Résilience et savoir-faire technologique, deux éléments indispensables aux PME saoudiennes

Les petites et moyennes entreprises du secteur industriel en Arabie saoudite doivent se muer en entreprises résilientes et technologiquement avancées si elles souhaitent se lancer sur le marché mondial. (Shutterstock)
Les petites et moyennes entreprises du secteur industriel en Arabie saoudite doivent se muer en entreprises résilientes et technologiquement avancées si elles souhaitent se lancer sur le marché mondial. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Lundi 21 novembre 2022

Résilience et savoir-faire technologique, deux éléments indispensables aux PME saoudiennes

  • Dans un rapport intitulé «La transformation des chaînes d'approvisionnement industrielles», KPMG propose une feuille de route destinée aux PME saoudiennes
  • Le rapport suggère que les PME devront employer des tierces parties pour accélérer leur numérisation

RIYAD: Le réseau multinational de services professionnels KPMG indique dans un rapport que les petites et moyennes entreprises (PME) du secteur industriel en Arabie saoudite doivent se muer en entreprises résilientes et technologiquement avancées si elles souhaitent se lancer sur le marché mondial et affronter la concurrence internationale.  

Dans un rapport intitulé «La transformation des chaînes d'approvisionnement industrielles», KPMG propose une feuille de route destinée aux PME saoudiennes. Selon ce document, les entreprises locales ont besoin de mener des études de marché afin de déterminer la région ou le secteur à privilégier.  

Le rapport suggère que les PME devront également employer des tierces parties pour accélérer leur numérisation; ces dernières leur fourniront les compétences techniques et l'expérience nécessaires à l'élaboration de nouvelles solutions numériques, à l'amélioration des capacités, à la surveillance des performances et au maintien des relations avec les entrepreneurs.  

KPMG invite donc les PME locales à recourir à la technologie pour résoudre leurs problèmes commerciaux, sans pour autant dépendre d'une main-d'œuvre qualifiée.  

Le rapport invite par ailleurs les PME à accélérer leur pénétration sur le marché en stimulant l'innovation et la conception de produits grâce à l’utilisation de la technologie et des compétences spécialisées. 

Pour pouvoir rivaliser au niveau mondial, les PME ont besoin de procéder à une gestion de la qualité qui leur permette de garantir la conformité de leurs produits aux normes internationales pertinentes et de rejoindre les chaînes de valeur mondiale des sociétés en transition.  

«Durant ce parcours, les PME seront probablement confrontées à de nombreux défis. Ces derniers pourront connaître une ampleur accrue en raison de phénomènes et de chocs mondiaux, à l'instar de la pandémie de Covid-19 qui a envahi le monde», explique Kenan Nouwailati, qui dirige le service de conseil sur les achats, la chaîne d'approvisionnement et le contenu local auprès de KPMG Arabie saoudite.  

La mondialisation permet aux PME industrielles de relever plusieurs défis auxquels elles se trouvent confrontées au niveau national. Parmi eux, citons les fluctuations de l'offre et de la demande, le recrutement d'une main-d'œuvre qualifiée et expérimentée, la mobilisation d'investissements, les défis liés à la réglementation ainsi que le rythme soutenu de la numérisation.  

Les PME réussiront sur le long terme et elles surmonteront les défis auxquels elles font face si elles bénéficient d'un soutien financier et de conseils appropriés tels que la Stratégie nationale pour l'industrie. 

«Aujourd'hui, l'Arabie saoudite s'emploie à diversifier ses sources de revenus, à développer son économie non pétrolière et à améliorer la participation des PME et du secteur industriel au produit intérieur brut [PIB]. Il convient donc de soutenir les entreprises industrielles émergentes du pays», souligne Omar al-Halabi, directeur du Global Strategy Group de KPMG en Arabie saoudite.  

Cette annonce intervient au moment où la Social Development Bank a signé un accord avec le National Technology Development Program qui porte sur l'exploitation d'un financement d'une valeur de 200 millions riyals saoudiens, soit 53,2 millions de dollars (1 dollar = 0,98 euro). Ce financement sera alloué aux PME spécialisées dans la technologie en vue de les rendre plus compétitives et de leur permettre de jouer un rôle déterminant dans l'économie du pays, conformément à la Vision 2030 de l'Arabie saoudite.  

Les PME saoudiennes ont suivi une trajectoire ascendante au cours du premier semestre de l'année 2022 grâce à la volonté du Royaume d'encourager l'esprit d'entreprise et de stimuler l'investissement dans les start-up et les petites entreprises en vertu de la Vision 2030.  

Le nombre de PME enregistrées en Arabie saoudite est passé à 892 063 à la fin du mois de juin. Selon l'Autorité générale des PME, cette hausse représente une progression de 25,6% par rapport au niveau enregistré au quatrième trimestre de l’année 2021. 

Les régions les plus prisées par les start-up sont Riyad et La Mecque. Selon le rapport trimestriel de Monsha’at, intitulé «SME Monitor», elles abritent respectivement 35,4% et 21% des PME du Royaume. 

La province orientale se classe troisième; elle compte 12,7% des PME d'Arabie saoudite. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Nouvelle année de croissance aux Etats-Unis en 2022, mais la récession menace

Le président Joe Biden, qui devrait annoncer bientôt s'il brigue un second mandat à la Maison Blanche, a salué ces "très bonnes nouvelles concernant l'économie américaine". (Photo, AFP)
Le président Joe Biden, qui devrait annoncer bientôt s'il brigue un second mandat à la Maison Blanche, a salué ces "très bonnes nouvelles concernant l'économie américaine". (Photo, AFP)
Short Url
  • La croissance du Produit intérieur brut (PIB) s'est établie à 2,1% pour l'ensemble de l'année 2022, a annoncé jeudi le département du Commerce
  • C'est un rythme ralenti par rapport à 2021, millésime qui avait connu la plus forte croissance depuis 1984: 5,9%

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont achevé 2022 en croissance, les Américains ayant continué à consommer malgré un pouvoir d'achat réduit par la hausse des taux d'intérêts et l'inflation, et la question désormais est de savoir si le pays connaîtra ou non une récession en 2023.

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) s'est établie à 2,1% pour l'ensemble de l'année 2022, a annoncé jeudi le département du Commerce.

C'est un rythme ralenti par rapport à 2021, millésime qui avait connu la plus forte croissance depuis 1984: 5,9%. L'année précédente avait, elle, vu le plus fort recul du PIB depuis 1946 (-3,5%) et deux mois de récession à cause de la Covid-19.

Le président Joe Biden, qui devrait annoncer bientôt s'il brigue un second mandat à la Maison Blanche, a salué ces "très bonnes nouvelles concernant l'économie américaine", lors d'un déplacement à Springfield (Virginie), en grande banlieue de Washington, y voyant "la preuve que (son) plan économique (...) fonctionne réellement".

"L'été dernier, beaucoup d'analystes de Wall Street disaient que d'ici la fin de l'année, il y aurait une récession. Ils me disent depuis que j'ai été élu qu'il y aura une récession", a-t-il ironisé.

Sur le seul quatrième trimestre, la croissance est de 2,9% en rythme annualisé, mesure privilégiée par les Etats-Unis qui compare le PIB à celui du trimestre précédent puis projette l'évolution sur l'année entière à ce rythme. Elle est de 0,7% en comparant le trimestre au précédent, comme le font d'autres économies avancées.

La consommation, pilier de l'économie

Le PIB est "plus fort qu'attendu", a souligné Rubeela Farooqi, cheffe économiste pour HFE.

Cependant, "la majeure partie de la progression s'est produite au début du trimestre et le coeur de l'économie était faible", et "une performance répétée début 2023 est peu probable", a commenté Oren Klachkin, économiste pour Oxford Economics.

L'année 2022 avait pourtant mal commencé, avec deux trimestres de recul du PIB (-1,6% au premier trimestre, puis -0,6% au deuxième), avant le retour de la croissance au troisième trimestre (+3,2%).

La consommation, moteur de l'économie américaine, est restée solide fin 2022 malgré les bâtons que la banque centrale américaine (Fed) lui a mis dans les roues, espérant ainsi faire ralentir une inflation bien trop élevée.

Alors que les Américains ont largement recours au crédit pour leurs achats, l'institution relève son taux directeur, poussant les banques commerciales à augmenter les taux d'intérêt.

Cela rogne le pouvoir d'achat des consommateurs, qui souffrait déjà de l'inflation.

Et pour 2023, croissance ou récession?

"Pour le moment, les indicateurs économiques pointent plutôt vers une récession, qui aurait débuté au tournant de l'année, décembre-janvier", a dit à l'AFP Gregory Daco, chef économiste pour EY Parthenon.

Mais, a-t-il nuancé, même si le taux de chômage --de 3,5% en décembre-- augmente un peu, il pourrait rester "historiquement bas". "C'est l'élément clé qui soutient la consommation", elle-même "pilier de l'économie américaine", a-t-il ajouté.

«Rempart»

Mais, même si l'économie américaine reste en croissance en 2023, cette dernière pourrait être si faible "qu'il faudra plisser les yeux pour dire s'il s'agit d'une récession ou non", autour de 1% pour l'année.

Un seul organisme est habilité aux Etats-Unis à déterminer les périodes de récession: le Bureau national de la recherche économique (NBER). Mais ses annonces sont publiées avec plusieurs mois de délai.

Et une autre menace s'ajoute désormais: le plafond de la dette, atteint la semaine dernière. Sans accord au Congrès, les Etats-Unis pourraient se retrouver à terme en situation de défaut de paiement.

Un défaut de paiement "serait une catastrophe économique sans précédent", alerte l'élu démocrate Brendan Boyle, membre de la Commission du budget de la Chambre, dans un communiqué.


Canada: TotalEnergies rachète des parts dans un projet de sables bitumineux avant de s'en séparer

Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation
  • TotalEnergies EP Canada «en détiendra 31,23%» à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement

PARIS: TotalEnergies a annoncé vendredi qu'il allait acquérir des parts supplémentaires d'un projet d'exploitation de sables bitumineux au Canada avant de se séparer de ces activités en introduisant en Bourse sa filiale canadienne dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens (215 M EUR) à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation, ainsi que des accords commerciaux et logistiques associés, dans le champ de sables bitumineux de Fort Hills, dans la Province de l'Alberta, d'une valeur totale de quelque 5 milliards de dollars canadiens (3,45 Mds EUR).

Le reste du capital sera détenu par Suncor Energy, actuellement à 54,1%. Le groupe canadien, opérateur du projet, va également racheter des parts à Teck, qui se retire de Fort Hills, dont il possède actuellement 21,3%.

TotalEnergies EP Canada "en détiendra 31,23%" à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement, selon un communiqué.

La transaction doit créer de meilleures conditions pour réaliser l'introduction en Bourse de la filiale canadienne, qui détient aussi 50% du projet similaire de Surmont en Alberta.

Dès cette année, et après un vote à l'assemblée générale en mai, TotalEnergies prévoit de se séparer de la filiale canadienne à travers un "spin-off" annoncé en septembre, dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

Le géant pétrolier assure vouloir "concentrer ses nouveaux investissements pétroliers sur des projets à faible intensité carbone".

"Nos actionnaires recevront des actions de cette entreprise", avait expliqué Patrick Pouyanné lors de la présentation stratégique du groupe, qui restera temporairement actionnaire minoritaire pour faciliter la transition vers l'indépendance de la filiale.

Le rachat de parts dans Fort Hills doit permettre de "créer de la valeur pour les futurs actionnaires de l'entité", selon Jean-Pierre Sbraire, directeur financier de TotalEnergies.

Mais les sables bitumineux canadiens sont les deux projets du portefeuille qualifiés depuis une évaluation en juin 2022 de "stranded assets" par le groupe, une expression qui désigne des actifs "échoués" ou "bloqués" ayant perdu leur valeur.

TotalEnergies avait enregistré des dépréciations de plusieurs milliards d'euros après cette réévaluation, qui prenait en compte les perspectives sur le prix du pétrole et la transition énergétique, dont 7 milliards sur les sables bitumineux au Canada.

Un "stranded asset" est un projet aux réserves de plus de 20 ans ayant des coûts de production élevés, et qui ne pourra donc pas être totalement exploité avant 2050.


Grève, chute en Bourse, jeux annulés... Ubisoft en pleine tourmente

Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans. (Photo, AFP)
Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • De mémoire de syndicaliste, c'est la « première» grève d'une telle ampleur de l'histoire d'Ubisoft, depuis la création en 1986 de l'éditeur à l'origine de la série « Assassin's Creed»
  • Ce qui a mis le feu au poudre chez Ubisoft ? Un mail interne envoyé par le PDG Yves Guillemot, évoquant « des ajustements structurels» à venir

PARIS: Appel à la grève inédit de l'ensemble de son personnel en France, chute en Bourse, jeux annulés... Le géant français des jeux vidéo Ubisoft vit une crise multiple depuis l'annonce mi-janvier de l'abaissement de ses prévisions financières pour l'ensemble de l'exercice 2022-2023.

Le syndicat des travailleurs et travailleuses du jeu vidéo (STJV) et Solidaires Informatique ont lancé un "appel à la grève" de toutes les entités françaises d'Ubisoft, ce vendredi de 14h00 à 18h00, pour dénoncer les pratiques managériales de la direction.

De mémoire de syndicaliste, c'est la "première" grève d'une telle ampleur de l'histoire d'Ubisoft, depuis la création en 1986 de l'éditeur à l'origine de la série "Assassin's Creed", souligne auprès de l'AFP Marc Rutschlé, représentant de section syndicale chez Solidaires Informatique.

Un mouvement de revendication assez rare dans le milieu du jeu vidéo, marqué récemment par la grève de cinq semaines des employés de l'éditeur Activision Blizzard fin 2021 qui a abouti en mai dernier à la création du premier syndicat au sein de l'entreprise américaine.

Ce qui a mis le feu au poudre chez Ubisoft ? Un mail interne envoyé par le PDG Yves Guillemot, évoquant "des ajustements structurels" à venir alors qu'Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans.

"Pour nous, cela veut dire des plans de licenciements. Et quand on parle de faire des économies, cela veut dire virer des gens et ne pas augmenter le salaire de ceux qui restent. Sachant qu'on nous met la pression en disant: +c'est à vous de faire mieux+", fustige Marc Rutschlé.

Dans leur communiqué, les syndicats réclament notamment "l'ouverture de négociations salariales".

Un scandale de harcèlement visant plusieurs anciens cadres de l'entreprise, qui compte 18.000 salariés dans le monde, pendant l'été 2020 a aussi laissé des traces, érodant la confiance des salariés envers leur direction.

"Au moment de la tentative de rachat par Vivendi (en 2015), les équipes se mobilisaient pour éviter que Bolloré rachète Ubisoft. Si cela arrivait aujourd'hui, je ne pense pas qu'il y aurait de mobilisation", affirme encore Marc Rutschlé.

La stratégie «ne convainc pas»

Sur le plan financier, l'éditeur français a aussi chuté lourdement en Bourse depuis l'annonce mi-janvier de l'abaissement de ses prévisions financières pour l'ensemble de l'exercice 2022-2023, en raison d'un contexte de "détérioration des conditions macroéconomiques".

Ubisoft a révisé à la baisse son objectif de croissance de chiffre d'affaires sur 2022-2023, avec des ventes en baisse "de plus de 10%" par rapport à l'année précédente, alors qu'il avait initialement communiqué un objectif de croissance "supérieure à 10%".

Conséquence, le cours de son action est revenu à ses plus bas niveaux de 2015-2016.

"Nous sommes déboussolés par l'ampleur des difficultés rencontrées par Ubisoft", avait réagi dans une note Emmanuel Matot, analyste financier chez Oddo BHF, dégradant sa recommandation sur le titre de "surperformance" à "neutre".

"Ubisoft ne convainc pas", explique à l'AFP Charles-Louis Planade, analyste chez Midcap Partners. "Il y a une défiance claire au niveau du management, eu égards aux nombreux avertissements sur les résultats mais aussi par le +deal+ réalisé par la famille Guillemot avec Tencent".

Les fondateurs du champion français du jeu vidéo - la famille Guillemot - ont scellé début septembre une alliance avec le géant chinois Tencent pour sécuriser leur emprise sur Ubisoft, dans un marché du jeu vidéo en pleine consolidation.

Autre élément en sa défaveur: l'énième report du jeu "Skull and Bones", initialement prévu pour novembre 2022, tandis qu'Ubisoft a également indiqué avoir arrêté le développement de trois projets "non annoncés", en plus des quatre arrêts déjà annoncés en juillet 2022.

"Ce n'est pas un cas unique sur le secteur, notamment à cause de la Covid, mais on a l'impression que chez Ubisoft c'est beaucoup plus marqué que chez les autres éditeurs", souligne encore Charles-Louis Planade.

"Après il ne faut pas oublier que la mémoire du marché est courte. Si le groupe sort une année extraordinaire l'année prochaine ou celle d'après, tout le monde aura oublié", ajoute-t-il.