La technologie peut rendre la construction plus respectueuse de l'environnement

Le Musée du futur de Dubaï est un exemple des efforts accrus du secteur de la construction du Golfe pour assurer une approche durable des projets. (AFP)
Le Musée du futur de Dubaï est un exemple des efforts accrus du secteur de la construction du Golfe pour assurer une approche durable des projets. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 08 octobre 2022

La technologie peut rendre la construction plus respectueuse de l'environnement

  • Les secteurs de la construction et de la fabrication sont responsables de gaspillages énormes et figurent parmi les plus gros pollueurs du monde
  • Les investisseurs dans la technologie et le secteur de la construction pourraient devenir des acteurs verts majeurs au lieu d’être les plus grands ennemis de l'environnement

DUBAÏ : Le secteur du bâtiment et de la construction est l'un des plus importants de l'économie mondiale, avec environ 10 mille milliards de dollars dépensés chaque année en biens et services liés à la construction.

Cependant, il constitue également l'un des secteurs polluants les plus consommateurs d’énergie de la planète.

Selon les chiffres publiés sur le site Web USCAD.com en juillet de cette année, le secteur mondial de la construction est toujours responsable de 38 % des émissions de CO2, de 23 % de la pollution de l'air, de 40 % de la pollution de l'eau, de 50 % des déchets des décharges, de 21 % de l'épuisement des ressources naturelles et de 40 % de la consommation d'énergie.

Ce ne sont pas de nouveaux chiffres. Ce n'est pas comme si le secteur de la construction s'était subitement engagé sur la voie de l'autodestruction.

En 2019, il a été mentionné lors d’une conférence organisée à Las Vegas par la société de logiciels Autodesk que les secteurs de la construction et de la fabrication étaient responsables de gaspillages énormes et qu’ils figuraient parmi les plus gros pollueurs du monde.

En 2021, le tableau général de l'avenir du monde a reçu un nouveau coup dur lorsque les délégués à la COP 26 ont admis qu'ils étaient loin d'atteindre les objectifs qui avaient été fixés et qui visaient à ralentir le réchauffement climatique.

«Notre théorie sur la façon dont nous transformons le secteur de l’AEC (ingénierie, architecture et construction) est inchangée. Nous souhaitons vivement lui apporter de nouveaux processus industriels», a affirmé Andrew Anagnost, PDG d'Autodesk, en marge de la conférence Autodesk 2022 à la Nouvelle-Orléans.

Anagnost a indiqué que les données et la technologie devraient contribuer à rendre le secteur plus efficace sur le plan environnemental et moins gaspilleur.

Il existe déjà des entreprises qui fournissent des informations numériques capables de prévoir les imperfections potentielles ainsi que le matériel nécessaire des plans avant que ceux-ci ne deviennent réalité. Et pourtant, il y avait encore des entreprises qui n'utilisaient pas ces informations, a précisé Anagnost.

«Le plus gros gaspillage constaté dans l'écosystème de l’AEC est celui des gens qui improvisent.»

Il a affirmé en revanche que l'industrie manufacturière respectait généralement ses plans afin que le produit final soit tel que prévu dès le départ.

«Ce type de précision doit évoluer dans l'industrie de l’AEC. C'est la raison pour laquelle nous construisons des choses qui s’assemblent. Une fois ce travail accompli, nous pensons que nous aurons eu un impact sur le fonctionnement de ces secteurs. Jusque-là, ils continuent à tout faire à un rythme qui reste sans égal dans d'autres industries», a-t-il ajouté.

Mais il y a aussi de bonnes nouvelles, puisque des efforts sont déployés en vue de réduire la quantité de déchets à l'aide de la technologie basée sur le cloud, que le Moyen-Orient semble adopter.

Transformer les bâtiments en centres de données

La bonne nouvelle est que le Moyen-Orient a largement mis de l’ordre dans la région, selon Naji Atallah, responsable de la construction et de la fabrication auprès d’Autodesk au Moyen-Orient.

Interrogé par Arab News, il a indiqué que l'amélioration était due à un facteur qui a toujours existé.

Ainsi, les constructions dans la région se font généralement sur des terrains non aménagés, éliminant ainsi la nécessité de prendre en considération les structures existantes, qui pourraient engendrer des coûts supplémentaires.

«Il n'y a pas d'anciens bâtiments, de ponts ni de routes qui doivent être entretenus», a-t-il expliqué, en ajoutant que le secteur de la construction dans la région travaillait effectivement sur une «toile vierge», ce qui a permis aux promoteurs de placer la durabilité au premier plan de leurs projets.

«Prenons l’ exemple de tous les mégaprojets de la région: la durabilité a été l'un de leurs grands objectifs.»

«Nous avons assisté à un changement dans la région du Golfe, et c’est ainsi que nous avons décidé d’opter pour la qualité et l’efficacité plutôt que la rapidité de livraison.»

Lorsqu’il a évoqué le projet de la mer Rouge en Arabie saoudite, ainsi que du musée du Futur de Dubaï, il a affirmé que des efforts accrus étaient désormais déployés pour garantir une approche durable de ces projets.

En utilisant la technologie logicielle, les développeurs ont pu créer des structures qui utilisent moins d'énergie et de matériaux dans leur construction en faisant usage des informations recueillies à partir de la modélisation prédictive qui montre aux concepteurs comment une structure se comportera avant même qu'elle ne soit construite.

Si elle est adoptée, la numérisation de l'industrie du bâtiment pourrait révolutionner son fonctionnement – de la réduction des déchets à la réduction de la pollution, en passant par la réduction des coûts.

«Les capteurs sont si bon marché maintenant qu’ils pourraient être placés dans toute nouvelle structure et collecter toutes sortes d'informations. Nous n'avons même pas besoin de savoir comment ils seront utilisés – ou s’ils le seront», a affirmé Atallah.

Ces données, a-t-il poursuivi, pourraient ensuite être utilisées pour anticiper tout problème de structure. Elles deviendraient une sorte de marchandise vendue pour aider à améliorer les projets futurs.

Combler le fossé

Imaginez un bâtiment – ou n'importe quelle structure – qui commence, dès que sa construction est finalisée, à collecter des données pouvant être utilisées pour résoudre les problèmes avant même qu'ils ne soient remarqués par l'œil humain, pour ainsi aider à perfectionner de futures constructions.

Cela semble futuriste, mais la vérité est que la technologie est déjà là. Il suffit que les personnes travaillant dans le secteur l'utilisent.

La société Dar al-Handasah, qui est d’origine libanaise et dont le siège se trouve à Dubaï, est la 10e entreprise de conception au monde et la troisième au Moyen-Orient. Elle a créé un pont en porte-à-faux construit à partir de plastique recyclé, mélangé à de la fibre de verre, et une imprimante 3D.

À l'aide d'algorithmes, les architectes ont pu proposer une conception créant un pont utilisant un minimum de matériaux qui, une fois fixés avec les capteurs, ont pu leur apprendre à améliorer le produit dans les conceptions futures.

Le pont est constitué d'un système modulaire à partir de 70 % de matériaux recyclés.

Il s'agit d'une démarche différente des méthodes de construction traditionnelles, le pont étant construit en une seule pièce dans une usine avant d'être transporté vers son lieu d'utilisation une fois terminé.

La technologie basée sur le cloud fournie par Autodesk a été utilisée pour créer des modules virtuels du pont afin de calculer la meilleure conception en termes d'utilisation des matériaux, d'apparence et de durabilité de la structure.

Ghassan Zein, directeur libanais de l’usage numérique à Dar al-Handasah, a affirmé que le pont était le premier dans son genre. Comme il était essentiel de voir comment il se comporterait lorsqu'il serait utilisé, on l’a équipé de capteurs.

«Le contrôle de l'intelligence du pont surveillera son fonctionnement car il est nouveau», a dit Zein à Arab News, en marge de la conférence Autodesk 2022 à la Nouvelle-Orléans.

Le pont est une nouvelle forme, un nouveau design, a expliqué Zein. «Nous devons donc savoir s'il fonctionne bien.»

L'entreprise dispose d'une équipe dont le rôle est de surveiller les données recueillies à partir du pont.

«Cette équipe analyse les données et continue de modifier la conception des futurs projets», a-t-il indiqué.

Zein a également affirmé que les ingénieurs de structure avaient abordé la phase de conception en utilisant des données en direct recueillies à partir de capteurs dans la structure du pont.

Du préfabriqué au modulaire

L'approche modulaire de la construction du pont n'est pas un nouveau concept. En Grande-Bretagne, dans les années 1950, des logements sociaux à bas prix ont ainsi été créés.

Ces bâtiments généralement bas et à un étage étaient constitués de murs et de toits conçus hors site, puis assemblés une fois prêts.

Mais ils étaient généralement de qualité médiocre avec des matériaux qui n'étaient pas durables.  Cela aboutissait à des constructions structurellement insalubres, sachant que certains des matériaux étaient même nocifs pour la santé des gens, notamment le revêtement en amiante.

70 à 80 ans plus tard, le concept de construction de pièces ou de structures entières telles que le pont imprimé en 3D hors site, ainsi que le fait de les déplacer vers leur emplacement final, s'avère désormais être une méthode de construction de premier plan, tant au niveau économique qu'au niveau environnemental.

Les villas sur la plage dans le projet de la mer Rouge au large des côtes de l'Arabie saoudite, et le musée du Futur de Dubaï, ont tous été construits dans une usine, avant d'être transportés vers leur destination finale.

Les méthodes proposées dans des institutions telles que l’Université Autodesk sont une révélation pour le secteur.

Les investisseurs dans la technologie et le secteur de la construction pourraient devenir des acteurs verts majeurs au lieu d’être les plus grands ennemis de l'environnement.

Il suffit pour cela que les acteurs de ce secteur regardent vers l'avenir.

La clé de la réussite est de collecter les données, d'apprendre quels sont les pièges avant le début des travaux de construction, puis de se lancer dans l’entreprise elle-même. Finalement, le résultat ne sera que meilleur.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Canada: TotalEnergies rachète des parts dans un projet de sables bitumineux avant de s'en séparer

Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation
  • TotalEnergies EP Canada «en détiendra 31,23%» à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement

PARIS: TotalEnergies a annoncé vendredi qu'il allait acquérir des parts supplémentaires d'un projet d'exploitation de sables bitumineux au Canada avant de se séparer de ces activités en introduisant en Bourse sa filiale canadienne dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens (215 M EUR) à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation, ainsi que des accords commerciaux et logistiques associés, dans le champ de sables bitumineux de Fort Hills, dans la Province de l'Alberta, d'une valeur totale de quelque 5 milliards de dollars canadiens (3,45 Mds EUR).

Le reste du capital sera détenu par Suncor Energy, actuellement à 54,1%. Le groupe canadien, opérateur du projet, va également racheter des parts à Teck, qui se retire de Fort Hills, dont il possède actuellement 21,3%.

TotalEnergies EP Canada "en détiendra 31,23%" à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement, selon un communiqué.

La transaction doit créer de meilleures conditions pour réaliser l'introduction en Bourse de la filiale canadienne, qui détient aussi 50% du projet similaire de Surmont en Alberta.

Dès cette année, et après un vote à l'assemblée générale en mai, TotalEnergies prévoit de se séparer de la filiale canadienne à travers un "spin-off" annoncé en septembre, dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

Le géant pétrolier assure vouloir "concentrer ses nouveaux investissements pétroliers sur des projets à faible intensité carbone".

"Nos actionnaires recevront des actions de cette entreprise", avait expliqué Patrick Pouyanné lors de la présentation stratégique du groupe, qui restera temporairement actionnaire minoritaire pour faciliter la transition vers l'indépendance de la filiale.

Le rachat de parts dans Fort Hills doit permettre de "créer de la valeur pour les futurs actionnaires de l'entité", selon Jean-Pierre Sbraire, directeur financier de TotalEnergies.

Mais les sables bitumineux canadiens sont les deux projets du portefeuille qualifiés depuis une évaluation en juin 2022 de "stranded assets" par le groupe, une expression qui désigne des actifs "échoués" ou "bloqués" ayant perdu leur valeur.

TotalEnergies avait enregistré des dépréciations de plusieurs milliards d'euros après cette réévaluation, qui prenait en compte les perspectives sur le prix du pétrole et la transition énergétique, dont 7 milliards sur les sables bitumineux au Canada.

Un "stranded asset" est un projet aux réserves de plus de 20 ans ayant des coûts de production élevés, et qui ne pourra donc pas être totalement exploité avant 2050.


Grève, chute en Bourse, jeux annulés... Ubisoft en pleine tourmente

Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans. (Photo, AFP)
Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • De mémoire de syndicaliste, c'est la « première» grève d'une telle ampleur de l'histoire d'Ubisoft, depuis la création en 1986 de l'éditeur à l'origine de la série « Assassin's Creed»
  • Ce qui a mis le feu au poudre chez Ubisoft ? Un mail interne envoyé par le PDG Yves Guillemot, évoquant « des ajustements structurels» à venir

PARIS: Appel à la grève inédit de l'ensemble de son personnel en France, chute en Bourse, jeux annulés... Le géant français des jeux vidéo Ubisoft vit une crise multiple depuis l'annonce mi-janvier de l'abaissement de ses prévisions financières pour l'ensemble de l'exercice 2022-2023.

Le syndicat des travailleurs et travailleuses du jeu vidéo (STJV) et Solidaires Informatique ont lancé un "appel à la grève" de toutes les entités françaises d'Ubisoft, ce vendredi de 14h00 à 18h00, pour dénoncer les pratiques managériales de la direction.

De mémoire de syndicaliste, c'est la "première" grève d'une telle ampleur de l'histoire d'Ubisoft, depuis la création en 1986 de l'éditeur à l'origine de la série "Assassin's Creed", souligne auprès de l'AFP Marc Rutschlé, représentant de section syndicale chez Solidaires Informatique.

Un mouvement de revendication assez rare dans le milieu du jeu vidéo, marqué récemment par la grève de cinq semaines des employés de l'éditeur Activision Blizzard fin 2021 qui a abouti en mai dernier à la création du premier syndicat au sein de l'entreprise américaine.

Ce qui a mis le feu au poudre chez Ubisoft ? Un mail interne envoyé par le PDG Yves Guillemot, évoquant "des ajustements structurels" à venir alors qu'Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans.

"Pour nous, cela veut dire des plans de licenciements. Et quand on parle de faire des économies, cela veut dire virer des gens et ne pas augmenter le salaire de ceux qui restent. Sachant qu'on nous met la pression en disant: +c'est à vous de faire mieux+", fustige Marc Rutschlé.

Dans leur communiqué, les syndicats réclament notamment "l'ouverture de négociations salariales".

Un scandale de harcèlement visant plusieurs anciens cadres de l'entreprise, qui compte 18.000 salariés dans le monde, pendant l'été 2020 a aussi laissé des traces, érodant la confiance des salariés envers leur direction.

"Au moment de la tentative de rachat par Vivendi (en 2015), les équipes se mobilisaient pour éviter que Bolloré rachète Ubisoft. Si cela arrivait aujourd'hui, je ne pense pas qu'il y aurait de mobilisation", affirme encore Marc Rutschlé.

La stratégie «ne convainc pas»

Sur le plan financier, l'éditeur français a aussi chuté lourdement en Bourse depuis l'annonce mi-janvier de l'abaissement de ses prévisions financières pour l'ensemble de l'exercice 2022-2023, en raison d'un contexte de "détérioration des conditions macroéconomiques".

Ubisoft a révisé à la baisse son objectif de croissance de chiffre d'affaires sur 2022-2023, avec des ventes en baisse "de plus de 10%" par rapport à l'année précédente, alors qu'il avait initialement communiqué un objectif de croissance "supérieure à 10%".

Conséquence, le cours de son action est revenu à ses plus bas niveaux de 2015-2016.

"Nous sommes déboussolés par l'ampleur des difficultés rencontrées par Ubisoft", avait réagi dans une note Emmanuel Matot, analyste financier chez Oddo BHF, dégradant sa recommandation sur le titre de "surperformance" à "neutre".

"Ubisoft ne convainc pas", explique à l'AFP Charles-Louis Planade, analyste chez Midcap Partners. "Il y a une défiance claire au niveau du management, eu égards aux nombreux avertissements sur les résultats mais aussi par le +deal+ réalisé par la famille Guillemot avec Tencent".

Les fondateurs du champion français du jeu vidéo - la famille Guillemot - ont scellé début septembre une alliance avec le géant chinois Tencent pour sécuriser leur emprise sur Ubisoft, dans un marché du jeu vidéo en pleine consolidation.

Autre élément en sa défaveur: l'énième report du jeu "Skull and Bones", initialement prévu pour novembre 2022, tandis qu'Ubisoft a également indiqué avoir arrêté le développement de trois projets "non annoncés", en plus des quatre arrêts déjà annoncés en juillet 2022.

"Ce n'est pas un cas unique sur le secteur, notamment à cause de la Covid, mais on a l'impression que chez Ubisoft c'est beaucoup plus marqué que chez les autres éditeurs", souligne encore Charles-Louis Planade.

"Après il ne faut pas oublier que la mémoire du marché est courte. Si le groupe sort une année extraordinaire l'année prochaine ou celle d'après, tout le monde aura oublié", ajoute-t-il.


Le groupe marocain Managem poursuit sa ruée vers l’or africain

L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. (Photo, AFP)
L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le groupe, créé en 1928, est dorénavant implanté dans dix pays africains
  • L’objectif du groupe est de figurer parmi les plus importants producteurs d’or africain avec un volume de production de 200 000 onces/an, et une présence renforcée en Afrique de l’Ouest

CASABLANCA: Deux cent quatre-vingts millions de dollars (1 dollar = 0,92 euro)… C’est ce qu’a mis sur la table le groupe marocain Managem, à la fin du mois de décembre 2022, pour acquérir des actifs miniers du groupe canadien Iamgold dans trois pays africains: le Mali, le Sénégal et la Guinée. Une opération financière qui consolide la présence africaine du groupe, réaffirmant ainsi sa ruée vers l’or ouest-africain.

L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. Le groupe, créé en 1928, est dorénavant implanté dans dix pays africains (Guinée, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Éthiopie, Soudan, Gabon, Sénégal, Mali et le Maroc). À noter qu’au Maroc, Managem dispose d’une douzaine de mines produisant des métaux de base, des métaux précieux et des produits dérivés, soit le cuivre, l’argent, l’or, la fluorine, le cobalt, le zinc et le plomb.

Une épopée africaine qui date des années 1990

L’épopée africaine de Managem a commencé vers la fin des années 1990, à travers une prise de participation dans la société d’exploration canadienne Semafo, active en Guinée. En 2005, le groupe a été totalement cédé à Managem. La stratégie africaine a pris forme dès le début des années 2000, en s’implantant notamment au Niger (2004), au Congo (2006), au Soudan (2008), au Gabon (2012) et en Côte d’Ivoire en 2017.

Une stratégie qui s’accélère désormais, car le potentiel minier du continent est colossal et le groupe marocain compte bien en profiter. «Nous sommes heureux d’avoir conclu cet accord avec Iamgold. Cette transaction enrichira notre portefeuille d’actifs déjà solide, renforcera notre rôle de leader régional dans l’activité or en Afrique et consolidera notre position de top-performer au sein de l’industrie minière africaine», déclare le PDG de Managem, Imad Toumi, cité dans le communiqué annonçant la transaction avec les Canadiens. M. Toumi a de quoi être heureux, l’Afrique constituant un relais de croissance prometteur pour le groupe minier marocain qui, rappelons-le, est détenu à hauteur de 71,6% par Al-Mada, un fonds d’investissement marocain à vocation panafricaine.

La course est désormais lancée

La vocation africaine de Managem a ainsi profité à ses indicateurs financiers qui réalisent de bonnes performances. À la fin du mois de septembre, le chiffre d’affaires du groupe a atteint 7,4 milliards de dirhams (1dirham marocain = 0,091 euro), en hausse importante de près de 45% par rapport à la même période en 2021. Une performance que le groupe compte améliorer grâce à ses nouvelles acquisitions et ses projets. Entre 2023 et 2024, l’explorateur minier mobilisera près de 6 milliards de dirhams pour ses futurs investissements, dont 4 milliards rien que pour l’année en cours. Ces investissements n’intègrent pas la récente acquisition effectuée en décembre 2022. Ces budgets sont en forte augmentation si on les compare avec ceux mobilisés en 2022 (1,4 milliard de dirhams) et en 2021 (1,6 milliard de dirhams). 

L’objectif du groupe est de figurer parmi les plus importants producteurs d’or africain avec un volume de production de 200 000 onces/an, et une présence renforcée en Afrique de l’Ouest. Un objectif réalisable, car Managem dispose de plusieurs atouts face à la concurrence chinoise. Le soft power marocain, notamment diplomatique, jouera un rôle primordial dans cette course, en plus de la politique de responsabilité sociétale de Managem axée sur le développement durable et l’implication des populations locales dans ses projets.