La genèse de l'Etat saoudien moderne mise en lumière à Diriyah

Les festivités ont débuté sur le berceau du Royaume et la première base de la famille Al-Saoud, le site d'At-Turaif, classé au patrimoine mondial de l'Unesco (Photo, l'autorité de développement de Diriyah Gate).
Les festivités ont débuté sur le berceau du Royaume et la première base de la famille Al-Saoud, le site d'At-Turaif, classé au patrimoine mondial de l'Unesco (Photo, l'autorité de développement de Diriyah Gate).
Short Url
Publié le Mercredi 30 novembre 2022

La genèse de l'Etat saoudien moderne mise en lumière à Diriyah

  • La saison d'ouverture des deux projets comprendra un programme public dynamique d'événements, de séances et d'activités pour tous les visiteurs
  • Les visiteurs du site d'At-Turaif, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, auront l'occasion de savourer le quartier culinaire de la Terrace de Bujairi

RIYAD: La première phase d'un projet ambitieux conçu il y a cinq ans dans le but de mettre en valeur l'histoire du berceau du Royaume d'Arabie saoudite, s'est concrétisée comme prévu.
Les projets des terrasses d’At-Turaif et Bujairi de l'autorité de développement de Diriyah Gate (DGDA) ont été officiellement dévoilés lundi lors d'un gala organisé dans le cadre du sommet mondial du Conseil mondial du voyage et du tourisme.
Des délégués du monde entier, des personnalités saoudiennes et des membres du personnel de l'autorité de la DGDA se sont réunis pour assister à l'ouverture de Diriyah à la communauté internationale.

Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmad al-Khateeb, inaugure les quartiers historiques d'At-Turaif et de Bujairi lors d'une cérémonie spectaculaire à laquelle assistent des invités du monde entier (Photo, l'autorité de développement de Diriyah Gate).

«Cette soirée est historique par excellence», a déclaré Jerry Inzerillo, le PDG de la DGDA, à Arab News, «Nous célébrons deux étapes importantes.»
«Pour la première fois dans l'histoire du Golfe, le Royaume accueille le Conseil mondial du voyage et du tourisme, tous les ministres du Tourisme, les PDG des sociétés hôtelières, les PDG des compagnies aériennes – soit 5 000 personnes qui viennent au Royaume pour voir ce que va devenir l'un des grands pays touristiques du monde.»
Inzerillo a décrit ce que cela signifie pour lui, personnellement, de voir le fruit du travail de son équipe à Diriyah exposé au monde.
«Cela me fait chaud au cœur parce que ce dont je suis le plus fier, c'est que nous formons aujourd’hui une équipe 1 600 employés: 85% de Saoudiens, 36% de femmes saoudiennes superstars, dont 16% de cadres et 14% de personnes originaires de Diriyah. Mon cœur et mon âme sont mon équipe et c'est ce dont je suis le plus fier», a signalé Inzerillo.
Prudence Solomon Inzerillo, l'épouse d'Inzerillo, a indiqué: «Je pense que les changements sont profonds et je pense que toute la dévotion et l'engagement à célébrer la culture, le patrimoine, l'art historique... Je suis convaincue que c'est un cadeau incroyable, c'est vraiment important.
«Je pense que tout le monde devrait apprécier l'histoire et la culture que vous avez. Elles sont tellement riches et diversifiées et je pense que c'est un véritable privilège et un plaisir d'être ici et d'être témoin des changements qui se sont produits au cours des plus de quatre ans depuis notre arrivée ici et c'est extraordinaire.»
Les festivités ont débuté au berceau du Royaume et à la première base de la famille Al-Saoud, le site d'At-Turaif, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Devant le palais de Salwa, un complexe de 10 000 mètres carrés dont les parties originales ont été construites par Mohammed Ibn Saoud, le premier souverain du premier État saoudien, des guides touristiques attendaient de faire visiter le site, en empruntant des allées autrefois empruntées par les premiers souverains saoudiens.

«Cette soirée est historique par excellence», a déclaré Jerry Inzerillo, le PDG de la DGDA, à Arab News (Photo, l'autorité de développement de Diriyah Gate).

Chaque brique de boue fabriquée à la main dans les anciens bâtiments d'At-Turaif a une histoire à raconter, chaque mur renferme les secrets des luttes de pouvoir, et chaque coin cache une histoire d'hospitalité et d'unité.
Les visiteurs du monde entier n'ont pas seulement vu la modernité et le luxe du Royaume actuel, mais ils ont pu revenir dans le temps en assistant à des spectacles de danse traditionnelle ardah et en parcourant des sentiers étroits qui donnent une image atmosphérique du passé du Royaume.
Les invités à cet événement privé qui a marqué l'ouverture officielle de Bujairi et At-Turaif représentaient un assemblage diversifié de visiteurs de nombreux pays.
Guadalupe Galvan Hernandez, par exemple, était en visite depuis la ville de Mexico pour assister au sommet du Conseil mondial du voyage et du tourisme.
«C'est la première fois que je visite l’Arabie saoudite», a-t-elle révélé à Arab News. «J'ai vu beaucoup de choses. Diriyah est étonnante; elle est pleine d’histoire. Quand nous sommes arrivés, nous avons vu tellement de structures et c'est un mélange de modernité et de traditions.

EN BREF

- Les terrasses d’At-Turaif et Bujairi ouvriront leurs portes au public le 4 décembre.
- Le Sommet mondial du Conseil mondial du voyage et du tourisme se tiendra pour la première fois en Arabie saoudite.
- At-Turaif proposera des visites guidées à pied de soixante-quinze minutes, en arabe et en anglais, qui conduiront les visiteurs à travers le sceau de pouvoir original de la famille Al-Saoud.

 

«Les gens sont très gentils, ce sont des gens très sympathiques. Parfois, lorsque vous venez d'un pays comme le Mexique, il est difficile de comprendre certaines choses et vous craignez, d'une certaine manière, la façon dont vous serez traité. Les Saoudiens étaient vraiment, vraiment gentils et sympathiques.»
Après les visites d'At-Turaif et les spectacles qui y ont été présentés, les invités se sont rendus aux portes de la terrasse Bujairi, où Inzerillo et le ministre saoudien du Tourisme, Ahmad al-Khateeb, ont prononcé des discours inauguraux. Inzerillo a commencé par faire l'éloge des dirigeants saoudiens.
«Je veux faire hommage à, et remercier notre Premier ministre dynamique, notre prince héritier, Mohammed ben Salmane, qui a joué un rôle déterminant dans chaque détail du plan directeur de la Vision 2030 pour Diriyah», a-t-il souligné.
«Grâce à son soutien, nous faisons partie des giga projets qui ce soir – en cette nuit historique, dans le berceau du Royaume, le berceau de la péninsule arabique, la maison ancestrale des Al-Saoud – nous ouvrons les actifs de 2030 en 2022.»

Les projets des terrasses d’At-Turaif et Bujairi de l'autorité de développement de Diriyah Gate ont été officiellement dévoilés lundi (Photo, l'autorité de développement de Diriyah Gate).

Al-Khateeb a affirmé: «Aujourd'hui, nous célébrons l'ouverture de la première phase, qui ne représente que 1 à 2% du projet total, et nous vous remercions de partager ce moment avec nous.
«C'est un témoignage et une preuve que l'Arabie saoudite a commencé sa planification. Nous sommes maintenant dans la phase d'exécution et vous verrez une ouverture dans tous les giga projets chaque année. Diriyah en est un bon exemple, avec l'ouverture de la terrasse Bujairi.»
De nombreux employés de la DGDA n'ont pas pu cacher leur émotion lorsque les portes de la terrasse Buajiri se sont ouvertes pour accueillir le monde.
Parmi les invités à l'inauguration figurait Helena Zakade Inzerillo, la fille adolescente du PDG de l'autorité de développement de Diriyah Gate. En 2019, à l'âge de 12 ans, elle s'est exprimée à Arab News lors de l'inauguration par le roi Salmane du projet Diriyah Gate et a affirmé combien elle était fière de son père et de sa mission de transformer la ville «avec son cœur et son âme».
Trois ans plus tard, elle est ravie d'être à la terrasse Bujairi pour voir la passion et les ambitions de son père se concrétiser.
«Lorsque je suis venue pour la première fois il y a quatre ans et que j'ai vu Diriyah, j'étais absolument sous le choc, a-t-elle signalé. «Je veux dire, c'est un endroit absolument magnifique que personne ne connaissait vraiment en dehors du Royaume.
«Je crois vraiment que les gens devraient voir cet endroit, les gens devraient connaître cet endroit et son importance.
«En arriver là, voir le succès, voir tant de gens venir du monde entier, et voir les perspectives des gens changer complètement en arrivant en Arabie saoudite, et voir l'hospitalité des gens ici et voir l’importance de notre pays ici, cela me tient vraiment à cœur.»

Diriyah est depuis longtemps réputée pour son hospitalité et sa générosité, sa force et sa puissance – elle ouvre désormais ses portes au monde (Photo, l'autorité de développement de Diriyah Gate).

Helena a déclaré qu'elle croit vraiment en la mission de son père de diffuser le message et l’importance de Diriyah et sa portée pour le Royaume, dans le monde entier.
«Cela est tellement important pour moi, pour ma famille dans son ensemble», a-t-elle ajouté. «Nous avons vu le processus au cours des quatre dernières années, la quantité de travail acharné, les heures inlassables de travail de mon père au cours des quatre dernières années ici, en Arabie saoudite.
«Nous avons vu la transformation de Riyad, de Diriyah, et la passion de l'endroit, propagée par mon père, et à quel point il l’aime.»
L'odeur du bukhour emplissait l'air et les sons de la musique ardha résonnaient dans Wadi Hanifah, tandis que l'histoire et la modernité fusionnaient sous la forme de nombreuses expériences gastronomiques de luxe. Après un dîner de gala à la Terrasse Bujairi, un spectacle de lumière a illuminé les allées et les murs d'At-Turaif.
Le laser et les feux d'artifice ont illuminé l'architecture Najdi du palais Salwa, et le ciel au-dessus, avec les mots «La ville de la terre», «Une seule Diriyah», et simplement «Diriyah».
«En tant que giga projet 2030, nous ouvrons déjà des actifs en 2022», a affirmé Inzerillo. «Donc Turaif, refait en entier; le quartier de Bujairi, l’ouverture de 20 nouveaux restaurants et après ce soir, nous prendrons quelques jours et nous ouvrirons au public dans les prochains jours; 2 km du Wadi Hanifah; de nouveaux centres de vente; des centres d'accueil; des centres communautaires. Donc 2030 est maintenant 2022.»

Les visiteurs du Sommet mondial du Conseil mondial du tourisme et des voyages savourent l'hospitalité saoudienne traditionnelle dans le berceau du Royaume (Photo, l'autorité de développement de Diriyah Gate).

Les terrasses d’At-Turaif et Bujairi ouvriront officiellement leurs portes au public le 4 décembre, et Inzerillo a décrit les prochaines étapes.
«Après ce soir, nous allons ouvrir beaucoup d'actifs», a-t-il révélé. «Nous avons les premiers hôtels en construction qui ouvriront l'année prochaine, les premiers musées qui ouvriront l'année prochaine, nous avons déjà planté 6 millions d'arbres sur notre chemin vers 50 millions d'arbres, de plantes et de buissons.
«Chaque année maintenant, nous allons ouvrir des actifs, nous allons inaugurer des actifs et nous allons annoncer des actifs chaque année jusqu'en 2030.»
Diriyah est depuis longtemps réputée pour son hospitalité et sa générosité, sa force et sa puissance. Aujourd'hui, elle ouvre ses portes au monde afin de donner aux visiteurs un aperçu du passé et un avant-goût de l'avenir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La fondatrice de 1309 Studios, Ghada al-Subaey, parle de la représentation arabe et habille Georgina Rodriguez

Georgina Rodriguez (à droite) portait l'une des abayas de Ghada al-Subaey (à gauche) lors de la Coupe du monde de football 2022 à Doha. (Photo fournie/Instagram)
Georgina Rodriguez (à droite) portait l'une des abayas de Ghada al-Subaey (à gauche) lors de la Coupe du monde de football 2022 à Doha. (Photo fournie/Instagram)
Short Url
  • La mannequin argentine Georgina Rodriguez, qui vit désormais en Arabie saoudite, a porté l'une des abayas de Ghada al-Subaey lors de la Coupe du monde de football 2022 à Doha
  • Avant de lancer sa marque en 2015, Al-Subaey dirigeait sa petite entreprise à partir de son domicile et comptait sur le bouche-à-oreille pour accroître l’engouement autour de ses créations

DUBAÏ: La marque de prêt-à-porter 1309 Studios basée au Qatar et fondée par l'entrepreneure Ghada al-Subaey attire l'attention de stars internationales, dont la mannequin argentine Georgina Rodriguez.

La star, qui vit désormais en Arabie saoudite avec son compagnon, le footballeur portugais Cristiano Ronaldo, a porté l'une des abayas de Ghada al-Subaey lors de la Coupe du monde de football 2022 à Doha.

Al-Subaey affirme à Arab News que l'un des principaux objectifs de sa marque était de moderniser l'abaya traditionnelle et de «la rendre accessible à toutes les femmes du monde».

«Le fait que Georgina entre dans une boutique, choisisse notre abaya et la porte pour un événement aussi important signifie que nous avons réussi à atteindre cet objectif en rendant l'abaya polyvalente et facile à porter. Elle a choisi l'une de nos abayas emblématiques, de couleur vert sauge palmier», affirme-t-elle.

Georgina Rodriguez portait l’abaya avec une robe noire moulante, des talons argentés et un sac Chanel blanc.

1309 Studios est ancrée dans une esthétique bohème contemporaine. Au cœur de la marque, une allure minimaliste et féminine fusionne les tendances saisonnières avec des éléments qataris traditionnels.

Drop 8, «Eternal Unfolding», look 1. (Photo fournie)
Drop 8, «Eternal Unfolding», look 1. (Photo fournie)

 

Des silhouettes épurées, des couleurs vives, des imprimés audacieux et des détails soigneusement étudiés sont les caractéristiques de la marque. La créatrice tire son inspiration de l'art, de la nature et de la culture mondiale pour créer des pièces avec une touche contemporaine.

«Quand j'étais adolescente, je me suis plongée dans le monde des tissus pour créer des styles qui n'étaient pas disponibles au Qatar à l'époque. J'ai commencé à concevoir des caftans pour ma famille et mes amies à l'école, et c'est là que tout a commencé», ajoute Ghada al-Subaey.

Avant de lancer sa marque en 2015, elle dirigeait sa petite entreprise à partir de son domicile et comptait sur le bouche-à-oreille pour accroître l’engouement autour de ses créations.

Drop 8, «Eternal Unfolding», look 2. (Photo fournie)

Elle affime: «C'est à ce moment-là que je suis entrée dans la phase de conception et travaillé sur le lancement de ma propre marque. J'ai vu qu'il y avait un vide, qu’il y avait un besoin de créer une communauté au Qatar vers laquelle les femmes peuvent se tourner pour prendre soin de leur bien-être émotionnel et ne négliger aucun effort pour en faire une réalité.»

Le nom de la marque 1309 est un clin d'œil à la mère d'Al-Subaey.

«Le 13/09, est l'anniversaire de ma mère. Le nom de ma marque est dédié à ma mère, car elle m'a donné le sens de la mode. J'avais l'habitude de la regarder coudre et couper les tissus quand j'étais plus jeune et j'ai tout appris sur les tissus et la couture grâce à ma mère», confie-t-elle.

Drop 8, «Eternal Unfolding», look 3. (Photo fournie)
Drop 8, «Eternal Unfolding», look 3. (Photo fournie)

Les créations de Ghada al-Subaey, qui sont expédiées dans le monde entier et disponibles dans des magasins en Arabie saoudite, à Dubaï et au Qatar, sont fabriquées au Qatar. Elle utilise des tissus durables, naturels et végétaliens, ainsi que des emballages biodégradables.

«Nous recyclons également les chutes de tissu et les transformons en meubles. Nous nous appuyons sur les compétences humaines et évitons autant que possible l'utilisation de machines», souligne-t-elle. 

Ses créations ne sont pas seulement des croquis auxquels elle donne vie. Elle réfléchit au processus de conception pour comprendre comment les pièces qu'elle crée influeront émotionnellement sur la personne qui les porte.

Drop 8, «Eternal Unfolding», look 4. (Photo fournie)

«Je veux que les gens se sentent détendus et soient satisfaits de leur image lorsqu'ils portent un vêtement 1309. Souvent, lorsque les gens ne sont pas à l'aise dans leurs vêtements, ils ne sont pas eux-mêmes.»

«L'idée derrière 1309 Studios est de créer un environnement sûr pour les femmes. Un lieu où les femmes se réunissent pour s'autonomiser et s'encourager les unes les autres professionnellement et autrement encore, développer une plate-forme où les femmes se sentent libres de s'exprimer, de soutenir leurs idées et de prendre un moment pour surmonter les difficultés quotidiennes de la vie dans le monde technologique en évolution rapide d'aujourd'hui», ajoute-t-elle.

Drop 8, «Eternal Unfolding», look 5. (Photo fournie)
Drop 8, «Eternal Unfolding», look 5. (Photo fournie)

«Les vêtements qu'elles portent ne doivent pas être une contrainte. Les tissus, les couleurs et les coupes que je choisis permettent aux femmes de se sentir pleines de vie. Cela devrait ressembler à une tenue, plutôt qu’une pièce qui couvre une tenue», souligne Al-Subaey.

«Le tissu que nous utilisons chez 1309 s’adapte à différents types et formes de corps», confie-t-elle. 

Ghada al-Subaey s'efforce de développer sa marque à l'échelle mondiale.

Drop 8, «Eternal Unfolding», look 6. (Photo fournie)
Drop 8, «Eternal Unfolding», look 6. (Photo fournie)

Elle affirme: «Je veux changer cette stigmatisation autour des abayas. Je veux que les abayas deviennent aussi estimées dans le monde que les kimonos, et que tout le monde les porte dans le monde entier, pas nécessairement pour couvrir le corps, mais plutôt comme une tendance mode.»

«J'aimerais que mes idées et mon inspiration créent le changement. Qu'il s'agisse d'appliquer des approches durables dans notre travail ou d'utiliser des emballages respectueux de l'environnement, je souhaite que la marque continue à avoir un impact positif sur la communauté.»

«Je voudrais me développer à l'échelle mondiale et représenter le monde arabe dans un espace de mode mondial», conclut-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les cinéastes israéliens appellent au boycott d’un fonds cinématographique

Une image tirée du documentaire H2: The Occupation Lab. (Photo, Twitter)
Une image tirée du documentaire H2: The Occupation Lab. (Photo, Twitter)
Short Url
  • Le réalisateur Noam Sheizaf a rédigé une tribune sur ce sujet pour le New York Times intitulée «Le gouvernement israélien tente de transformer l’industrie cinématographique en un outil de propagande»
  • Plus de cent artistes et cinéastes ont signé une pétition appelant au boycott du fonds Rabinovich par l’industrie jusqu’à ce que la fondation cesse d’exiger le serment de loyauté

DUBAÏ: Les efforts déployés par Israël en vue de réserver le financement de l’État aux films qui promeuvent le programme d’extrême droite du pays ont amené plusieurs cinéastes à appeler au boycott des fonds cinématographiques du pays.

Le ministre de la Culture, Makhlouf Zohar, qui a pris ses fonctions en décembre, a insisté pour que de nouvelles exigences soient imposées aux cinéastes et aux artistes afin de garantir que leur travail ne salira pas la réputation d’Israël ou de son armée.

M. Zohar envisage également de retirer le financement de deux documentaires, H2: The Occupation Lab et Two Kids a Day.

Le premier porte sur l’impact des colons juifs et de l’occupation militaire sur la ville palestinienne d’Hébron, tandis que le second se penche sur les arrestations quotidiennes et systématiques d’enfants par l’armée israélienne.

«[Zohar] peut penser ce qu’il veut de notre film, mais nous nous opposons à l’idée que le ministre ait un comité dans son bureau pour examiner des documents», a déclaré au magazine Variety Noam Sheizaf, coréalisateur de H2: The Occupation Lab. «Nous pensons que c’est de la folie.»

M. Sheizaf, qui a rédigé une tribune sur ce sujet pour le New York Times intitulée «Le gouvernement israélien tente de transformer l’industrie cinématographique en un outil de propagande», a ajouté: «C’est un petit marché, donc sans le soutien [des fonds cinématographiques], il est pratiquement impossible de réaliser des documentaires, à moins d’être très riche.»

M. Zohar réclame l’ajout d’exigences supplémentaires aux règlements de financement, qui obligeraient les artistes à signer un accord de loyauté stipulant qu’ils ne terniront pas le pays s’ils reçoivent des fonds de l’État.

Cet accord est similaire à «la loi Nakba», un amendement de 2011 à la loi sur les Fondements du budget, qui permet au gouvernement de retirer le financement public des institutions pour toute activité qui nie l’identité d’Israël en tant qu’État juif et démocratique, ou qui incite au racisme, à la violence ou à la terreur.

Le projet de cinéma israélien de la fondation Rabinovich, le plus grand fonds cinématographique du pays, exige déjà que les candidats signent cet accord.

Le ministère cherche maintenant à étendre les exigences de la loi Nakba à tous les fonds cinématographiques et à ajouter d’autres articles qui interdiraient le financement de films portant atteinte au pays ou à son armée, a précisé M. Sheizaf.

En réponse, les cinéastes israéliens ont lancé une contre-campagne appelant le fonds Rabinovich à supprimer ces exigences. Plus de cent artistes et cinéastes ont signé une pétition appelant au boycott du fonds Rabinovich par l’industrie jusqu’à ce que la fondation cesse d’exiger le serment de loyauté.

L’année dernière, la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël a appelé toutes les institutions cinématographiques, y compris les festivals internationaux, les cinémas et les distributeurs, à boycotter les films financés par le fonds Rabinovich depuis 2017, date à laquelle les exigences légales ont été incluses dans les accords de la fondation.

«La loi régit toutes les institutions financées par l’État d’Israël — y compris tous les fonds cinématographiques israéliens — et pas seulement la fondation Rabinovich», a expliqué la fondation à Variety dans un communiqué. 

«Nous pensons que si les cinéastes ne sont pas d’accord avec cette loi, une loi qui contraint tous les fonds cinématographiques israéliens, leur combat devrait viser à changer la loi elle-même — à la Knesset israélienne», ajoute le communiqué.

Au début du mois, le ministère israélien des Communications a annoncé que les projets de réduction de budget et de fermeture du radiodiffuseur public Kan avaient été suspendus «jusqu’à nouvel ordre», afin que le gouvernement puisse concentrer ses efforts sur l’adoption des réformes juridiques très contestées, a rapporté le Jerusalem Post.

Cependant, M. Sheizaf et la coréalisatrice de H2 : The Occupation Lab, Idit Avrahami, qui ont tous deux signé la pétition de boycott, ont déclaré que cela n’était pas suffisant.

M. Sheizaf a ajouté que la chaîne devra encore se battre pour rester à l’antenne, car le gouvernement devrait reprendre ses projets de financement une fois qu’il aura mis en œuvre les réformes juridiques visant à renforcer sa position globale.

«L’industrie cinématographique est victime d’attaques, tout comme la télévision publique, et plus particulièrement les documentaires», a souligné Mme Avrahami.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


France: le couturier espagnol Paco Rabanne a été incinéré en Bretagne

Sur cette photo prise le 28 février 1969, le designer espagnol Paco Rabanne présente ses créations. (Dossier, AFP)
Sur cette photo prise le 28 février 1969, le designer espagnol Paco Rabanne présente ses créations. (Dossier, AFP)
Le designer de mode français-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris, le 10 juillet 1979. (Photo, AFP)
Le designer de mode français-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris, le 10 juillet 1979. (Photo, AFP)
Short Url
  • Célèbre pour ses tenues futuristes en métal, ainsi que pour ses déclarations excentriques, le créateur est décédé à l'âge de 88 ans dans le village de Portsall, en Bretagne
  • La maison Paco Rabanne va défiler le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week, une occasion de rendre hommage au couturier, enterré dans la plus stricte intimité

PARIS: Le couturier espagnol Paco Rabanne, décédé vendredi dans l'ouest de la France, en Bretagne, a été incinéré lundi, avant un hommage de la maison Paco Rabanne le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week.

"Il a été incinéré hier en Bretagne", a indiqué mardi un responsable du groupe catalan Puig, qui possède la marque portant son nom.

Célèbre pour ses tenues futuristes en métal, ainsi que pour ses déclarations excentriques, le créateur est décédé à l'âge de 88 ans dans le village de Portsall, en Bretagne. Sa famille s'était réfugiée en France en raison de la guerre civile espagnole.

La maison Paco Rabanne va défiler le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week, une occasion de rendre hommage au couturier, enterré dans la plus stricte intimité.

Quelques jours après la disparition du "métallurgiste de la mode", la rappeuse américaine Cardi B était habillée en Paco Rabanne pour les Grammy Awards dimanche: une robe métallique associée à un bijou de tête, conçue par l'actuel directeur artistique de la maison, Julien Dossena, une réinterprétation des créations emblématiques de Paco Rabanne.