Iran: Nouvelles sanctions occidentales contre des responsables du régime

Une photo obtenue par l'AFP en dehors de l'Iran montre une poubelle en feu au milieu d'un carrefour lors d'une manifestation pour Mahsa Amini, une femme qui aurait décédée après avoir été arrêtée par la police des moeurs de la république islamique, à Téhéran, le 20 septembre 2022. (Photo, AFP)
Une photo obtenue par l'AFP en dehors de l'Iran montre une poubelle en feu au milieu d'un carrefour lors d'une manifestation pour Mahsa Amini, une femme qui aurait décédée après avoir été arrêtée par la police des moeurs de la république islamique, à Téhéran, le 20 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 24 janvier 2023

Iran: Nouvelles sanctions occidentales contre des responsables du régime

  • Les sanctions britanniques ciblent notamment des responsables des services de sécurité et le procureur général adjoint, Ahmad Fazelian
  • "Ces sanctions", ainsi que celles de l'Union européenne et des Etats-Unis, "montrent la condamnation unanime de la communauté internationale des terribles violences que le régime iranien inflige à son propre peuple"

LONDRES: Le Royaume-Uni a annoncé lundi de nouvelles sanctions contre des responsables iraniens, dont le procureur général adjoint, en riposte à la répression et l'exécution de l'Irano-britannique Alireza Akbari "à des fins politiques".

Ces nouvelles sanctions, gels d'avoir et interdiction de séjour à l'encontre de cinq personnes et deux entités, portent à 50 les sanctions prises en réponse aux "violations des droits humains" perpétrées par Téhéran depuis la mort de Mahsa Amini, selon la diplomatie britannique.

La mort de cette jeune femme de 22 ans mi-septembre à la suite de son arrestation par la police des mœurs pour violation présumée du code vestimentaire pour les femmes a déclenché de nombreuses manifestations dont la répression a fait des centaines de morts.

"Ces sanctions", ainsi que celles de l'Union européenne et des Etats-Unis, "montrent la condamnation unanime de la communauté internationale des terribles violences que le régime iranien inflige à son propre peuple, y compris l'exécution du binational britannico-iranien Alireza Akbari", a déclaré le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ancien haut responsable au ministère de la Défense iranien, Alireza Akbari, 61 ans, a été pendu le 14 janvier après avoir été condamné à la peine capitale, accusé d'espionnage au profit du Royaume-Uni. Son exécution avait provoqué l'indignation des pays occidentaux et d'ONG.

Les sanctions britanniques ciblent notamment des responsables des services de sécurité et le procureur général adjoint, Ahmad Fazelian.

Aux côtés du procureur général Mohammad Jafar Montazeri, déjà sanctionné il y a une semaine par Londres pour souligner son "dégoût" après l'exécution d'Alireza Akbari, Ahmad Fazelian est tenu pour responsable par Londres d'un "système judiciaire caractérisé par des "procès injustes" et "l'utilisation de la peine de mort à des fins politiques".

"Ceux qui sont sanctionnés aujourd'hui (...) sont au coeur de la répression brutale du peuple iranien par le régime", a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères James Cleverly.

Les sanctions occidentales envoient le "message clair" qu'il n'y aura "nulle part ou se cacher pour ceux qui sont coupables des pires violations des droits humains", a-t-il ajouté, alors que l'UE a ajouté 37 personnes ou entités iraniennes impliquées dans la répression à sa liste de sanctions qui en compte désormais 60.


Les détenteurs de visas ne pourront pas accéder à La Mecque pendant la saison du Hajj

Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Short Url
  • Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction
  • Le ministère a exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée

RYAD: Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé que les détenteurs de visas de visite ne seront pas autorisés à entrer ou à séjourner à La Mecque pendant la saison du Hajj.

Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction.

Le ministère a souligné que les visas de visite ne permettaient pas d'effectuer le Hajj. Il a également exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée.

«Les contrevenants seront soumis à des sanctions, conformément aux lois en vigueur dans le Royaume», lit-on dans un communiqué du ministère.

Le ministère de l'Intérieur avait précédemment annoncé qu'il infligerait des amendes d'un montant de 2 666 dollars (1 dollar = 0,92 euro) à toute personne, citoyens saoudiens compris, surprise en train d'entrer à La Mecque sans permis de Hajj entre le 2 et le 20 juin.


Gaza:Des militants palestiniens diffuse une vidéo d'un otage israélien en vie

Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Short Url
  • Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe
  • Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre

GAZA: Le Jihad islamique palestinien a diffusé mardi la vidéo d'un otage israélien en vie s'exprimant en hébreu dans un court message.

Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe. Il avait été capturé le 7 octobre dans le kibboutz Nir Oz puis emmené dans la bande de Gaza.

Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre entre le Hamas et Israël, qui a permis la libération de 105 otages.

Son père Vitaly Trupanov, 50 ans, avait été tué lors de l'attaque.

"Voir mon Sasha à la télévision aujourd'hui est très réconfortant, mais cela me brise aussi le cœur qu'il soit en captivité depuis si longtemps. J'en appelle à tout le monde, à tous les décisionnaires, s'il vous plaît, faites tout, absolument tout, pour ramener mon fils et tous les otages à la maison maintenant !", a déclaré sa mère Yelena Trupanov, dans un court message publié par le Forum des familles d'otages.

Preuve 

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont déjà, par le passé, diffusé des vidéos d'otages.

Cette vidéo "est une preuve supplémentaire que le gouvernement israélien doit donner un mandat clair à l'équipe de négociation, qui pourra aboutir à un accord pour le retour de tous les otages", affirme le Forum des familles d'otages, principale association israélienne de proches d'otages retenus dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Ce jour-là, des commandos du Hamas ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.189 personnes, en majorité des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Ils ont également enlevé 252 personnes. Parmi elles, selon Israël, 121 sont toujours détenues dans la bande de Gaza, dont 37 sont considérées mortes par l'armée israélienne.

La vaste opération militaire menée en représailles par Israël dans la bande de Gaza a fait plus de 36.000 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.


L’Arabie saoudite condamne la poursuite des actes génocidaires perpétrés par Israël à Rafah

Un garçon palestinien fouille parmi les débris sur le site d’une frappe israélienne, menée la veille sur un camp de personnes déplacées à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 mai 2024. (AFP)
Un garçon palestinien fouille parmi les débris sur le site d’une frappe israélienne, menée la veille sur un camp de personnes déplacées à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Le Royaume tient les autorités israéliennes pour pleinement responsables de ce qui se passe à Rafah et dans tous les territoires palestiniens occupés
  • Les chars israéliens ont avancé, pour la première fois, au cœur de Rafah, après une nuit de bombardements intenses

RIYAD: L’Arabie saoudite a condamné, mardi, la poursuite des «massacres génocidaires contre le peuple palestinien» par les forces israéliennes qui ont ciblé les tentes de réfugiés palestiniens sans défense à Rafah.

Le Royaume tient les autorités israéliennes pour pleinement responsables de ce qui se passe à Rafah et dans tous les territoires palestiniens occupés, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

L’armée israélienne a nié avoir frappé, mardi, un camp de tentes à l’ouest de la ville de Rafah après que les autorités sanitaires de Gaza ont déclaré que les bombardements de chars israéliens avaient tué au moins vingt et une personnes là-bas, dans ce qu’Israël qualifie de «zone d’évacuation civile».

Plus tôt, défiant un appel de la Cour internationale de justice (CIJ), les chars israéliens ont avancé, pour la première fois, au cœur de Rafah, après une nuit de bombardements intenses, tandis que l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont officiellement reconnu un État palestinien – une décision qui a renforcé l’isolement international d’Israël.

L’Arabie saoudite a répété que la violation flagrante, par les forces israéliennes, de toutes les lois et normes internationales et humanitaires, à la lumière du silence de la communauté internationale, exacerbe cette catastrophe humanitaire palestinienne sans précédent et met en jeu la crédibilité de l’institution de légitimité internationale.

«Le Royaume insiste sur la nécessité pour la communauté internationale d’assumer ses responsabilités pour mettre fin aux massacres contre le peuple palestinien et exiger des comptes des responsables», conclut le communiqué.

(Avec Reuters)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com