Yara al-Najem: l'art au service de l'humanité

Yara al-Najem. (Photo fournie)
Yara al-Najem. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 14 novembre 2022

Yara al-Najem: l'art au service de l'humanité

Yara al-Najem. (Photo fournie)
  • La vie de cette artiste, comme celle des millions de Syriens, prend un tournant décisif avec la guerre civile syrienne qui a commencé en 2011
  • Si son combat artistique est sanctionné dans son pays, il est mis en lumière grâce à des expositions organisées à l’étranger, notamment en Italie, en Jordanie et en Suisse

PARIS: L'art n'a pas de frontières. Cette affirmation peut paraître simpliste, mais elle prend tout son sens lorsque l’on considère le parcours mouvementé et la vision humaniste de la Syrienne Yara al-Najem, qui vit et travaille aujourd’hui dans la capitale française.

1
(Photo fournie)

La vie de cette artiste, comme celle des millions de Syriens, prend un tournant décisif avec la guerre civile syrienne qui a commencé en 2011. À cette époque, elle finit ses études à la faculté des beaux-arts de Damas, qui se trouve dans la province de Soueïda. Cette université a accueilli de grands noms de la culture arabe, comme les musiciens Asmahan et Farid el-Atrache. Étudiante, Yara participe aux manifestations avec sa mère et sa sœur pour réclamer plus de liberté et de dignité; mais elle choisit aussi pour s’exprimer un moyen plus personnel.

En effet, elle montre ses affiches grâce à la plate-forme Facebook. «Dans mon for intérieur, je sentais qu'il était nécessaire que je ne me contente pas de descendre dans la rue. Au départ, j'ai posté sur ma page personnelle des affiches qui reprenaient mes idées. J'ai aussi participé, avec l'aide d'autres artistes syriens, à la publication de vidéos. Il n'y avait pas de confrontation directe, comme c'est le cas lors des manifestations, mais je sentais que j'arrivais à faire passer mes idées et, surtout, à montrer la situation de mon pays.»

«Dans mon for intérieur, je sentais qu'il était nécessaire que je ne me contente pas de descendre dans la rue.»

Yara al-Najem

De fait, Yara al-Najem n’obtient son diplôme universitaire, alors qu'elle a terminé avec succès son projet de fin d’études. Toutefois, si son combat artistique est sanctionné dans son pays, il est mis en lumière grâce à des expositions organisées à l’étranger, notamment en Italie, en Jordanie et en Suisse. Tout le talent de l'artiste syrienne réside dans le fait qu’elle parvient à exprimer les sentiments des Syriens tant à l'intérieur des frontières de son pays qu'à l'étranger. Dans l’un de ses célèbres posters, Yara al-Najem a transposé en dessin un proverbe qui met en lumière la peur que ressentent les Syriens lorsqu’ils évoquent des sujets sensibles: «Les murs ont des oreilles.»

1
(Photo fournie)

Elle quitte rapidement la Syrie et, en 2012, gagne la Turquie. Elle pense alors que ce séjour est temporaire. En 2016, elle connaît l'amère expérience d'être interpellée à la frontière terrestre entre le Liban et la Syrie. Son départ s'est donc transformé en exil. «On pensait que ce serait une situation provisoire. Après l'épisode dramatique de 2016, j'ai décidé de rejoindre le continent européen.»

En avril 2017, elle pose ses bagages en France. Avec l’Hexagone, Yara al-Najem découvre un pays qui, bien qu'il soit un État de droit, est traversé par des problèmes sociaux. «J'ai vécu un choc à mon arrivée en France lorsque j’ai constaté que la situation était compliquée, notamment au niveau des violences et des discriminations à l'égard de femmes.» Elle décide que ses affiches dénonceront ce phénomène et mettront en lumière cette situation sociale qui n’existe pas seulement dans le pays où elle vit, mais aussi à l'échelle planétaire. «Ce sujet n'a pas de frontière. C'est un sujet universel», confie-t-elle.

La vie personnelle et professionnelle de Yara al-Najem s'est transformée, mais son combat reste le même, au service de l'humanité. Elle s’est parfaitement intégrée à la société française et constitue un exemple d'opiniâtreté et de réussite qu'il convient de saluer.

1
(Photo fournie)

Dans sa brochure annuelle, la banque américaine JPMorgan conseille de visiter le Grand Musée égyptien

Le Grand Musée égyptien au Caire. (Photo Twitter)
Le Grand Musée égyptien au Caire. (Photo Twitter)
Short Url
  • La brochure annuelle de la banque suggère des activités récréatives, artistiques et culturelles à pratiquer pendant les vacances
  • La brochure précise que le musée consacré à l'ancienne civilisation égyptienne présentera la collection intégrale de l'enfant roi Toutankhamon

LE CAIRE: Dans sa brochure annuelle , la banque américaine JPMorgan invite ses clients à visiter le Grand Musée égyptien. Cette publication est remise à la clientèle distinguée de cette banque dans le monde entier. Elle suggère des activités récréatives, artistiques et culturelles à pratiquer pendant les vacances. Elle met par ailleurs en évidence les attractions et les lieux les plus attrayants du monde.

Parmi les nombreux lieux qui figurent dans la brochure de cette année, on trouve une photo du Grand Musée égyptien, qui ouvrira bientôt ses portes. De plus amples informations relatives à cette attraction sont également fournies. Le document précise que le musée consacré à l'ancienne civilisation égyptienne présentera la collection intégrale de l'enfant roi Toutankhamon.

Le ministre égyptien du Tourisme et des Antiquités, Ahmed Issa, a salué la décision de la banque de conseiller à ses clients la visite de ce musée, qui s'imposera comme l'un des plus importants établissements de ce type dans le monde.

Le ministre a déclaré que la date d'ouverture du musée serait annoncée dans les plus brefs délais. Il a précisé que des rois, des présidents et de hauts fonctionnaires du monde entier assisteront à son inauguration.

Soha Ali, PDG de la JPMorgan Bank en Égypte et en Afrique du Nord, vient de rencontrer M. Issa. Elle a remercié à cette occasion le ministère du Tourisme et des Antiquités pour la coopération dont il a fait preuve et pour les informations et les photographies relatives au musée qu'il a fournies.

La JPMorgan Bank, le plus important établissement bancaire aux États-Unis et l’un des plus grands du monde, publie sa brochure une fois par an.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Absents depuis 2019, les super-héros de Marvel de retour en Chine

Une jeune femme prend une photo d'une affiche avant de regarder le film "Black Panther : Wakanda Forever" dans un cinéma de Shanghai, le 6 février 2023. Black Panther sortira dans les cinémas chinois après une interruption de deux ans et demi pour les films Marvel. (AFP).
Une jeune femme prend une photo d'une affiche avant de regarder le film "Black Panther : Wakanda Forever" dans un cinéma de Shanghai, le 6 février 2023. Black Panther sortira dans les cinémas chinois après une interruption de deux ans et demi pour les films Marvel. (AFP).
Short Url
  • Les films des studios Marvel, propriété du géant américain Disney, avaient disparu des salles obscures chinoises après la sortie en juillet 2019 de "Spider-Man: Far from Home"
  • La Chine n'autorise chaque année la diffusion en salles que de quelques dizaines de long-métrages étrangers

SHANGHAI : Les super-héros de Marvel ont fait leur retour sur grand écran en Chine mardi après près de quatre ans d'absence, avec le film "Black Panther: Wakanda Forever".

Les films des studios Marvel, propriété du géant américain Disney, avaient disparu des salles obscures chinoises après la sortie en juillet 2019 de "Spider-Man: Far from Home".

La Chine n'autorise chaque année la diffusion en salles que de quelques dizaines de long-métrages étrangers.

Pour les méga-productions de Marvel, immensément populaires dans le pays asiatique, ce marché est crucial: la diffusion dans les cinémas chinois du premier film de la série Black Panther avait généré 105 millions de dollars.

"Je suis toute excitée", a confié une spectatrice faisant la queue lundi soir à Shanghai, pour la première du film programmée à minuit.

"J'avais dû utiliser les sites de streaming pour regarder les deux films précédents (...) mais j'espère que je pourrai regarder les films Marvel plus souvent en salle à partir de maintenant", a-t-elle ajouté, ne donnant que son nom de famille, Chen.

La fin de cet apparent blocage des films Marvel en Chine survient alors que le pays vient de lever ses restrictions sanitaires anti-Covid, qui ont porté un coup dur aux lieux de divertissement dans le pays.

"A cause du Covid, ça fait vraiment longtemps qu'on n'est pas allé au cinéma", raconte Kun, 25 ans, employé d'un hôpital venu voir le film avec des amis.

"On doit travailler demain mais l'opportunité est tellement rare qu'on est venu".

Lin Fan, venue avec son fils de 13 ans, Jiang Xiaoyi, se réjouit de renouer avec une tradition familiale: "(Xiaoyi) a toujours été un fan de Marvel, et pendant la série des Avengers, on allait toujours voir la première à minuit".

Prochaine étape pour les fans chinois: la sortie, le 17 février, de "Ant-Man et la Guêpe: Quantumania".

Les autorités chinoises n'ont jamais expliqué pourquoi les films Marvel avaient soudainement disparu des écrans depuis 2019.

Pendant cette période, Disney avait refusé d'obéir aux censeurs qui réclamait le retrait de toute référence à des relations homosexuelles dans les films Marvel, notamment "Les Eternels" en 2021 et "Doctor Strange in the Multiverse of Madness" en 2022.

Mais le géant américain a aussi été accusé de trop collaborer avec Pékin.

Des appels au boycott, notamment en Occident, avaient été lancés contre sa nouvelle version de "Mulan", car certaines scènes avaient été tournées dans la région du Xinjiang, longtemps frappée par des attentats meurtriers et où la campagne sécuritaire chinoise est accusée de violer les droits humains de la population musulmane.

Deux épisodes des "Simpsons" ont quant eux été retirés du service de streaming Disney+ à Hong Kong. L'un d'eux faisait référence à la répression des manifestations de Tiananmen en 1989 et l'autre évoquait des "camps de travail forcé" en Chine.


Le festival de lumière Noor Riyadh prolonge son exposition jusqu'en mars

La pièce Numinous Najd de l'artiste saoudienne Huda al-Aithan évoque l'une des régions centrales du Royaume et capture le souffle et les récits de son patrimoine. (Photo fournie)
La pièce Numinous Najd de l'artiste saoudienne Huda al-Aithan évoque l'une des régions centrales du Royaume et capture le souffle et les récits de son patrimoine. (Photo fournie)
Short Url
  • Le plus grand festival de lumière du monde, Noor Riyadh, a prolongé jusqu'au 10 mars son exposition intitulée «From Spark to Spirit» («De l'étincelle à l'esprit»)
  • C'est Neville Wakefield qui dirige cette exposition, et Gaida al-Mogren en est la commissaire associée

RIYAD: Le plus grand festival de lumière du monde, Noor Riyadh, a prolongé jusqu'au 10 mars son exposition intitulée «From Spark to Spirit» («De l'étincelle à l'esprit»). Cette décision est motivée par l'immense succès que connaît l'exposition qui se tient dans le quartier Jax de Diriyah, selon les responsables de Riyadh Art.

L'exposition, qui devait se terminer le 4 février, présente des œuvres innovantes d'artistes venus des quatre coins du monde. Elle aborde les thèmes suivants: la technologie, l’architecture et la perception de la lumière.

Le directeur exécutif de Riyadh Art, Khaled al-Hazani, déclare: «“De l'étincelle à l'esprit” est une magnifique exposition qui nous invite à la réflexion. Elle fait suite au succès du festival Noor Riyadh. En effet, elle prend une dimension trois fois plus importante par rapport à l'édition inaugurale.»

noor
Vous pouvez admirer l'œuvre de Diana Thater A Cast of Falcons jusqu'au 10 mars. (Photo fournie).

«La lumière est un élément universel, à la fois émouvant et captivant. En admirant la diversité des thèmes abordés dans le cadre de l'exposition «De l'étincelle à l'esprit», nous comprenons mieux notre relation avec la lumière, qui remonte à la nuit des temps et s'étend jusqu'à l'ère numérique.»

Il s'agit en effet de la 2e édition du festival annuel Noor Riyadh, organisé par Riyadh Art, la première initiative publique en matière d'art en Arabie saoudite. Le festival a placé des œuvres de lumière un peu partout dans la capitale du Royaume. L'objectif de cette initiative est d'embellir la ville autour du thème «Nous rêvons de nouveaux horizons». Aujourd'hui, le festival propose des activités saisonnières de manière à mettre l'art à la portée de tous.

L'exposition «De l'étincelle à l'esprit» s'adresse aussi bien aux amateurs d'art qu'aux enfants ou à ceux qui visitent pour la première fois une galerie d'art. Elle complète à merveille la scène artistique et culturelle florissante de la ville de Riyad et du Royaume dans son ensemble. Nous conseillons à tous de la visiter», ajoute M. Al-Hazani.

 

noor
Eroding Wave, de l'artiste américain Jim Campbell, reproduit le mouvement de la nage en utilisant des ampoules LED en grappes, mettant ainsi en évidence la dynamique des marées. (Photo fournie)

Dans le quartier de Jax, le Riyadh Art Hub propose trente œuvres de lumière complexes qui mettent l'accent sur la façon dont la lumière façonne notre perception du monde. La lumière est utilisée pour amorcer un changement et un dialogue interculturel.

L'exposition propose des œuvres pour tous les âges. Les visiteurs ont la possibilité de s'aventurer dans des mondes inexplorés avec la chambre interactive de l'artiste turc Refik Anado intitulée «Machine Dreams: Space», ou avec Thnan, la pièce flamboyante de l'artiste saoudien Moath Alofi inspirée par les volcans dormants du Royaume.

C'est Neville Wakefield qui dirige cette exposition, et Gaida al-Mogren en est la commissaire associée.

noor
L'exposition propose des œuvres pour tous les âges. Les visiteurs ont la possibilité de s'aventurer dans des mondes inexplorés avec la chambre interactive de l'artiste turc Refik Anado intitulée «Machine Dreams: Space», ou avec Thnan, la pièce flamboyante de l'artiste saoudien Moath Alofi inspirée par les volcans dormants du Royaume. (Photo fournie)

Pour Mme Al-Mogren, «le voyage à travers les espaces de l'exposition baptisée “De l'étincelle à l'esprit” représente un véritable dialogue entre les générations. Il met en lumière les inspirations venues d'Arabie saoudite et du monde entier ainsi que celles qui émanent d’artistes chevronnés ou d'autres, prometteurs. En outre, l'exposition met en lumière les transformations culturelles accélérées qui marquent le Moyen-Orient, en particulier le Royaume.

«La lumière sous-tend toute forme de vie sur notre planète. Elle est essentielle à notre santé physique et mentale. L'exposition “De l'étincelle à l'esprit” nous éclaire sur la façon dont nous percevons les différents détails, les couleurs individuelles, le mouvement, la vivacité et bien d'autres éléments encore. Les visiteurs se sont déclarés jusque-là enchantés par cet événement.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com