Le G20 se doit de placer les femmes au cœur de l’économie mondiale

Réunion d’ouverture du Groupe d’engagement des femmes (W20) (Photo Twitter)
Short Url
Publié le Mercredi 18 novembre 2020

Le G20 se doit de placer les femmes au cœur de l’économie mondiale

  • Les effets de la pandémie sont plus considérables sur les femmes, leurs multiples rôles et leurs responsabilités
  • Les déléguées du W20 espèrent que les leaders du G20 prêteront leur voix à cet appel à l'action décisif

Nous sommes à quelques jours du sommet des leaders du G20, premier sommet à avoir lieu en pleine pandémie, alors que le monde espère un rétablissement intégral et équitable du double défi sanitaire et économique. Conscients des préoccupations, nombreuses et urgentes, auxquelles sont confrontés les chefs d'État ce week-end, nous, le Groupe d'engagement des femmes (W20), reconnaissons que l'accent mis sur l'autonomisation des femmes et l'égalité des sexes est un jalon fondamental vers nos objectifs communs.

Alors que les préparatifs tirent à leur fin, nous demandons aux leaders du G20 de se mettre au défi afin de tenir leurs promesses, de saisir ce moment critique et de faire de l’égalité économique des femmes une vraie réalité. L'impact disproportionné de la crise du coronavirus sur la vie et les moyens de subsistance des femmes étire jusqu'à 51 ans le temps nécessaire pour atteindre l'égalité des sexes.

Le communiqué du W20 2020 formule des recommandations politiques rigoureuses et réalisables pour une reprise économique après la pandémie à court terme, et pour une réalisation à long terme d’un développement durable réel tel qu'envisagé par les Nations Unies. Le moment est venu pour les leaders du G20 de s’engager envers les recommandations du W20 dans leurs déclarations afin de transformer nos demandes en actions concrètes.

La pandémie a certes un impact dévastateur sur toutes les tranches de la société, mais les effets sont encore plus considérables sur les femmes, leurs multiples rôles et leurs responsabilités. Jusqu'à présent, les plans de secours adoptés par les gouvernements du monde n'ont pas pris en compte les besoin financiers et institutionnels spécifiques des femmes pour s'intégrer pleinement dans les économies de leur pays. Le communiqué du W20 propose des recommandations pour surmonter ces lacunes politiques en vue de parvenir à un changement viable et durable pour les femmes.

Les dirigeants du G20 reconnaissent absolument que lorsque les femmes prospèrent et sont positivement intégrées dans l’économie de leur pays, toutes les communautés - hommes et femmes, jeunes et vieux –progressent également. En adoptant les recommandations politiques du W20 comme outils principal, les efforts nationaux et mondiaux du G20 mèneront sans aucun doute à un monde plus équitable pour les sexes.

«Lorsque les femmes prospèrent et sont positivement intégrées dans l’économie de leur pays, toutes les communautés - hommes et femmes, jeunes et vieux – se progressent également»

Championnes de l'autonomisation des femmes, leaders respectées qui sont le visage de diverses communautés et de voix, citoyennes soucieuses de la communauté mondiale, les déléguées du W20 espèrent que les leaders du G20 prêteront leur voix à cet appel à l'action décisif. Ils devraient réinitialiser les économies du G20 et planifier une reprise basée sur le principe de l'inclusion. Ils peuvent aussi reconnaître que la participation entière et équitable des femmes à l'activité économique est absolument essentielle à une reprise socio-économique sérieuse, rapide, et relève simplement d'une économie intelligente.

Le monde entier recherche une action collective pour sortir chaque pays de sa crise économique, sociale et sanitaire, comme l’a fait le G20 en 2008. Son rôle est encore plus critique en 2020, mais tous les efforts sont vains sans l'inclusion des femmes.

C’est le moment ou jamais.

 

Dr Thoraya Ahmed Obaid est présidente du W20 2020.

NDLR : L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com