Quand le désert marocain pourrait éclairer les foyers britanniques : le projet Xlinks en discussion

L’intérieur d’une station de conversion électrique (Photo, @HVDC).
L’intérieur d’une station de conversion électrique (Photo, @HVDC).
Short Url
Publié le Lundi 03 avril 2023

Quand le désert marocain pourrait éclairer les foyers britanniques : le projet Xlinks en discussion

  • Ce câble sous-marin, d'une longueur record sera au cœur d'un mégaprojet d'interconnexion électrique entre les deux pays
  • L'électricité propre produite sera transportée via quatre câbles sous-marins sur 3 800 kilomètres, traversant le Portugal, l'Espagne et la France

CASABLANCA: Un projet d'interconnexion électrique audacieux, qui avait sombré dans les abysses de l'oubli, vient de refaire surface le 30 mars dernier, par le biais d'un document d'orientation du gouvernement britannique. Baptisé «Powering Up Britain: Energy Security Plan», ce texte remet sur la table un projet titanesque de câble sous-marin reliant le Maroc au Royaume-Uni. Alors que la volonté d’amorcer la transition énergétique est à l’agenda des puissances industrielles, les deux nations semblent disposées à conjuguer leurs efforts et à améliorer, au sens propre comme au figuré, la conductivité du courant qui passe d'une frontière à l'autre.

Ce câble sous-marin, d'une longueur record et fabriqué par la compagnie britannique XLCC, sera au cœur d'un mégaprojet d'interconnexion électrique entre les deux pays. Nécessitant un investissement de 22 milliards de dollars, ce projet représente un enjeu majeur pour la sécurité énergétique du Royaume-Uni dont l'objectif est de diversifier sa production en investissant dans les énergies renouvelables, pour assurer sa sécurité énergétique et sa souveraineté économique.

Sous l’eau, mais solaire

Le projet Xlinks prévoit la construction d'un immense parc solaire et d'un parc éolien adjacent dans la région de Guelmim-Oued Noun, au Maroc. L'électricité propre produite sera transportée via quatre câbles sous-marins sur 3 800 kilomètres, traversant le Portugal, l'Espagne et la France, pour atteindre le village d'Alverdiscott, dans le North Devon, où elle sera injectée dans le réseau électrique britannique.

Afin de réaliser ce projet d'envergure, trois chantiers navals ont déjà soumissionné pour construire un navire de plus de 200 mètres, qui assurera la pose des câbles sous-marins. Par ailleurs, un permis de construire a été accordé pour une usine à Hunterston, en Écosse, qui fabriquera le câble, prévu pour être le plus long jamais conçu.

Si le projet se concrétise, il permettra au Royaume-Uni de couvrir près de 8% de ses besoins en électricité à partir de 2030 d’après les dirigeants de la startup. Pour le Maroc, les retombées sont également prometteuses. Outre la création d'environ 10 000 emplois, dont 2 000 permanents, une part conséquente des composantes éoliennes et solaires sera fabriquée localement, renforçant ainsi les investissements étrangers au Maroc et garantissant une forte implication des entreprises marocaines.

Lorsque le courant passe…

Le projet Xlinks viendra ainsi renforcer la coopération entre le Maroc et le Royaume-Uni, en phase avec les orientations actuelles des deux pays. Il permettra au royaume chérifien, conformément à la ligne directrice des politiques menées, d’accroitre son rôle régional et d’amorcer sa transition énergétique. 

Dans l'océan des possibles, le Maroc et le Royaume-Uni ont jeté l'ancre. Comme le courant qui circulera sous les mers, leur collaboration pourrait bien créer un effet de vague stimulant pour la réussite d’une transition énergétique nécessaire au regard des rapports alarmants du GIEC.


Le ministère de l'Économie et de la Planification signe un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé

Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Short Url
  • Le protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques
  • Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère

RIYAD: Le ministère saoudien de l'Économie et de la planification a signé un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé, a annoncé jeudi le ministère.

Ce protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques, conformément aux objectifs de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite.

Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère.

Dans le cadre de ce protocole d'accord, des expériences scientifiques et pratiques seront échangées, et les deux parties préparent des études et des recherches liées à leur travail en vue d'améliorer la qualité.

Elles organiseront également des ateliers et des cours de formation communs afin de renforcer les capacités et les compétences, et bénéficier des infrastructures et des équipements publics des deux parties.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les investissements privés dans les secteurs émergents créeront de «formidables opportunités», affirme un ministre saoudien

Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministre de l’Investissement saoudien a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%
  • Selon le ministre, une part importante des investissements du secteur privé sera réalisée dans des secteurs économiques nouveaux, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels

RIYAD: Les investissements du secteur privé en Arabie saoudite sont sur le point de créer de «formidables opportunités» dans les secteurs de l’économie numérique, du tourisme, des services financiers et des biotechnologies, a déclaré un ministre de premier plan.

Lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad, le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%.

«Grâce à ça, la taille et l’ampleur du secteur privé seront quatre fois supérieures à ce qu’elles étaient au cours de cette seule décennie, ajoutant plus de 3 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) d’investissements à l’économie nationale par le biais de la stratégie nationale d’investissement et d’autres initiatives», a-t-il ajouté. 

Le ministre a affirmé qu’une part importante de ces investissements serait réalisée dans des secteurs économiques nouveaux et en développement, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels. Les secteurs de la santé, de la pharmacie et de la biotechnologie ont également été mis en avant.

«Ces secteurs créeront de formidables opportunités pour le développement du capital humain, car ils nécessiteront un ensemble de compétences complètement différent ainsi qu’une vision du monde et des perspectives nouvelles», a précisé M. Al-Faleh, ajoutant que «le monde connaît des changements structurels importants marqués par la transition énergétique, l’automatisation et la numérisation, par des chaînes d’approvisionnement nouvelles et changeantes, et par l’émergence de technologies de rupture». 

Le ministre a expliqué que s’il n’est peut-être pas possible de prédire avec précision dans quelle mesure ces tendances macroéconomiques affecteront le capital humain et quels emplois seront demandés, il est clair qu’elles auront un impact considérable.

«Depuis le début, nous observons de près ce qui se passe lorsque les investissements catalysent le potentiel humain. Les quatre-vint-dix années de développement du secteur de l’énergie, déclenchées par les investissements d’Aramco, constituent peut-être le meilleur exemple, mais pas le seul», a déclaré M. Al-Faleh. 

«Ainsi, lorsqu’un nouveau secteur émerge, comme les énergies renouvelables, la fintech ou la biotechnologie, le déficit de compétences qui en découle sera comblé par la formation, le perfectionnement ou, dans le cas de l’Arabie saoudite, l’ouverture du pays en invitant des personnes qualifiées du monde entier à répondre à cette demande. Avant même de s’en rendre compte, nous disposerons d’un vivier de compétences entièrement nouveau, prêt à être déployé», a-t-il poursuivi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


France: les 10% des ménages les plus fortunés possèdent la moitié du patrimoine

Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants
  • La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185 000 euros

PARIS: Les 10% des ménages les plus fortunés vivant en France possèdent 54% du patrimoine total, un chiffre stable depuis 2019, a indiqué jeudi le Bulletin de la Banque de France.

Ce rapport souligne aussi que la moitié des ménages vivant en France détiennent 95% du patrimoine total, des inégalités de patrimoine qui restent toutefois un peu moins élevées qu'en zone euro.

Augmentation 

Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants (corrigé de la variation des prix sur la période, NDLR). Il atteignait 14.041 milliards d'euros au deuxième trimestre 2023, selon la Banque de France.

En moyenne, le patrimoine net d'un ménage en France est de 446.000 euros, soit une augmentation de 13% en euros constants par rapport à 2009, et est composé en majorité d'immobilier (55%) et d'actifs financiers (32%).

La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185.000 euros (+5% en euros constants sur la période).