Avec l'Ukraine, l'étoile pâlie d'Angela Merkel

Mme Merkel estime aussi que les sanctions imposées à Moscou après 2014 ont permis à Kiev de «se préparer» à une agression éventuelle. (AFP)
Mme Merkel estime aussi que les sanctions imposées à Moscou après 2014 ont permis à Kiev de «se préparer» à une agression éventuelle. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 04 décembre 2022

Avec l'Ukraine, l'étoile pâlie d'Angela Merkel

  • Pour l'ex-dirigeante de 68 ans, il y a un avant et après 24 février, date de l'invasion russe de l'Ukraine
  • L'offensive des troupes de Vladimir Poutine a en effet fait voler en éclat le bilan de l'ex-dirigeante conservatrice, jamais dupe de la vraie nature du régime russe mais convaincue qu'un «changement par le commerce» était possible

BERLIN: Le 8 décembre 2021, Angela Merkel quittait le pouvoir, sa popularité au zénith. Un an plus tard, l'étoile de l'ex-chancelière allemande, jugée trop accommodante avec la Russie de Poutine, a pâli.

"Il y a votre politique russe, (le gazoduc germano-russe) Nord Stream II, les routes défoncées, la politique climatique. Quel genre d'Allemagne nous avez-vous laissé ?", fustige Bild, le quotidien le plus lu d'Allemagne.

Ils sont ainsi près de trois Allemands sur quatre (71%) à ne pas souhaiter le retour de Mme Merkel aux manettes.

Et au jeu de la comparaison avec son successeur social-démocrate, Olaf Scholz, elle ne se démarque pas, 43% estimant qu'elle ferait mieux, contre 41% pour l'actuel chancelier, selon un sondage Civey.

«Seul le pouvoir compte»

Pour l'ex-dirigeante de 68 ans, il y a un avant et après 24 février, date de l'invasion russe de l'Ukraine.

L'offensive des troupes de Vladimir Poutine a en effet fait voler en éclat le bilan de l'ex-dirigeante conservatrice, jamais dupe de la vraie nature du régime russe mais convaincue qu'un "changement par le commerce" était possible.

Mme Merkel n'est pas la seule responsable de cette politique, en partie engagée après les chocs pétroliers des années 70 par les prédécesseurs de Mme Merkel.

Mais celle-ci porte la responsabilité de "l'approbation et du soutien" aux gazoducs Nord Stream, explique à l'AFP la politologue Ursula Münch.

"Nous ne pouvons plus admettre aujourd'hui que Merkel et le gouvernement de l'époque n'aient pas compris que ces gazoducs se feraient au détriment" de Kiev.

En Ukraine justement, l'ex-chancelière est devenue une des incarnations de la complaisance occidentale à l'égard de Moscou pendant des années.

Des étiquettes de bouteilles de bière sur lesquelles Mme Merkel est comparée à Joachim von Ribbentrop, le chef de la diplomatie nazie signataire du Pacte germano-soviétique en 1939, ont ainsi essaimé.

Scholz, an 1: le chancelier résiste mais peine à imposer sa marque

En tout juste un an de pouvoir en Allemagne, Olaf Scholz a résisté au choc de la guerre en Ukraine qui a bouleversé la première économie européenne. Mais il peine à s'imposer comme leader au plan international.

"Compte tenu des événements dramatiques survenus cette année, il s'en sort très bien", estime Nils Diederich, professeur à l'Université libre de Berlin.

Le social-démocrate a été élu par les députés allemands le 8 décembre 2021, fermant ainsi les 16 ans de l'ère Angela Merkel.

A peine arrivé en fonction, son programme gouvernemental qui prônait rigueur budgétaire et politique climatique ambitieuse a été chamboulé par l'invasion russe et ses conséquences: arrivée des réfugiés, pénurie d'énergie, inflation.

Son discours au Bundestag, le 27 février, trois jours après le début de l'offensive de Poutine, dans lequel il annonçait une nette augmentation des dépenses militaires allemandes, a fait entrer le pays dans une nouvelle ère.

Un tournant 

Le pays est resté largement pacifique depuis la chute du IIIème Reich et s'en remettait aux Etats-Unis pour assurer sa sécurité.

En outre, "le gouvernement de Scholz est formé de trois partis aux objectifs très différents. Cela ne lui facilite pas la tâche", constate Ursula Münch, directrice de l’Académie pour l'éducation politique à Tutzing.

Jamais jusqu'ici, les sociaux-démocrates n'avaient en effet dirigé ensemble l'Allemagne avec les Verts et les Libéraux (FDP), deux formations que presque tout oppose.

"Gouverner est devenu d'autant plus difficile que le système politique est davantage fragmenté que sous la chrétienne-démocrate Angela Merkel", relève Mme Münch.

Malgré tout, le gouvernement Scholz est parvenu à mettre en oeuvre certains points du programme qu'il s'était fixé, telle que la hausse du salaire minimum horaire à 12 euros, contre 9,6 euros auparavant, et la réforme de l'indemnisation-chômage. Deux thèmes chers aux sociaux-démocrates.

Deux autres dossiers, la légalisation du cannabis et la modernisation du droit de la citoyenneté allemande, sont actuellement sur le métier.

En revanche, la politique climatique ambitieuse, grand objectif des Verts, est pour l'instant mise en veilleuse.

Dans un contexte de pénurie d'énergie orchestrée par la Russie après l'invasion de l'Ukraine, Scholz a tordu le bras aux écologistes, viscéralement opposés à l'atome, en prolongeant le fonctionnement des trois dernières centrales nucléaires allemandes.

Et si le retour à la rigueur budgétaire défendue par l'autre partenaire de la coalition, le FDP, est prévu l'an prochain, c'est en réalité grâce à un numéro d'équilibriste, avec la multiplication de fonds spéciaux, non comptabilisés dans le budget officiel.

«Pas l'Obama de l'Allemagne»

Sur la scène internationale, l'ancien ministre des Finances de Merkel prend encore ses marques.

"C'est difficile de succéder à un leader qui a été en place pendant 16 ans", relève Rachel Rizzo, experte du centre européen du think tank américain the Atlantic Council.

En outre, Scholz a fait campagne aux élections en adoptant la même attitude, les mêmes manières que la chancelière. "Il ne voulait pas paraître comme un candidat de la transformation, ce n'était pas l'Obama de l'Allemagne", constate Mme Rizzo.

A l'échelle européenne, "on a du mal à le saisir politiquement", juge Eric Maurice du bureau de Bruxelles de la fondation Robert Schuman.

Fin août, Scholz avait plaidé pour un élargissement de l'UE et la fin du droit de veto qui rime avec paralysie des institutions, lors d'un discours à Prague, sorte de réponse à celui d'Emmanuel Macron tenu cinq ans plus tôt à la Sorbonne. Mais selon M. Maurice, "on n'y voit pas une vision englobante sur l'avenir de l'Europe".

En outre, le plan de 200 milliards d’euros pour aider les ménages et les entreprises à faire face à la cherté de l’énergie, présenté par Olaf Scholz le 29 septembre, est mal passé auprès de nombre de pays de l'Union, qui n'ont pas les mêmes moyens que l'Allemagne et craignent une distorsion de la concurrence.

Les désaccords entre Paris et Berlin ont également récemment été étalés au grand jour, le président français Emmanuel Macron envoyant cette pique au chancelier en plein sommet européen en octobre: "ce n'est pas bon, ni pour l'Allemagne, ni pour l'Europe qu'elle s'isole".

Face aux critiques, Mme Merkel a dû se résoudre à sortir du silence pour se justifier dans plusieurs entretiens accordés ces dernières semaines à des journalistes de confiance.

Entre deux descriptions de sa nouvelle vie, occupée à regarder des séries, en particulier The Crown, et à écrire ses mémoires, négociées à prix d'or, Mme Merkel explique ainsi dans le Spiegel qu'elle n'avait plus le poids politique nécessaire en 2021, année de son retrait annoncé de longue date, pour freiner les préparatifs de guerre.

"Je n'avais plus la force de m'imposer" par exemple pour organiser l'an dernier une rencontre entre le président russe et des dirigeants de l'UE, confie Mme Merkel.

Lors de sa dernière entrevue avec M. Poutine, à Moscou en août 2021, elle a une impression "très claire" dans son face-à-face, celle d'être "finie" en termes "de politique, de pouvoir" aux yeux du chef de l'Etat russe. "Et pour Poutine, seul le pouvoir compte", dit-elle.

Mme Merkel estime aussi que les sanctions imposées à Moscou après 2014 ont permis à Kiev de "se préparer" à une agression éventuelle.

Mais plus que ses accommodements avec Moscou, c'est l'absence de regrets exprimés par Mme Merkel qui nourrit les critiques.

Son ancien ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, a ainsi fustigé mi-novembre le refus de tout mea culpa de Mme Merkel au sujet des "erreurs" commises par l'Allemagne.

Une «grande chancelière» ?

"Nous ne voulions pas voir" la vraie nature du régime russe, regrette ce rival historique de l'ex-dirigeante, qui dit ne pas la placer dans sa liste de "grands chanceliers" au côté de Konrad Adenauer, Willy Brandt et Helmut Kohl.

"Il est vrai qu'on ne parle plus guère de l'ancienne chancelière", confirme Mme Münch, rendant en partie responsables "la rapidité des médias et notre attention limitée".

La longue ère Merkel s'est soldée par "beaucoup d'auto-satisfaction, peu de débats (...) trop d'annonces politiques et trop peu d'attention portée à leur mise en œuvre effective", relève cependant cette professeure de sciences politiques à Munich.

Mme Merkel restera toutefois selon Mme Münch, malgré "un retard dans les réformes", dans l'histoire allemande en tant que première femme et ex-citoyenne de RDA à avoir dirigé le gouvernement.


Sébastien Raoult: un comité de l'ONU demande la suspension de son extradition, déjà intervenue

Le tribunal de district américain est photographié où le cybercriminel français présumé Sébastien Raoult, alias Sezyo Kaizen, membre du soi-disant «ShinyHunters Group», sera mis en accusation pour complot, cybercriminalité et vol d'identité aggravé à Seattle, Washington, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP)
Le tribunal de district américain est photographié où le cybercriminel français présumé Sébastien Raoult, alias Sezyo Kaizen, membre du soi-disant «ShinyHunters Group», sera mis en accusation pour complot, cybercriminalité et vol d'identité aggravé à Seattle, Washington, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP)
Short Url
  • Il est accusé d'être un membre des «ShinyHUnters», groupe de «cybercriminels» soupçonnés par la justice américaine d'être derrière des cyberattaques d'entreprises
  • Aux Etats-Unis, l'ex-étudiant risque jusqu'à 116 ans de prison s'il est reconnu coupable, selon son avocat.

PARIS: Le Comité des droits de l'homme de l'ONU, saisi par la défense du jeune Français Sébastien Raoult accusé de cybercriminalité, a demandé mardi la suspension de son extradition du Maroc vers les Etats-Unis, quelques jours après que celle-ci soit intervenue.

Selon des sources concordantes, le Comité a enregistré la demande faite le 17 janvier d'examiner le cas de ce jeune homme, arrêté au Maroc en mai sur la base d'une notice rouge émise par Interpol à la demande de la justice américaine.

Le comité onusien a par ailleurs indiqué avoir demandé "de ne pas extrader l'auteur vers les États-Unis tant que sa requête (était) en cours d'examen", selon un courrier consulté mercredi par l'AFP.

Sébastien Raoult a néanmoins été extradé le 25 janvier et présenté trois jours plus tard devant un tribunal de Seattle, où il a plaidé "non coupable".

Il est accusé d'être un membre des "ShinyHUnters", groupe de "cybercriminels" soupçonnés par la justice américaine d'être derrière des cyberattaques d'entreprises.

"On peut se demander, le Maroc étant informé de notre requête, si la précipitation de l'extradition de Sébastien n'était pas une stratégie pour échapper à une injonction du comité", a estimé le père du jeune homme, Paul Raoult.

Le 25 janvier, la porte-parole du Quai d'Orsay, Anne-Claire Legendre, avait affirmé que "le calendrier de l'extradition de M. Sébastien Raoult" relevait "des relations souveraines entre le Maroc et les Etats-Unis".

Mais pour l'avocat français du jeune homme, Me Philippe Ohayon, qui a envoyé un courrier mercredi à la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, "il ne s'agit désormais plus d’une affaire bilatérale qui concerne uniquement les Etats-Unis et le Maroc, mais également la France" car le Comité des droits de l'homme est "saisi sur le fondement du Pacte international relatif aux droits civils et politiques".

Aux Etats-Unis, l'ex-étudiant risque jusqu'à 116 ans de prison s'il est reconnu coupable, selon son avocat.


La résidence balnéaire de Biden perquisitionnée, aucun document confidentiel retrouvé

Sur cette photo prise le 7 novembre 2021, le président américain Joe Biden et la première dame Jill Biden marchent sur la plage de Rehoboth, Delaware. La police fédérale américaine a mené mercredi une perquisition dans la résidence balnéaire de Joe Biden à Rehoboth sans y trouver de document classé confidentiel (Fichier, AFP)
Sur cette photo prise le 7 novembre 2021, le président américain Joe Biden et la première dame Jill Biden marchent sur la plage de Rehoboth, Delaware. La police fédérale américaine a mené mercredi une perquisition dans la résidence balnéaire de Joe Biden à Rehoboth sans y trouver de document classé confidentiel (Fichier, AFP)
Short Url
  • Après 3H30 de recherche, «aucun document portant mention de classification n'a été trouvé», a fait savoir Bob Bauer dans un communiqué
  • La police fédérale avait déjà fouillé récemment une autre maison de Joe Biden dans le Delaware, située dans la ville de Wilmington, à la recherche de documents confidentiels datant des anciennes fonctions de vice-président et de sénateur

WASHINGTON: La police fédérale américaine a mené mercredi une perquisition dans la résidence balnéaire de Joe Biden à Rehoboth (Delaware, est) sans y trouver de document classé confidentiel, a annoncé l'avocat personnel du président.

Après 3H30 de recherche, "aucun document portant mention de classification n'a été trouvé", a fait savoir Bob Bauer dans un communiqué à la mi-journée.

Il ajoute toutefois que les enquêteurs "ont emporté certains documents et notes manuscrites qui semblent remonter au temps de sa vice-présidence, afin de les passer en revue".

En début de journée, l'avocat personnel du président démocrate avait annoncé que la résidence de son client faisait l'objet d'une fouille menée par le FBI, et que Joe Biden coopérait "pleinement" avec ce dernier.

"Pour des raisons de sécurité et de procédure, (le FBI) voulait procéder à cette action sans communication publique préalable et nous avons décidé de coopérer", avait-il précisé.

La police fédérale avait déjà fouillé récemment une autre maison de Joe Biden dans le Delaware, située dans la ville de Wilmington, à la recherche de documents confidentiels datant des anciennes fonctions de vice-président et de sénateur du démocrate de 80 ans.

Le président passe le plus souvent ses week-ends soit à Wilmington soit, moins régulièrement, à Rehoboth.

Depuis le mois de novembre dernier, une série de documents confidentiels, dont le nombre exact et la teneur restent inconnus à ce jour, ont été trouvés soit dans un bureau qu'occupait Joe Biden dans un cercle de réflexion de Washington, soit dans la maison de Wilmington.

Ces documents remontent à la vice-présidence de Joe Biden (2009-2017) et à ses trois décennies au Sénat, au cours desquelles il s'est beaucoup occupé de politique étrangère.

Le ministère de la Justice a nommé un procureur spécial pour enquêter sur ces découvertes, embarrassantes pour le président démocrate car elles évoquent, malgré de nombreuses différences, une affaire d'archives officielles emportées en Floride par son prédécesseur Donald Trump.

La loi aux Etats-Unis oblige les présidents et les vice-présidents à transférer l'ensemble de leurs documents officiels, communications, et autres notes aux Archives nationales.

L'ancien vice-président de Donald Trump, le très conservateur Mike Pence, avait lui aussi révélé fin janvier qu'un "petit nombre de documents portant la mention 'confidentiel'" avait été découvert dans sa résidence.


La Russie met en garde Israël contre toute livraison d'armes à l'Ukraine

La Russie a mis en garde Israël contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué «examiner la question». (Photo, AFP)
La Russie a mis en garde Israël contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué «examiner la question». (Photo, AFP)
Short Url
  • «S'agissant des livraisons d'armes (à l'Ukraine), on ne classe pas les pays selon la géographie», a dit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova
  • Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que son pays envisageait une aide militaire pour l'Ukraine, tout en se proposant comme médiateur dans le conflit ukrainien

MOSCOU: La Russie a mis en garde Israël mercredi contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué "examiner la question".

"S'agissant des livraisons d'armes (à l'Ukraine), on ne classe pas les pays selon la géographie. Nous disons que tous les pays qui livrent des armes doivent comprendre que nous considèrerons (ces armes) comme des cibles légitimes pour les forces armées russes", a dit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, au sujet de la possibilité d'approvisionnements israéliens.

Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine en février dernier, Israël a cherché à rester neutre dans ce conflit, ne fournissant par exemple pas d'armes à Kiev malgré les demandes répétées du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Israël a par ailleurs fait valoir des liens privilégiés avec Moscou, l'Etat hébreu comptant plus d'un million de citoyens originaires de l'ex-Union soviétique et la Russie disposant de troupes en Syrie, pays voisin d'Israël.

Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a cependant déclaré que son pays envisageait une aide militaire pour l'Ukraine, tout en se proposant comme médiateur dans le conflit ukrainien.

"Toute tentative -- réalisée ou même non réalisée, mais annoncée -- de livrer des armements supplémentaires, nouveaux, ou autres, aboutit et va aboutir à une escalade de cette crise. Tout le monde doit s'en rendre compte", a souligné Mme Zakharova.

Ces derniers jours, plusieurs pays occidentaux ont exprimé leur intention de fournir rapidement des chars lourds à l'Ukraine, à l'instar du Royaume-Uni qui compte fournir des Challenger fin mars et de l'Allemagne qui entend envoyer ses premiers Leopard 2 "fin mars-début avril".

Mais l'Ukraine réclame également à l'Occident des avions de combat et de l'artillerie lourde.