La fusion forcée UBS - Credit Suisse fort critiquée en Suisse

Après avoir chuté jusqu'à 15% durant la première heure de cotation, l'action d'UBS a inversé la tendance, terminant sur un gain de 1,26% (Photo, AFP).
Après avoir chuté jusqu'à 15% durant la première heure de cotation, l'action d'UBS a inversé la tendance, terminant sur un gain de 1,26% (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 21 mars 2023

La fusion forcée UBS - Credit Suisse fort critiquée en Suisse

  • Ni la presse, ni un grand nombre de responsables politiques ne mâchaient leurs mots sur cette fusion, qui crée une super banque
  • La lenteur des autorités est aussi dénoncée, le gouvernement n'ayant pris la parole sur ce sujet que lors de l'annonce de l'accord dimanche à 18H30 GMT

GENÈVE: Le rachat dans l'urgence de Credit Suisse par UBS pour une bouchée de pain et de solides garanties financières des autorités est fort critiqué lundi en Suisse, les détracteurs y voyant de l'amateurisme et un coup porté à la réputation de la place financière suisse.

Les investisseurs restent prudents, dans un contexte mondial très défavorable au secteur bancaire frappé de plein fouet par les hausses de taux d'intérêt des grandes banques centrales.

Après avoir chuté jusqu'à 15% durant la première heure de cotation, l'action d'UBS a inversé la tendance, terminant sur un gain de 1,26% à 17,325 francs suisses (17,42 euros), tandis que celle de Credit Suisse a terminé en repli de 55,74% à un peu plus de 82 centimes, légèrement au-dessus des 76 centimes proposés par la première banque de Suisse, soit 3 milliards de francs en actions UBS.

Celle-ci n'a endossé qu'à contrecœur dimanche la cape de sauveteur de sa rivale, sous la pression intense des autorités suisses, elles-mêmes poussées par leurs grands partenaires économiques, qui craignent une coûteuse contagion.

«Honte pour la Suisse»

Ni la presse, ni un grand nombre de responsables politiques ne mâchaient leurs mots sur cette fusion, qui crée une super banque et suscite des interrogations sur son poids en Suisse et les conséquences économiques qui en découlent, en particulier pour l'emploi.

La lenteur des autorités est aussi dénoncée, le gouvernement n'ayant pris la parole sur ce sujet que lors de l'annonce de l'accord dimanche à 18H30 GMT après une semaine de crise et plusieurs réunions d'urgence.

La banque centrale et le gendarme des marchés ont laissé la Bourse s'emballer mercredi avant d'agir seulement en début de soirée, estiment leurs détracteurs.

Quatre grands partis - les Socialistes, les Verts, Le Centre et les Libéraux-radicaux, ont annoncé vouloir une session extraordinaire du Parlement, qui pourrait avoir lieu "la semaine après Pâques", ont indiqué les services parlementaires à l'AFP.

Le président de la droite libérale Thierry Burkart, évoque dimanche comme une "journée noire pour la place financière suisse et pour la Suisse dans son ensemble".

Pour la Tribune de Genève "c’est un gâchis social (pour les emplois), économique (pour la réputation de ce pays) et une honte politique pour des dirigeants trop lents à agir".

Beaucoup de responsables politiques et d'éditorialistes reconnaissent toutefois qu'il n'y avait guère d'autres choix, le gouvernement ayant évoqué une nationalisation comme seule alternative en cas d'échec des négociations avec UBS.

Quant à la droite radicale (UDC), la première formation politique de Suisse, elle estime que l'aventurisme à l'étranger a été fatal, là où la branche helvétique de Credit Suisse est très profitable. Elle dénonce aussi l'influence des régulateurs et les autorités de surveillance étrangers sur le plan de sauvetage.

Et UBS dans tout ça

UBS arrive dans ce mariage forcé en pleine santé -elle a fait plus de 7 milliards de bénéfice net en 2022- et avec une stratégie qui a fait ses preuves. Mais la fusion n'est pas sans risque.

"Il y a beaucoup d'incertitudes et des risques significatifs", a réagi Andreas Venditti, analyste chez Vontobel, qui souligne que la façon dont les investisseurs évaluent UBS va changer "substantiellement".

"Le rachat de Credit Suisse par UBS m'inquiète beaucoup, car il crée une super-banque si grande qu'elle peut mettre tout un Etat en difficulté", a commenté le responsable d'un des principaux instituts économiques allemands, le DIW, Marcel Fratzscher.

UBS était déjà le numéro un mondial de la gestion de fortune mais ce rapprochement va faire naître un mastodonte du secteur à la tête de 3 400 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

Les actionnaires d'UBS n'ont pas voix au chapitre du rachat, pour pouvoir aller vite.

La fusion risque également d'être lourde de conséquences en Suisse sur l'emploi compte tenu des doublons notamment dans leurs activités de détail dans le pays alpin.

UBS s'appuie sur un réseau de près de 200 agences dans le pays alpin contre 95 chez Credit Suisse. Les deux banques font de la gestion d'actifs.

La branche helvétique de Credit Suisse, considérée comme l'un des joyaux, est active notamment dans les hypothèques et les crédits aux PME.

"Un zombie a disparu mais un monstre est né", a titré le quotidien zurichois NZZ.


SAMI, le prochain centre de réparation agréé pour les C-130 Hercules et les plateformes de giravion d'Airbus

Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Short Url
  • SAMI a signé deux accords avec Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough.
  • Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030.

RIYADH : La société Saudi Arabian Military Industries, spécialisée dans l'aérospatiale et la défense, va devenir un centre agréé pour les avions C-130 Hercules et les plates-formes de giravions Airbus, en étendant ses capacités de maintenance, de réparation et de remise en état. 

Les services MRO comprennent la réparation et la remise à neuf de composants et d'assemblages de haute technicité, tels que les carters, les pièces rotatives à durée de vie limitée, les joints d'air rotatifs et les carénages de turbine, ainsi que les aubes et les joints d'air en nid d'abeille. 

La société détenue par le Fonds d'investissement public a signé deux accords avec les principaux fabricants d'équipement d'origine Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough, qui s'est tenu au Royaume-Uni du 22 au 26 juillet, a rapporté l'agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency).

Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030. Ils s'inscrivent également dans l'objectif du Royaume de renforcer son secteur de la défense et de faire de la localisation une priorité absolue, l'Arabie saoudite s'étant fixé pour objectif d'internaliser 50 % de ses dépenses de défense d'ici à 2030. 

« Les deux partenariats soulignent notre engagement à promouvoir les capacités locales et réitèrent notre objectif de localiser davantage le secteur de l'industrie de la défense », a déclaré Walid Abukhaled, PDG de SAMI. 

Dans le cadre du premier accord, SAMI Alsalam sera certifiée en tant que centre de service Lockheed Martin 14 pour les Hercules C-130 dans le monde entier. Dans le cadre du second accord, la société s'engagera à localiser les capacités MRO par l'intermédiaire d'Airbus Helicopters afin d'améliorer les compétences dans le domaine des giravions. 

Le secteur de l'aviation connaît une croissance considérable au Royaume, grâce aux investissements de plusieurs milliards de dollars réalisés dans le cadre du plan Vision 2030, qui vise à diversifier l'économie au-delà des combustibles fossiles et à promouvoir le secteur privé. 

« Nous continuerons à nous concentrer sur la formation et le développement des talents nationaux grâce à de tels programmes avec des entreprises mondiales de premier plan, visant à soutenir la localisation de plus de 50 % des dépenses gouvernementales conformément aux objectifs de Saudi Vision 2030 », a ajouté Abukhaled.

Le vice-président exécutif de SAMI Aerospace, Abdulsalam Al-Ghamdi, a déclaré : « Ces partenariats marquent une étape importante et renforcent nos capacités à fournir des services de maintenance, de réparation, de révision, d'ingénierie et de modification structurelle conformes aux normes internationales les plus strictes pour la plate-forme C-130 Hercules.
 
« SAMI Alsalam Aerospace Industries apportera son soutien aux opérateurs de ces avions, tant au niveau régional qu'international », a ajouté M. Al-Ghamdi.

En février, M. Abukhaled a déclaré que la transformation sociale de l'Arabie saoudite était l'une des « plus rapides de l'histoire », facilitée par le gouvernement.

S'exprimant à l'occasion du World Defense Show 2024, le PDG a ajouté que des changements importants se produisent, qui ne sont peut-être pas immédiatement apparents.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le ministre saoudien de l'Industrie et des entreprises brésiliennes évoquent la localisation des vaccins

Visite de Bandar Alkhorayef à l'Institut Butantan. X/@BAlkhorayef
Visite de Bandar Alkhorayef à l'Institut Butantan. X/@BAlkhorayef
Short Url
  • Au cours de ses discussions avec les investisseurs et les chefs d'entreprise, M. Alkhorayef a souligné que le Brésil était prêt à s'associer à l'Arabie saoudite dans tous les secteurs industriels ciblés, en particulier les produits pharmaceutiques et les
  • L'Arabie saoudite souhaite susciter l'intérêt du monde entier pour les soins de santé en offrant des incitations financières et en tirant parti de ses solides capacités. L'objectif premier est de localiser 80 à 90 % de la production d'insuline.

RIYADH : À la suite de réunions entre le ministre saoudien de l'industrie et des entreprises brésiliennes, le Royaume vise à stimuler la localisation des vaccins et des produits pharmaceutiques en tirant parti de l'expertise du Brésil.

Au cours de ses discussions avec plusieurs investisseurs du pays sud-américain, Bandar Alkhorayef a indiqué l'étendue de la collaboration potentielle, car le secteur joue un rôle important dans la stratégie industrielle nationale du pays.

En effet, il joue un rôle crucial dans la sécurité pharmaceutique et sanitaire et renforce l'indépendance du Royaume dans ce domaine en sécurisant ses besoins médicaux et en construisant des capacités industrielles spécialisées.

Le comité saoudien de l'industrie des vaccins et des biomédicaments, dirigé par M. Alkhorayef, a pour mission d'identifier les meilleures technologies pour l'investissement. Son objectif est de transférer et de localiser les connaissances, en créant des plateformes industrielles locales conformes aux normes internationales, afin de faire du Royaume une puissance logistique et industrielle pour les vaccins et les médicaments vitaux au Moyen-Orient et dans le monde islamique.

Dans un communiqué publié sur son compte X, le ministre a déclaré avoir visité l'Institut Butantan, qu'il considère comme le leader mondial de la recherche en biotechnologie, ajoutant : « J'ai discuté avec le directeur de l'Institut Butantan : « J'ai discuté avec le directeur de l'institut des moyens de renforcer la coopération dans la localisation de l'industrie des vaccins et des produits pharmaceutiques.

Au cours de ses discussions avec les investisseurs et les chefs d'entreprise, M. Alkhorayef a souligné que le Brésil était prêt à s'associer à l'Arabie saoudite dans tous les secteurs industriels ciblés, en particulier les produits pharmaceutiques et les vaccins. 

Cette coopération est considérée comme une démarche stratégique visant à tirer parti des atouts des deux pays pour développer les chaînes d'approvisionnement, renforcer les échanges technologiques et favoriser l'innovation au service du développement durable.

En juin 2022, M. Alkhorayef a annoncé des opportunités d'investissement dans le secteur d'une valeur de plus de 11 milliards de SR (2,9 milliards de dollars). L'Arabie saoudite souhaite susciter l'intérêt du monde entier pour les soins de santé en offrant des incitations financières et en tirant parti de ses solides capacités. L'objectif premier est de localiser 80 à 90 % de la production d'insuline.

En établissant des partenariats stratégiques avec des entreprises internationales de premier plan, en transférant des technologies et des connaissances et en encourageant les partenariats public-privé, le Royaume vise à assurer une croissance durable dans le secteur des soins de santé. 

L'accent mis sur l'augmentation du contenu local et l'adoption des dernières technologies médicales souligne l'ambition du pays de devenir un centre régional majeur de fabrication de produits pharmaceutiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Des déchets de vers de terre transformés en richesse agricole grâce à une initiative innovante

Le vermicompost de l'agriculteur Baha Mohammed Al-Shaer stimule la croissance des plantes, augmente la production de fruits et améliore la santé générale du sol. (SPA)
Le vermicompost de l'agriculteur Baha Mohammed Al-Shaer stimule la croissance des plantes, augmente la production de fruits et améliore la santé générale du sol. (SPA)
Short Url
  • Le lombricompostage est un exemple d'ingéniosité agricole.
  • Les autorités locales, notamment Fahd Al-Zahrani, directeur général de la branche du ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture à Baha, ont exprimé leur soutien à cette proposition.

RIYADH : Un agriculteur saoudien a mis au point une technique qui transforme une nuisance courante dans les jardins en une ressource utile.

Mohammed Al-Shaer, du village d'Al-Dhafir à Baha, a mis en place une opération florissante de lombricompostage dans sa ferme, produisant un engrais organique de haute qualité à partir de vers de terre, selon un rapport de l'Agence de presse saoudienne.

L'entreprise de M. Al-Shaer a démarré il y a environ un an avec une installation simple : un seul réservoir de 5 mètres de long et de 60 cm de haut abritant environ 2 000 vers. Les vers ont été nourris de feuilles sèches, de déchets organiques et de restes de nourriture et ont été étroitement surveillés pendant quatre mois. Ils ont produit plus de 300 kg de compost riche en nutriments et leur population a été multipliée par dix.

Le vermicompost de l'agriculteur Baha Mohammed Al-Shaer stimule la croissance des plantes, augmente la production de fruits et améliore la santé générale du sol. (SPA)
Le vermicompost de l'agriculteur Baha Mohammed Al-Shaer stimule la croissance des plantes, augmente la production de fruits et améliore la santé générale du sol. (SPA)

« Grâce à des essais approfondis sur le terrain et à des recherches sur les meilleures pratiques mondiales, j'ai acquis des connaissances sur le comportement des vers, leurs besoins et les techniques d'élevage », a expliqué M. Al-Shaer dans une interview accordée à la SPA. Son exploitation s'est depuis étendue à quatre réservoirs, produisant suffisamment de lombricompost pour fertiliser environ 250 arbres sur sa propriété.

Les avantages de cet engrais organique sont multiples. Il accélère la croissance des plantes, améliore la production de fruits et la santé générale du sol.

M. Al-Shaer ajoute : « Les vers améliorent naturellement la qualité du sol, optimisent le cycle des nutriments pour les cultures et développent des pratiques agricoles saines pour améliorer la production de fruits et de légumes. »

À l'avenir, l'agriculteur souhaite développer son projet pour en faire une opération complète produisant de grandes quantités de lombricompost.

Il a également l'intention de sensibiliser ses collègues agriculteurs à cette pratique respectueuse de l'environnement dans le cadre de festivals agricoles en Arabie saoudite, en encourageant ses contemporains à utiliser des engrais organiques plutôt que des engrais chimiques, qui peuvent nuire au sol, aux plantes et à la santé humaine.

Les autorités locales, notamment Fahd Al-Zahrani, directeur général de la branche du ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture à Baha, ont exprimé leur soutien à cette proposition.
Les autorités locales, notamment Fahd Al-Zahrani, directeur général de la branche du ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture à Baha, ont exprimé leur soutien à cette proposition.

Les autorités locales, notamment Fahd Al-Zahrani, directeur général de la branche du ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture à Baha, ont exprimé leur soutien à cette proposition.

Lubna Saad, professeur agrégé de nutrition appliquée à l'Université Al-Baha, a souligné les avantages scientifiques du lombricompostage, le décrivant comme un mélange puissant de turricules de vers et de matières organiques transformées.

« Ces vers consomment la plupart des intrants organiques et les transforment en lombricompost », a déclaré M. Saad dans un entretien avec l'APS.

« La matière ainsi obtenue est ensuite tamisée et filtrée, produisant un engrais prêt à l'emploi convenant à tous les types de champs agricoles. Il améliore considérablement la capacité du sol à absorber et à retenir l'eau ».

Les agriculteurs participant au récent festival Khayrat Al-Baha ont loué l'initiative d'Al-Shaer, notant des améliorations dans la qualité de leurs récoltes après l'utilisation d'engrais organiques, a rapporté l'APS.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com