Présidence de LR: à Paris, Ciotti joue la carte Wauquiez

La présidente provisoire du parti LR français Annie Genevard (C) prend la parole lorsqu'elle annonce les résultats du premier tour de l'élection présidentielle du parti LR au siège de LR à Paris le 4 décembre 2022. (AFP)
La présidente provisoire du parti LR français Annie Genevard (C) prend la parole lorsqu'elle annonce les résultats du premier tour de l'élection présidentielle du parti LR au siège de LR à Paris le 4 décembre 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 09 décembre 2022

Présidence de LR: à Paris, Ciotti joue la carte Wauquiez

  • Munies de petit drapeaux tricolores, plus de 350 personnes sont présentes selon les organisateurs, soit plus que la veille pour la venue du patron des sénateurs LR
  • Sur ses propres ambitions, Laurent Wauquiez reste allusif: dans un pays «en décadence» avec «une crise de régime», «j'ai conscience de l'ampleur de la tache et de ma responsabilité», affirme-t-il

PARIS: Un projet de droite affirmée, la présence de Laurent Wauquiez et des clins d'oeil au candidat malheureux Aurélien Pradié: Eric Ciotti a réuni ses partisans jeudi soir à Paris, deux jours avant le début du second tour pour la présidence de LR.

"Je veux être le président de votre famille qui vous refasse gagner" lance le député des Alpes-Maritimes, arrivé en tête du premier tour dimanche avec 43% des voix contre 34% à Bruno Retailleau.

Munies de petit drapeaux tricolores, plus de 350 personnes sont présentes selon les organisateurs, soit plus que la veille pour la venue du patron des sénateurs LR.

Invité de marque de cette réunion, Laurent Wauquiez vante "le candidat de la clarté". "Faites lui confiance comme je lui fais confiance", ajoute le président de la région Auvergne Rhône Alpes qu'Eric Ciotti compte désigner candidat à la présidentielle de 2027.

Sur ses propres ambitions, Laurent Wauquiez reste allusif: dans un pays "en décadence" avec "une crise de régime", "j'ai conscience de l'ampleur de la tache" et "de ma responsabilité", affirme-t-il.

"Tu es naturellement l'espérance de la droite" et "je veux t'aider à ce que cette expérience se concrétise", affirme Eric Ciotti. Toutefois, il ne parle plus d'une désignation comme candidat à la présidentielle dès le début 2023: "c'est à toi d'ouvrir le chemin, quand tu le décideras, et ton choix nous le respecterons".

Le député des Alpes-Maritimes déroule un discours bien rodé: "Je suis de droite, j'en suis fier et je ne m'en excuserai jamais", lance-t-il, en promettant aussi la "liberté économique".

Il parle aussi violences conjugales, handicap et égalité hommes-femmes, dépeignant "une droite ouverte sur la société, sur la liberté, qui parle sur ces sujets".

Un clin d'oeil à Aurélien Pradié, arrivé troisième mais qui détient, avec 22%, une des clés de l'élection.

Un de ses soutiens (l’adjointe à la mairie du 17e Aurélie Assouline) est sur scène, en "signe du rassemblement", explique Eric Ciotti qui promet "naturellement" un engagement "au premier rang de notre famille politique" à Aurélien Pradié et à "ses amis".

Soignant sa stature de rassembleur, Eric Ciotti lance quelques piques voilées à Bruno Retailleau, en réunion jeudi soir à Marseille. Alors que son adversaire promet la rupture avec Nicolas Sarkozy, lui "ne renie rien. Bien sûr qu'il faut un droit d'inventaire" mais "n'en faisons pas un argument électoral".

De son côté, Bruno Retailleau a écrit à la présidente par intérim du parti, Annie Genevard, lui demandant d'"étudier très rapidement (...) toute nouvelle mesure qui viendrait renforcer la sécurité et donc la légitimité" du second tour de l'élection.

Cette démarche survient après la publication, par Libération, d'une enquête sur les pratiques d'adhésion à LR dans les Alpes-Maritimes révélant, selon le quotidien, "de puissants systèmes clientélistes au service des maires LR et du possible futur président de LR Eric Ciotti".

Pour le patron des sénateurs LR, cet article "fait surgir de nouvelles inquiétudes" propres à "jeter de nouveau la suspicion sur la fiabilité de notre système de votation interne".


JO-2024: en cas de menace, la cérémonie d'ouverture serait «  limitée au Trocadéro », voire au Stade de France, selon Macron

"il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a dit Emmanuel Macron. (AFP).
"il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a dit Emmanuel Macron. (AFP).
Short Url
  • En cas de menace terroriste, la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, prévue sur la Seine le 26 juillet, pourrait être "limitée au Trocadéro", voire "rapatriée dans le Stade de France"
  • "Cette cérémonie d'ouverture" le long de la Seine, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire"

PARIS: En cas de menace terroriste, la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, prévue sur la Seine le 26 juillet, pourrait être "limitée au Trocadéro", voire "rapatriée dans le Stade de France", a déclaré lundi Emmanuel Macron sur BFMTV et RMC.

"Cette cérémonie d'ouverture" le long de la Seine, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire", a dit le président dans une interview pour marquer le compte à rebours à 100 jours des JO. Mais "il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a-t-il ajouté.


Sous la verrière du Grand Palais, dernière ligne droite avant les JO et rendez-vous avec Macron

Short Url
  • Dernière ligne droite avant les JO: les travaux battent leur plein sous l'immense verrière du Grand Palais à Paris
  • Construit pour l'Exposition universelle de 1900, le Grand Palais est fermé depuis mars 2021 pour d'importants travaux de réhabilitation au coût "avoisinant 500 millions d'euros", d'après l'Elysée

PARIS: Dernière ligne droite avant les JO: les travaux battent leur plein sous l'immense verrière du Grand Palais à Paris, site des épreuves olympiques et paralympiques d'escrime et de taekwondo, où se rend lundi le président de la République.

Lors de sa visite du chantier, dans le cadre du J-100 avant l'événement, Emmanuel Macron doit rencontrer "une délégation d'ouvriers, de compagnons et d'entreprises, mobilisés sur ce qui est la plus grande restauration patrimoniale initiée ces dernières années en France après Notre-Dame de Paris", selon l'Elysée.

"Il viendra en voisin", se félicite auprès de l'AFP Didier Fusillier, président de la Réunion des musées nationaux (RMN) – Grand Palais, situé à deux pas du palais présidentiel, en plein coeur de la capitale.

Construit pour l'Exposition universelle de 1900, le Grand Palais est fermé depuis mars 2021 pour d'importants travaux de réhabilitation au coût "avoisinant 500 millions d'euros", d'après l'Elysée.

"La remise des clés au Comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo) est prévue le 19 avril (vendredi, NDLR). Ses équipes disposeront de trois mois pour réaliser un énorme travail logistique avant les JO", précise à l'AFP Daniel Sancho, directeur du projet de restauration.

Baignée de lumière à travers sa verrière de 17.500 m2 dotée de charpentes métalliques "d'un vert unique", selon lui, et d'une coupole culminant à 45 mètres de hauteur, la grande nef de 13.500 m2 est longue de 200 mètres.

Tatamis et pistes d'escrime seront disposés en son centre pour les épreuves qui doivent y débuter le 27 juillet.

La nef "pourrait abriter le château de Versailles", s'amuse M. Fusillier, en rappelant qu'avant sa rénovation, elle accueillait déjà toutes sortes d'événements artistiques et culturels, comme des foires et expositions d'art, des défilés de mode et même des épreuves équestres.

Canicule

Balcons, peintures, huisseries, escaliers, ascenseurs, mosaïques, parquets, statuaire... Depuis trois ans, le chantier a été mené "à grande vitesse", dit-il, malgré "beaucoup d'imprévus, ce qui est propre aux grands monuments comme celui-là, lui-même construit en trois ans".

Là où "Matisse, Cézanne et Marquet ont été jeunes ouvriers, le défi, pour notre architecte François Châtillon et ses équipes, était à la fois de respecter le monument en le propulsant dans notre siècle, avec la nécessité de le mettre aux normes", souligne-t-il.

Parmi les plus importants challenges, M. Sancho cite la protection des charpentes métalliques par des peintures contre le feu, la création de nombreuses issues de secours pour pouvoir doubler la jauge de visiteurs (9.000 contre 5.600) et "la dalle (sol, NDLR) de la nef", qui aujourd'hui "peut supporter deux tonnes au m2, soit plus qu'un pont".

Dans les années 2000, l'édifice s'était affaissé de 13 cm en raison de l'usure, par l'eau d'une nappe phréatique, des pieux en chêne portant les fondations. Ils avaient été remplacés à l'époque par des parois moulées en béton et la charpente avait également fait l'objet d'une consolidation importante.

En cas de canicule ou de grand froid, la dalle de la nef sera par ailleurs dotée "d'un réseau de canalisations remplies d'eau, permettant de refroidir ou réchauffer l'espace à hauteur humaine", ajoute M. Sancho.

Joyau de l'Art Nouveau

Pendant les Jeux, la grande nef pourra accueillir 8.000 personnes installées dans deux tribunes et qui entreront par une grande entrée entièrement restaurée.

Les athlètes, eux, "s'entraîneront dans quelques galeries attenantes. Il y aura différents stades d'échauffement, jusqu'au +salon d'honneur+ (un espace de plus de 200 m2), où ils seront en phase finale avant leur compétition. Ils descendront alors les grands escaliers, joyaux de l'Art Nouveau qui ont retrouvé leur couleur bronze d'origine, pour arriver sur les tatamis ou les pistes d'escrime", s'enthousiasme-t-il.

Les travaux dans nombre d'espaces attenants à la nef vont se poursuivre "pendant environ un mois et demi" avant de s'interrompre pour les JO, selon M. Sancho.

"Après les Jeux, qui occuperont environ 30.000 m2 de tout l'espace, la nef va commencer à vivre dès octobre et on se donne jusqu'au mois de mars pour terminer l'ensemble des travaux, afin d'ouvrir la totalité du Grand Palais en juin 2025", détaille-t-il.


Macron accuse l'Iran d'avoir «  décidé de frapper Israël », provoquant «  une rupture profonde  »

La représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations Unies, Nathalie Broadhurst, s'adresse au Conseil de sécurité des Nations Unies lors d'une réunion d'urgence le 14 avril 2024 au siège de l'ONU à New York.  (AFP).
La représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations Unies, Nathalie Broadhurst, s'adresse au Conseil de sécurité des Nations Unies lors d'une réunion d'urgence le 14 avril 2024 au siège de l'ONU à New York. (AFP).
Short Url
  • La France a procédé à "des interceptions" de missiles et drones iraniens visant Israël dans la nuit de samedi à dimanche à la demande de la Jordanie
  • Le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a annoncé dimanche faire convoquer lundi l'ambassadeur d'Iran en France pour "passer un message de fermeté"

PARIS: La France a procédé à "des interceptions" de missiles et drones iraniens visant Israël dans la nuit de samedi à dimanche à la demande de la Jordanie, a confirmé lundi Emmnuel Macron qui veut "tout faire pour éviter l'embrasement" au Moyen-Orient.

"Nous avons une base aérienne en Jordanie (...) L'espace aérien jordanien était violé par ces tirs. Nous avons fait décoller nos avions et nous avons intercepté ce que nous devions intercepter", a déclaré le président français sur les chaînes BFMTV-RMC. En décidant de "frapper Israël" depuis son sol, l'Iran a provoqué "une rupture profonde", a-t-il également estimé.