Les véhicules électriques au coeur des pourparler entre Riyad et Pékin

Les voitures Tesla se rechargent à une borne de recharge à l'extérieur d'un centre commercial à Pékin (Photo, AFP).
Les voitures Tesla se rechargent à une borne de recharge à l'extérieur d'un centre commercial à Pékin (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 08 décembre 2022

Les véhicules électriques au coeur des pourparler entre Riyad et Pékin

  • Les deux pays commencent tout juste à être reconnus pour leur vision commune de décarbonisation avec les véhicules électriques
  • L'un des principaux obstacles à l'adoption massive des VE est le prix d'achat plus élevé que pour les véhicules à essence

RIYAD: La Chine et l'Arabie saoudite sont deux des centrales énergétiques du monde et, à ce titre, les regards du monde entier se tournent vers elles dans les discussions autour du changement climatique.

Si la production pétrolière du Royaume ou les activités d'extraction de charbon de Pékin sont au centre de l'attention, les deux pays commencent tout juste à être reconnus pour leur vision commune de décarbonisation avec les véhicules électriques (VE).

Il s'agit d'un enthousiasme partagé, à travers lequel l'Arabie saoudite et la Chine peuvent collaborer davantage pour mener l'innovation et la mise en œuvre.

Pour sa part, l'Arabie saoudite a donné à l'industrie des VE un rôle de premier plan dans son projet de diversification économique connu sous le nom de Vision 2030.

ds
Voitures Tesla à une station de charge à Pékin, un véhicule électrique de luxe Lucid exposé (Photo, AFP).

Le plus grand exportateur de pétrole au monde a identifié le secteur comme étant aux prémices d'un essor à mesure que le monde s'éloigne des combustibles fossiles, et investit non seulement dans des entreprises étrangères, mais aussi dans des produits locaux.

Le soutien étranger prend la forme de l'entreprise américaine Lucid. En 2018, le Fonds d'investissement public a investi 1 milliard de dollars (1 dollar = 0,96 euro) dans cette société, dont il détient désormais 60% des parts. Cet investissement a incité Lucid à annoncer, en février 2022, qu'elle construirait sa première usine internationale d'assemblage de véhicules dans la King Abdullah Economic City, au nord de Djeddah. 

Pour souligner davantage son engagement dans le secteur, le gouvernement saoudien a conclu un accord avec Lucid pour acheter jusqu'à 100 000 VE sur une période de dix ans.

Lucid ne sera pas le seul à produire des VE dans le Royaume. En octobre, le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a dévoilé la propre marque de VE de l'Arabie saoudite: Ceer.

ds
Batteries au lithium pour véhicules électriques sur la ligne d'inspection d'une usine à Nanjing (Photo, AFP).

Comme Lucid, cette société produira des véhicules dans une usine située à KAEC. La construction de cette installation de 69 millions de dollars devrait commencer au début de 2023.

Ceer est une coentreprise avec FoxConn – l'entreprise taïwanaise qui est le plus grand employeur du secteur privé en Chine – et renforcera les liens entre l'Arabie saoudite et les économies d'Extrême-Orient.

Ceer accordera une licence pour la technologie des composants de BMW afin de concevoir et de construire des véhicules, notamment des berlines et des véhicules utilitaires sport dans le Royaume, tandis que Foxconn développera l'architecture électrique des véhicules, ce qui donnera lieu à un portefeuille de produits qui seront à la pointe des technologies de loisir utile, de connectivité et de conduite autonome.

Bien entendu, le Royaume ne se transforme pas en l'un des principaux producteurs de VE au monde uniquement pour satisfaire son marché intérieur. L'exportation de ces véhicules est un élément clé non seulement de la stratégie de diversification économique de l'Arabie saoudite, mais aussi de la réduction des émissions mondiales.

Pénétrer le marché chinois pourrait s'avérer difficile. Pékin a encouragé ses citoyens à passer aux VE en offrant des subventions à l'achat. Cela a permis à la Chine de devenir le plus grand marché pour les VE, représentant 53% de la part mondiale.

Le gouvernement chinois prévoit que les VE représenteront 50% de toutes les ventes de voitures neuves dans le pays d'ici 2035, ce qui laisse supposer que la demande pour ces véhicules restera élevée.

Pourtant, si des entreprises telles que Tesla se portent bien sur le marché – elles ont vendu 83 135 voitures en septembre, ce qui a constitué leur meilleur mois de vente dans le pays – la Chine dispose d'un secteur de production florissant, ce qui signifie que la dépendance vis-à-vis des importations est faible.

Cependant, comme c'est le cas dans de nombreux pays, l'un des principaux obstacles à l'adoption massive des VE est le prix d'achat plus élevé que pour les véhicules à essence.

L'Arabie saoudite pourrait être en mesure d'utiliser son centre de production de VE en cours de construction au nord de Djeddah pour fabriquer des véhicules abordables pour ce qui est le plus grand marché du monde.

Si elle y parvient, l'objectif de la Vision 2030 du Royaume, qui consiste à porter les exportations non pétrolières à 50% du PIB, semblera tout à fait réalisable.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Inde et l'Egypte s'engagent dans un «partenariat stratégique»

Le Premier ministre indien Narendra Modi s'exprime lors d'un point de presse conjoint avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à la Hyderabad House à New Delhi, le 25 janvier 2023. (Photo, AFP)
Le Premier ministre indien Narendra Modi s'exprime lors d'un point de presse conjoint avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à la Hyderabad House à New Delhi, le 25 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Les échanges commerciaux ont atteint 7,26 milliards de dollars en 2021-2022», soit 6,68 milliards d'euros, affirme Bassam Radi dans un communiqué
  • Abdel Fattah al-Sissi et le Premier ministre indien Narendra Modi visent «12 milliards de dollars d'ici cinq ans», soit 11 milliards d'euros.

LE CAIRE: L'Inde et l'Egypte s'engagent dans un "partenariat stratégique" pour quasiment doubler en cinq ans leurs échanges commerciaux et renforcer leurs liens sur la scène diplomatique internationale, indique jeudi le porte-parole du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi en visite en Inde.

"Les échanges commerciaux ont atteint 7,26 milliards de dollars en 2021-2022", soit 6,68 milliards d'euros, affirme Bassam Radi dans un communiqué, portant l'Inde à la septième place des partenaires commerciaux de l'Egypte, le plus peuplé des pays arabes.

Désormais, M. Sissi et le Premier ministre indien Narendra Modi visent "12 milliards de dollars d'ici cinq ans", soit 11 milliards d'euros.

Actuellement, les investissements indiens en Egypte représentent 3,15 milliards de dollars et l'Egypte espère plus: elle a proposé à l'Inde "un secteur spécifique dans la zone économique du canal de Suez".

Les deux hommes se sont également engagés à plus de coopération dans des domaines aussi variés que l'agro-alimentaire, la recherche spatiale ou le tourisme.

Sur le plan diplomatique, M. Modi a invité M. Sissi à participer au G20 prévu en septembre en Inde où tous deux entendent porter "les intérêts et les priorités du Sud".

Les deux hommes ont également plaidé pour "des réformes complètes du Conseil de sécurité de l'ONU, notamment en élargissant les deux catégories de membres et en renforçant la représentation des pays en développement".

En 2022, l'Inde avait interdit les exportations de blé pour protéger ses réserves et réduire l'inflation, faisant flamber les prix mondiaux. Elle avait toutefois débloqué à titre exceptionnel des cargaisons à destination de l'Egypte, premier importateur de blé au monde avec 104 millions d'habitants et un territoire en grande partie désertique.

Forcée de dévaluer fortement sa monnaie par un nouveau prêt du FMI, l'Egypte cherche désormais à diversifier ses partenaires commerciaux, notamment ceux qui ne réclament pas des dollars, dont elle manque. Elle a ainsi récemment obtenu de la Banque centrale russe de pouvoir importer en livres égyptiennes.


L’Arabie saoudite stimule la croissance des marchés de l’immobilier commercial dans la région MEA

Selon un rapport de la Royal Institution of Chartered Surveyors, 81% des personnes interrogées basées en Arabie saoudite estiment que le marché est en phase de reprise. (Shutterstock)
Selon un rapport de la Royal Institution of Chartered Surveyors, 81% des personnes interrogées basées en Arabie saoudite estiment que le marché est en phase de reprise. (Shutterstock)
Short Url
  • Le marché saoudien de l’immobilier commercial dispose de bases solides pour une croissance future, même s’il est touché par les effets de la récession économique mondiale
  • Selon un rapport de la Royal Institution of Chartered Surveyors, 81% des personnes interrogées basées en Arabie saoudite estiment que le marché est en phase de reprise

RIYAD: Le secteur de l’immobilier commercial en Arabie saoudite connaît une reprise alors que le plan du Royaume pour diversifier son économie continue de stimuler la demande sur le marché immobilier global, selon un nouveau rapport de la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS).

Selon le Global Commercial Property Monitor de l’entreprise, les conditions solides du marché dans la région Moyen-Orient et Afrique (MEA) continuent de résister à la situation macroéconomique mondiale.

Le rapport de la RICS révèle que la demande des locataires et des investisseurs est en hausse dans tous les secteurs, et que les attentes en matière de croissance des loyers et de la valeur du capital restent très positives, grâce à une opinion particulièrement optimiste en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis (EAU) et au Nigeria.

Selon le rapport, 81% des personnes interrogées basées en Arabie saoudite estiment que le marché est en phase de reprise, le Royaume connaissant actuellement un essor dans le secteur de l’immobilier, stimulé par les infrastructures, le logement et les loisirs.

Le rapport indique également que la croissance globale de la demande des locataires de l’immobilier commercial a légèrement diminué, passant de 60% au troisième trimestre à 43%. Toutefois, le rapport ajoute que ce chiffre correspond aux 43% enregistrés au quatrième trimestre de 2021, ce qui démontre un taux stable de forte croissance au cours de l’année écoulée.

«Comme dans une grande partie de la région MEA, cette tendance se manifeste dans tous les segments du marché en Arabie saoudite, où les résultats pour le secteur des bureaux restent plus positifs que ceux des secteurs du commerce de détail et de l’industrie», précise le rapport de la RICS.

Le secteur des bureaux en Arabie saoudite a affiché un taux de 59% d’occupation, soit une légère baisse par rapport aux 64% enregistrés au troisième trimestre, selon le rapport. Il ajoute que les secteurs du commerce de détail et de l'industrie connaissent toujours une forte croissance, respectivement de 32% et 38%.

Le rapport de la RICS montre que la demande d’investissements internationaux a pris de l’ampleur au cours de chacun des trois derniers trimestres, tous les secteurs ayant connu une hausse pendant cette période. En tête de liste, l’Arabie saoudite a attiré une forte croissance de l’intérêt des acheteurs étrangers au cours du quatrième trimestre, atteignant un solde net de 49%.

Dans l’ensemble, les conclusions du rapport révèlent que le marché saoudien de l’immobilier commercial, à l’instar de son voisin émirati, dispose de bases solides pour une croissance future, même s’il est touché par les effets de la récession économique mondiale.

Le rapport ajoute que le marché de l’immobilier commercial des EAU reste lui aussi solide malgré les défis mondiaux, deux tiers des personnes interrogées estimant que le marché est en plein essor. De même, la croissance de la demande des locataires aux EAU s’est accélérée dans tous les secteurs du marché au cours du quatrième trimestre de 2022.

Les perspectives du marché de l’immobilier commercial aux EAU restent positives, car les estimations de la valeur du capital sur douze mois continuent d’augmenter, affirme le rapport de la RICS, qui ajoute que les investissements étrangers reflètent une confiance croissante dans le marché et une poursuite de la croissance.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le patron de Marks & Spencer s'affole de mesures post-Brexit envisagées

Logo de la chaine de magasins Marks & Spencer. (Photo, Twitter, @marksandspencer)
Logo de la chaine de magasins Marks & Spencer. (Photo, Twitter, @marksandspencer)
Short Url
  • Le patron de la chaine de magasins Marks & Spencer juge «stupéfiantes» et «trop pesantes» des mesures à l'étude qui pourraient notamment porter sur un étiquetage différent des produits en Irlande du nord
  • Le Royaume-Uni comme l'UE espèrent parvenir à un accord pour résoudre l'impasse sur le protocole nord-irlandais lié au Brexit avant l'anniversaire des 25 ans des accords de paix entre la république d'Irlande et l'Irlande du nord

LONDRES: Le patron de la chaine de magasins Marks & Spencer fustige les mesures post-Brexit envisagées par Londres pour fluidifier les échanges entre l'Irlande du nord, le reste du Royaume-Uni, et l'Union européenne, d'après des propos rapportés jeudi par The Daily Telegraph.

Dernière personnalité des affaires à critiquer le gouvernement sur le front du Brexit, il juge "stupéfiantes" et "trop pesantes" des mesures à l'étude qui pourraient notamment porter sur un étiquetage différent des produits en Irlande du nord.

Cela se traduirait selon lui par "des augmentations de coûts et un choix réduit pour les consommateurs, et désavantagerait encore plus les agriculteurs et fournisseurs britanniques", argumente M. Norman.

Cela nuirait aussi "à la compétitivité des détaillants britanniques sur les autres marchés internationaux", poursuit-il dans une lettre au ministre des Affaires étrangères dont le Telegraph rapporte des extraits.

Des porte-parole de M&S n'étaient pas immédiatement disponibles pour confirmer ces informations.

"A l'ère numérique, quand en touchant son téléphone mobile un client peut être connecté à un magasin qui peut localiser sa commande en moins de 60 secondes, il est juste stupéfiant que le gouvernement (britannique) et l'Union européenne reviennent en arrière de quatre décennies pour discuter d'une +solution+ coûteuse qui impliquerait des autocollants et de l'étiquetage", critique M. Norman.

Le Royaume-Uni comme l'UE espèrent parvenir à un accord pour résoudre l'impasse sur le protocole nord-irlandais lié au Brexit avant l'anniversaire des 25 ans des accords de paix entre la république d'Irlande et l'Irlande du nord, dits "accords du vendredi saint" fin avril.

Les critiques de M. Norman suivent de près celles du milliardaire britannique James Dyson estimant que le premier ministre Rishi Sunak avait une vision "à courte vue" du fonctionnement des entreprises.

Le fondateur du groupe d'électroménager et appareils électroniques qui porte son nom, désormais basé à Singapour alors même que M. Dyson était l'un des plus célèbres avocats du Brexit, a par ailleurs appelé M. Sunak et son chancelier de l'Echiquier Jeremy Hunt à plus "encourager l'innovation dans le secteur privé et à faire preuve d'ambition pour la croissance".

Lundi lors d'un discours le directeur général de la CBI, la principale organisation patronale britannique, a pour sa part estimé qu'il serait une erreur d'abandonner dès la fin de cette année les réglementations héritées de l'UE.

Il a aussi déploré les obstacles à la venue des travailleurs originaires de l'UE au Royaume-Uni, notamment pour le personnel hautement qualifié.

La pénurie de travailleurs de l'UE depuis l'entrée en vigueur effective du Brexit est évaluée à quelque 300.000 personnes, et touche de nombreux secteurs, notamment l'agriculture ou l'hôtellerie-restauration.