Il y a soixante-quinze ans, s'ouvrait le procès de Nuremberg

Le château impérial (Kaiserburg ou Nuernberger Burg), un monument de Nuremberg, dans le sud de l'Allemagne (Christof Stache / AFP)
Le château impérial (Kaiserburg ou Nuernberger Burg), un monument de Nuremberg, dans le sud de l'Allemagne (Christof Stache / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 20 novembre 2020

Il y a soixante-quinze ans, s'ouvrait le procès de Nuremberg

  • Depuis 1943, les puissances alliées réfléchissaient au sort des criminels de guerre allemands
  • Avant même la capitulation, le principe d'un procès sans précédent, devant un tribunal international et en public, est arrêté

NUREMBERG, Allemagne : Le 20 novembre 1945 s'ouvrait à Nuremberg le plus grand procès de l'histoire, au cours duquel 21 des plus hauts dirigeants du régime nazi, dont le successeur désigné d'Hitler, Hermann Goering, ont eu pour la première fois à répondre de leurs crimes devant la justice internationale.

Depuis 1943, les puissances alliées réfléchissaient au sort des criminels de guerre allemands. Avant même la capitulation, le principe d'un procès sans précédent, devant un tribunal international et en public, est arrêté.

Six mois seulement après la fin des hostilités, les procureurs, qui sont comme les juges issus des quatre puissances alliées, réunissent 300 000 témoignages et quelque 6 600 pièces à conviction, étayés par 42 volumes d'archives.

Le procès se tient dans une ville en ruines, mais dont le palais de justice relié à une prison est encore debout. Nuremberg, ancienne cité impériale, est surtout la ville symbole du nazisme où Hitler tenait ses grands rassemblements et où ont été promulguées en 1935 les lois anti-juives.

Crimes contre l'humanité

Le 20 novembre 1945 à 10 heures du matin, le procès s'ouvre dans la salle d'audience 600 du tribunal, en présence de centaines de journalistes. «La véritable partie plaignante à la barre, c'est la civilisation», déclare le procureur américain Robert Jackson.

Sur le banc des accusés, se tiennent les plus hauts dignitaires nazis encore vivants après les suicides d'Adolf Hitler, de Joseph Goebbels et de Heinrich Himmler.

Hermann Goering, ancien numéro 2 du régime, côtoie Rudolf Hess, l'adjoint d'Hitler, Alfred Rosenberg, l'idéologue du parti, Fritz Sauckel, le responsable du travail forcé, Joachim von Ribbentrop, le ministre des Affaires étrangères...

Les accusés doivent répondre de complot, crimes de guerre, crimes contre la paix et, pour la première fois de l'histoire, de crimes contre l'humanité.

Ceux-ci sont définis comme «l'assassinat, l'extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain commis contre toute population civile, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux». La notion de génocide ne sera, elle, reconnue dans le droit international qu'en 1948.

Le choc des images

Tous les accusés plaident nicht schuldig («non coupable»). Mais la projection d'un film tourné par les Alliés occidentaux sur les camps donne rapidement une autre dimension au procès.

«Sauckel frémit à la vue du four crématoire de Buchenwald. Quand on montre un abat-jour en peau humaine, Streicher dit: «Je ne crois pas ça.» (...) «Frick secoue la tête, l'air incrédule, quand une doctoresse décrit le traitement et les expériences infligées à des prisonnières de Belsen», décrira le psychologue de la prison pour la durée du procès, Gustave M. Gilbert, dans Le Journal de Nuremberg (1947).

Parmi les 33 témoins de l'accusation, la résistante française Marie-Claude Vaillant-Couturier, survivante des camps d'Auschwitz-Birkenau puis de Ravensbruck, livre un récit implacable de plus de deux heures: les femmes qui accouchaient et dont les nouveau-nés étaient noyés sous leurs yeux, les détenues contraintes de boire l'eau des flaques avant de s'y laver, l'appel à trois heures du matin...

«Avant de prendre la parole devant la cour, je suis passée devant les accusés, très lentement. Je voulais les regarder de près. Je me demandais à quoi pouvaient ressembler des gens capables de crimes si monstrueux», confia-t-elle au quotidien français l'Humanité.

Le verdict tombe le 1er octobre 1946: douze condamnations à mort (dont une par contumace pour Martin Bormann, le secrétaire d'Hitler dont on ignore alors la mort), trois condamnations à la prison à vie, deux peines de vingt ans de prison, une de quinze ans et une de dix ans.

Trois des accusés échappent à la prison. Des acquittements qui surprennent les observateurs de l'époque, mais les instigateurs du procès répondent aux détracteurs qu'ils le voulaient «équitable».

Goering se suicide

Inédit dans sa forme, Nuremberg n'échappe cependant pas à la critique d'une justice faite par les vainqueurs et n'est pas exempt de zones d'ombres (le massacre de Katyn que l'accusation soviétique essaye en vain d'imputer aux nazis, le pacte germano-soviétique escamoté des débats...).

Le 16 octobre 1946 à 1 heure du matin, dix des condamnés à mort sont pendus. Hermann Goering s'est suicidé quelques heures auparavant dans sa cellule en avalant une capsule de cyanure pour échapper à une pendaison qu'il jugeait indigne d'un soldat.

Tous les corps, y compris celui de Goering, sont incinérés et leurs cendres répandues dans un affluent de l'Isar, pour éviter que leurs tombes deviennent des lieux de rassemblements.

Nuremberg sera le lieu de douze autres procès de responsables nazis (docteurs, ministres, militaires...).

 


Le variant Omicron peut avoir attrapé un morceau de virus du rhume

Les nouvelles découvertes soulignent l'importance de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19. (Photo, Shutterstock)
Les nouvelles découvertes soulignent l'importance de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19. (Photo, Shutterstock)
Short Url
  • Cela pourrait signifier que le virus se transmet plus facilement, tout en ne provoquant qu'une maladie bénigne ou asymptomatique
  • «Vous devez vacciner pour réduire les risques que d'autres personnes immunodéprimées rencontrent le virus SARS-CoV-2»

NEW YORK : Le variant Omicron du virus qui cause la Covid-19 a probablement acquis au moins une de ses mutations en prélevant un extrait de matériel génétique d'un autre virus, probablement celui responsable du rhume, présent dans les mêmes cellules infectées, ont annoncé des chercheurs.

Cette séquence génétique n'apparaît dans aucune version antérieure du coronavirus, appelé SARS-CoV-2, mais elle est omniprésente dans de nombreux autres virus, notamment ceux qui causent le rhume, ainsi que dans le génome humain, ont déclaré les chercheurs.

En insérant cet extrait particulier en lui-même, Omicron pourrait se faire passer pour un virus «plus humain», ce qui l'aiderait à échapper aux attaques du système immunitaire humain, a révélé Venky Soundararajan de Cambridge, Massachusetts, société d'analyse de données, qui a dirigé l'étude publiée jeudi sur le site OSF Preprints.

Cela pourrait signifier que le virus se transmet plus facilement, tout en ne provoquant qu'une maladie bénigne ou asymptomatique. Les scientifiques ne savent pas encore si Omicron est plus infectieux que les autres variants, s'il provoque une maladie plus grave ou s'il dépassera Delta en tant que variant le plus répandu. Cela peut prendre plusieurs semaines afin d’obtenir des réponses à ces questions.

Selon des études antérieures, les cellules des poumons et du système gastro-intestinal peuvent héberger simultanément le SRAS-CoV-2 et les coronavirus du rhume. Une telle co-infection prépare le terrain pour la recombinaison virale, un processus au cours duquel deux virus différents présents dans la même cellule hôte interagissent tout en se reproduisant, générant de nouvelles copies contenant du matériel génétique des deux «parents».

Cette nouvelle mutation aurait pu se produire pour la première fois chez une personne infectée par les deux agents pathogènes lorsqu'une version du SRAS-CoV-2 a récupéré la séquence génétique de l'autre virus, ont expliqué Soundararajan et ses collègues dans l'étude, qui n'a pas encore été évaluée par des pairs.

La même séquence génétique apparaît plusieurs fois dans l'un des coronavirus qui provoque le rhume chez l'homme, connu sous le nom de HCoV-229E, et dans le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) qui cause le sida, a averti Soundararajan.

L'Afrique du Sud, où Omicron a été identifié pour la première fois, a le taux de VIH le plus élevé au monde, ce qui affaiblit le système immunitaire et augmente la vulnérabilité d'une personne aux infections par les virus du rhume et d'autres agents pathogènes. Dans cette partie du monde, a souligné le chercheur, il y a de nombreuses personnes chez qui la recombinaison qui a ajouté cet ensemble omniprésent de gènes à Omicron aurait pu se produire.

«Nous avons probablement raté de nombreuses générations de recombinaisons» qui se sont produites au fil du temps et qui ont conduit à l'émergence de l'omicron, a ajouté Soundararajan.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer les origines des mutations d'Omicron et leurs effets sur la fonction et la transmissibilité. Il existe également des hypothèses concurrentes selon lesquelles le dernier variant pourrait avoir passé un certain temps à évoluer chez un hôte animal.

En attendant, les nouvelles découvertes soulignent l'importance pour les personnes de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19, a soutenu Soundararajan.

«Vous devez vacciner pour réduire les risques que d'autres personnes immunodéprimées rencontrent le virus SARS-CoV-2», a conseillé le chercheur.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A Chypre, le pape dénonce l'«esclavage et la torture» lors d'une prière avec des migrants

Il a accusé une nouvelle fois la Turquie d'«instrumentaliser la migration à Chypre». (Photo, AFP)
Il a accusé une nouvelle fois la Turquie d'«instrumentaliser la migration à Chypre». (Photo, AFP)
Short Url
  • Le pape François s'exprimait lors d'une prière œcuménique avec des migrants dans une église de Nicosie au deuxième jour de sa visite sur l'île divisée de Chypre
  • Le pape, qui a mis la question migratoire au coeur de sa visite, doit emmener 50 migrants, dont 10 migrants en situation irrégulière détenus, avec lui en Italie

NICOSIE : Le pape a dénoncé avec force vendredi à Nicosie le traitement réservé à certains migrants en proie à l'"esclavage" et la "torture", estimant que leur sort rappelle des épisodes sombres de l'Histoire comme ceux des nazis ou de la dictature de Staline.

Le pape François s'exprimait lors d'une prière œcuménique avec des migrants dans une église de Nicosie au deuxième jour de sa visite sur l'île divisée de Chypre, porte vers l'Union européenne pour beaucoup de migrants. 

Le pape, qui a mis la question migratoire au coeur de sa visite, doit emmener 50 migrants, dont 10 migrants en situation irrégulière détenus, avec lui en Italie, selon Nicosie.  

Des dizaines de personnes, dont une majorité d'étrangers, se sont pressées devant l'église de la Sainte-Croix à Nicosie, située à quelques mètres de la zone tampon administrée par l'ONU, dans l'espoir peut-être de pouvoir être du voyage.

Bassel Ismail, un réfugié syrien d'une vingtaine d'années, à Chypre depuis environ sept mois attendait avec sa femme et son bébé. 

"Nous sommes venus voir le pape et peut-être il nous amènera avec lui au Vatican (...) On veut rejoindre mon frère" de 12 ans en Italie, a-t-il dit.

"Votre présence, frères et sœurs migrants, est très significative pour cette célébration", a dit le pape de 84 ans dans l'église.

Dieu nous appelle "à ne pas nous résigner à un monde divisé (...) mais à cheminer dans l’histoire attirés par le rêve de Dieu : une humanité sans murs de séparation, libérée de l’inimitié", a-t-il ajouté.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué que deux Camerounais "bloqués dans la zone tampon" séparant les deux parties de l'île divisée figuraient parmi les migrants qui devaient partir avec le pape.

«Bénédiction»

Il a accusé une nouvelle fois la Turquie d'"instrumentaliser la migration à Chypre", appelant les "partenaires européens" à faire preuve de "solidarité" avec Nicosie face "aux difficultés liées au flux croissant de migrants".

Dans l'église, Marina Nouwo une Camerounaise de 33 ans, a exprimé son émotion de rencontrer le pape: "C'est une bénédiction que Dieu nous accorde".

Cette mère de quatre enfants a quitté son pays il y a un mois avec son mari et espère, elle aussi, pouvoir être accueillie en Italie.

"J'ai fui les violences, les bombes, la faim et la douleur", explique pour sa part un Sud-asiatique s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. "J'ai dû me cacher dans des coffres de voitures et j'ai été jeté dans des embarcations qui prenaient l'eau. Déçu, exploité, oublié, ignoré… J'ai été forcé de migrer."

Le pape François a appelé à "ouvrir les yeux" devant l'"esclavage" et la "torture", que subissent les migrants dans les camps, dressant un parallèle avec la Seconde Guerre mondiale.

"Cela nous rappelle l'histoire du siècle dernier, des nazis, de Staline, et on se demande comment cela a pu se passer. Mais ce qui s'est passé autrefois est en train d'arriver aujourd'hui sur les côtes voisines (…) Il y a des lieux de torture, des gens qui sont vendus. Je le dis car c'est ma responsabilité d'ouvrir les yeux", a déclaré le pape dans une longue improvisation au cours de la prière œcuménique avec des migrants.

Dans la matinée, le pape a célébré une grande messe dans le grand stade de la capitale chypriote devant des milliers de personnes.

«Rester unis»

"Si nous ne nous rassemblons pas, nous ne dialoguons pas (...) nous ne pourrons pas guérir pleinement de nos aveuglements", a-t-il lancé, en présence du président chypriote Nicos Anastasiades et d'un important dispositif de sécurité et face aux fidèles agitant des drapeaux libanais, argentins ou encore philippins.

Parmi eux, des membres de la communauté catholique latine de Chypre, composée d'environ 25.000 membres, aujourd'hui majoritairement des travailleurs immigrés asiatiques et des réfugiés africains.

Dans le stade, Janine Daou, 39 ans, a fait le voyage depuis le Liban "malgré les difficultés économiques", afin de "demander de l'aide" au pape pour son pays.

Jeudi, le pontife argentin de 84 ans avait lancé un vibrant appel à l'"unité", déplorant la "terrible lacération" de l'île divisée depuis l'invasion turque de 1974.

"Le chemin de la paix, qui guérit les conflits (...), est balisé par un mot: dialogue", a-t-il déclaré, alors que les pourparlers avec l'autoproclamée République turque de Chypre Nord (RTCN, reconnue uniquement par Ankara) pour la réunification de l'île sont au point mort depuis 2017.

Aux portes d'une région minée par les conflits et la crise migratoire, le pape a de nouveau mis en garde le continent européen contre "les murs de la peur" et les "intérêts nationalistes".


Peng Shuai: des Chinois percent des trous dans la censure

Peng Shuai. (Photo, AFP)
Peng Shuai. (Photo, AFP)
Short Url
  • Pour contourner la censure, les internautes ont d'abord commencé à utiliser les initiales ("PS") de l'ex-numéro une mondiale du double
  • Un subterfuge vite répéré et censuré

PÉKIN : Expressions codées, références aux "pastèques" ou à une certaine "PS": l'affaire de la tenniswoman Peng Shuai est passée sous silence en Chine mais des internautes font preuve d'ingéniosité pour contourner la censure des réseaux sociaux.

Dans un message publié en ligne début novembre, la championne évoquait longuement sa relation compliquée avec l'ancien vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli et évoquait un rapport sexuel avec lui qu'elle s'est sentie "forcée" d'accepter.

Le texte est resté seulement quelques minutes sur le compte officiel de la joueuse de 35 ans sur le réseau social chinois Weibo, avant d'être effacé par les censeurs. 

Depuis, l'affaire est totalement passée sous silence dans les médias chinois. Et les censeurs redoublent d'efforts pour effacer toute allusion au scandale sur les réseaux sociaux.

La majorité des Chinois ne sont ainsi pas au courant de l'affaire, d'autant plus que la plupart des sites internet de médias étrangers sont bloqués en Chine.

Mais l'information circule tout de même via les messageries privées et le bouche-à-oreille.

Pour contourner la censure, les internautes ont d'abord commencé à utiliser les initiales ("PS") de l'ex-numéro une mondiale du double. Un subterfuge vite répéré et censuré.

D'où l'apparition d'un ingénieux mot-dièse "codé": "#Peng Yuyan est super beau", une référence à Peng Yuyan, un acteur taïwanais populaire en Chine. 

"Beau" se disant "shuai" en mandarin, le hashtag a donc pour premier et dernier caractère chinois "Peng" et "Shuai" -- soit le nom de la championne.

D'autres utilisateurs de Weibo se sont rendus sur la page consacrée au tennis pour y évoquer une "grosse pastèque" ayant fait les gros titres de l'actualité.

En chinois, l'expression "manger de la pastèque" signifie s'intéresser aux nouvelles racoleuses ou qui attirent l'oeil.

"Même quand je dors, je me réveille pour manger de la pastèque", écrivait un utilisateur de Weibo dans un message depuis supprimé. Il n'évoquait pas nommément Zhang Gaoli mais en parlait comme de "la personne sensible politiquement".

Sur le compte Weibo de la WTA, l'instance internationale gérant le circuit féminin de tennis, certains affichaient leur "soutien" à l'organisation qui a décidé d'annuler ses tournois en Chine, ceci sans mentionner explicitement Peng Shuai.

Les internautes se réfugient aussi parfois dans les recoins les plus insoupçonnés du web.

Certains commentaient ainsi l'affaire sur le site de critiques de films Douban, à la page consacrée à une série sud-coréenne au nom évocateur: "Le Premier ministre et Moi"...

Ces différentes astuces n'ont pas tenu bien longtemps face à la vigilance des censeurs.