L’Algérie a accueilli le premier salon dédié aux petites et moyennes entreprises arabes

La conférence sur les PME arabes sur la thématique de l'Industrie intelligente au Palais des expositions Safex à Alger. (Photo, Hakima Bedouani)
La conférence sur les PME arabes sur la thématique de l'Industrie intelligente au Palais des expositions Safex à Alger. (Photo, Hakima Bedouani)
Short Url
Publié le Jeudi 24 novembre 2022

L’Algérie a accueilli le premier salon dédié aux petites et moyennes entreprises arabes

  • L’événement avait pour objectif de construire une plate-forme consacrée au commerce, aux échanges et à la coopération pour les entreprises du monde arabe
  • Plus de quatre cents participants représentant huit cents marques industrielles et de services dans divers secteurs étaient présents

PARIS: Organisés par le ministère du Commerce, en coopération avec l’Union arabe pour le développement des exportations industrielles (AUIED) et la Société algérienne des foires et exportations (Safex), l’Algérie a accueilli la Conférence et le Salon internationaux sur les petites et moyennes entreprises (PME) arabes (Smex Algeria). 

Sous la thématique «La quatrième révolution industrielle: défis et opportunités pour les PME», l’événement avait pour objectif de construire une plate-forme consacrée au commerce, aux échanges et à la coopération pour les entreprises du monde arabe. Selon les organisateurs, le Smex a été initié pour «l’intérêt des petites et moyennes entreprises qui sont à la recherche de nouvelles opportunités commerciales et une présence accrue sur le marché». 

image 4
Kamel Rezig, ministre du Commerce et la Promotion des Exportations visitant le salon Smex Algeria 2022. (Photo, Hakima Bedouani)

Présentation de produits industriels, proposition de solutions intelligentes, automatisation industrielle et services logistiques, tendances et innovations, ainsi que diverses rencontres d’affaires et un espace d’exposition de 14 000 m² au Palais des expositions Safex à Alger avaient été programmés. Plus de quatre cents participants représentant huit cents marques industrielles et de services dans divers secteurs (industries mécaniques, télécommunications, tourisme, nouvelles technologies, logistique ou encore industrie agroalimentaire) étaient présents. 

Partenariat entre les pays arabes et l’Afrique

Pour Ahmed Zeghdar, le ministre algérien de l’Industrie, le Smex constitue «une occasion propice pour examiner les moyens de promouvoir l’investissement et stimuler l’intégrité et le partenariat entre les pays arabes et l’Afrique». Le ministre de l’Industrie souligne que le cadre juridique ouvre de larges perspectives de partenariat, d’investissement et d’échange commercial entre les pays arabes et africains. Il précise également qu’il est nécessaire de créer une dynamique active entre les institutions officielles arabes, notamment à travers la création d’espaces d’échange et de débat fructueux et un dialogue constructif pour unifier les efforts.

De son côté, Ali Bey Naceri, expert international en commerce extérieur et ancien président de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal), plaide pour que les pays arabes passent à une «deuxième génération d’accords de libre-échange», ce qui permettrait de créer une synergie des avantages de chaque État arabe. Pour lui, «les PME sont l’un des moteurs de la croissance et l’un des indicateurs de la compétitivité aussi bien des entreprises que des nations». 

Quant à Mohammed Ahmad Mostefa, directeur général de la Société africaine du commerce et des affaires mauritaniennes, il affirme que «la situation économique mondiale exige le développement des capacités arabes dans le domaine de l’industrialisation, de l’investissement et la création de plusieurs partenariats». Il indique que l’Algérie dispose «d’une base industrielle qui permet le renforcement des échanges économiques interarabes et interafricains, notamment pour les PME». 

Rencontres d’affaires et débats fructueux

Plus de cinquante intervenants, dont des experts internationaux, ont évoqué diverses thématiques: rôle des PME dans l’économie mondiale, environnement des affaires, impact de l’investissement sur l’activité ainsi que la mise à niveau et les outils de financement des PME. Ces assises ont permis d’échanger autour des moyens de développer les PME arabes, notamment face aux défis de la révolution industrielle 4.0 et de la mutation numérique. 

La dernière journée, consacrée à l’industrie 4.0, a réuni de nombreux experts. Parmi eux, Kalilia Hemachi, ingénieure en génie civil, enseignante à l’École polytechnique d’Alger et consultante en innovation, a évoqué les solutions pour la réduction de la fracture numérique des PME arabes. L’experte recommande de travailler davantage sur la traçabilité de la prise de décision. «Le jour où l’on s’engagera à dématérialiser notre processus de prise de décision, on devra se baser sur ce que l’industrie intelligente nécessite comme technologie.» La scientifique plaide pour que les PME arabes s’orientent vers une industrie intelligente. «Les pays arabes doivent avoir une approche holistique afin de définir les priorités pour mettre en place l’écosystème et instaurer la culture de la digitalisation.»

 

Algérie: Vers le renforcement de la flotte marchande
Par omar kharoum -
Algérie: Tebboune bientôt en visite officielle à Moscou
Par Arab News en français -

Oxfam pousse un cri d'alarme sur la «financiarisation du logement»

La directrice d’Oxfam, Gabriela Bucher (Photo, AFP).
La directrice d’Oxfam, Gabriela Bucher (Photo, AFP).
Short Url
  • Intitulé «Logement: inégalités à tous les étages», ce premier rapport d'Oxfam consacré au logement dresse le constat d'un creusement des inégalités
  • Premier poste de dépense contrainte des Français, le logement est passé d'une part de 9,5% du revenu brut des ménages en 1960 à 23% aujourd'hui

PARIS: "Carburant des inégalités", le logement est soumis à une "course au profit" de la part d'acteurs privés, alors qu'il s'agit d'un droit fondamental qui devrait être "inscrit dans la Constitution", alerte Oxfam France dans un rapport publié lundi.

Intitulé "Logement: inégalités à tous les étages", ce premier rapport d'Oxfam consacré au logement dresse le constat d'un creusement des inégalités dans l'accès à un logement abordable et rénové en France.

"On s'est rendu compte que la question du logement est le carburant de toutes les inégalités", a déclaré lors d'une conférence de presse Cécile Duflot, directrice générale d'Oxfam France, rappelant qu'en 20 ans les prix des biens immobiliers ont augmenté "quatre fois plus vite que les revenus".

Premier poste de dépense contrainte des Français, le logement est passé d'une part de 9,5% du revenu brut des ménages en 1960 à 23% aujourd'hui, voire 32% pour les plus modestes, souligne l'association spécialisée dans la lutte contre les inégalités et la pauvreté.

Le rapport fait état d'un désengagement progressif de l'Etat, qui "a ouvert la voie au secteur privé et aux investisseurs financiers, jusqu'à la financiarisation", provoquant des "déséquilibres importants entre l'offre et la demande".

C'est le cas du logement intermédiaire, segment situé entre le parc social et l'offre privée, avec la multiplication de résidences privées (étudiantes et seniors) "au détriment d'une offre abordable pour les plus précaires", observe Oxfam, rappelant qu'un étudiant consacre 44% à 60% de son budget mensuel au logement.

Droit au logement

Pour attirer les investisseurs, la réponse politique a été de "développer des niches fiscales", mais trois d'entre elles "ont coûté près de 11 milliards d'euros en 12 ans", ce qui aurait pu permettre "la construction de plus de 70.500 logements sociaux", ont calculé les auteurs.

Oxfam juge aussi la fiscalité "inadaptée" à la montée des inégalités, favorisant au contraire "l'accumulation du patrimoine immobilier" tout comme l'augmentation de la part des logements vacants et des résidences secondaires.

Parmi les recommandations formulées, le rapport propose d'inscrire le droit au logement dans la Constitution afin qu'il soit élevé au même rang que le droit à la propriété.

Il propose aussi de restreindre voire d'interdire les sociétés d'investissement immobilières cotées (SIIC) dans l'investissement résidentiel, de supprimer les niches fiscales pour les locations type Airbnb et d'offrir la possibilité aux maires d'interdire ces dernières lorsqu'il s'agit de résidences secondaires.

Oxfam souhaite enfin expérimenter l'encadrement des prix du foncier et rendre la taxe foncière plus progressive.


La France autorise pour la première fois des recherches de réserves d'hydrogène naturel

Le premier permis d'exploration de l'hydrogène naturel a été accordé en France le 3 décembre 2023, dans la région des Pyrénées-Atlantiques, et cinq autres sont en attente (Photo, AFP).
Le premier permis d'exploration de l'hydrogène naturel a été accordé en France le 3 décembre 2023, dans la région des Pyrénées-Atlantiques, et cinq autres sont en attente (Photo, AFP).
Short Url
  • Un «permis exclusif de recherches de mines d'hydrogène natif, hélium et substances connexes» a été délivré par le gouvernement français à la société TBH2
  • C'est le premier des projets de recherches d'hydrogène naturel à être autorisé parmi six demandes déposées en France

PARIS: La France a autorisé pour la première fois un projet de recherches d'hydrogène dit "blanc", un combustible naturellement présent dans le sous-sol et dont l'intérêt est croissant pour décarboner l'industrie et les transports, a appris dimanche l'AFP auprès du ministère de la Transition énergétique.

Un "permis exclusif de recherches de mines d'hydrogène natif, hélium et substances connexes" a été délivré par le gouvernement français à la société TBH2 Aquitaine, pour une durée de 5 ans, dans une zone de 225 km2 environ située dans les Pyrénées-Atlantiques (Sud-Ouest), selon un arrêté du 23 novembre signé par la ministre de la Transition énergétique et le ministre délégué à l'Industrie, paru au Journal officiel.

C'est le premier des projets de recherches d'hydrogène naturel à être autorisé parmi six demandes déposées en France, a indiqué le ministère de la Transition énergétique, précisant que les cinq autres sont "à l'instruction".

Le fondateur de la société TBH2 Aquitaine, Vincent Bordmann, s'est réjoui d'un "grand jour".

Selon lui, l'octroi de ce permis signifie que les travaux d'exploration peuvent commencer, à savoir des études, notamment sismiques. Le forage n'interviendra que dans deux ou trois ans, après de nouvelles autorisations.

L'hydrogène est très convoité pour le potentiel de décarbonation qu'il offre aux industries et à la mobilité, à condition d'être lui-même produit à partir d'électricité verte ou décarbonée.

Présent naturellement partout sur la planète, l'hydrogène blanc suscite de fait des appétits croissants car il a l'avantage de ne pas émettre de CO2, un des gaz à effet de serre responsables du changement climatique, contrairement à celui produit à partir d'énergies fossiles dit hydrogène "gris".

Jusqu'à présent, 95% de l'hydrogène produit dans le monde est de l'hydrogène "gris" fabriqué par les industriels de la chimie ou de la pétrochimie par le "réformage" du gaz, un processus très émetteur de gaz à effet de serre.

D'autres formes d'hydrogène existent: "bleu", "vert" et "jaune", selon qu'ils recourent au gaz avec captage de carbone, à des sources d'électricité verte (éolienne, solaire, hydroélectrique) par électrolyse de l'eau ou qu'il est produit à partir d'électricité nucléaire.


Shikata: Le Japon se tourne vers l’Arabie saoudite pour de «nouvelles formes» de collaboration

Le secrétaire du Cabinet japonais aux Affaires publiques, Shikata Noriyuki. (Photo AN)
Le secrétaire du Cabinet japonais aux Affaires publiques, Shikata Noriyuki. (Photo AN)
Short Url
  • Au moment où les négociations de la COP28 se tiennent aux Émirats arabes unis, la décarbonisation fait partie des objectifs et des stratégies vertes de nombreux pays
  • Le Japon ne se concentrera pas seulement sur les émissions de carbone des grandes entreprises, mais aspire également à des logements zéro émission

DUBAÏ: Le secrétaire du Cabinet japonais aux Affaires publiques, Shikata Noriyuki, a déclaré à Arab News Japan que les liens profonds entre son pays et l’Arabie saoudite favoriseraient davantage de possibilités de collaboration.

«Des possibilités émergent pour un nouveau mode de vie», a-t-il déclaré. «Surtout si l’Arabie saoudite joue un rôle de premier plan dans la présentation de ce nouveau mode de vie en ce qui concerne les questions de durabilité.»

Au moment où les négociations de la COP28 se tiennent aux Émirats arabes unis, la décarbonisation fait partie des objectifs et des stratégies vertes de nombreux pays.

M. Shikata soutient que lorsque le Premier ministre japonais, Kishida Fumio, s’est rendu en Arabie saoudite en juillet, il était évident que le Royaume était sur la voie de la transformation.

«Nous voyons des changements très rapides s’opérer au sein du Royaume. C’est très impressionnant», a-t-il ajouté.

Le Japon œuvre également en faveur de sa propre transition, notamment verte. Le secrétaire du Cabinet a toutefois déclaré que le changement nécessiterait une collaboration avec la région du Golfe ainsi qu’avec d’autres pays asiatiques.

«Nous voulons travailler sur des projets ou des investissements communs pour encourager une telle transition verte dans le reste de l’Asie», a-t-il déclaré. «Cela est en quelque sorte propice à notre vision d’un espace indopacifique libre et ouvert.»

Lors de la COP28, le Japon a présenté sa nouvelle stratégie pour parvenir à une économie zéro carbone, qui inclut, pour la première fois, l’idée d’une tarification du carbone.

Le Japon ne se concentrera pas seulement sur les émissions de carbone des grandes entreprises, mais aspire également à des logements zéro émission.

«Cela inclut des fenêtres isolées pour éviter des coûts de chauffage supplémentaires», a déclaré M. Shikata.

D’autres initiatives ont été mises en place, notamment le corridor commercial Inde-Moyen-Orient récemment annoncé.

«Le Japon est très attentif à cette initiative de connectivité entre l’Inde et le Moyen-Orient», a-t-il déclaré, ajoutant qu’un projet similaire est en cours de préparation avec d’autres pays asiatiques.

«Nous voulons combiner les maisons intelligentes et les transports urbains pour pouvoir, à terme, parler de villes intelligentes, durables et neutres en carbone», soutient M. Shikata dans un entretien accordé à Arab News Japan.

La situation à Gaza figurait également parmi les sujets de discussion lors de la COP28. Le Japon a toujours été en faveur d’une solution à deux États afin de parvenir à la paix.

«Nous travaillons sur le parc agro-industriel de Jéricho et essayons de créer des emplois», a déclaré le secrétaire du Cabinet, ajoutant que le Japon encourage ses entreprises à investir. «Cependant, compte tenu de la situation politique, il est très difficile d’inciter aux investissements.»

Le parc industriel vise à développer un centre d’innovation entièrement fonctionnel à Jéricho en Palestine afin d’améliorer la compétitivité des entreprises locales qui y opèrent.

Selon certaines informations, les frappes israéliennes qui durent depuis le 7 octobre auraient endommagé les bureaux de l’Agence japonaise de coopération internationale à Gaza.

Cependant, M. Shikata affirme qu’une fois que la situation dans l’enclave se sera calmée, les organisations japonaises auront «une bonne motivation pour revenir et soutenir la reconstruction».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arab News Japan. Cliquez ici pour le lire