postés en quantité mercredi par les usagers chinois sur les réseaux sociaux, avec moult hommages au "roi crapaud" laissant apparaître une certaine nostalgie pour une époque perçue comme plus libre.

Plus d'un demi-million de personnes ont posté dans l'heure le message de CCTV annonçant son décès sur Weibo, le Twitter chinois. Beaucoup évoquaient "Grand-père Jiang".

Certains ont lancé des piques à l'actuel dirigeant. "L'ère Jiang, même si elle ne fut pas la plus prospère, était plus tolérante", a écrit un usager de Weibo. "J'ai entendu beaucoup de reproches le concernant, mais le fait qu'il autorisait les voix critiques à exister montre à quel point il est digne d'éloges", a renchéri un autre.

Nombre des messages les plus humoristiques ont été censurés en quelques minutes sur Weibo.

Les "adorateurs du crapaud" lui ont également rendu hommage. "Repose en paix, roi crapaud", a écrit l'un sur Weibo. "Crapaud ... pourais-tu emmener Winnie l'ourson?", demandait un autre en utilisant un surnom interdit désignant l'actuel président Xi Jinping.

Sur l'application populaire WeChat, des liens étaient postés avec des chansons intitulées "Dommage que ce ne soit pas toi" ou "Pas la bonne personne", en référence à M. Xi. Les commentaires sur la première chanson ont été supprimés sur le service de musique en streaming NetEase peu après la mort de Jiang Zemin.

Selon les analystes, Jiang Zemin et son "gang de Shanghai" - la faction le soutenant - ont continué à avoir une grande influence sur la politique chinoise longtemps après son départ du pouvoir.

A l'annonce de son décès, les médias d'Etat ont tous publié la même photo en noir et blanc d'un chrysanthème sur les comptes officiels de Weibo.

Quand il avait officiellement été désigné en 1989 par l'ex-dirigeant Deng Xiaoping comme son successeur, la Chine n'en était qu'aux prémices de sa modernisation économique.

Lorsqu'il a quitté ses fonctions en 2003, elle était devenue membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avait remporté l'organisation des Jeux olympiques de Pékin 2008 et devenait une superpuissance.

Il laisse derrière lui sa femme Wang Yeping ainsi que deux fils.