Elon Musk s'en va-t-en guerre contre le tout-puissant Apple

D'après le Washington Post, au premier trimestre cette année, Apple était le principal annonceur sur le réseau, avec 48 millions de dollars de dépenses (Photo, AFP).
D'après le Washington Post, au premier trimestre cette année, Apple était le principal annonceur sur le réseau, avec 48 millions de dollars de dépenses (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 29 novembre 2022

Elon Musk s'en va-t-en guerre contre le tout-puissant Apple

  • Le tempétueux milliardaire a assuré qu'Apple «menaçait» de retirer le réseau social de son magasin d'applications, incontournable sur les iPhone
  • «Apple a menacé de retirer Twitter de son App Store, mais ils refusent de nous dire pourquoi», a déclaré le patron de Twitter

SAN FRANCISCO: Elon Musk, propriétaire de Twitter depuis un mois, a déclaré la "guerre" à Apple lundi, après avoir déjà mis le réseau social dans une position périlleuse en s'aliénant annonceurs, (ex) employés et régulateurs.

Le tempétueux milliardaire a assuré qu'Apple "menaçait" de retirer le réseau social de son magasin d'applications, incontournable sur les iPhone.

"Apple a menacé de retirer Twitter de son App Store, mais ils refusent de nous dire pourquoi", a déclaré le patron de Twitter, après une série de tweets accusant la marque à la pomme de censure et d'abus de position dominante.

"Apple a essentiellement arrêté de faire de la publicité sur Twitter. Est-ce qu'ils détestent la liberté d'expression en Amérique?", a-t-il notamment lancé, avant d'interpeller le dirigeant du groupe californien en ces termes : "Qu'est-ce qui se passe Tim Cook?".

"Est-ce qu'Apple menace la disponibilité de Twitter sur l'App Store ou formule des exigences en matière de modération des contenus ?", a demandé un internaute à Elon Musk, qui a répondu "oui".

Apple n'a pas immédiatement répondu à une sollicitation de l'AFP.

Elon Musk a lui publié un meme (image parodique) représentant une voiture baptisée "Elon" qui prend une sortie d'autoroute en direction de "déclarer la guerre", au lieu de continuer tout droit vers "payer 30%", la commission d'Apple sur les dépenses des utilisateurs effectuées via l'app store.

«Pouvoir énorme»

Le patron de Tesla prône un relâchement de la modération des contenus sur le réseau social, en accord avec sa vision absolutiste de la liberté d'expression. Il a récemment fait rétablir le compte de Donald Trump et d'autres personnalités bannies après avoir enfreint les règles.

Son approche fait peur à de nombreuses marques, de General Motors à Pfizer, qui ont suspendu leurs publicités sur la plateforme. Or le chiffre d'affaires de Twitter dépend à 90% des recettes publicitaires.

D'après le Washington Post, au premier trimestre cette année, Apple était le principal annonceur sur le réseau, avec 48 millions de dollars de dépenses, soit plus de 4% du chiffre d'affaires trimestriel.

La lutte contre les messages problématiques (harcèlement, désinformation, discours haineux, etc) est aussi essentielle vis-à-vis des autorités (l'Union européenne impose par exemple aux plateformes de retirer rapidement les contenus illicites) et des systèmes d'exploitation mobile, soit iOS (Apple) et Android (Google).

Les deux géants peuvent bannir toute application qui ne respecte pas leurs règles sur les contenus, souvent assez vagues, avec des conséquences "catastrophiques" pour ladite application, a expliqué il y a dix jours Yoel Roth, ancien responsable de la sûreté de Twitter.

"Apple et Google ont un pouvoir énorme sur les décisions que prend Twitter", a-t-il résumé dans un éditorial publié par le New York Times.

Leurs représentants "font régulièrement valoir leurs objections au sujet de certains contenus", a-t-il détaillé, conduisant "à retarder des projets et à susciter des crises qui peuvent durer des semaines ou des mois".

«Twitter files»

Elon Musk, qui a licencié plus de la moitié du personnel de Twitter, fait déjà face à de nombreux problèmes stratégiques, mais il semble déterminé à provoquer Apple.

"Suppression secrète de la liberté d'expression par Apple. Les clients n'ont jamais été informés. Qu'est-ce que c'est que ce bordel?", a-t-il tweeté en réponse à un message d'un autre compte, accusant Apple de censure sur le thème de la Covid.

Il a ensuite promis de publier prochainement des "Twitter files" (terme désignant des documents révélés par des lanceurs d'alerte), sur la "suppression de la liberté d'expression", car "le public mérite de savoir ce qui s'est vraiment passé".

"Saviez-vous qu'Apple a une taxe secrète de 30% sur tout ce que vous achetez via leur App Store?", a-t-il encore demandé.

De nombreux éditeurs d'application, Epic Games (Fortnite) en tête, sont publiquement montés au créneau ces dernières années contre la commission de 15 à 30% prélevée par Apple et Google sur les dépenses via leurs magasins d'applications.

Elon Musk a d'ailleurs relayé une vidéo d'Epic Games - qui a largement perdu sa première bataille contre Apple au tribunal - comparant le fabricant de l'iPhone à la dictature du roman "1984".

Son projet d'abonnement à 8 dollars par mois, pour obtenir des fonctionnalités supplémentaires et l'authentification du profil, sera concerné par la commission.

"La nouvelle bataille entre Musk et Apple n'est pas ce que les investisseurs veulent voir", a réagi Dan Ives, de Wedbush Securities.

"Le marché veut moins de théâtre, pas davantage", a continué l'analyste, "alors que chaque jour, chez Twitter, un nouvel acte vient encourager les investisseurs qui parient sur Tesla à la baisse"


Microsoft va investir dans une nouvelle région de centres de données au Royaume

Microsoft a déclaré que sa région cloud en Arabie saoudite jouera un rôle important dans la croissance économique. (Photo fournie)
Microsoft a déclaré que sa région cloud en Arabie saoudite jouera un rôle important dans la croissance économique. (Photo fournie)
Short Url
  • Microsoft a indiqué que sa région cloud en Arabie saoudite jouera un rôle important dans la croissance économique
  • Le vice-ministre saoudien des Communications et des Technologies de l'information a précisé que le centre de données offrira d'énormes opportunités aux startups et aux PME qui cherchent à améliorer leur compétitivité

RIYAD: La multinationale informatique Microsoft a annoncé son intention d'investir dans une nouvelle région de centre de données cloud en Arabie saoudite, en réponse à la demande croissante des clients pour les services cloud et la résidence des données dans le Royaume.

Une région est un ensemble de zones collaboratives ou de centres de données regroupés en fonction de leur proximité géographique.

La société a affirmé que la nouvelle région de centre de données cloud, annoncée lors de la conférence internationale de technologie Leap 2023, offrira en Arabie saoudite une fiabilité et des performances de qualité hautement professionnelles, associées à la confidentialité des clients, à la résidence des données et aux normes de latence à grande vitesse.

«Cette nouvelle région de centres de données fournira aux organisations, entreprises et développeurs du Royaume et du monde entier un accès à des services cloud évolutifs, hautement disponibles et résilients, tout en répondant à leurs besoins en matière de résidence, de sécurité, de confidentialité et de conformité des données», a affirmé Samer Abou Ltaif, vice-président du groupe et président de Microsoft Europe centrale et orientale, Moyen-Orient et Afrique.

Microsoft a indiqué que sa région cloud en Arabie saoudite jouera un rôle important dans la croissance économique. Citant une étude d'IDC (International Data Corporation), la société a ajouté que ses partenaires et les clients utilisant le cloud généreront ensemble au cours des quatre prochaines années près de 24 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) de nouveaux revenus, au-dessus du niveau de 2022.

«L'annonce d'aujourd'hui reflète l'engagement de longue date de Microsoft envers l'Arabie saoudite et ses ambitions de transformation numérique», a déclaré Thamer Alharbi, président de Microsoft Arabia.

Il a ajouté que «la région de leur centre de données permettra à un plus grand nombre d'entreprises et de secteurs en Arabie saoudite de bénéficier d'un cadre cloud fiable qui protège la confidentialité des données des organisations au plus haut niveau».

Le vice-ministre saoudien des Communications et des Technologies de l'information, Haitham ben Abdul Rahman al-Ohali, a indiqué: «Cette étape importante va de pair avec les mesures prises par le Royaume pour accélérer sa transformation numérique et renforcer sa position en tant que pôle d'innovation.»

Il a précisé que le centre de données offrira également d'énormes opportunités aux startups et aux petites et moyennes entreprises qui cherchent à améliorer leur compétitivité et tirer parti des avancées de la quatrième révolution industrielle pour développer des solutions innovantes.

«Cela soutient l'objectif de la Vision 2030 du Royaume qui consiste à renforcer le rôle du secteur des communications et des technologies de l'information dans la création d'une société numérique, d'un gouvernement numérique, d'une économie numérique florissante et d'un avenir innovant pour le Royaume», a ajouté Al-Ohali.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Fluctuation du dinar irakien: les autorités actent une appréciation de la monnaie

L'Irak a décidé mardi d'apprécier de 10% le taux de change officiel du dinar face au dollar. (Photo, AFP)
L'Irak a décidé mardi d'apprécier de 10% le taux de change officiel du dinar face au dollar. (Photo, AFP)
Short Url
  • La Banque centrale irakienne proposait ces derniers jours d'apprécier la monnaie nationale d'environ 10%, en faisant passer le taux de change officiel d'environ 1 470 dinars à 1 300 dinars pour un dollar
  • Analystes et responsables attribuent la dépréciation du dinar à la mise en conformité du système bancaire irakien avec la réglementation internationale sur les transferts de fonds

BAGDAD: L'Irak a décidé mardi d'apprécier de 10% le taux de change officiel du dinar face au dollar, une mesure visant à lutter contre la dépréciation de la monnaie qui a accompagné l'adoption d'une réglementation plus rigoureuse sur les transferts vers l'étranger.

Depuis près de trois mois le dinar irakien connaît de fortes fluctuations, qui poussent certains Irakiens à manifester contre leur perte de pouvoir d'achat. Certains jours, la devise perd en effet jusqu'à 15% de sa valeur face au dollar, avant de repartir à la hausse le lendemain.

Pour contrer cette spirale, la Banque centrale irakienne proposait ces derniers jours d'apprécier la monnaie nationale d'environ 10%, en faisant passer le taux de change officiel d'environ 1 470 dinars à 1 300 dinars pour un dollar.

Mardi, le gouvernement a "entériné la décision du conseil d'administration de la Banque centrale de modifier le taux de change du dollar face au dinar, qui passe à 1.300 dinars pour un dollar", selon un communiqué des services du Premier ministre Mohamed Chia al-Soudani.

La mesure, qui avait été ébruitée, s'est immédiatement répercutée sur le marché des changes. Le dollar est retombé à moins de 1 500 dinars, après avoir frôlé les 1 700 dinars ces derniers jours.

Il s'agit d'une amélioration "temporaire", a estimé l'économiste irakien Barik Schuber. Il a pointé du doigt une baisse de la demande sur le marché car "les acheteurs de dollars attendaient d'obtenir le billet vert à un taux plus bas auprès de la Banque centrale".

Mais résoudre la crise nécessite "des solutions radicales", comme un meilleur contrôle des agences de transferts d'argent et le recours uniquement aux lignes de crédit pour les importations, estime-t-il.

Analystes et responsables attribuent la dépréciation du dinar à la mise en conformité du système bancaire irakien avec la réglementation internationale sur les transferts de fonds.

Les banques irakiennes doivent désormais appliquer des mécanismes de transferts liés à la plateforme électronique SWIFT. Ces mesures impliquent une surveillance plus rigoureuse des transactions, notamment par la Réserve fédérale américaine, qui rejette tout transfert jugé suspect.

Or les autorités ont reconnu que l'ancien système permettait de nombreux abus. Certains usagers obtenaient les dollars de la Banque centrale par les voies officielles, pour ensuite effectuer des opérations de blanchiment d'argent vers l'étranger ou une fuite des capitaux.

Privés des canaux officiels, ces usagers se sont donc rabattus sur le marché parallèle, faisant exploser la demande.

Le Premier ministre a reconnu début février que des transferts frauduleux de dollars avaient été effectués depuis l'Irak vers l'étranger.


France: le déficit commercial sur les biens s'envole à 164 milliards d'euros en 2022, nouveau record

Concernant les services, la France a enregistré un excédent record de 50 milliards d'euros après 36 milliards l'année précédente, profitant d'une nette reprise du tourisme et d'une très bonne tenue du transport maritime. (Photo d'illustration/AFP).
Concernant les services, la France a enregistré un excédent record de 50 milliards d'euros après 36 milliards l'année précédente, profitant d'une nette reprise du tourisme et d'une très bonne tenue du transport maritime. (Photo d'illustration/AFP).
Short Url
  • Le déficit sur les biens a pratiquement doublé par rapport au précédent record de 84,7 milliards d'euros atteint en 2021, principalement en raison d'une multiplication par plus de deux des prix de l'énergie à l'importation
  • En revanche, un excédent record a été dégagé par les services

PARIS : Le déficit commercial de la France sur les biens s'est envolé à un record historique de 164 milliards d'euros en 2022, lesté par l'envolée des cours de l'énergie, a annoncé mardi le ministère du Commerce extérieur.

Le déficit sur les biens a pratiquement doublé par rapport au précédent record de 84,7 milliards d'euros atteint en 2021, principalement en raison d'une multiplication par plus de deux des prix de l'énergie à l'importation, a précisé le ministère au cours d'une conférence de presse.

En revanche, un excédent record a été dégagé par les services.

''
Evolution du solde commercial de la France, de 2013 à 2022. (AFP / Nalini LEPETIT-CHELLA AND Sophie RAMIS AND Sabrina BLANCHARD).

"On est malheureusement dans la continuité des années précédentes", a commenté  le ministre du Commerce extérieur Olivier Becht au cours d'une conférence de presse, reconnaissant "un déficit extrêmement important" sur les biens, tout en se réjouissant de l'excédent record des services.

La France est en déficit chronique depuis vingt ans, le dernier excédent commercial français sur les biens remontant à 2002 selon les chiffres de l'Insee.

Le ministre a toutefois mis en avant le coût de la facture énergétique sur fond d'envolée des prix liés à la guerre en Ukraine et de perturbations sur le parc nucléaire français ayant contraint la France à importer de l'électricité.

Ces prix de l'énergie à l'importation ont été multipliés par 2,1 par rapport à l'année précédente.

"Sans surprise cela impacte à peu près de la même manière notre balance des biens", a souligné M. Becht.

Rien que sur le gaz, les prix à l'importation se sont alourdis de 248% à 59 milliards d'euros, contribuant à faire plus que doubler la facture de l'énergie l'an dernier à 115 milliards d'euros.

Outre la flambée des cours des matières premières, dont l'énergie mais aussi les métaux et l'agroalimentaire, le gouvernement met en cause la dépréciation de l'euro par rapport au dollar l'an dernier et les tensions sur les chaînes d'approvisionnement pour justifier les mauvais chiffres de 2022.

Parmi les secteurs dynamiques figurent l'automobile, dont les exportations ont retrouvé quasiment leur niveau de 2019, l'aéronautique et le spatial, les parfums et cosmétiques, et les produits agricoles.

Concernant les services, la France a enregistré un excédent record de 50 milliards d'euros après 36 milliards l'année précédente, profitant d'une nette reprise du tourisme et d'une très bonne tenue du transport maritime.

La balance des revenus (dont services financiers) a aussi été excédentaire (de 31 milliards d'euros).

La balance des biens, des services et des revenus affiche un solde courant déficitaire après un excédent l'an dernier.