Des violences éclatent à Bruxelles après le match Maroc-Belgique

Un manifestant tient une fusée rouge en marge de la retransmission en direct du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Belgique et le Maroc, à Bruxelles, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
Un manifestant tient une fusée rouge en marge de la retransmission en direct du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Belgique et le Maroc, à Bruxelles, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 28 novembre 2022

Des violences éclatent à Bruxelles après le match Maroc-Belgique

Un manifestant tient une fusée rouge en marge de la retransmission en direct du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Belgique et le Maroc, à Bruxelles, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
  • Avant même la fin du match, en centre-ville «des dizaines de personnes, dont une partie cagoulée, ont cherché la confrontation avec les forces de l'ordre, ce qui a compromis la sécurité publique», a annoncé la police
  • Elle a fait état d'utilisation de matériel pyrotechnique, de lancers de projectiles, de manifestants armés de bâtons, d'un incendie sur la voie publique et de la destruction d'un feu de signalisation

BRUXELLES: Des violences ont éclaté dimanche à Bruxelles après la victoire du Maroc contre la Belgique à la Coupe du Monde de football, quelques "dizaines de personnes" s'en prenant à du mobilier urbain et aux forces de l'ordre, selon la police.

Avant même la fin du match, en centre-ville "des dizaines de personnes, dont une partie cagoulée, ont cherché la confrontation avec les forces de l'ordre, ce qui a compromis la sécurité publique", a annoncé la police dans un communiqué.

Elle a fait état d'utilisation de matériel pyrotechnique, de lancers de projectiles, de manifestants armés de bâtons, d'un incendie sur la voie publique et de la destruction d'un feu de signalisation.

"Un journaliste a été blessé au visage par des feux d'artifice", toujours selon la police qui a alors décidé d'intervenir avec un canon à eau et des gaz lacrymogène.

Une centaine de policiers, qui ont essuyé des jets de projectiles, étaient mobilisés dans cette intervention.

Les forces de l'ordre ont demandé aux habitants et supporters d'éviter certains quartiers du centre-ville. Des stations de métro ont été fermées et des rues bloquées pour limiter les attroupements.

"Je condamne avec la plus grande fermeté les incidents de cet après-midi. La police est déjà intervenue fermement. Je déconseille donc aux supporters de venir dans le centre-ville. La police engage tous ses moyens pour maintenir l'ordre public", a réagi le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, sur Twitter.

"J'ai donné ordre à la police de procéder à des arrestations administratives des fauteurs de troubles", a-t-il ajouté.


La Corée du Nord annonce «l'élargissement et l'intensification» de ses exercices militaires

Cette photo prise le 6 février 2023 et publiée par l'agence de presse officielle de la Corée du Nord, Korean Central News Agency (KCNA), le 7 février 2023, montre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (au centre) participant à la 4e réunion de la 8e Commission militaire centrale du Parti des travailleurs de Corée à Pyongyang. (PHOTO AFP/KCNA VIA KNS)
Cette photo prise le 6 février 2023 et publiée par l'agence de presse officielle de la Corée du Nord, Korean Central News Agency (KCNA), le 7 février 2023, montre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (au centre) participant à la 4e réunion de la 8e Commission militaire centrale du Parti des travailleurs de Corée à Pyongyang. (PHOTO AFP/KCNA VIA KNS)
Short Url
  • A l'ordre du jour, figurait «l'élargissement et l'intensification constants des opérations et des exercices de combat de l'Armée populaire coréenne (...) afin de strictement perfectionner la préparation à la guerre»
  • En parallèle, des images satellites privées suggèrent que «des préparatifs importants en vue d'une parade» militaire sont en cours dans la capitale Pyongyang, en amont de fêtes nationales qui auront lieu en février

SÉOUL : L'armée nord-coréenne a déclaré qu'elle allait étendre et intensifier ses exercices militaires en vue de "la préparation à la guerre", ont rapporté mardi les médias d'Etat, à l'approche d'une importante parade militaire.

Cet engagement a été pris lors d'une réunion tenue lundi sous la direction du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, à la suite d'exercices aériens conjoints de la Corée du Sud et des Etats-Unis la semaine passée.

A l'ordre du jour, figurait "l'élargissement et l'intensification constants des opérations et des exercices de combat de l'Armée populaire coréenne (...) afin de strictement perfectionner la préparation à la guerre", selon l'agence officielle KCNA.

En parallèle, des images satellites privées suggèrent que "des préparatifs importants en vue d'une parade" militaire sont en cours dans la capitale Pyongyang, en amont de fêtes nationales qui auront lieu en février.

Le 8 février, la Corée du Nord célèbre l'anniversaire de la fondation de ses forces armées, et le 16 février, l'anniversaire de Kim Jong Il, père et prédécesseur de l'actuel leader nord-coréen, Kim Jong Un.

L'état-major inter-armées sudcoréen a déclaré mardi surveiller de près les zones entourant le terrain d'entraînement militaire de Pyongyang, ajoutant y avoir constaté une "forte augmentation du personnel et des véhicules" ces derniers jours.

Ballon nord-coréen

La semaine dernière, Séoul et Washington ont organisé des exercices aériens avec des bombardiers stratégiques et des avions de chasse furtifs, provoquant la colère de Pyongyang, qui a déclaré que de telles manœuvres pourraient "déclencher une confrontation totale".

Cette démonstration de force des deux puissances alliées intervient après que le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, et son homologue sud-coréen ont annoncé une coopération accrue en matière de sécurité face à Pyongyang.

Pour la Corée du Nord, qui perçoit ces manœuvres aériennes comme des répétitions en vue d'une invasion de son territoire, la décision de Séoul et Washington d'intensifier leurs exercices conjoints a franchi "une ligne rouge extrême", a déclaré le ministre nord-coréen des Affaires étrangères.

Le ministère de la Défense sud-coréen a déclaré lundi qu'un ballon nord-coréen avait traversé son espace aérien au cours du week-end, mais a conclu qu'il ne représentait pas une menace.

Il s'agirait d'un ballon météorologique, a rapporté l'agence de presse Yonhap qui cite des responsables. Le ministère de la Défense a déclaré avoir pris des "mesures" sans donner plus de détails.

Samedi, Washington a abattu un ballon de surveillance chinois présumé, Pékin affirmant qu'il s'agissait d'un engin civil qui avait accidentellement pénétré dans l'espace aérien américain.

Renforcer l'armée

Selon Hong Min, chercheur à l'Institut coréen pour l'unification nationale, un organisme de recherche basé à Séoul, la réunion de lundi des gradés nord-coréens visait à souligner que le pays était prêt à faire face aux prochains exercices militaires conjoints et à la guerre.

Yang Moo-jin, professeur à l'Université d'études nord-coréennes de Séoul, a ajouté que la réunion signalait la détermination de Pyongyang à "renforcer agressivement son armée".

Le dirigeant nord-coréen avait appelé début janvier à une "augmentation exponentielle de l'arsenal nucléaire" de la Corée du Nord, incluant la production en masse d'armes nucléaires tactiques et le développement de nouveaux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Kim Jong Un a également déclaré que son pays devait "renforcer massivement (sa) force militaire" en 2023 en réponse "aux manoeuvres militaires inquiétantes des Etats-Unis et d'autres forces hostiles".


Séisme en Turquie: à Sanliurfa, la faim et le froid

Les gens se réchauffent autour d'un feu de joie dans les décombres de Kahramanmaras, en Turquie, après qu'un tremblement de terre de magnitude 7,8 a frappé le sud-est du pays le 7 février 2023.  (AFP).
Les gens se réchauffent autour d'un feu de joie dans les décombres de Kahramanmaras, en Turquie, après qu'un tremblement de terre de magnitude 7,8 a frappé le sud-est du pays le 7 février 2023. (AFP).
Short Url
  • Une mère de six ne sait pas si ses enfants mangeront à leur faim ce mardi et dans les prochains jours
  • «Pour le moment nous n'avons rien d'autre que nos couvertures», lance-t-elle

SANLIURFA : Il est 05H55 et le premier appel à la prière vient de retentir mardi à Sanliurfa, au lendemain du séisme meurtrier. Dans cette grande ville du sud-est turc, le jour est encore loin d'être levé, et pour beaucoup déjà, la faim guette.

"Avez-vous trouvé du pain ?", demande un homme âgé, bonnet sur la tête, avant de passer son chemin.

Les rues sont vides. Le thermomètre dépasse zéro de peu, mais les températures ressenties sont négatives.

Dans le quartier, aucun commerçant n'a encore levé son rideau, et tous étaient à court de pain lundi soir.

A 100 mètres de là, dans le rez-de-chaussée de l'imposant hôtel Hilton où des dizaines de familles ont trouvé refuge après le séisme qui a fait  plus de de 3 300 morts en Turquie, les mots "soupe" et "pain" sont sur toutes les bouches.

Des enfants jouent, mais la plupart dorment encore, à même la dalle avec capuches et gants. Les parents, pour beaucoup, sont déjà réveillés ou n'ont simplement pas fermé l'oeil.

"Nous sommes arrivés ici à 15H00 hier, l'hôtel nous a donné de la soupe hier soir, mais la nuit est passée: on a faim, et les enfants aussi", confie à l'AFP Imam Çaglar, 42 ans.

"Les boulangeries vont être fermées aujourd'hui, je ne sais pas comment on va trouver du pain", s'inquiète le père de trois enfants.

Hors de question pour lui d'aller chercher des vivres dans son appartement, situé à quelques rues de là, la faute aux répliques incessantes.

"Nous vivons au premier étage sur trois, nous avons trop peur d'y retourner", dit-il en agitant la tête. "Notre immeuble n'est pas sûr du tout".

«Petit verre de soupe»

"On a eu un petit verre de soupe, ce n'est pas suffisant", renchérit Mehmet Çilde, 56 ans, père de six enfants, qui espère que la municipalité distribuera des repas.

"Mais nous n'avons aucune information, rien", lâche-t-il.

Filiz Çifçi a elle raté une distribution de soupe hier soir, plus haut sur le boulevard.

La mère et ses trois enfants, qui ont fui leur appartement en pleine nuit lundi avec trois couvertures et leurs téléphones, ont préféré faire l'impasse sur un repas plutôt que de patienter dans le vent et sous la pluie glaciale.

"Nous avons simplement eu du thé et du café hier soir, rien d'autre", déplore la trentenaire, voile et tunique mauve, assise non loin des toilettes de l'hôtel où les familles vont se ravitailler en eau.

Elle ne sait pas si ses enfants mangeront à leur faim ce mardi et dans les prochains jours. "Pour le moment nous n'avons rien d'autre que nos couvertures", lance-t-elle.

Elle marque un arrêt, puis poursuit: "Au moins, ici, l'eau est potable".


UE-Ukraine: Zelensky invité à un sommet des 27, attendu jeudi à Bruxelles

Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 3 février 2023 montre le président du Conseil européen Charles Michel (à gauche) et le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à droite) debout lors d'un sommet UE-Ukraine à Kyiv (Photo, Service de presse présidentiel ukrainien/AFP).
Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 3 février 2023 montre le président du Conseil européen Charles Michel (à gauche) et le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à droite) debout lors d'un sommet UE-Ukraine à Kyiv (Photo, Service de presse présidentiel ukrainien/AFP).
Short Url
  • Plusieurs sources européennes ont fait état d'une possible visite de Zelensky à Bruxelles jeudi
  • Si elle était confirmée, il s'agirait de la première visite du président ukrainien dans la capitale de l'UE depuis le début de l'offensive militaire russe

BRUXELLES; Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été invité à participer à "un futur sommet" des Vingt-Sept, a annoncé lundi un porte-parole du président du Conseil européen Charles Michel, sans autres détails, alors que plusieurs sources font état de sa possible venue à Bruxelles jeudi.

Charles Michel "a invité (Volodymyr) Zelensky à participer en personne à un futur sommet (de l'UE). Pour des raisons de sécurité, aucune information supplémentaire ne sera divulguée", a indiqué sur Twitter un porte-parole du dirigeant européen, Barend Leyts.

Or, plusieurs sources européennes ont fait état auprès de l'AFP d'une possible visite de M. Zelensky à Bruxelles jeudi, à l'occasion d'une réunion des chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept.

Si elle était confirmée, il s'agirait de la première visite du président ukrainien dans la capitale de l'UE depuis le début de l'offensive militaire russe contre son pays le 24 février 2022.

M. Zelensky pourrait intervenir en personne devant les eurodéputés: une source au Parlement européen a fait part de "la probabilité que se tienne une session plénière extraordinaire jeudi 9 février en présence de Volodymyr Zelensky".

Deux autres sources parlementaires ont confirmé cette information, sous couvert de l'anonymat.

Le dirigeant ukrainien bénéficie d'une "invitation permanente" à Bruxelles, s'était contenté d'indiquer plus tôt lundi le porte-parole de Charles Michel.

La présidence ukrainienne n'a pas non plus confirmé cette visite qui soulève des questions de sécurité.