La Corée du Nord regrette l'«attitude déplorable» du chef de l'ONU après un tir de missile balistique

Le leader nord-coréen Kim Jong Un marchant avec sa fille alors qu'il inspecte un nouveau missile balistique intercontinental à Pyongyang (Photo, AFP).
Le leader nord-coréen Kim Jong Un marchant avec sa fille alors qu'il inspecte un nouveau missile balistique intercontinental à Pyongyang (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 21 novembre 2022

La Corée du Nord regrette l'«attitude déplorable» du chef de l'ONU après un tir de missile balistique

  • Kim Jong Un réaffirmé qu'il recourrait à la bombe atomique en cas d'attaque nucléaire contre son pays
  • Cela «prouve clairement» que M. Guterres «est une marionnette des États-Unis»

SEOUL: La ministre nord-coréenne des Affaires étrangères a critiqué dimanche l'"attitude déplorable" du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, qui a condamné un tir récent par Pyongyang d'un missile balistique intercontinental, a annoncé l'agence étatique KCNA.

"J'exprime mon profond regret du fait que le secrétaire général de l'ONU observe une attitude vraiment déplorable, oublieuse de l'objectif et des principes de la Charte des Nations unies et de sa mission même qui est de maintenir l'impartialité, l'objectivité et l'équité sur tous les sujets", a déclaré la ministre Choe Son Hui.

Elle a ajouté que cela "prouve clairement" que M. Guterres "est une marionnette des États-Unis".

Le chef de l'ONU avait appelé vendredi la Corée du Nord à "immédiatement s'abstenir" de toute nouvelle "provocation" après ce nouveau tir, en appelant à nouveau Pyongyang à revenir à la table des négociations.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a indiqué samedi qu'il allait se réunir lundi pour discuter de la situation.

Appelant l'organe de l'ONU à "répondre de manière appropriée", l'Union européenne a condamné "une action dangereuse, illégale et irresponsable".

Les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont intensifié ces derniers mois leurs manœuvres militaires conjointes depuis que Kim Jong Un a déclaré en septembre que le statut d'État nucléaire de la Corée du Nord était "irréversible".

Séoul et Washington ont notamment mené fin octobre et début novembre les plus grands exercices aériens communs de leur histoire.

Dimanche, la ministre nord-coréenne des affaires étrangères a rappelé que les autorités de Pyongyang avaient "récemment mis en garde le secrétaire général de l'ONU pour qu'il examine la question de la péninsule coréenne avec impartialité et objectivité".

Elle a mis en avant la politique d'"autodéfense" de la Corée du Nord "dans un environnement sécuritaire inquiétant dans la région en raison de la dangereuse coopération militaire entre les États-Unis et ses forces vassales".

"Le secrétaire général de l'ONU a pourtant rendu responsable la Corée du Nord plutôt que les États-Unis", a assuré la ministre.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait supervisé le lancement de son dernier missile balistique intercontinental accompagné de sa fille, qu'il a dévoilée au monde pour la première fois, selon un message publié samedi par l'agence KCNA.

M. Kim a aussi réaffirmé qu'il recourrait à la bombe atomique en cas d'attaque nucléaire contre son pays, selon KCNA.


L'ancien vice-président Mike Pence a déposé sa candidature à la Maison Blanche

L'ancien vice-président américain Mike Pence prend la parole lors du coup d'envoi du printemps de la Iowa Faith & Freedom Coalition à West Des Moines, Iowa, États-Unis, le 22 avril 2023 (Photo, Reuters).
L'ancien vice-président américain Mike Pence prend la parole lors du coup d'envoi du printemps de la Iowa Faith & Freedom Coalition à West Des Moines, Iowa, États-Unis, le 22 avril 2023 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le conservateur officialisera mercredi, le jour de ses 64 ans, son entrée en lice avec une vidéo
  • Mike Pence avait aidé Donald Trump à conquérir la droite religieuse en étant son colistier lors de la campagne présidentielle de 2016

WASHINGTON: L'ancien vice-président Mike Pence a déposé lundi sa candidature à la Maison Blanche, selon des documents publiés par la commission électorale fédérale (FEC), et défiera donc son ancien patron Donald Trump lors des primaires républicaines de 2024.

Le conservateur officialisera mercredi, le jour de ses 64 ans, son entrée en lice avec une vidéo, puis un meeting à Des Moines dans l'Iowa et terminera la journée sur un plateau de la chaîne CNN, selon ses proches.

Il rejoint une arène de candidats républicains déjà bien remplie, avec une dizaine de prétendants qui, pour l'heure, sont tous largement distancés dans les sondages par l'ancien président.

Chrétien évangélique, farouche opposant à l'avortement, Mike Pence avait aidé Donald Trump à conquérir la droite religieuse en étant son colistier lors de la campagne présidentielle de 2016. Après des années de loyauté indéfectible, il a changé de ton à la suite de l'assaut contre le Capitole, qui a ébranlé la démocratie américaine le 6 janvier 2021.

Ce jour-là, Mike Pence dirigeait, en tant que vice-président, la séance au Congrès, lors de laquelle les élus devaient certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle de 2020. Bien qu'il n'ait qu'un rôle protocolaire, Donald Trump avait insisté pour qu'il refuse de valider l'élection du démocrate.

Rupture avec Trump

L'ancien gouverneur de l'Indiana n'avait pas obtempéré, ce qui lui a valu une forte inimitié chez les partisans du milliardaire. Entrés par la force dans le Capitole, certains avaient appelé à "pendre" Mike Pence, qui avait dû se cacher à la hâte.

Depuis, il a jugé que les mots du président avaient été "irresponsables" et l'avaient "mis en danger".

La rupture entre les deux hommes compromet les chances de Mike Pence, que les nombreux militants fidèles à Donald Trump continuent de considérer comme un "traître". L'homme à la sage mèche blanche plafonne autour de 3,8% des intentions de vote, loin derrière l'ancien président (53,2%), selon la moyenne des derniers sondages effectuée par le site RealClearPolitics.

Il est également distancé par le gouverneur de Floride Ron DeSantis (22,4%), qui mise lui aussi sur un discours très conservateur mais sur un ton plus offensif, ainsi que d'un cheveu par l'ancienne ambassadrice à l'ONU Nikki Haley (4,4%).

Il prépare pourtant sa candidature depuis des mois. Après avoir sorti un livre intitulé "So Help Me God" ("Que Dieu me vienne en aide", non traduit), l'ancien animateur de radio a sillonné le pays, multipliant les prises de paroles dans des États susceptibles de faire la différence lors des primaires républicaines.


L'ONU appelle à «faire plus» pour mettre fin au «désastre» de la pollution plastique

Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement (Photo, AFP).
Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement (Photo, AFP).
Short Url
  • Les deux tiers de la production mondiale de plastique ont une faible durée de vie et deviennent des déchets
  • La production annuelle de plastique a plus que doublé en 20 ans pour atteindre plus de 430 millions de tonnes

ABIDJAN: Les Nations unies ont appelé lundi à "faire plus" pour mettre fin au "désastre de la pollution plastique", à l'occasion de la Journée mondiale pour l'Environnement qu'accueillait cette année Abidjan, en Côte d'Ivoire.

"La façon dont le monde produit, consomme et dispose du plastique a créé un désastre (...). Nous devons en faire plus", a affirmé la directrice du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), Inger Andersen.

"Nous l'utilisons avec abondance et de façon inutile : les pailles, les verres, les sacs, les protections pour le transport des marchandises. Il y a beaucoup à faire au niveau des États mais aussi du secteur du transport", a-t-elle ajouté à l'AFP.

La production annuelle de plastique a plus que doublé en 20 ans pour atteindre plus de 430 millions de tonnes. Elle pourrait tripler d'ici à 2060 si rien n'est fait.

Une première version d'un futur traité international contre la pollution plastique doit être rédigée d'ici novembre, en vue d'un texte définitif fin 2024, selon une résolution adoptée par 175 pays la semaine dernière à Paris.

Journée mondiale pour l'Environnement à Abidjan 

La Journée mondiale pour l'Environnement qui fêtait son 50e anniversaire lundi, se tenait à Abidjan, capitale économique de la Côte d'Ivoire où la pollution plastique, comme dans de nombreuses grandes villes du continent africain, est un fléau important.

"En Afrique, pourquoi nous avons tant de plastique ? Parce que les gens n'ont pas d'eau potable alors ils en achètent en sachets ou en bouteille. Pourquoi y a-t-il autant de déchets dans les rues ? Parce qu'il n'y a pas d'infrastructure de collecte", a déploré Mme Andersen, saluant toutefois "l"ouverture au dialogue" des autorités ivoiriennes sur le sujet.

En 2013, le gouvernement ivoirien avait décidé d'interdire la production, la commercialisation, la détention et l'utilisation des sachets plastiques. Mais la mesure reste très peu appliquée dans le pays.

Les deux tiers de la production mondiale de plastique ont une faible durée de vie et deviennent des déchets après une ou quelques utilisations.

Quelque 22% sont abandonnés (décharges sauvages, incinérations à ciel ouvert ou rejet dans la nature), et moins de 10% sont recyclés.


La Maison Blanche insiste sur les risques créés par les manoeuvres militaires chinoises «agressives»

John Kirby, coordinateur du Conseil de sécurité nationale des États-Unis pour les communications stratégiques (Photo, AFP).
John Kirby, coordinateur du Conseil de sécurité nationale des États-Unis pour les communications stratégiques (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Pentagone avait déjà dénoncé dimanche les actions «de plus en plus risquées» de l'armée chinoise en Asie
  • La marine américaine a accusé samedi un navire chinois d'avoir zigzagué de façon «dangereuse» autour d'un destroyer américain

WASHINGTON: Les manoeuvres militaires chinoises, qualifiées d'"agressives" par Washington, risquent à terme d'entraîner des blessures, a averti lundi la Maison Blanche, après un incident maritime au cours du week-end.

La marine américaine a accusé samedi un navire chinois d'avoir zigzagué de façon "dangereuse" autour d'un destroyer américain dans le détroit de Taïwan, moins de 10 jours après un incident aérien entre les deux pays dans la région.

"Ce n'est qu'une question de temps avant que quelqu'un ne soit blessé", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, lors d'une conférence de presse.

Il a fustigé des manoeuvres à la fois "dangereuses" et "non professionnelles", selon lui.

Le Pentagone avait déjà dénoncé dimanche les actions "de plus en plus risquées" de l'armée chinoise en Asie.

Le 26 mai, un pilote d'avion de combat chinois avait effectué "une manœuvre agressive injustifiée" près d'un appareil de reconnaissance américain qui survolait la mer de Chine méridionale, selon des militaires américains.