En Arabie saoudite, les 160 usines de véhicules remodèlent le secteur dans le pays

Trois des principaux projets de fabrication en cours en Arabie saoudite incluent Lucid et Ceer –deux entreprises dédiées aux véhicules électriques – ainsi que Snam pour les voitures traditionnelles. (Photo fournie)
Trois des principaux projets de fabrication en cours en Arabie saoudite incluent Lucid et Ceer –deux entreprises dédiées aux véhicules électriques – ainsi que Snam pour les voitures traditionnelles. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Dimanche 09 avril 2023

En Arabie saoudite, les 160 usines de véhicules remodèlent le secteur dans le pays

  • Le Royaume vise à produire environ 300 000 voitures d’ici à 2030 et représentera 50% des ventes de voitures dans les pays du Conseil de coopération du Golfe d’ici à 2025
  • Les voitures électriques devraient représenter entre 5 et 7% de la croissance du Royaume, selon le Centre national pour le développement industriel

RIYAD: Pour une économie qui a tiré tant de profit de la montée de l’industrie automobile dépendante du pétrole, on pourrait s’attendre à ce que l’Arabie saoudite veuille maintenir le statu quo.

En réalité, c’est tout le contraire et, comme dans tant d’autres aspects de l’économie mondiale, le Royaume montre qu’il est au premier plan et au cœur même de la nouvelle réalité.

Il suffit de voir les 160 usines de véhicules qui sont désormais en ligne en Arabie saoudite. Elles produisent une gamme de voitures, de pièces de moteur et d’accessoires pour permettre au secteur national de prospérer et alimenter l’innovation. Bon nombre d’usines sont dédiées aux véhicules électriques.

Le ministère saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales révèle que la répartition des usines est la suivante: 33 pour les pièces de rechange, accessoires et moteurs; 21 pour les véhicules et structures, y compris les travaux de transformation; et 106 pour les remorques et semi-remorques ou camions.

Avec des structures de coûts optimisées, ces usines constituent une infrastructure appropriée pour renforcer davantage les utilisations axées sur l’innovation au sein du Royaume, selon un récent rapport publié par le cabinet de conseil en gestion Arthur D. Little Middle East.

Cela est particulièrement vrai si l’on considère que les ventes de voitures en Arabie saoudite devraient augmenter d’ici à 2025 à un taux annuel composé de 24%.

''

«Les installations de fabrication de véhicules électriques sont nécessaires pour stimuler la demande locale grâce à des prix compétitifs et à une mise sur le marché plus rapide», déclare Joseph Salem, associé responsable de la pratique des voyages et des transports chez Arthur D. Little Middle East, dans un entretien accordé à Arab News.

«De plus, elles jouent un rôle clé pour subvenir aux besoins des nations voisines tout en tenant compte des spécificités régionales. En outre, la création d’installations de fabrication de véhicules électriques peut également créer des possibilités d’emploi et stimuler l’économie de la région», ajoute M. Salem.

Le Royaume vise à produire environ 300 000 voitures d’ici à 2030 et représentera 50% des ventes de voitures dans les pays du Conseil de coopération du Golfe d’ici à 2025 à partir d’environ 1,15 million de voitures, dont 62 000 voitures électriques.

Les voitures électriques devraient représenter entre 5 et 7% de la croissance du Royaume, selon le Centre national pour le développement industriel.

Trois des principaux projets de fabrication en cours en Arabie saoudite incluent Lucid et Ceer –deux entreprises dédiées aux véhicules électriques – ainsi que Snam pour les voitures traditionnelles.

En janvier 2022, le président de la Saudi National Automotive Manufacturing Co., ou Snam, Fahad al-Duhaish confirme la pose de la première pierre de la première usine d’assemblage de voitures à la Jubail Industrial City. L’usine d'assemblage, ainsi que la zone de test, s’étendront sur 120 000 m², déclare-t-il à Al Arabiya. La capacité de production de l’usine devrait atteindre 30 000 voitures par an, ajoute-t-il.

EN BREF

  • L’Arabie saoudite a des objectifs ambitieux pour atteindre 45% de mobilité propre et 25% de pénétration de la mobilité autonome d’ici à 2030. Avec tout ce qui se passe dans le secteur automobile, l’avenir semble à la fois prometteur et en faveur du Royaume.
  • Grâce à l'utilisation stratégique des données et de la technologie, l’Autorité générale des transports du Royaume encourage et renforce en permanence les investissements ainsi que le développement durable.

Deux mois plus tard, en mai, la société américaine Lucid Motors a signé des accords pour construire une usine de production dans le Royaume d’une capacité annuelle de 155 000 véhicules électriques à zéro émission.

Lucid devrait recevoir un financement et des incitations pouvant atteindre 3,4 milliards de dollars (1 dollar = 0,91 euro) au cours des quinze prochaines années pour construire et exploiter l’usine de fabrication dans le Royaume. Située dans la ville économique du roi Abdallah, AMP-2 est la première usine de production du fabricant de véhicules électriques soutenu par le Fonds public d’investissement en dehors des États-Unis, selon un communiqué.

«Nous tenons à atteindre une localisation élevée et durable du capital humain conformément à l’initiative Vision 2030. Grâce à notre programme Lucid Future Talent, lancé récemment en collaboration avec le Fonds de développement des ressources humaines, nous prévoyons de fournir la bonne formation pour enrichir et préparer les talents locaux à pourvoir de futures possibilités d’emploi dans le Royaume», déclare Faisal Sultan, directeur général et vice-président de Lucid Middle East, à Arab News.

«Le véhicule Lucid Air établit de nouvelles normes en termes d’autonomie et d’efficacité, tout en offrant des performances inégalées et un design luxueux», poursuit-il.

Le secteur a connu un nouvel essor en novembre 2022, lorsque Emaar The Economic City a annoncé la vente d’un terrain industriel à Ceer National Automotive Co. pour construire une usine spécialisée dans les véhicules électriques qui permettra de créer des milliers d’emplois hautement qualifiés.

L’accord a été évalué à 95,53 millions de dollars, que Ceer paiera à Emaar EC en plusieurs versements sur quinze ans, indique la société dans un communiqué à Tadawul.

''

Les installations de fabrication de véhicules électriques sont nécessaires pour stimuler la demande locale grâce à des prix compétitifs et à une mise sur le marché plus rapide

Joseph Salem, associé responsable de la pratique des voyages et des transports chez Arthur D. Little Middle East

Une fois achevée, l’usine de fabrication permettra de créer des milliers de postes directs et indirects hautement qualifiés, qui seront occupés, pour la plupart, par des ressortissants saoudiens. La construction du site commencera début 2023.

«Ces installations de fabrication s’inscrivent dans le cadre des efforts de l’Arabie saoudite pour diversifier son économie et réduire sa dépendance aux exportations de pétrole», révèle M. Salem.

«Lucid et Ceer investissent tous deux massivement dans la recherche et le développement pour produire des véhicules électriques capables de rivaliser avec les marques mondiales et le gouvernement apporte son soutien au moyen d’incitations et de réglementations pour encourager la croissance de l’industrie», explique-t-il.

L’Autorité générale des transports du Royaume a un rôle essentiel à jouer dans tout cela. Grâce à l’utilisation stratégique des données et de la technologie, elle encourage et renforce en permanence les investissements ainsi que le développement durable.

«Bien que ladite autorité ait la capacité de mettre en œuvre rapidement des réglementations, il est crucial de mener une analyse approfondie de tous les effets possibles pouvant découler de leur mise en œuvre. Cette approche proactive garantit que toute réglementation s’aligne sur la vision du Royaume et garantit des résultats positifs pour l’industrie des transports et la société dans son ensemble», souligne M. Salem.

«Le Royaume vise à devenir un acteur majeur de l’industrie automobile en tirant parti de son emplacement stratégique et en investissant dans les technologies de pointe. L’objectif de ces initiatives est de positionner l’Arabie saoudite comme le leader de l'écosystème automobile régional», conclut-il.

L’Arabie saoudite a des objectifs ambitieux pour atteindre 45% de mobilité propre et 25% de pénétration de la mobilité autonome d’ici à 2030. Avec tout ce qui se passe dans le secteur automobile, l’avenir semble à la fois prometteur et en faveur du Royaume.

«L’Arabie saoudite reconnaît l’évolution en cours de l’industrie automobile et planifie de manière proactive un avenir meilleur», soutient M. Sultan.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministère de l'Économie et de la Planification signe un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé

Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Short Url
  • Le protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques
  • Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère

RIYAD: Le ministère saoudien de l'Économie et de la planification a signé un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé, a annoncé jeudi le ministère.

Ce protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques, conformément aux objectifs de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite.

Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère.

Dans le cadre de ce protocole d'accord, des expériences scientifiques et pratiques seront échangées, et les deux parties préparent des études et des recherches liées à leur travail en vue d'améliorer la qualité.

Elles organiseront également des ateliers et des cours de formation communs afin de renforcer les capacités et les compétences, et bénéficier des infrastructures et des équipements publics des deux parties.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les investissements privés dans les secteurs émergents créeront de «formidables opportunités», affirme un ministre saoudien

Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministre de l’Investissement saoudien a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%
  • Selon le ministre, une part importante des investissements du secteur privé sera réalisée dans des secteurs économiques nouveaux, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels

RIYAD: Les investissements du secteur privé en Arabie saoudite sont sur le point de créer de «formidables opportunités» dans les secteurs de l’économie numérique, du tourisme, des services financiers et des biotechnologies, a déclaré un ministre de premier plan.

Lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad, le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%.

«Grâce à ça, la taille et l’ampleur du secteur privé seront quatre fois supérieures à ce qu’elles étaient au cours de cette seule décennie, ajoutant plus de 3 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) d’investissements à l’économie nationale par le biais de la stratégie nationale d’investissement et d’autres initiatives», a-t-il ajouté. 

Le ministre a affirmé qu’une part importante de ces investissements serait réalisée dans des secteurs économiques nouveaux et en développement, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels. Les secteurs de la santé, de la pharmacie et de la biotechnologie ont également été mis en avant.

«Ces secteurs créeront de formidables opportunités pour le développement du capital humain, car ils nécessiteront un ensemble de compétences complètement différent ainsi qu’une vision du monde et des perspectives nouvelles», a précisé M. Al-Faleh, ajoutant que «le monde connaît des changements structurels importants marqués par la transition énergétique, l’automatisation et la numérisation, par des chaînes d’approvisionnement nouvelles et changeantes, et par l’émergence de technologies de rupture». 

Le ministre a expliqué que s’il n’est peut-être pas possible de prédire avec précision dans quelle mesure ces tendances macroéconomiques affecteront le capital humain et quels emplois seront demandés, il est clair qu’elles auront un impact considérable.

«Depuis le début, nous observons de près ce qui se passe lorsque les investissements catalysent le potentiel humain. Les quatre-vint-dix années de développement du secteur de l’énergie, déclenchées par les investissements d’Aramco, constituent peut-être le meilleur exemple, mais pas le seul», a déclaré M. Al-Faleh. 

«Ainsi, lorsqu’un nouveau secteur émerge, comme les énergies renouvelables, la fintech ou la biotechnologie, le déficit de compétences qui en découle sera comblé par la formation, le perfectionnement ou, dans le cas de l’Arabie saoudite, l’ouverture du pays en invitant des personnes qualifiées du monde entier à répondre à cette demande. Avant même de s’en rendre compte, nous disposerons d’un vivier de compétences entièrement nouveau, prêt à être déployé», a-t-il poursuivi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


France: les 10% des ménages les plus fortunés possèdent la moitié du patrimoine

Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants
  • La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185 000 euros

PARIS: Les 10% des ménages les plus fortunés vivant en France possèdent 54% du patrimoine total, un chiffre stable depuis 2019, a indiqué jeudi le Bulletin de la Banque de France.

Ce rapport souligne aussi que la moitié des ménages vivant en France détiennent 95% du patrimoine total, des inégalités de patrimoine qui restent toutefois un peu moins élevées qu'en zone euro.

Augmentation 

Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants (corrigé de la variation des prix sur la période, NDLR). Il atteignait 14.041 milliards d'euros au deuxième trimestre 2023, selon la Banque de France.

En moyenne, le patrimoine net d'un ménage en France est de 446.000 euros, soit une augmentation de 13% en euros constants par rapport à 2009, et est composé en majorité d'immobilier (55%) et d'actifs financiers (32%).

La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185.000 euros (+5% en euros constants sur la période).