Entre grèves et affaires, le cap difficile des 100 jours pour Rishi Sunak

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak réagit alors qu'il quitte l'université de Teesside à Darlington, dans le nord-est de l'Angleterre, le 30 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak réagit alors qu'il quitte l'université de Teesside à Darlington, dans le nord-est de l'Angleterre, le 30 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 30 janvier 2023

Entre grèves et affaires, le cap difficile des 100 jours pour Rishi Sunak

  • Mercredi, veille des 100 jours de Rishi Sunak au pouvoir, les syndicats prévoient des grèves sans précédent depuis une décennie
  • Au coeur des revendications, les salaires, alors que l'inflation dépasse les 10% au Royaume-Uni

LONDRES: Arrivé à Downing Street fin octobre, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a restauré une forme de stabilité après le mandat éclair de Liz Truss. Mais après 100 jours au pouvoir, il se trouve à la peine face à une crise sociale historique et le retour des affaires.

L'ancien banquier a rassuré les marchés après la panique créée par celle qui lui a précédé durant 49 jours au pouvoir. Mais les mouvements sociaux provoqués par la flambée de prix n'ont fait que s'aggraver et les sondages sont catastrophiques.

Mercredi, veille des 100 jours de Rishi Sunak au pouvoir, les syndicats prévoient des grèves sans précédent depuis une décennie, impliquant jusqu'à 500 000 personnes parmi les enseignants, les cheminots et les fonctionnaires. Des débrayages des infirmières et ambulanciers sont prévus en février.

Au coeur des revendications, les salaires, alors que l'inflation dépasse les 10% au Royaume-Uni, poussant des plus en plus de Britanniques à se tourner vers les banques alimentaires.

Inflexible, le gouvernement conservateur a longtemps refusé de s'impliquer dans les négociations et continue de dénoncer des revendications selon lui irraisonnables. Il veut réduire le droit de grève.

Tâche «trop lourde»?

Premier chef du gouvernement britannique d'origine indienne, plus jeune Premier ministre depuis deux siècles, Rishi Sunak, 42 ans, a promis "intégrité, professionnalisme et responsabilité". Une volonté de se démarquer nettement de l'ère Boris Johnson et ses scandales à répétition.

Mais sa promesse se trouve ternie par l'affaire des démêlés fiscaux de Nadhim Zahawi, président du parti conservateur avec un siège au conseil des ministres. Voulant faire preuve de fermeté, Rishi Sunak l'a limogé dimanche.

Accusé d'avoir trop tergiversé, il a assuré lundi avoir agi "de manière assez décisive" une fois reçues les conclusions d'une enquête sur cette affaire, martelant: "l'intégrité compte vraiment pour moi".

Alors éphémère ministre des Finances de Boris Johnson, le richissime Nadhim Zahawi avait accepté de payer cet été de lourdes pénalités dans le cadre d'un accord avec le fisc.

De quoi donner du grain à moudre à l'opposition travailliste, dont le chef Keir Starmer décoche ses flèches sur la "faiblesse" de Rishi Sunak, et fustige la succession des affaires chez les conservateurs, quand les Britanniques "se débattent avec leurs factures, avec leur emploi, avec toutes les pressions qui résultent de 13 ans d'échec" des Tories au pouvoir.

Au Parlement la semaine dernière, le chef du Labour a attaqué frontalement Rishi Sunak, le questionnant pour savoir si la tâche n'est pas "trop lourde" pour lui.

Rishi Sunak a aussi vu sa capacité de jugement questionnée, en raison de la nomination de deux ministres ensuite visés par des accusations de harcèlement moral --l'un a démissionné.

«Seatbeltgate» et «partygate»

S'y est ajouté le "seatbeltgate", qui a valu à Rishi Sunak une amende car il ne portait pas sa ceinture de sécurité dans une vidéo où il vantait avec entrain sa politique de rééquilibrage territorial.

Un épisode fâcheux accompagné d'excuses contrites qui a ravivé le souvenir de l'amende infligée à Rishi Sunak dans le scandale du "partygate", pour avoir été présent lors d'un pot pour l'anniversaire de Boris Johnson, en violation des règles anti-Covid.

Un nouveau sondage Ipsos a confirmé lundi la position de force de l'opposition travailliste avec 25 points d'avance sur les conservateurs (51% d'intentions de vote contre 26%), et 66% d'opinions défavorables pour Rishi Sunak, vu comme moins compétent que le chef du Labour Keir Starmer.

Peut-il combler ce gouffre? Rishi Sunak a laissé nombre d'observateurs sceptiques en promettant en début d'année des résultats sur cinq priorités dont l'économie, l'immigration illégale et le système de santé publique, au bord de la rupture.

Il a ainsi présenté lundi un plan d'un milliard de livres (1,13 milliard d'euros) sur deux ans pour réduire les interminables files d'attente dans les services d'urgences médicales.

"Sunak a peut-être hérité d'un cadeau empoisonné, mais il disposait néanmoins d'une réelle opportunité pour amorcer d'importants changements au sommet", estime le politologue Tim Bale, de Queen Mary University, interrogé par l'AFP. "Mais un coup d'œil rapide aux sondages après ses 100 premiers jours suffit à conclure qu'il a échoué."


L'UE adopte une révision des règles de Schengen

L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire. (AFP)
L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire. (AFP)
Short Url
  • La réforme vise à contrôler les mouvements migratoires au sein de l'espace Schengen et à répondre aux situations d'instrumentalisation des migrants par des pays tiers
  • Les nouvelles règles permettront notamment aux Etats membres de limiter le nombre de points de passage aux frontières

BRUXELLES: L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire.

La réforme, sur laquelle les négociateurs avaient trouvé un accord en février, vise aussi à contrôler les mouvements migratoires au sein de l'espace Schengen et à répondre aux situations d'instrumentalisation des migrants par des pays tiers.

Elle permet à un État membre de "transférer les ressortissants de pays tiers appréhendés dans la zone frontalière et séjournant illégalement sur son territoire vers l'État membre d'où ils sont directement arrivés".

"L'arrestation devra avoir lieu dans un cadre de coopération bilatérale", précise dans un communiqué le Conseil de l'UE (représentant les Vingt-Sept).

Afin de lutter contre les tentatives de pays tiers d'orchestrer l'arrivée de migrants dans le bloc, comme le Bélarus et la Russie ont été accusés de le faire à des fins de déstabilisation, les nouvelles règles permettront notamment aux Etats membres de limiter le nombre de points de passage aux frontières.

Elles permettent aussi de prendre des mesures contraignantes au niveau européen pour restreindre l'accès de ressortissants de pays tiers au bloc en cas d'urgence sanitaire de grande ampleur.

Pendant la pandémie de Covid-19, Bruxelles n'avait pu émettre que des recommandations non contraignantes à l'intention des États membres pour tenter d'harmoniser les restrictions imposées aux voyageurs entrant dans l'UE.

Selon les nouvelles règles, le Conseil de l'UE pourra aussi imposer des tests et des mesures de quarantaine.

La réforme du code Schengen a été proposée en décembre 2021 par la Commission européenne pour tirer les leçons de la crise du Covid-19, qui avait donné lieu à des restrictions en pagaille.

Au sein de l'espace Schengen qui regroupe 27 pays --dont 23 Etats membres de l'UE plus l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse--, plus de 400 millions de personnes peuvent en principe circuler sans être soumises à des contrôles. Depuis mars deux autres pays, la Bulgarie et la Roumanie, ont partiellement rejoint ce groupe.

Mais depuis 2015, invoquant la pression migratoire et/ou la menace terroriste, un certain nombre de pays ont réintroduit des contrôles d'identité à leurs frontières. Ils sont actuellement huit à le faire (Slovénie, Italie, Allemagne, Autriche, France, Norvège, Danemark, Suède).

Ces contrôles sont autorisés par le code Schengen à titre exceptionnel, en cas de menace grave pour l'ordre public ou la sécurité intérieure d'un Etat, mais de manière provisoire. La Cour de justice de l'UE avait rappelé en avril 2022 qu'ils ne devaient pas excéder six mois.

La réforme prévoit qu'en cas de menace grave à sa sécurité, un Etat peut autoriser des contrôles à ses frontières pour une durée maximale de deux ans, avec une prolongation possible d'un an.

Ces Etats devront évaluer la nécessité et la proportionnalité de ces contrôles et déterminer si les objectifs poursuivis ne peuvent être atteints par des mesures alternatives.


Un parti flamand à la conquête de voix wallonnes, scénario inédit en Belgique

Short Url
  • Le parti flamand N-VA, dont la position dominante en Flandre est menacée par l'extrême droite, a choisi de présenter des candidats en Wallonie
  • L'Alliance néo-flamande (Nieuw-Vlaamse Alliantie, N-VA) juge que la majorité sortante --une coalition de sept partis dirigée par le Premier ministre libéral Alexander De Croo-- n'a pas su mener les réformes économiques nécessaires

HUY: C'est une première en Belgique. Le parti flamand N-VA, dont la position dominante en Flandre est menacée par l'extrême droite, a choisi de présenter des candidats en Wallonie aux législatives du 9 juin, afin de maximiser ses chances de revenir au pouvoir au niveau fédéral.

L'Alliance néo-flamande (Nieuw-Vlaamse Alliantie, N-VA) juge que la majorité sortante --une coalition de sept partis dirigée par le Premier ministre libéral Alexander De Croo-- n'a pas su mener les réformes économiques nécessaires, et se présente comme "la seule alternative" à sa possible reconduction.

Derrière ce choix de concourir dans les cinq provinces wallonnes, "l'idée est d'aller glaner un maximum de sièges en Belgique pour pouvoir forcer cette alternative", explique l'universitaire Drieu Godefridi, tête de liste dans le Brabant wallon.

Mais le défi est de taille pour la N-VA, qui se dit "nationaliste" et réclame "un degré d'autonomie maximal" pour les régions, afin qu'elles puissent mener "une politique à la mesure de leur propre communauté".

La formation, dirigée par le maire d'Anvers Bart De Wever, est souvent accusée par les francophones de vouloir séparer la Wallonie de la Flandre, plus dynamique économiquement.

"Je ne vais pas voter pour quelqu'un qui veut casser le pays en deux!", déclare à l'AFP un sexagénaire rencontré sur le marché de Huy, l'une des deux villes wallonnes où les candidats N-VA sont venus ce matin-là à la rencontre de la population.

"C'est mieux d'aider la Wallonie que de l'enfoncer non ?", ajoute cet électricien à la retraite, préférant taire son nom.

Reconnaissables au vêtement jaune qu'ils portent tous --une veste, un sweat-shirt ou une cravate à la couleur de la N-VA--, une quinzaine de candidats arpentent les allées du marché pour distribuer leurs tracts.

Des prospectus vantant l'objectif d'"une Wallonie prospère", "qui récompense le travail", et "une politique énergétique et climatique intelligente" passant notamment par l'investissement dans le nucléaire.

« Le modèle flamand »

En tête de cortège, Theo Francken, ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, est le visage le plus connu du déplacement, venu du Brabant flamand où il est candidat pour conserver son siège de député. Il décline un autre des thèmes favoris de son parti.

"Nous voulons une politique migratoire plus stricte, je suis sûr que beaucoup de Wallons sont d'accord", dit celui qui fut la bête noire des socialistes et des écologistes quand la N-VA était associée au gouvernement fédéral (2014-2018).

Devant les étals, l'accueil est généralement poli et souriant. Des bras se tendent pour saisir les tracts. Mais les dos se tournent vite. Les visiteurs sont pressés par le temps, et il est rare qu’un dialogue s'engage.

La N-VA, qui occupait 25 des 150 sièges dans la Chambre des députés sortante, refuse de faire des pronostics sur ses résultats en Wallonie. Le 9 juin aura valeur de "test", dit-on en interne.

Le parti a peu de visibilité dans les médias francophones et n'est pas testé dans les enquêtes d'opinion côté wallon. Celles-ci créditent le PS de la première place devant le Mouvement réformateur (MR, libéraux francophones) avec lequel il gouverne la région en coalition.

Pour Theo Francken, redonner le pouvoir à ce duo reviendrait à ne rien changer, tant au niveau régional qu'au fédéral.

Selon lui, il est temps d'appliquer à tout le pays "le modèle flamand", à savoir "un meilleur taux d'emploi, une bonne gestion, un budget en ordre". La N-VA propose notamment de limiter dans le temps les allocations de chômage.

"J'espère que les francophones vont arrêter de dire toujours +non, non, non+ aux exigences flamandes, sinon ça donnera encore plus de voix au Vlaams Belang", prévient l'ex secrétaire d'Etat.

Une allusion au grand rival, le parti d'extrême droite (ex-Vlaams Blok) donné vainqueur du prochain scrutin en Flandre par les derniers sondages, avec 26-27% des voix, soit six points devant la N-VA.


Netanyahu invité à s'adresser «  bientôt » au Congrès américain

Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter. (AFP).
Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter. (AFP).
Short Url
  • Cette invitation, lancée au Premier ministre israélien par l'opposition républicaine au président Joe Biden, intervient après un double revers subi cette semaine par Israël
  • Elle intervient aussi alors que le président américain a dit publiquement son opposition à une offensive terrestre de grande ampleur à Rafah

WASHINGTON: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adressera "bientôt" au Congrès américain, a annoncé jeudi soir le chef républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, pour qui il s'agira d'une expression "forte de soutien" en pleine guerre à Gaza.

"Ce soir, je suis heureux de vous annoncer autre chose: nous accueillerons bientôt le Premier ministre Netanyahu au Capitole pour une session conjointe du Congrès", a déclaré le "speaker" (président) républicain de la Chambre des Représentants, lors d'une réception à l'ambassade d'Israël à Washington.

"Il s'agira d'une manifestation opportune et, je pense, très forte de soutien au gouvernement israélien au moment où il en a le plus besoin", a-t-il ajouté.

Cette invitation, lancée au Premier ministre israélien par l'opposition républicaine au président Joe Biden, intervient après un double revers subi cette semaine par Israël: la reconnaissance par trois pays européens de l'Etat de Palestine et la décision du procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khan, de demander des mandats d'arrêt contre M. Netanyahu pour des "crimes contre l'humanité" présumés, en même temps que contre les dirigeants du Hamas.

Elle intervient aussi alors que le président américain a dit publiquement son opposition à une offensive terrestre de grande ampleur à Rafah où plus d'un million de civils sont piégés, et a menacé de cesser certaines livraisons d'armes à Israël si son avertissement n'était pas entendu.

Cette décision a suscité des critiques à Washington de la part de ses opposants républicains, qui l'accusent de lâcher Israël.

Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter.

En mars, le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, avait provoqué un tollé en déclarant dans un discours dans l'hémicycle que la coalition gouvernementale "menée par Netanyahu ne correspond plus aux besoins d'Israël après le 7 octobre", date de début de la guerre avec le mouvement palestinien Hamas, et appelant à des élections en Israël.