L'ancien vice-président américain Mike Pence rattrapé par l'affaire des documents confidentiels

L'ancien vice-président de Donald Trump, Mike Pence (Photo, AFP).
L'ancien vice-président de Donald Trump, Mike Pence (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 25 janvier 2023

L'ancien vice-président américain Mike Pence rattrapé par l'affaire des documents confidentiels

  • «Mike Pence nous a informés aujourd'hui de la découverte de documents classés confidentiels dans sa maison de l'Indiana»
  • L'ancien vice-président de Donald Trump (2017-2021) «est d'accord pour coopérer pleinement avec les investigations du Congrès»

WASHINGTON: Après Donald Trump et Joe Biden, Mike Pence se retrouve à son tour emporté dans l'affaire des archives de la Maison Blanche: l'ancien vice-président républicain a informé mardi le Congrès de la découverte de documents classés confidentiels à son domicile.

"Mike Pence nous a informés aujourd'hui de la découverte de documents classés confidentiels dans sa maison de l'Indiana", a déclaré dans un communiqué l'influent élu républicain de la Chambre des représentants James Comer.

L'ancien vice-président de Donald Trump (2017-2021) "est d'accord pour coopérer pleinement avec les investigations du Congrès", a ajouté l'élu, qui supervise l'enquête parlementaire ouverte après la découverte de dossiers de cette nature chez le président démocrate.

L'avocat de Mike Pence a informé les Archives nationales de la découverte, la semaine dernière, "d'un petit nombre de documents portant la mention 'confidentiel' mis en boîte et transportés par inadvertance au domicile de l'ancien vice-président à la fin de la précédente administration".

Mike Pence "n'était pas au courant de leur existence" mais avait ordonné par précaution une fouille dans ses affaires après la découverte de tels documents chez Joe Biden, a ajouté Me Greg Jacob dans un courrier reproduit dans les médias américains.

L'ultraconservateur, qui caresse l'idée de se présenter à la présidentielle de 2024, "comprend l'importance de la protection des informations sensibles" et a "immédiatement mis ces documents à l'abri dans un coffre-fort" en attendant leur transfert aux Archives nationales, d'après son avocat.

Procureurs spéciaux

Aux Etats-Unis, une loi de 1978 oblige les présidents et vice-présidents américains à transmettre l'ensemble de leurs emails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales. Une autre loi, sur l'espionnage, interdit de conserver des documents classés confidentiels dans des lieux non autorisés et non sécurisés.

Après des fuites dans les médias, la Maison Blanche a reconnu que de tels dossiers datant de la vice-présidence de Joe Biden, de 2009 à 2017, mais aussi de sa longue carrière au Sénat avaient été découverts dans un de ses anciens bureaux à Washington et dans sa maison de famille de Wilmington (Delaware, est).

L'affaire est gênante parce que les démocrates ne se sont pas privés de critiquer Donald Trump, visé par une enquête judiciaire pour avoir conservé des cartons entiers de documents à son départ de Washington en 2021.

Pour les récupérer, la police fédérale avait mené cet été une perquisition spectaculaire à sa résidence Mar-a-Lago, en Floride.

Soucieux de faire taire les soupçons de partialité, le ministère de la Justice a confié le 13 janvier les enquêtes sur les dossiers de Joe Biden à un procureur spécial indépendant, comme il l'avait fait en novembre pour Donald Trump.

Interrogé par des journalistes lors d'un point presse sur un autre sujet, le ministre Merrick Garland a refusé mardi de commenter le dossier de Mike Pence.

«Innocent»

Malgré ces précautions, les républicains ne cessent de critiquer la communication au compte-gouttes de la Maison Blanche. La "transparence de Mike Pence contraste avec l'attitude des collaborateurs de Joe Biden (...), qui continuent de faire de la rétention d'information", a assené James Comer dans son communiqué.

Lors d'une conférence de presse, le sénateur républicain Lindsey Graham a appelé à "faire toute la lumière" sur cette affaire. "Ce qui était un problème politique" pour les républicains, puis pour les démocrates, est désormais, selon lui, "un problème de sécurité nationale pour le pays".

Quant à Donald Trump, il s'est fendu d'un message de soutien à son ancien vice-président, avec qui il est pourtant en froid depuis l'attaque sur le Capitole, il y a deux ans.

"Mike Pence est innocent, il n'a jamais rien fait de malhonnête dans sa vie. Laissez-le tranquille", a écrit le milliardaire, qui briguera un nouveau mandat en 2024, sur son réseau Truth Social.


La pluie aide à maîtriser les incendies dans l'Est canadien

85% du feu de forêt qui menaçait la capitale de la Nouvelle-Ecosse, Halifax, a ainsi pu être maîtrisé (Photo, AFP).
85% du feu de forêt qui menaçait la capitale de la Nouvelle-Ecosse, Halifax, a ainsi pu être maîtrisé (Photo, AFP).
Short Url
  • Vendredi soir, la moitié des 16 000 personnes évacuées de la banlieue au nord-est d'Halifax ont ainsi été autorisée à rentrer chez elle
  • Plus de 130 feux de forêts, dont 80 jugés hors de contrôle, restent actifs au Québec

MONTREAL: L'arrivée de la pluie dans l'Est canadien, touché depuis près d'une semaine par des incendies historiques, est venue soulager les pompiers de la Nouvelle-Ecosse samedi, au moment où la situation au Québec reste critique.

85% du feu de forêt qui menaçait la capitale de la Nouvelle-Ecosse, Halifax, a ainsi pu être maîtrisé, le faisant passer de "hors de contrôle" à "stable", ont annoncé les autorités lors d'un point de presse samedi matin.

"C'est formidable", a déclaré Dave Meldrum, chef adjoint des services régionaux d'incendie et d'urgence d'Halifax. "Il ne s'agit pas d'une grosse averse qui s'écoule et disparaît. L'eau va pouvoir s'infiltrer plus efficacement dans le sol", a-t-il souligné, alors que la province attend plus de précipitations pour les jours à venir.

"Cela dit, le feu n'est pas éteint et ne sera pas déclaré éteint avant un certain temps", a pour sa part rappelé Dave Steeves du ministère provincial des Ressources naturelles.

Vendredi soir, la moitié des 16 000 personnes évacuées de la banlieue au nord-est d'Halifax ont ainsi été autorisée à rentrer chez elle.

"Cette semaine a été surréelle, l'une des plus bizarres de ma vie", a confié au média public CBC Shawn Lavigne, qui avait dû rapidement évacuer sa maison dimanche. "Honnêtement, je n'ai jamais été aussi heureux de voir de la vaisselle sale qu'hier soir. C'est génial d'être à la maison", a-t-il ajouté, sourire aux lèvres.

Sur les cinq feux qui ravagent actuellement la Nouvelle-Ecosse, le plus important continue toutefois de progresser dans le sud-ouest de la province.

Des forces armées canadiennes ainsi que des pompiers américains y sont attendus dans la journée de samedi et dimanche, ainsi que des pompiers initialement prévus à Halifax.

Au Québec, le feu qui avait obligé plus de 10 000 personnes à évacuer la région autour de Sept-Iles, au nord de la province près du fleuve Saint-Laurent, n'a pas évolué dans la nuit de vendredi à samedi mais reste toujours "hors de contrôle", ont indiqué les autorités.

"Les vents seront variables aujourd’hui, donc ça pourrait changer à tout moment", a mis en garde Isabelle Gariépy de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Plus de 130 feux de forêts, dont 80 jugés hors de contrôle, restent actifs au Québec et ont obligé plus de 2 000 personnes supplémentaires à évacuer une ville mais aussi une communauté autochtone de la province dans la soirée de vendredi.

200 militaires viendront prêter main-forte en contribuant "à la planification et à la coordination des interventions", a déclaré sur Twitter le ministre fédéral de la Protection civile, Bill Blair, en réponse à la demande de la province vendredi soir.

Le Canada, qui, de par sa situation géographique, se réchauffe plus vite que le reste de la planète, est confronté ces dernières années à des événements météorologiques extrêmes, dont l'intensité et la fréquence sont accrues par le changement climatique.


Des navires américain et canadien traversent le détroit de Taïwan

Des navires américains traversent régulièrement le détroit de Taïwan (Photo, AFP).
Des navires américains traversent régulièrement le détroit de Taïwan (Photo, AFP).
Short Url
  • Des navires américains traversent régulièrement le détroit de Taïwan mais ils le font rarement accompagné d'un navire allié
  • Les militaires chinois ont indiqué avoir surveillé le passage des navires des Etats-Unis et du Canada

TAIPEI: Des navires américain, USS Chung-Hoon, et canadien, HMCS Montreal, ont traversé samedi le détroit de Taïwan, qui s'est mué en poudrière géopolitique ces dernières années, ont annoncé la marine américaine et l'armée canadienne.

"Le passage du Chung-Moon et du Montreal à travers le détroit de Taïwan démontre l'engagement des Etats-Unis et de ses alliés et partenaires en faveur d'une région indo-pacifique libre et ouverte", a déclaré la 7ème flotte américaine.

Les Etats-Unis et le Canada sont "des partenaires qui opèrent en faveur de la paix et de la sécurité dans la région", a tweeté de son côté l'armée canadienne.

Les militaires chinois ont indiqué avoir surveillé le passage des navires des Etats-Unis et du Canada.

"Les pays en question créent intentionnellement des problèmes dans le détroit de Taïwan, en augmentant délibérément les risques et en sapant sans scrupules la paix et la stabilité régionales", a déclaré le colonel Shi Yi, porte-parole du commandement chinois pour la zone est.

Des navires américains traversent régulièrement le détroit de Taïwan mais ils le font rarement accompagné d'un navire allié. Le dernier passage conjoint américano-canadien remonte ainsi à septembre.

Ce passage intervient alors que le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, et son homologue chinois Li Shangfu se sont brièvement salués pour la première fois lors du dîner d'ouverture de la conférence Shangri-La de dialogue sur la défense à Singapour.

Trois navires chinois, dont le porte-avions Shandong, avaient traversé fin mai le détroit de Taïwan. Si la présence de navires de guerre chinois dans le détroit de Taïwan est constamment surveillée et fait l'objet d'annonces presque quotidiennes par Taipei, celle du porte-avions Shandong est inhabituelle.

Depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949, la Chine considère Taïwan comme une province qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire.

Les relations entre Pékin et Taipei, au plus bas depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a plus de 10 ans, se sont encore dégradées ces dernières années et la Chine a multiplié les incursions militaires autour de l'île.


Un haut diplomate américain se rend en Chine pour une rare visite

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Asie du sud-est, Daniel Kritenbrink à Hanoï le 15 avril 2023 (Photo, AFP).
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Asie du sud-est, Daniel Kritenbrink à Hanoï le 15 avril 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • A Pékin, le haut diplomate «discutera de questions clés dans la relation» entre Washington et Pékin
  • Plusieurs rencontres entre des responsables américains et chinois ont eu lieu récemment, suggérant une tentative de reprise du dialogue entre Pékin et Washington

WASHINGTON: Le sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Asie du sud-est, Daniel Kritenbrink, sera en Chine dans les jours qui viennent pour une rare visite, ont annoncé samedi les Etats-Unis, qui cherchent à réchauffer les relations entre les deux pays.

A Pékin, le haut diplomate "discutera de questions clés dans la relation" entre Washington et Pékin, selon un communiqué du département d'Etat. Il sera accompagné d'une haute responsable de la Maison Blanche en charge de la Chine et de Taïwan.

M. Kritenbrink se rendra également en Nouvelle-Zélande, a précisé le département d'Etat. Le voyage complet aura lieu du 4 au 10 juin.

Plusieurs rencontres entre des responsables américains et chinois ont eu lieu récemment, suggérant une tentative de reprise du dialogue entre Pékin et Washington.

Les tensions diplomatiques sont vives entre les deux pays, et elles étaient encore montées d'un cran en février à cause du survol du territoire américain par un ballon chinois, qui avait été abattu.

Cet incident avait conduit à l'annulation d'une visite en Chine du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, annoncée comme une occasion d'améliorer les relations.

M. Kritenbrink s'était à l'époque rendu en Chine dans le cadre des préparatifs pour ce voyage avorté.

Lors de son voyage au Japon le mois dernier, le président américain Joe Biden a estimé que les relations entre Washington et Pékin devraient connaître un "dégel très prochainement".

Autre signe semblant aller dans ce sens, le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, et son homologue chinois, Li Shangfu, ont eu un bref échange vendredi lors d'une conférence sur la sécurité à Singapour.

Fin mai, une visite du ministre chinois du Commerce Wang Wentao aux Etats-Unis s'était conclue par la promesse de maintenir ouverte les lignes de communication entre les deux pays.

Le directeur de la CIA, William Burns, s'est en outre rendu en mai à Pékin pour y rencontrer ses homologues, a-t-on appris cette semaine. Il s'agissait de la première visite d'un officiel américain à ce niveau en Chine depuis l'épisode du ballon.

Les deux superpuissances se livrent une compétition acharnée, qu'elle soit diplomatique, militaire, technologique ou économique, et sont à couteaux tirés sur plusieurs terrains diplomatiques comme Taïwan et la Russie.