L'Arabie saoudite entrevoit un avenir centré sur l'intelligence artificielle à la veille du sommet du G20

Lors de la conférence de presse tenue jeudi à Riyad, le Dr Abdallah ben Sharaf Al-Ghamdi, président de L'Autorité saoudienne des données et de l'intelligence artificielle, a affirmé que l'Arabie saoudite deviendra un leader mondial de l'intelligence artificielle d'ici 2030. (Photo d'AN par Basheer Saleh).
Short Url
Publié le Vendredi 20 novembre 2020

L'Arabie saoudite entrevoit un avenir centré sur l'intelligence artificielle à la veille du sommet du G20

  • D'ici 2030, l'Arabie saoudite comptera parmi les leaders mondiaux en matière d'intelligence artificielle (IA), a déclaré un éminent expert saoudien, le Dr Abdallah ben Sharaf Al-Ghamdi, président de l'Autorité saoudienne des données et de l'intelligence
  • M. Al-Ghamdi : « Nous avons mis la touche finale à la logistique et aux procédures de création de la Société d'Intelligence Artificielle SDAIA »

DJEDDAH : D'ici 2030, l'Arabie saoudite comptera parmi les leaders mondiaux en matière d'intelligence artificielle (IA), a déclaré un éminent expert saoudien.

Le Dr Abdallah ben Sharaf Al-Ghamdi, président de l'Autorité saoudienne des données et de l'intelligence artificielle (SDAIA), a fait cette déclaration lors d'un entretien avec les médias au Centre international des médias à Riyad concernant la définition de nouvelles frontières, à la veille du sommet des dirigeants du Groupe des vingt (G20).

La SDAIA a développé l'année dernière la plate-forme Estishraf, qui s'appuie sur l'intelligence artificielle et qui se sert des données pour créer des aperçus diversifiés et répondre aux priorités des décideurs en Arabie saoudite. « Cette plate-forme nous a permis de réaliser des revenus s'élevant à 43 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,22 euro), rien qu'en 2019 », a déclaré M. Al-Ghamdi. « Cela témoigne sans aucun doute des grandes opportunités qui se présenteront à l'économie nationale lorsque l'IA deviendra une économie de la connaissance. »

Le président de la SDAIA a indiqué que l'Autorité a lancé l'initiative NSDAI lors du sommet mondial sur l'IA, organisé par la SDAIA et le secrétariat saoudien du G20, dans le cadre du programme des conférences internationales il y a deux semaines.

« Nous avons mis la touche finale à la logistique et aux procédures de création de la Société d'Intelligence Artificielle SDAIA, qui deviendra la branche nationale d'investissement en IA du pays », précise-t-il.

M. Al-Ghamdi, qui est également président du Sommet mondial de l'IA, a mis en lumière, dans son discours, les thèmes de l'économie numérique et le rôle de la technologie, en particulier la technologie liée à l'IA, et sa contribution à relever les défis de la pandémie de coronavirus. Il a également mis l'accent sur la manière de façonner l'avenir vers une « nouvelle situation normale ».

« Si nous sommes fiers de pouvoir relever ces défis, nous reconnaissons aussi qu'il est primordial, en dépit de toutes les circonstances que nous traversons, d'aborder de front les trois thèmes de la présidence saoudienne du G20 en vue de concrétiser les opportunités du XXIe siècle : responsabiliser les citoyens, sauvegarder la planète et dessiner une nouvelle frontière », affirme-t-il. « Au fur et à mesure que nous émergeons de la pandémie, une opportunité se présente de révéler le potentiel des avancées scientifiques et de se servir des technologies pour établir les fondements d'un avenir plus brillant et durable tant pour nous que pour nos enfants et les générations à venir. »

Il a déclaré que la technologie numérique jouait un rôle majeur dans le façonnement du présent et de l'avenir, et qu'elle continue à gagner de nouveaux terrains dans la vie, la carrière et l'éducation des gens, et dans bien d'autres domaines.

« Alors que les technologies émergentes telles que l'IA présentent un grand potentiel, il existe également un fossé numérique croissant qui, s'il n'est pas traité conjointement, se creusera davantage et conduira à une distribution inéquitable des bénéfices et des richesses que les nations pourront générer grâce à ces technologies », a déclaré M. Al-Ghamdi.

Consciente de ces risques, l'Arabie saoudite a engagé des dialogues fructueux au sein du G20 sur des sujets cruciaux qui façonneront les économies numériques et l'avenir, notamment une IA fiable, la libre circulation des données, les villes intelligentes ainsi que la sécurité et le mesurage de l'économie numérique.

Selon M. Al-Ghamdi, les capacités nationales exceptionnelles de l'Arabie saoudite en termes de numérique et de données permettent au pays de combattre et de résorber les effets de la pandémie, tout en continuant à aller de l'avant avec les objectifs nationaux pour concrétiser la Vision 2030 du Royaume. Le président du SDAIA a averti que, si l'IA peut enrayer certains emplois, de nouvelles opportunités d'emploi basées sur l'IA fleuriront.

« En fonction des objectifs que nous nous sommes fixés pour 2030, nous allons assurer la formation de 40 % de la main-d'œuvre en matière de données et de l'IA. D'ici 2030, nous disposerons en outre de plus de 20 000 spécialistes de l'IA et des données. Par ailleurs, 40 000 emplois directement et indirectement liés aux données et à l'intelligence artificielle seront créés », conclut-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Algérie: forte mobilisation pour la libération des détenus d'opinion

Les Algériens se rassemblent lors d'une manifestation antigouvernementale dans la capitale Alger le 16 avril 2021.(AFP)
Short Url
  • Les manifestants ont mis en avant les 23 militants arrêtés lors d'une marche du Hirak le 3 avril à Alger et qui observent une grève de la faim depuis le 7 avril, selon le Comité nationale pour la libération des détenus
  • La marche hebdomadaire, hérissée de parapluies et de portraits de prisonniers, s'est tenue dans le calme dans les artères du centre-ville, en dépit d'un froid mordant, de la pluie et du jeûne du mois sacré du ramadan qui a débuté mardi

ALGER: Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Alger, bravant le froid et le jeûne du ramadan, pour réclamer la libération des militants récemment incarcérés du Hirak, le mouvement populaire antirégime, selon un journaliste de l'AFP.

Comme chaque vendredi depuis fin février, un premier cortège a défilé de la rue Didouche Mourad, principale artère du centre de la capitale, en direction de la Grande Poste, lieu emblématique de rassemblement des hirakistes. Ils ont été rejoints après la prière hebdomadaire du vendredi par des cortèges, plus fournis, venus notamment des quartiers populaires de Bab El Oued et de Belouizdad.  

Derrière une banderole affirmant "Liberté pour tous les détenus d'opinion, manifester pacifiquement n'est pas un crime", la marche hebdomadaire, hérissée de parapluies et de portraits de prisonniers, s'est tenue dans le calme dans les artères du centre-ville, en dépit d'un froid mordant, de la pluie et du jeûne du mois sacré du ramadan qui a débuté mardi. 

Les manifestants ont mis en avant les 23 militants arrêtés lors d'une marche du Hirak le 3 avril à Alger et qui observent une grève de la faim depuis le 7 avril, selon le Comité nationale pour la libération des détenus (CNLD).

Incarcérés à la prison algéroise d'El Harrach, ils sont poursuivis pour "atteinte à l'unité nationale et attroupement non armé".

Jeudi, huit associations algériennes de défense des droits humains se sont inquiétées de la dégradation de leur état de santé.

Scandant "Etat civil et non militaire", pour la démilitarisation du régime, les protestataires, toutes générations confondues, ont réitéré leur rejet des élections législatives du 12 juin: "Pas d'élections avec les partis ventrus", une allusion aux formations politiques proches du pouvoir, accusées de corruption par les hirakistes.

Dans un message à l'occasion de la "journée du savoir", jeudi, le président Abdelamadjid Tebboune a exhorté "la société algérienne (...) à s'exprimer lors des échéances politiques à venir, en toute liberté et par les voies les plus civilisées". 

Les opposants dénoncent, quant à eux, à chacun de leurs rassemblements, un scrutin qualifié de "mascarade". Les principaux partis de l'opposition laïque ont décidé de le boycotter.     

Des marches du Hirak ont également eu lieu en province, en Kabylie notamment, à la veille du 20e anniversaire de la répression des émeutes du "Printemps noir" en avril 2001 (126 morts et des milliers de blessés). 


Migrants: au moins 41 morts repêchés au large de la Tunisie

Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari.(AFP)
Short Url
  • Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari
  • Les recherches ont été interrompues vendredi en raison du mauvais temps, et doivent reprendre samedi

TUNIS : Les corps de 41 migrants, dont au moins un enfant, qui tentaient de rallier l'Europe depuis les côtes tunisiennes ont été repêchés en Méditerranée après le naufrage de leur embarcation de fortune, ont déclaré vendredi les Nations unies.

Seules trois personnes ont pu être secourues par les gardes-côtes tunisiens après le naufrage jeudi soir du bateau au large de Sidi Mansour, dans le sud-est de la Tunisie, indiquent dans un communiqué conjoint le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

"Les corps de 41 personnes, dont au moins un enfant, ont jusqu'à présent été retrouvés", indique-t-on, précisant que toutes étaient originaires d'Afrique subsaharienne.

Plus tôt vendredi, la garde maritime à Sfax, dans l'est de la Tunisie, avait fait état de 20 morts, "onze hommes, huit femmes et un bébé (...) repêchés jeudi au large de Sfax", et 17 portés disparus. 

Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari.

Les recherches ont été interrompues vendredi en raison du mauvais temps, et doivent reprendre samedi, a indiqué M. Ayari.

Ces candidats à cette traversée très dangereuse étaient partis jeudi à l'aube des côtes de Sidi Mansour à Sfax, point de départ quotidien ces deux dernières années de ces tentatives pour rallier l'Europe.

Cette tragédie "souligne une nouvelle fois la nécessité d'améliorer et d'étendre les opérations de recherche et de sauvetage menées par les Etats en Méditerranée centrale, où quelque 290 personnes ont péri depuis le début de l'année", soulignent l'UNHCR et l'OIM.

"La solidarité à travers la région et le soutien aux autorités nationales dans leurs efforts pour empêcher des morts et poursuivre les passeurs et trafiquants devraient être une priorité", ont ajouté les deux organisations. 

D'après leurs chiffres, le nombre des traversées depuis la Tunisie vers l'Europe a plus que triplé comparé à la même période l'an dernier. 

Au moins 292 migrants ont péri depuis le 1er janvier 2021 en Méditerranée, et 1 200 en 2020 dont la grande majorité sur cette route centrale, selon l'ONU.


Lenderking souligne l'importance d’une solution au conflit au Yémen

L'envoyé spécial américain pour le Yémen Timothy Lenderking, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, et l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths, avant la conférence de presse au ministère des Affaires étrangères à Berlin, le 12 avril 2021 (AFP)
Short Url
  • Tim Lenderking et Martin Griffiths s'emploient à faciliter la livraison de carburant au Yémen et à relancer les pourparlers politiques
  • Aux EAU, Lenderking a rencontré des responsables pour parler de l'importance de la mise en application complète de l'Accord de Riyad

LONDRES: L'envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen, Tim Lenderking, a évoqué l'importance de parvenir à une solution durable au conflit dans le pays, lors d'une récente visite à Berlin.

Lenderking a également discuté des mesures à prendre pour atténuer la crise humanitaire et économique dans ce pays déchiré par la guerre, avec des représentants des États membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, ainsi que de l'Allemagne, du Koweït, de la Suède et de l'Union européenne.

Mettre fin à l’assaut des Houthis contre Marib, faciliter l’inspection et la réparation par l’ONU du pétrolier Safer, soutenir les efforts légitimes du gouvernement pour stabiliser l’économie yéménite et atténuer la crise humanitaire ont été les mesures mises en avant pour mettre fin au conflit, lors des entretiens à Berlin.

Aux Émirats arabes unis (EAU), Lenderking a rencontré des responsables du ministère des Affaires étrangères, afin de discuter de l'importance de la mise en œuvre complète de l'Accord de Riyad.

L'envoyé du Yémen est arrivé en Allemagne lundi, s'est rendu aux EAU mercredi, puis il est rentré aux États-Unis vendredi.

Tim Lenderking et l'envoyé de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, travaillent ensemble pour encourager la livraison rapide de carburant au Yémen et relancer les pourparlers politiques avec le soutien du gouvernement omanais, selon un communiqué du département d'État américain.

Ce communiqué appelle toutes les parties à s'engager sérieusement et à négocier de bonne foi.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com