Un Nobel de la paix pour la «coexistence pacifique» à un trio ukrainien, russe et bélarusse

Une photo d'archive prise le 02 novembre 2011 à travers les barreaux de la cage de l'accusé montre le chef du groupe de défense des droits de Vyasna (Printemps), Ales Beliatsky, devant un tribunal de Minsk (Photo, AFP).
Une photo d'archive prise le 02 novembre 2011 à travers les barreaux de la cage de l'accusé montre le chef du groupe de défense des droits de Vyasna (Printemps), Ales Beliatsky, devant un tribunal de Minsk (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 08 octobre 2022

Un Nobel de la paix pour la «coexistence pacifique» à un trio ukrainien, russe et bélarusse

  • «Le comité Nobel norvégien souhaite honorer trois champions remarquables des droits humains, de la démocratie et de la coexistence pacifique dans les trois pays voisins Bélarus, Russie et Ukraine»
  • Ce faisant, le comité Nobel a, comme attendu par les experts, tenu à marquer le coup face à la guerre en Ukraine qui a plongé l'Europe dans la crise sécuritaire la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale

OSLO: Trois "champions" russe, ukrainien et bélarusse de la lutte pour les libertés civiles ont décroché vendredi un Nobel de la paix assorti d'une critique du régime "autoritaire" et répressif de Vladimir Poutine, en pleine guerre en Ukraine.

Le prestigieux prix a été conjointement attribué au militant bélarusse Ales Beliatski, en prison dans son pays, à l'ONG russe Memorial -- frappée par un ordre de dissolution -- et au Centre ukrainien pour les libertés civiles, qui s'emploie à documenter les "crimes de guerre russes" dans le conflit en cours.

"Le comité Nobel norvégien souhaite honorer trois champions remarquables des droits humains, de la démocratie et de la coexistence pacifique dans les trois pays voisins que sont le Bélarus, la Russie et l'Ukraine", a déclaré sa présidente Berit Reiss-Andersen.

S'il a tenu à marquer le coup face à la guerre en Ukraine, qui a plongé l'Europe dans sa plus grave crise sécuritaire depuis la Seconde Guerre mondiale, le comité s'est gardé de critiquer frontalement le président russe Vladimir Poutine, qui a lancé l'invasion de son voisin ukrainien le 24 février.

Interrogée pour savoir s'il s'agissait d'un cadeau empoisonné pour l'homme fort du Kremlin, qui fête vendredi ses 70 ans, Mme Reiss-Andersen a affirmé que le prix n'était pas dirigé contre lui mais que son régime "autoritaire", comme celui du Bélarus, devait cesser la répression.

"Ce prix ne s'adresse pas à Vladimir Poutine ni pour son anniversaire ni dans un autre sens, sauf que son gouvernement, comme le gouvernement bélarusse, constitue un gouvernement autoritaire qui réprime les militants des droits humains", a-t-elle fait valoir.

Mme Reiss-Andersen a exhorté Minsk à libérer Ales Beliatski, fondateur du Centre de défense des droits de l'Homme Viasna ("Printemps"). Le militant de 60 ans a été de nouveau jeté en prison lors des manifestations massives contre la réélection, jugée frauduleuse par les Occidentaux, du président autoritaire Alexandre Loukachenko en 2020.

Répression

Rassemblant des dizaines de milliers de manifestants pendant des mois, le mouvement de contestation a été durement maté: arrestations de masse, tortures et exils forcés...

En exil, la cheffe de file de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, généralement considérée comme le véritable vainqueure du scrutin de 2020, a salué la reconnaissance d'un "combat pour la liberté".

Au pouvoir depuis 1994 et soutenu de longue date par Moscou, M. Loukachenko a fait de son pays l'un des très rares alliés de la Russie dans son offensive contre l'Ukraine.

Cofondée en 1989 par un autre Nobel de la paix, Andreï Sakharov, Memorial s'est, elle, imposée comme un acteur incontournable dans le domaine des droits en Russie, faisant la lumière sur les crimes staliniens, puis sur les exactions commises en Tchétchénie ou par les paramilitaires russes en Syrie.

Jusqu'à ce que la justice russe ordonne sa dissolution l'hiver dernier pour des violations d'une loi controversée sur les "agents de l'étranger".

"Ce prix donne de la force morale (...) à tous les militants russes des droits humains", a dit à la presse le président de Memorial international, Ian Ratchinski. "C'est un honneur d'être (lauréats) ensemble" avec le CCL ukrainien, a noté Oleg Orlov, figure historique de l'ONG.

Quant à Lev Ponomarev, 81 ans, un autre cofondateur exilé à Paris où il a reçu l'asile politique, il a estimé que "le bon choix aurait été de donner le prix Nobel –- s'ils veulent soutenir la Russie au moment où elle connaît son régime le plus dur –- à des figures politiques" comme Alexeï Navalny, l'opposant emprisonné et condamné à neuf ans de détention.

Le Nobel avait déjà couronné l'an dernier un poil à gratter du Kremlin, le journaliste Dmitri Mouratov, rédacteur en chef de Novaïa Gazeta, qui a aussi vu sa licence révoquée.

Soutien des capitales occidentales aux lauréats du Nobel de la paix, le Bélarus ironise

Les grandes capitales occidentales ont salué vendredi l'attribution du prix Nobel de la paix à trois représentants de la société civile en Ukraine, Russie et au Bélarus qui a hérissé le poil de la diplomatie bélarusse.

Voici les premières réactions:

France

Le président Emmanuel Macron a salué dans un tweet des "artisans de la paix" qui "savent pouvoir compter sur le soutien de la France".

Belgique

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a applaudi sur Twitter un prix qui "a reconnu le courage exceptionnel des femmes et des hommes qui s'opposent à l'autocratie" et "montrent le véritable pouvoir de la société civile dans la lutte pour la démocratie".

Royaume-Uni

Le ministre des Affaires étrangères James Cleverly a félicité les lauréats en ajoutant que "le Royaume-Uni soutient tout ceux qui se lèvent face à l'autoritarisme et la tyrannie".

Allemagne

L'un des porte-paroles du gouvernement allemand, Wolfgang Büchner, a salué l'engagement "exceptionnel" des trois lauréats au cours de "ces dernières années et décennies" : "ils sont opposés à l'oppression et à l'action contre les forces pacifiques de la société civile, comme nous le vivons en particulier en Russie et au Bélarus", a-t-il ajouté.

Bélarus

L'opposant et ancien diplomate Pavel Latushka s'est réjoui d'un "geste symbolique" qui permet "d'attirer l'attention sur les 1.334 prisonniers politiques actuellement dans les prisons du Bélarus". "Cela nous donne la foi", a-t-il dit.

"Le prix est une reconnaissance importante pour tous les Bélarusses combattant pour la liberté et la démocratie", a twitté la cheffe de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa.

Le porte-parole de la diplomatie bélarusse, Anatoli Glaz, a au contraire critiqué les décisions du comité Nobel, "tellement politisées ces dernières années qu'Alfred Nobel (le fondateur des prix, ndlr) n'en peut plus de se retourner dans sa tombe".

- En Ukraine, la présidence ukrainienne a estimé que la population de l'Ukraine était "aujourd'hui le principal artisan de la paix".

Juger Poutine?

Quant au Centre ukrainien pour les libertés civiles, il a été récompensé notamment pour ses "efforts en vue d'identifier et de documenter les crimes de guerre russes contre la population civile ukrainienne".

Sa cheffe, Alexandra Matviïtchouk, a appelé vendredi à la création d'un tribunal international pour juger Vladimir Poutine.

Un conseiller de la présidence ukrainienne s'est pour sa part montré agacé que le prix soit partagé avec des organisations russe et bélarusse.

Selon des enquêteurs de l'ONU, la Russie s'est rendue coupable d'un "nombre considérable" de "crimes de guerre", énumérant les bombardements russes sur des zones civiles, de nombreuses exécutions, la torture, les mauvais traitements ainsi que les violences sexuelles sur des victimes âgées de 4 à 82 ans. La Russie parle elle de mensonges.

En réaction au Nobel, le chef de l'ONU, Antonio Guterres, a salué vendredi la société civile, "oxygène de la démocratie", tandis que le président américain Joe Biden a souligné le courage des trois lauréats face "à l'intimidation et à l'oppression".

Au-delà des destructions et des morts innombrables sur le sol ukrainien, l'invasion russe a suscité la crainte d'une frappe nucléaire, menace brandie par M. Poutine, mis en difficulté par la contre-offensive lancée en septembre par l'armée ukrainienne.

"Cette année, nous étions dans une situation avec une guerre en Europe, ce qui est extrêmement inhabituel, mais aussi face à une guerre qui a des effets globaux pour les gens sur toute la planète", a noté la présidente du comité Nobel, évoquant "la menace d'un recours aux armes nucléaires et la pénurie alimentaire".

"C'est donc une toile de fond très sombre, et il n'y aucun signe de paix immédiate", a-t-elle déploré.

La justice russe ordonne la saisie des bureaux de Memorial à Moscou

Les locaux principaux de Memorial en Russie "ont été transformés en biens publics", a déclaré le tribunal de Tverskoï à l'agence de presse Interfax à l'issue d'un énième procès visant l'ONG.

Les bureaux dans le centre-ville de Moscou de Memorial accueillaient notamment les services administratifs de l'organisation, tout en accueillant régulièrement des expositions ouvertes au public.

Un représentant du tribunal de Tverskoï a affirmé que Memorial "avait marqué son implication dans la réhabilitation des criminels nazis, discrédité les autorités et créé une fausse image de l'URSS", selon l'agence de presse Ria Novosti.


Biden, les yeux rivés sur 2024, veut surfer sur la robuste croissance américaine

Dans un long discours devant des ouvriers à Springfield en Virginie, non loin de Washington, Biden a critiqué ceux qu’il appelle les républicains « ultra MAGA » (« Make America Great Again », le slogan de l’ancien président Donald Trump). (AFP)
Dans un long discours devant des ouvriers à Springfield en Virginie, non loin de Washington, Biden a critiqué ceux qu’il appelle les républicains « ultra MAGA » (« Make America Great Again », le slogan de l’ancien président Donald Trump). (AFP)
Short Url
  • Le démocrate de 80 ans a critiqué en particulier le projet de la droite de remplacer l’impôt national sur le revenu par une taxe généralisée de 30 % sur la consommation
  • Joe Biden dit jusqu’ici avoir « l’intention de se représenter » à la présidentielle de 2024, et a promis de rendre sa décision publique au début de l’année

WASHINGTON: Un tour de chauffe avant la vraie campagne présidentielle ? Joe Biden s’est présenté mardi comme le promoteur d’une économie qui « ne laisse personne au bord du chemin », tout en étrillant les projets de l’opposition, qualifiée de « parti du chaos et de la catastrophe ».

Dans un long discours devant des ouvriers à Springfield en Virginie, non loin de Washington, il a critiqué ceux qu’il appelle les républicains « ultra MAGA » (« Make America Great Again », le slogan de l’ancien président Donald Trump).

Il a promis de bloquer les projets des conservateurs en matière fiscale notamment : « Je ne laisserai pas faire. Pas tant que je suis aux commandes. Je mettrai mon veto à tout ».

Le démocrate de 80 ans a critiqué en particulier le projet de la droite de remplacer l’impôt national sur le revenu par une taxe généralisée de 30 % sur la consommation.

« Ce n’est pas le parti que connaissait votre grand-père », a-t-il insisté, reprochant aux républicains de vouloir provoquer un défaut de paiement de l’Amérique, et d’être le parti des riches et des grandes entreprises.

« L’idée même que nous, détenteurs de la dette la plus sûre et la plus respectée du monde, nous fassions défaut, cela dépasse l’entendement », a-t-il assuré, dénonçant de la part de ses adversaires « des menaces insensées qui prennent l’économie en otage ».

«Invisibles»

Joe Biden fait référence à de difficiles débats parlementaires en cours pour relever le plafond d’endettement légal du pays, une manœuvre que le Congrès doit répéter à intervalles réguliers, pour que la première puissance mondiale continue à assurer le service de sa dette.

Le démocrate de 80 ans s’est présenté comme le promoteur d’une « économie qui ne laisse personne sur le bord de la route ».

Comme s’il dessinait déjà les lignes de sa campagne, il a parlé des Américains devenus « invisibles » à force de désindustrialisation, de ces « cols bleus » qui votent désormais républicain.

« Que s’est-il passé ? » a-t-il demandé, avant de répondre à sa propre question : « Ils pensent que nous n’en avons rien à faire, que nous ne faisons pas attention » à eux.

Il s’est aussi félicité de la bonne santé de l’économie américaine, qui a crû de plus de 2 % l’an dernier selon des statistiques publiées jeudi, tandis que le chômage est au plus bas depuis des décennies, avec un taux nettement inférieur à 4 %.

« Les nouvelles ne pourraient pas être meilleures », a-t-il affirmé, en soulignant l’effet selon lui des gigantesques plans de relance et d’investissement votés à son initiative.

Biden commencera bientôt à lever des fonds

Le président américain Joe Biden participera la semaine prochaine à deux évènements de levées de fonds.

Le dirigeant octogénaire sera mardi prochain à New York, puis à Philadelphie vendredi, allant à la rencontre de riches sympathisants pour remplir les caisses de son parti.

Ces levées de fonds sont essentielles dans les campagnes politiques américaines, abreuvées de centaines de millions de dollars.

Petit à petit, l’architecture d’une possible candidature du dirigeant octogénaire commence à prendre forme.

En décembre, le président avait déjà convaincu le Parti démocrate de chambouler complètement le calendrier de ses primaires, renforçant l’influence du vote afro-américain qui lui avait été très favorable en 2020.

Joe Biden dit jusqu’ici avoir « l’intention de se représenter » à la présidentielle de 2024, et a promis de rendre sa décision publique au début de l’année.

Les experts politiques prédisent une possible annonce après son discours sur l’État de l’Union, traditionnel discours de politique général des présidents donné devant les parlementaires – et prévu le 7 février.


La vice-secrétaire générale de l’ONU lance un appel aux pays musulmans afin qu’ils incitent les talibans à se moderniser

La vice-secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, a tenu ces propos après une visite officielle de deux semaines en Afghanistan. (Reuters)
La vice-secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, a tenu ces propos après une visite officielle de deux semaines en Afghanistan. (Reuters)
Short Url
  • «Personne ne s’oppose à la charia islamique, mais tout cela ne peut se transformer en extrémisme et en prise de position qui nuit aux femmes et aux filles», explique Amina Mohammed
  • La vice-secrétaire générale de l’ONU affirme avoir épuisé toutes les ressources de sa «boîte à outils» diplomatique pour tenter de défendre et de restaurer les droits des femmes en Afghanistan

NEW YORK: La vice-secrétaire générale de l’ONU a appelé mercredi les pays musulmans à unir leurs efforts pour faire pression sur les talibans afin qu’ils se modernisent et passent «du XIIIe au XXIe siècle».

Amina Mohammed a tenu ces propos après une visite officielle de deux semaines en Afghanistan au cours de laquelle elle a tenté de persuader les responsables talibans de revenir sur leurs récentes décisions de refuser aux femmes et aux filles afghanes l’accès à l’éducation au-delà de la sixième et d’interdire aux femmes de travailler pour les organisations humanitaires, entre autres restrictions à l’exercice de leurs droits.

Amina Mohammed, la plus haute responsable de l’ONU, déclare à Arab News que le gouvernement taliban, dont l’autorité n’est reconnue par aucun autre pays, aspire à la reconnaissance internationale et veut occuper le siège de l’Afghanistan à l’ONU, qui est toujours détenu par le précédent gouvernement, dirigé par l’ancien président Ashraf Ghani.

Les combattants talibans ont pris le contrôle de la capitale de l’Afghanistan, Kaboul, le 15 août 2021, après le retrait des forces américaines et de l’Otan d’Afghanistan au bout de vingt ans de guerre.

Il est important de maximiser tout levier disponible pour orienter les talibans vers les principes universels qui sous-tendent la participation à la communauté internationale, soutient la vice-secrétaire générale.

«Personne ne s’oppose à un pays musulman ou à la charia», explique-t-elle. «Mais tout cela ne peut pas être transformé en extrémisme et en une prise de position qui nuit aux femmes et aux filles. C’est absolument inacceptable et nous devons persévérer.»

La vice-secrétaire générale de l’ONU fait savoir que les responsables talibans qu’elle a rencontrés «évoquent un scénario» et insistent sur ce qu'ils considèrent comme des exploits dans la protection des femmes afghanes. Ils se plaignent par ailleurs que leurs efforts n’aient pas reçu de reconnaissance internationale.

Elle affirme que sa délégation et elle-même ont rejeté ce récit des talibans, affirmant que «leur définition de la protection serait pour nous celle de l’oppression».

Elle poursuit en ces termes: «Nous leur avons rappelé que dans les principes humanitaires, la non-discrimination était un élément clé […] et qu’ils étaient en train de bannir les femmes du lieu de travail.»

«Nous leur avons également à nouveau indiqué que, même s’ils parlent des droits et des édits qu’ils ont promulgués pour protéger les femmes, ils donnent d’une main et reprennent de l’autre, ce qui n’est pas acceptable.»

La vice-secrétaire générale affirme avoir épuisé toutes les ressources de sa «boîte à outils» diplomatique pour tenter de défendre et de restaurer les droits des femmes en Afghanistan.

«L’un de ces outils consiste à dire que, comme eux, je suis une musulmane sunnite», soutient-elle. «Ils suivent l’école de pensée de Hanafi et moi celle de Maliki; et les deux ont raison.»

«Cependant, lorsqu’il s’agit d’interdire l’éducation aux femmes et de leur confisquer leurs droits, nous ne sommes pas d’accord et le juge ultime sera Dieu. Une grande partie de leurs actes nuisent aux autres.»

Avant d’arriver à Kaboul, la délégation d’Amina Mohammed s’est rendue dans d’autres pays à majorité musulmane parmi lesquels la Turquie, l’Indonésie et l’Arabie saoudite, où elle a déclaré qu’il y avait une opposition généralisée à l’assaut des talibans contre les droits des femmes.

«À chaque fois que je suis allée dans l’un de ces pays musulmans, on a insisté sur le fait que l’islam n’interdisait pas aux femmes d’aller à l’école ou de travailler», renchérit-elle.

Elle a par ailleurs discuté avec des responsables talibans à Kandahar des progrès réalisés ces dernières années en Arabie saoudite en matière de droits des femmes. Elle a déclaré qu’ils avaient aussitôt répondu qu’ils n’étaient «pas sur la même longueur d’onde» que le Royaume sur la question.

«Il est donc très important que les pays musulmans se réunissent et l’établissent», insiste-t-elle. «C’est difficile; nous n’avons pas de pape dans l’islam, mais un Coran et différentes écoles de pensée – mais nous avons des droits dans l’islam.»

«J’ai rappelé aux talibans que si nous parlons de femmes dans le monde professionnel, la première épouse du Prophète […] était une femme d’affaires qui a financé l’islam. Khadija a financé l'islam. Et l’épouse plus jeune du prophète Mahomet, Aïcha, a apporté ses connaissances et ses conseils.»

«Iqra [«Lis»] est le premier mot du Coran et l’islam est une religion de lumière. C’est une religion vivante et je pense qu’une grande partie de ce qui nous préoccupe consiste à savoir comment permettre aux talibans de passer du XIIIe au XXIe siècle. Et c’est un voyage, donc il ne se produira pas du jour au lendemain.»

Selon la vice-secrétaire générale, il a été proposé que l’ONU et l’Organisation de la coopération islamique (OCI), qui compte cinquante-sept membres, coorganisent une conférence internationale au mois de mars sur les femmes dans le monde musulman. Elle dit avoir également demandé l’inclusion de davantage de femmes dans les délégations de l’OCI.

«Il est très important que les pays musulmans se rassemblent», ajoute-t-elle. «Nous devons porter le combat dans la région.»

«Nous devons, au sein de l’islam, parler beaucoup plus aux modérés de ce que cela signifie, pas seulement pour l’Afghanistan, mais aussi pour d’autres pays musulmans où nous connaissons des difficultés considérables, que ce soit l’Iran ou le Yémen. Nous devons être clairs sur le fait qu’il s’agit des femmes dans le monde musulman.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un tiers de la forêt amazonienne «dégradée» par l'activité humaine et la sécheresse

Des fumées s'élèvent des incendies de forêt à Altamira, dans l'État de Para, au Brésil, dans le bassin amazonien, le 27 août 2019. (AFP)
Des fumées s'élèvent des incendies de forêt à Altamira, dans l'État de Para, au Brésil, dans le bassin amazonien, le 27 août 2019. (AFP)
Short Url
  • Les dommages infligés à la forêt amazonienne sont significativement plus importants que ceux qui avaient été observés auparavant, ont indiqué les chercheurs
  • «L'extrême sécheresse est devenue de plus en plus fréquente en Amazonie du fait de l'évolution des manières d'exploiter le sol et du changement climatique induit par les humains»ont déclaré les scientifiques

WASHINGTON: Plus d'un tiers de la forêt amazonienne pourrait avoir été dégradée par l'activité humaine et la sécheresse, selon une étude scientifique dévoilée jeudi dans la revue Science, entraînant des appels à légiférer pour protéger cet écosystème vital en danger.

Les dommages infligés à cette forêt, qui recouvre neuf pays, sont significativement plus importants que ceux qui avaient été observés auparavant, ont indiqué les chercheurs, issus notamment de l'université brésilienne Universidade Estadual de Campinas.

Au cours de leur étude, ils ont analysé les conséquences des incendies, de l'exploitation forestière, de la sécheresse et des changements ayant touché les habitats en lisière de la forêt -- ce qu'ils appellent des effets de bordure.

Hors sécheresse, ces phénomènes ont dégradé au moins 5,5% du reste des forêts qui composent l'écosystème amazonien, soit 364.748 kilomètres carrés, entre 2001 et 2018, selon l'étude.

Lorsque les effets de la sécheresse sont inclus, la zone détériorée représente alors 2,5 millions de kilomètres carrés, soit 38% du reste des forêts composant l'écosystème amazonien.

"L'extrême sécheresse est devenue de plus en plus fréquente en Amazonie du fait de l'évolution des manières d'exploiter le sol et du changement climatique induit par les humains qui affectent la mortalité des arbres, le nombre d'incendies et les émissions de carbone dans l’atmosphère", ont déclaré les scientifiques.

"Les feux de forêts se sont intensifiés pendant les années de sécheresse", ont-il ajouté, alertant sur les dangers que représenteront les "feux de grande ampleur" dans le futur.

Les scientifiques de l'université Lafayette dans l'Etat américain de Louisiane et d'autres établissements appellent à agir, dans une étude séparée sur les conséquences de l'activité humaine sur l'écosystème amazonien, également publiée dans la revue Science.

"Les changements ont lieu beaucoup trop vite pour que les espèces amazoniennes, les populations et les écosystèmes puissent s'adapter", ont-ils soutenu.

"Les lois pour éviter les pires conséquences sont connues et doivent être immédiatement promulguées."

"Perdre l'Amazonie revient à perdre la biosphère, et ne pas agir est à nos risques et périls", ont conclu ces scientifiques.