Oum Kalsoum fait partie de la liste des plus grands chanteurs du magazine Rolling Stone

Oum Kalsoum se produisant au Caire dans les années 1960. (AFP)
Oum Kalsoum se produisant au Caire dans les années 1960. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 03 janvier 2023

Oum Kalsoum fait partie de la liste des plus grands chanteurs du magazine Rolling Stone

  • Classée à la 61ème place, Oum Kalsoum précède de grands noms de la musique occidentale
  • «C'est une excellente nouvelle», affirme à Arab News la productrice de théâtre saoudienne Mona Khashoggi, qui a créé une pièce sur la vie d'Oum Kalsoum

DUBAÏ: Pour lancer la nouvelle année, le magazine phare de la culture pop américaine Rolling Stone a publié sa liste des «200 plus grands chanteurs de tous les temps», sélectionnée par son équipe et ses collaborateurs. «Ce qui a compté le plus dans notre choix, c'était l'originalité, l'influence, l’ampleur du répertoire d'un artiste et l'étendue de son héritage musical», a tweeté le magazine.

La seule artiste arabe mentionnée dans cette liste prestigieuse est la défunte grande vedette égyptienne Oum Kalsoum. Classée à la 61ème place, elle précède de grands noms de la musique occidentale, notamment Michael Jackson, Leonard Cohen, Johnny Cash, Janis Joplin, Barbara Streisand et Elton John.

Les voisins immédiats d'Oum Kalsoum dans la liste sont le chanteur de «Careless Whisper» George Michael (#62), et Kate Bush (#60), dont le succès des années 1980 «Running Up That Hill» a été relancé en 2022 grâce à un épisode de «Stranger Things». Selon l'article, tous les chanteurs ont été choisis pour une raison capitale: «Ils peuvent refaire le monde rien qu'en ouvrant la bouche.»

La référence à Oum Kalsoum mentionne qu'elle «n'a pas de véritable équivalent parmi les chanteuses occidentales: pendant des décennies, la star égyptienne a représenté, et représente toujours dans une certaine mesure, l'âme du monde panarabe». Elle la décrit également comme «une ardente prédicatrice», qui avait un attrait international, et qui avait été saluée par des sommités telles que Bob Dylan et Robert Plant de Led Zeppelin. Ce dernier a dit un jour en entendant sa voix: «Quelqu'un a fait un trou dans le mur de ma compréhension du chant.»

«C'est une excellente nouvelle», affirme à Arab News la productrice de théâtre saoudienne Mona Khashoggi, qui a créé une pièce sur la vie d'Oum Kalsoum. «Mais elle devrait être en tête de liste.»

image 4
Oum Kalsoum a enthousiasmé les salles pendant sa riche et longue carrière de cinquante ans. (AFP)

Oum Kalsoum est née dans un village du delta du Nil. Jeune fille, elle portait des vêtements de garçon et chantait des chants religieux lors de rencontres sociales. Dans les années 1920, sa famille s'installe au Caire, où commence sa brillante carrière, au cours de laquelle elle enregistre plus de 300 chansons. La ville a peu à peu commencé à parler d’elle, suivie par toute la région.

«Pour nous, elle n'était pas seulement une artiste. Elle était une combattante pour la liberté et une militante», soutient Mona Khashoggi. «Elle l'a fait dans un monde d'hommes il y a cent ans, et elle l'a fait à sa façon.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L'engin lunaire japonais SLIM s'est rallumé, après deux semaines de repos forcé

Cette photo publiée le 25 janvier 2024 par l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA) montre une image de la surface lunaire prise et transmise par LEV-2 «SORA-Q» le robot lunaire transformable, installé sur le module lunaire de la société privée pour la mission Smart Lander for Investigating Moon (SLIM), après son atterrissage sur la Lune le 20 janvier (Photo, JAXA/AFP).
Cette photo publiée le 25 janvier 2024 par l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA) montre une image de la surface lunaire prise et transmise par LEV-2 «SORA-Q» le robot lunaire transformable, installé sur le module lunaire de la société privée pour la mission Smart Lander for Investigating Moon (SLIM), après son atterrissage sur la Lune le 20 janvier (Photo, JAXA/AFP).
Short Url
  • La sonde japonaise SLIM, posée sur la Lune depuis fin janvier, est de nouveau activée après avoir survécu à deux semaines de rigoureuse nuit lunaire
  • Le module SLIM a réussi le 20 janvier dernier un alunissage à 55 m de sa cible initiale, soit un très haut degré de précision

TOKYO: La sonde japonaise SLIM, posée sur la Lune depuis fin janvier, est de nouveau activée après avoir survécu à deux semaines de rigoureuse nuit lunaire, a annoncé lundi l'agence spatiale japonaise Jaxa.

"La nuit dernière, une commande a été envoyée à SLIM et une réponse a été reçue, confirmant que l'engin a survécu à la nuit lunaire et a gardé sa capacité de communication!", a déclaré avec enthousiasme la Jaxa sur X (anciennement Twitter).

Les communications ont été "interrompues peu de temps après, car c'était encore la mi-journée lunaire et la température des équipements de communication était très élevée", a précisé la Jaxa.

"Des préparatifs sont en cours pour reprendre les opérations lorsque les températures des instruments auront suffisamment refroidi", a ajouté l'agence spatiale.

Le module SLIM (Smart Lander for Investigating Moon) a réussi le 20 janvier dernier un alunissage à 55 m de sa cible initiale, soit un très haut degré de précision, faisant du Japon le cinquième pays à réussir à se poser sur le satellite naturel de la Terre après les Etats-Unis, l'URSS, la Chine et l'Inde.

Mais en raison d'un problème moteur dans les dernières dizaines de mètres de sa descente, SLIM s'était posé de manière inclinée et ses cellules photovoltaïques orientées vers l'ouest ne recevaient pas la lumière du soleil.

SLIM a aluni dans un petit cratère de moins de 300 mètres de diamètre, appelé Shioli. Avant d'être éteint, l'engin avait pu débarquer normalement ses deux mini-rovers, censés mener des analyses de roches provenant de la structure interne de la Lune (le manteau lunaire), encore très mal connue.

Nouvelle ruée vers la Lune

Plus de 50 ans après que son sol a été foulé pour la première fois par des humains - les Américains en 1969 - la Lune refait l'objet d'une course mondiale.

Le programme américain Artémis prévoit de renvoyer des astronautes sur la Lune, un projet récemment reporté à septembre 2026, avec à plus long terme la construction d'une base permanente sur place. La Chine a des projets concurrents similaires.

Les deux premières tentatives d'alunissage du Japon avaient mal tourné. En 2022, une sonde de la Jaxa, Omotenashi, embarquée à bord de la mission américaine Artémis 1, avait connu une défaillance fatale de ses batteries peu après son éjection dans l'espace.

Et l'an dernier, un alunisseur de la jeune entreprise privée japonaise ispace s'était écrasé à la surface de la Lune, ayant raté l'étape cruciale de la descente en douceur.

La semaine dernière, les Etats-Unis sont revenus sur la Lune pour la première fois depuis plus de 50 ans, avec la sonde d'une société privée américaine, Intuitive Machines.

L'entreprise a annoncé que sa sonde était probablement allongée sur un côté, mais que des données scientifiques et images devraient malgré tout pouvoir être récupérées.

Atteindre la Lune reste un immense défi technologique, même pour les grandes puissances spatiales: une autre entreprise privée américaine, Astrobotic, également sous contrat avec la Nasa, a échoué début janvier à poser son premier engin sur la Lune.


Un film sur la violence des colons israéliens remporte le prix du meilleur documentaire au Festival du film de Berlin

Le réalisateur israélien Yuval Abraham et le réalisateur palestinien Basel Adra sur scène après avoir reçu le prix du documentaire de la Berlinale pour « No Other Land » lors de la cérémonie de remise des prix de la 74e édition du Festival international du film de Berlin (Photo, AFP).
Le réalisateur israélien Yuval Abraham et le réalisateur palestinien Basel Adra sur scène après avoir reçu le prix du documentaire de la Berlinale pour « No Other Land » lors de la cérémonie de remise des prix de la 74e édition du Festival international du film de Berlin (Photo, AFP).
Short Url
  • «No Other Land» est une production israélo-palestinienne, dont l'activiste palestinien Basel Adra et le journaliste israélien Yuval Abraham sont les coréalisateurs
  • Il a exhorté l'Allemagne à « respecter les appels de l'ONU et à cesser d'envoyer des armes à Israël ».

DUBAΪ : Un film documentaire sur les luttes d'un village de Cisjordanie contre les colons israéliens a remporté le prix du film documentaire de la Berlinale au Festival du film de Berlin.

« No Other Land » est une production israélo-palestinienne, dont l'activiste palestinien Basel Adra et le journaliste israélien Yuval Abraham sont les coréalisateurs.

ds
« No Other Land » est une production israélo-palestinienne dont les coréalisateurs sont l'activiste palestinien Basel Adra et le journaliste israélien Yuval Abraham (Photo, Fournie).

« Je suis ici pour recevoir ce prix, mais il m'est très difficile de me réjouir alors que des dizaines de milliers de personnes de mon peuple sont massacrées par Israël à Gaza », a déclaré Basel Adra lors de la cérémonie de samedi.

Il a exhorté l'Allemagne à «respecter les appels de l'ONU et à cesser d'envoyer des armes à Israël».

Son coréalisateur, Abraham, a ajouté : « Je suis israélien, Basel est palestinien. Dans deux jours, nous retournerons sur une terre où nous ne sommes pas égaux... Cette situation d'apartheid entre nous, cette inégalité doit cesser ».

Le film « No Other Land » avait également remporté un prix du public.

Dans une précédente interview accordée à Variety, Adra avait déclaré : « Yuval et Rachel, qui sont israéliens, sont venus il y a cinq ans pour écrire sur des sujets - Yuval est journaliste - nous nous sommes rencontrés et nous sommes devenus amis, mais aussi activistes ensemble, en travaillant sur des articles concernant la région ». Il a ajouté : « Et puis nous avons eu l'idée de faire cela, de créer ce film. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Inauguration «officielle» de la Grande mosquée d'Alger

Cette photo montre la Grande mosquée d'Alger, également connue sous le nom de «Djamaâ El Djazaïr», à Alger le 27 octobre 2020 (Photo, AFP).
Cette photo montre la Grande mosquée d'Alger, également connue sous le nom de «Djamaâ El Djazaïr», à Alger le 27 octobre 2020 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a inauguré officiellement dimanche la Grande mosquée d'Alger, la troisième plus vaste au monde et la plus monumentale d'Afrique
  • Inaugurée en octobre 2020 en l'absence du président Tebboune alors atteint du Covid-19, «Djamaâ El Djazaïr» («La mosquée d'Alger») peut recevoir jusqu'à 120000 fidèles

ALGER: Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a inauguré officiellement dimanche la Grande mosquée d'Alger, la troisième plus vaste au monde et la plus monumentale d'Afrique, selon des images de la télévision algérienne.

Inaugurée en octobre 2020 en l'absence du président Tebboune alors atteint du Covid-19, "Djamaâ El Djazaïr" ("La mosquée d'Alger") peut recevoir jusqu'à 120.000 fidèles.

A l'architecture géométrique et étendue sur 27,75 hectares, "El Djazaïr" ne le cède en gigantisme qu'à la mosquée Al-Haram à La Mecque et à celle du Prophète à Médine, les deux principaux lieux saints de l'islam, en Arabie saoudite.

Son minaret, qui surplombe la célèbre baie d'Alger, est le plus haut au monde: il culmine à 267 mètres, soit 43 étages desservis par des ascenseurs panoramiques.

Méga-projet emblématique de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir par les manifestations du mouvement pro-démocratie Hirak, en avril 2019, sa construction avait suscité une vive polémique en particulier en raison de son coût.

Achevé en avril 2019, son chantier a duré plus de sept ans et a nécessité des investissements supérieurs à 750 millions d'euros.

Le mandat de M. Tebboune, élu en décembre 2019, à la présidence de l'Algérie, arrive à échéance en fin d'année et il n'a pas encore fait connaître ses intentions sur son éventuelle candidature à un deuxième mandat.