En Colombie, les indigènes de la «montagne sacrée» érigés au rang de patrimoine de l'humanité

Un indigène de l'ethnie Wiwa en Colombie (Photo, AFP).
Un indigène de l'ethnie Wiwa en Colombie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 30 novembre 2022

En Colombie, les indigènes de la «montagne sacrée» érigés au rang de patrimoine de l'humanité

  • Koguis, Arhuacos, Wiwas et Kankuamos, quatre peuples distincts, mais apparentés, arpentent ces pentes abruptes
  • Cette région de la cordillère des Andes est inscrite au Guinness des records comme la plus haute chaîne de montagnes côtières du monde

BOGOTA: Le savoir ancestral de quatre communautés indigènes de la Sierra Nevada, la plus haute chaîne de montagnes côtières du monde dans le nord de la Colombie, a été déclaré mardi patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco.

Vivant sur un vaste territoire allant des côtes de la mer des Caraïbes jusqu'aux sommets de montagnes culminant à 5.770 mètres d'altitude, ces quatre peuples autochtones Arhuaco, Kankuamo, Kogui et Wiwa conservent des connaissances essentielles pour "prendre soin de la vie de mère nature, de l'humanité et de la planète", selon l'Unesco.

Cette région de l'extrémité nord de la cordillère des Andes, appelée Goanawindwa-Shwndwa en langue vernaculaire, est inscrite au livre Guinness des records comme la plus haute chaîne de montagnes côtières du monde, dont les terres basses de forêts tropicales sur le littoral se transforment au fil de l'ascension en savane, puis forêts d'épineux noyées dans les brouillards d'altitude.

Koguis, Arhuacos, Wiwas et Kankuamos, quatre peuples distincts, mais apparentés, arpentent ces pentes abruptes, vêtus de traditionnels vêtements blancs immaculés, de sacs à dos tissés en bandoulière et de chapeaux de paille tressée, souvent blancs également.

Face à l'expansion du tourisme dans la Sierra Nevada, la "sagesse ancestrale" des indigènes "joue un rôle fondamental pour garantir la protection de l'écosystème (...) et éviter la perte de leur identité culturelle", selon le ministère colombien de la Culture.

«Centre du monde»

"Pour les Indiens, la Sierra Nevada est le centre du monde. Elle est entourée par une ligne noire invisible qui relie les sites sacrés de leurs ancêtres et délimite leur territoire", selon l'ONG Survival International, défenseure des peuples indigènes de la planète.

"Les Indiens de la Sierra s'autodénomment grands frères et considèrent qu'ils font preuve d'une sagesse et d'une compréhension mystiques, supérieures à celles des autres peuples qu'ils appellent leurs +petits frères+".

"Les grands frères estiment qu'il est de leur responsabilité de maintenir l'équilibre de l'univers", explique Survival. "Lorsqu'il y a des ouragans, des périodes de sécheresse ou de famine dans le monde, ils se disent responsables de l'échec de l'homme à maintenir l'harmonie du monde. L'équilibre est établi en faisant des offrandes aux sites sacrés pour rendre à la terre ce qui lui a été prélevé".

Leurs leaders spirituels sont appelés "Mamo", qui seraient "dans notre culture occidentale à la fois un prêtre, un enseignant et un médecin".

Ils sont "chargés de maintenir l'ordre naturel du monde à travers le chant, la méditation et les rites d’offrandes". Leur apprentissage commence dès le plus jeune âge (...) dans les hauteurs des montagnes où ils apprennent à méditer sur le monde naturel et spirituel".

Dans le livre "Orden del Todo" (L'Ordre du Tout), consacré à ces peuples, l'indigène Norberto Torres explique : "Notre pensée est universelle, car elle englobe tout ce qui existe, c'est-à-dire le visible et l'invisible, les grands mystères que recèle la nature et que, jusqu'à présent, l'homme n'a pas connus, obsédé par la chimie et la science".

Coca et «poporo»

"Toutes les choses ont leur esprit, y compris les plantes, les pierres, tout cela forme une pensée qui va vers l'univers, unie comme un souffle", selon M. Torres, également connu comme "Mamo" Zeukukuy.

"Nous suivons cette tradition de manière pratique et orale depuis environ 3.600 ans, depuis que nous avons notre siège dans cette chaîne de montagnes sacrées, considérée comme le cœur du monde", ajoute Mamo Arwa Vikw, cité dans le même ouvrage.

La feuille de coca joue un rôle central dans la vie des Indiens de la Sierra Nevada et est utilisée dans les offrandes et les cérémonies. "Chaque homme porte une petite bourse remplie de feuilles de coca qu'il mâche pour créer un léger effet stimulant", ou "échange en signe de respect mutuel lorsqu'il croise un autre homme", détaille Survival.

L'ambassadrice de la Colombie auprès de l'ONU, Leonor Zalabata, Arhuaco et première femme indigène à représenter le pays au sein de cette instance, est aussi la voix internationale de près de 90 communautés indigènes qui représentent 4,4% des 50 millions d'habitants de la Colombie.


Les cinéastes israéliens appellent au boycott d’un fonds cinématographique

Une image tirée du documentaire H2: The Occupation Lab. (Photo, Twitter)
Une image tirée du documentaire H2: The Occupation Lab. (Photo, Twitter)
Short Url
  • Le réalisateur Noam Sheizaf a rédigé une tribune sur ce sujet pour le New York Times intitulée «Le gouvernement israélien tente de transformer l’industrie cinématographique en un outil de propagande»
  • Plus de cent artistes et cinéastes ont signé une pétition appelant au boycott du fonds Rabinovich par l’industrie jusqu’à ce que la fondation cesse d’exiger le serment de loyauté

DUBAÏ: Les efforts déployés par Israël en vue de réserver le financement de l’État aux films qui promeuvent le programme d’extrême droite du pays ont amené plusieurs cinéastes à appeler au boycott des fonds cinématographiques du pays.

Le ministre de la Culture, Makhlouf Zohar, qui a pris ses fonctions en décembre, a insisté pour que de nouvelles exigences soient imposées aux cinéastes et aux artistes afin de garantir que leur travail ne salira pas la réputation d’Israël ou de son armée.

M. Zohar envisage également de retirer le financement de deux documentaires, H2: The Occupation Lab et Two Kids a Day.

Le premier porte sur l’impact des colons juifs et de l’occupation militaire sur la ville palestinienne d’Hébron, tandis que le second se penche sur les arrestations quotidiennes et systématiques d’enfants par l’armée israélienne.

«[Zohar] peut penser ce qu’il veut de notre film, mais nous nous opposons à l’idée que le ministre ait un comité dans son bureau pour examiner des documents», a déclaré au magazine Variety Noam Sheizaf, coréalisateur de H2: The Occupation Lab. «Nous pensons que c’est de la folie.»

M. Sheizaf, qui a rédigé une tribune sur ce sujet pour le New York Times intitulée «Le gouvernement israélien tente de transformer l’industrie cinématographique en un outil de propagande», a ajouté: «C’est un petit marché, donc sans le soutien [des fonds cinématographiques], il est pratiquement impossible de réaliser des documentaires, à moins d’être très riche.»

M. Zohar réclame l’ajout d’exigences supplémentaires aux règlements de financement, qui obligeraient les artistes à signer un accord de loyauté stipulant qu’ils ne terniront pas le pays s’ils reçoivent des fonds de l’État.

Cet accord est similaire à «la loi Nakba», un amendement de 2011 à la loi sur les Fondements du budget, qui permet au gouvernement de retirer le financement public des institutions pour toute activité qui nie l’identité d’Israël en tant qu’État juif et démocratique, ou qui incite au racisme, à la violence ou à la terreur.

Le projet de cinéma israélien de la fondation Rabinovich, le plus grand fonds cinématographique du pays, exige déjà que les candidats signent cet accord.

Le ministère cherche maintenant à étendre les exigences de la loi Nakba à tous les fonds cinématographiques et à ajouter d’autres articles qui interdiraient le financement de films portant atteinte au pays ou à son armée, a précisé M. Sheizaf.

En réponse, les cinéastes israéliens ont lancé une contre-campagne appelant le fonds Rabinovich à supprimer ces exigences. Plus de cent artistes et cinéastes ont signé une pétition appelant au boycott du fonds Rabinovich par l’industrie jusqu’à ce que la fondation cesse d’exiger le serment de loyauté.

L’année dernière, la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël a appelé toutes les institutions cinématographiques, y compris les festivals internationaux, les cinémas et les distributeurs, à boycotter les films financés par le fonds Rabinovich depuis 2017, date à laquelle les exigences légales ont été incluses dans les accords de la fondation.

«La loi régit toutes les institutions financées par l’État d’Israël — y compris tous les fonds cinématographiques israéliens — et pas seulement la fondation Rabinovich», a expliqué la fondation à Variety dans un communiqué. 

«Nous pensons que si les cinéastes ne sont pas d’accord avec cette loi, une loi qui contraint tous les fonds cinématographiques israéliens, leur combat devrait viser à changer la loi elle-même — à la Knesset israélienne», ajoute le communiqué.

Au début du mois, le ministère israélien des Communications a annoncé que les projets de réduction de budget et de fermeture du radiodiffuseur public Kan avaient été suspendus «jusqu’à nouvel ordre», afin que le gouvernement puisse concentrer ses efforts sur l’adoption des réformes juridiques très contestées, a rapporté le Jerusalem Post.

Cependant, M. Sheizaf et la coréalisatrice de H2 : The Occupation Lab, Idit Avrahami, qui ont tous deux signé la pétition de boycott, ont déclaré que cela n’était pas suffisant.

M. Sheizaf a ajouté que la chaîne devra encore se battre pour rester à l’antenne, car le gouvernement devrait reprendre ses projets de financement une fois qu’il aura mis en œuvre les réformes juridiques visant à renforcer sa position globale.

«L’industrie cinématographique est victime d’attaques, tout comme la télévision publique, et plus particulièrement les documentaires», a souligné Mme Avrahami.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


France: le couturier espagnol Paco Rabanne a été incinéré en Bretagne

Sur cette photo prise le 28 février 1969, le designer espagnol Paco Rabanne présente ses créations. (Dossier, AFP)
Sur cette photo prise le 28 février 1969, le designer espagnol Paco Rabanne présente ses créations. (Dossier, AFP)
Le designer de mode français-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris, le 10 juillet 1979. (Photo, AFP)
Le designer de mode français-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris, le 10 juillet 1979. (Photo, AFP)
Short Url
  • Célèbre pour ses tenues futuristes en métal, ainsi que pour ses déclarations excentriques, le créateur est décédé à l'âge de 88 ans dans le village de Portsall, en Bretagne
  • La maison Paco Rabanne va défiler le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week, une occasion de rendre hommage au couturier, enterré dans la plus stricte intimité

PARIS: Le couturier espagnol Paco Rabanne, décédé vendredi dans l'ouest de la France, en Bretagne, a été incinéré lundi, avant un hommage de la maison Paco Rabanne le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week.

"Il a été incinéré hier en Bretagne", a indiqué mardi un responsable du groupe catalan Puig, qui possède la marque portant son nom.

Célèbre pour ses tenues futuristes en métal, ainsi que pour ses déclarations excentriques, le créateur est décédé à l'âge de 88 ans dans le village de Portsall, en Bretagne. Sa famille s'était réfugiée en France en raison de la guerre civile espagnole.

La maison Paco Rabanne va défiler le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week, une occasion de rendre hommage au couturier, enterré dans la plus stricte intimité.

Quelques jours après la disparition du "métallurgiste de la mode", la rappeuse américaine Cardi B était habillée en Paco Rabanne pour les Grammy Awards dimanche: une robe métallique associée à un bijou de tête, conçue par l'actuel directeur artistique de la maison, Julien Dossena, une réinterprétation des créations emblématiques de Paco Rabanne.


Dans sa brochure annuelle, la banque américaine JPMorgan conseille de visiter le Grand Musée égyptien

Le Grand Musée égyptien au Caire. (Photo Twitter)
Le Grand Musée égyptien au Caire. (Photo Twitter)
Short Url
  • La brochure annuelle de la banque suggère des activités récréatives, artistiques et culturelles à pratiquer pendant les vacances
  • La brochure précise que le musée consacré à l'ancienne civilisation égyptienne présentera la collection intégrale de l'enfant roi Toutankhamon

LE CAIRE: Dans sa brochure annuelle , la banque américaine JPMorgan invite ses clients à visiter le Grand Musée égyptien. Cette publication est remise à la clientèle distinguée de cette banque dans le monde entier. Elle suggère des activités récréatives, artistiques et culturelles à pratiquer pendant les vacances. Elle met par ailleurs en évidence les attractions et les lieux les plus attrayants du monde.

Parmi les nombreux lieux qui figurent dans la brochure de cette année, on trouve une photo du Grand Musée égyptien, qui ouvrira bientôt ses portes. De plus amples informations relatives à cette attraction sont également fournies. Le document précise que le musée consacré à l'ancienne civilisation égyptienne présentera la collection intégrale de l'enfant roi Toutankhamon.

Le ministre égyptien du Tourisme et des Antiquités, Ahmed Issa, a salué la décision de la banque de conseiller à ses clients la visite de ce musée, qui s'imposera comme l'un des plus importants établissements de ce type dans le monde.

Le ministre a déclaré que la date d'ouverture du musée serait annoncée dans les plus brefs délais. Il a précisé que des rois, des présidents et de hauts fonctionnaires du monde entier assisteront à son inauguration.

Soha Ali, PDG de la JPMorgan Bank en Égypte et en Afrique du Nord, vient de rencontrer M. Issa. Elle a remercié à cette occasion le ministère du Tourisme et des Antiquités pour la coopération dont il a fait preuve et pour les informations et les photographies relatives au musée qu'il a fournies.

La JPMorgan Bank, le plus important établissement bancaire aux États-Unis et l’un des plus grands du monde, publie sa brochure une fois par an.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com