La paix fragile du Soudan du sud mise en péril par le chaos qui règne au Soudan

Les gens fuient la violence au Soudan en utilisant des camions, des bus, des voitures et des charrettes tirées par des chevaux. L'exode menace d'aggraver la situation déjà désastreuse des camps de réfugiés dans le Soudan du sud voisin (Photo, AFP).
Les gens fuient la violence au Soudan en utilisant des camions, des bus, des voitures et des charrettes tirées par des chevaux. L'exode menace d'aggraver la situation déjà désastreuse des camps de réfugiés dans le Soudan du sud voisin (Photo, AFP).
Les gens fuient la violence au Soudan en utilisant des camions, des bus, des voitures et des charrettes tirées par des chevaux. L'exode menace d'aggraver la situation déjà désastreuse des camps de réfugiés dans le Soudan du sud voisin (Photo, AFP).
Les gens fuient la violence au Soudan en utilisant des camions, des bus, des voitures et des charrettes tirées par des chevaux. L'exode menace d'aggraver la situation déjà désastreuse des camps de réfugiés dans le Soudan du sud voisin (Photo, AFP).
Des combattants des forces paramilitaires soudanaises de soutien rapide (FSR) en mouvement dans le district du Nil oriental de l'agglomération de Khartoum, le 23 avril 2023 (Photo, AFP).
Des combattants des forces paramilitaires soudanaises de soutien rapide (FSR) en mouvement dans le district du Nil oriental de l'agglomération de Khartoum, le 23 avril 2023 (Photo, AFP).
Un convoi quittant Khartoum avance sur une route en direction de Port Soudan, le 23 avril 2023, alors que les gens fuient la capitale soudanaise déchirée par les combats (Photo, AFP)
Un convoi quittant Khartoum avance sur une route en direction de Port Soudan, le 23 avril 2023, alors que les gens fuient la capitale soudanaise déchirée par les combats (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 30 avril 2023

La paix fragile du Soudan du sud mise en péril par le chaos qui règne au Soudan

  • Les responsables gouvernementaux et militaires se méfient des coûts économiques et sécuritaires d'une crise prolongée dans le nord du pays
  • Les analystes estiment que d'anciens groupes rebelles pourraient être entraînés dans le conflit, ce qui mettrait en péril la paix fragile qui règne dans le pays

JUBA, Sud-Soudan: Le gouvernement du Soudan du sud a exprimé sa profonde inquiétude face aux combats qui se déroulent dans le Soudan voisin; il craint qu'ils ne traversent la frontière et ne menacent son fragile processus de paix.

Le conflit entre l'armée soudanaise et un groupe paramilitaire à Khartoum a suscité des inquiétudes quant à l'éventualité d'une véritable guerre civile, qui pourrait affecter le Soudan du sud voisin.

ds
Les camps de personnes déplacées au Soudan du sud, comme celui-ci dans la ville de Bentiu, au nord du pays, risquent d'être envahis par des personnes fuyant la guerre au Soudan voisin (Photo, AFP).

De multiples tentatives de trêve ont eu lieu depuis que les combats ont éclaté le 15 avril entre l'armée soudanaise dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhan et les forces paramilitaires de soutien rapide (FSR) commandées par son adjoint devenu rival, Mohamed Hamdan Dagalo.

En tant que voisins proches, avec une longue histoire de conflits et d'interdépendance, toute instabilité ou escalade de la violence au Soudan est susceptible de se propager au Soudan du sud, avec des conséquences potentiellement désastreuses.

L'une des principales préoccupations des responsables sud-soudanais est l'impact économique potentiel d'un conflit prolongé au nord.

Le Soudan exporte du pétrole brut produit par le Soudan du sud. Toute perturbation de cet accord commercial pourrait entraîner une instabilité économique pour la jeune république, qui a déjà subi les effets des récents soulèvements tribaux dans l'est du Soudan.

 

EN CHIFFRES

2011: Le Soudan du sud a obtenu son indépendance le 9 juillet.

11 millions: Estimation du nombre de citoyens sud-soudanais ayant besoin d'une aide humanitaire.

1 600 dollars américains: Produit intérieur brut réel par habitant (2017)

Ce vendredi, le prix des exportations de pétrole du Soudan du sud est passé de 100 dollars américains (1 dollar américain = 0,90 euro) le baril à 70 dollars. Michael Makuei, ministre de l'Information du pays, a accusé les compagnies pétrolières d'exploiter la crise pour faire baisser les prix. Les experts estiment que la situation au Soudan pourrait avoir des répercussions à long terme sur l'industrie pétrolière du Soudan du sud.

«La situation est alarmante car si la situation au Soudan devient incontrôlable, ça sera un très gros problème pour nous ici et c'est pour cette raison que le président Salva Kiir a appelé à un cessez-le-feu afin que le Soudan retrouve une situation normale», a déclaré à Arab News, Deng Dau Deng Malek, ministre des Affaires étrangères par intérim.

«Le Soudan du sud est très préoccupé par la situation au Soudan, notamment en raison de notre frontière commune et de nos liens historiques. Toute escalade du conflit au Soudan pourrait avoir de graves conséquences pour notre pays», a-t-il expliqué.

Le major-général Charles Machieng Kuol, officier supérieur au Soudan du sud, s'est également exprimé sur les dommages potentiels qu'un conflit prolongé pourrait causer, soulignant la nécessité d'une stabilité dans la région.

«Nous disposons de forces qui ont déjà été déployées le long des frontières», a-t-il déclaré à Arab News. «Notre pays se prépare actuellement à protéger ses frontières, car nous ne voulons pas que cette guerre s'étende sur notre territoire.»

Le Soudan a connu plusieurs guerres civiles depuis qu'il a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne et de l'Égypte en 1956.

Sa première guerre civile nord-sud a éclaté quelques mois avant l'indépendance, le 1er janvier 1956, et a duré jusqu'en 1972. Elle a opposé les gouvernements successifs du nord dominé par les musulmans aux rebelles séparatistes du sud, majoritairement chrétiens.

Le conflit, qui a duré 17 ans, s'est terminé par un traité accordant l'autonomie au sud. Cependant, l'accord s'est effondré en 1983, après 11 ans de paix relative, lorsque le président Gaafar al-Nimeiri, a décidé de révoquer le statut d'autonomie du sud.

La deuxième guerre civile du Soudan a éclaté en 1983 à la suite d'un soulèvement du Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan, dirigé par John Garang. En 1989, Omar el-Bachir a pris le pouvoir à la suite d'un coup d'État et a réprimé la rébellion sudiste.

ds
Omar el-Bashir, l'ancien président du Soudan, agite une canne lors d'une visite à Nyala, la capitale de la province de Darfour du sud, le 21 septembre 2017. Il était accompagné du commandant paramilitaire Mohamed Hamdan Daglo (Photo, AFP).

La guerre a pris fin le 9 janvier 2005, lorsque Garang a signé un accord de paix avec le gouvernement d'El-Bachir. La pierre angulaire de l'accord était un protocole accordant au pays six ans d'autonomie avant un référendum prévu en 2011 sur le maintien dans le Soudan ou la sécession.

Le Soudan du sud a proclamé son indépendance le 9 juillet 2011, divisant en deux le plus grand pays d'Afrique. Au moment de la séparation du Soudan du sud, le conflit a repris dans les monts Nouba et le Nil Bleu, dans les zones tenues par les anciens guérilleros, aujourd'hui appelés Mouvement populaire de libération du Soudan du Nord (SPLM-Nord), au sein de l'État fédéré du Soudan. 

La présence de ces anciens rebelles sud-soudanais à proximité de la frontière commune complique la crise actuelle, car ils pourraient facilement être entraînés dans le conflit.

Manasseh Zindo, analyste indépendant du Soudan du sud et ancien délégué au processus de paix au Soudan du sud, estime que l'implication de ces chefs rebelles pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour la sécurité du Soudan du sud.  

«Malik Agar est le chef du SPLM-Nord. Il est originaire de l'État du Nil Bleu, près des monts Nouba au Soudan. Il a fait partie du Soudan du sud pendant la lutte de libération», a déclaré Zindo à Arab News.

«Après la sécession du Soudan du sud, le tracé de la frontière l'a placé au Soudan. Il fait désormais partie du gouvernement souverain de Khartoum. S'il prend parti dans le conflit actuel au Soudan, celui-ci pourrait s'étendre au Soudan du sud en raison de ses liens avec ce dernier.» 

Le général Simon Gatwech Dual et le général Johnson Olony, deux responsables militaires du Soudan du sud qui ont changé d'allégeance entre différentes factions, sont également basés près de la frontière soudanaise. 

Les deux hommes sont des dirigeants du SPLM-IO Kitgwang, une faction qui s'est séparée du SPLM-IO de Riek Machar.

«Si les généraux Simon et Johnson sont entraînés dans le conflit soudanais, celui-ci peut se propager au Soudan du sud, avec des conséquences catastrophiques pour la sécurité du Soudan du sud», a signalé Zindo.  

Le gouvernement du Soudan du sud est désormais en état d'alerte et a demandé aux citoyens vivant à proximité de la frontière d'être vigilants et de signaler toute activité suspecte. Il a également appelé à une résolution pacifique du conflit au Soudan, ajoutant qu'il était prêt à jouer le rôle de médiateur si les deux parties étaient d'accord.

«Le président Salva Kiir a appelé à un cessez-le-feu et à la cessation des hostilités pour que l'aide humanitaire parvienne aux personnes dans le besoin», a indiqué Deng Malek, ministre des Affaires étrangères par intérim.

«Il a parlé directement au président Al-Burhan et au vice-président Mohamed Hamdan Dagalo à plusieurs reprises pour leur demander de respecter la cessation des hostilités et de revenir à la table des négociations.»

fd
Le président sud-soudanais Salva Kiir Mayardit est assis à côté du   général Abdel Fattah Al-Burhane  (Photo, AFP).

Les Nations unies et d'autres organismes internationaux ont également exprimé leur inquiétude quant à la situation au Soudan et à son impact potentiel sur le Soudan du sud. L'agence des Nations unies pour les réfugiés, le HCR, affirme que le conflit au Soudan a déjà forcé des milliers de personnes à fuir vers le Soudan du sud, aggravant une situation humanitaire déjà désastreuse.  

Le Soudan du sud se remet encore d'une guerre civile de six ans qui s'est achevée en 2018 et qui a fait plus de 380 000 morts et a déplacé des millions de personnes. Le pays essaye désormais de mettre en œuvre un accord de paix signé en septembre 2018, mais les progrès sont lents, des affrontements sporadiques étant signalés dans différentes régions du pays.  

Alors que la situation se détériore, les réfugiés soudanais affluent vers le Soudan du sud en traversant la frontière. Les agences d'aide internationale appellent à une action urgente afin d’éviter une catastrophe humanitaire.

Selon le HCR, il y a actuellement plus de 800 000 réfugiés sud-soudanais au Soudan, dont un quart se trouve à Khartoum et est directement touché par les combats.

L'Égypte, pays voisin du Soudan, a déclaré jeudi qu'au moins 14 000 réfugiés soudanais avaient franchi sa frontière depuis le début des combats, ainsi que 2 000 personnes originaires de 50 autres pays.

Au moins 20 000 personnes ont fui vers le Tchad, 4 000 vers le Soudan du sud, 3 500 vers l'Éthiopie et 3 000 vers la République centrafricaine, selon les Nations unies qui préviennent que si les combats se poursuivent, jusqu'à 270 000 personnes pourraient fuir le Soudan.

Gavin Kelleher, analyste humanitaire pour le Conseil norvégien pour les réfugiés au Soudan du sud, a déclaré que le pays était mal préparé à absorber l'afflux des réfugiés attendu en provenance du nord.

Il a indiqué: «Le nombre de nouveaux réfugiés n'est pas encore clair, mais il est très probable qu'il continue d'augmenter dans les prochaines semaines et il est vraiment important que nous mettions les choses en place dès maintenant pour une réponse humanitaire efficace», a déclaré Kelleher à Arab News.

«On estime qu'environ 75% de la population du Soudan du sud a déjà besoin d'une aide humanitair, et la majorité du pays connaît des niveaux d'insécurité alimentaire d'urgence ou critiques», a-t-il expliqué.

Kelleher a soutenu: «D'autres chocs, tels que les vagues de nouveaux réfugiés en provenance du Soudan, mettent à rude épreuve les ressources limitées disponibles.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 


Une accréditation prestigieuse pour AlUla

Alula est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite. Il est opérationnel et ouvert aux touristes du monde entier depuis quatre ans. (AlUla)
Alula est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite. Il est opérationnel et ouvert aux touristes du monde entier depuis quatre ans. (AlUla)
Short Url
  • La procédure exigeait de satisfaire à plus de 100 normes de performance.
  • Phillip Jones : L'achèvement du DMAP est une étape importante pour AlUla, qui s'efforce de développer une industrie et un écosystème touristiques de premier ordre et tournés vers l'avenir

ALULA, Arabie saoudite : AlUla, avec son mélange harmonieux d'ancien et de moderne, a reçu une prestigieuse accréditation internationalement reconnue.

La ville oasis a franchi une étape remarquable en devenant la première destination du Moyen-Orient à être accréditée par Destinations International, l'association mondiale des professionnels des destinations basée aux États-Unis, comme cela a été officiellement annoncé aujourd'hui lors de la convention annuelle de Destinations International en Floride.

Cette accréditation s'inscrit dans le cadre du programme d'accréditation du marketing de destination (DMAP), une norme industrielle de qualité et de professionnalisme pour les organisations de destination, et intervient un an après qu'AlUla est entrée dans l'histoire en devenant le premier membre de Destinations International originaire du Moyen-Orient.

Soutenue par un calendrier d'événements tout au long de l'année et des options d'hospitalité authentiques, AlUla est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite et est opérationnelle et ouverte aux touristes du monde entier depuis quatre ans. Cette dernière accréditation témoigne de la vision et de la mission d'AlUla, qui consiste à susciter une nouvelle vague d'excellence touristique à l'échelle mondiale, axée sur la création d'une économie de l'expérience durable et axée sur la communauté.

Phillip Jones, responsable du tourisme à la Commission royale pour AlUla, a déclaré : « L'achèvement du programme d'accréditation du marketing de destination est une étape importante pour AlUla, qui s'efforce de développer une industrie et un écosystème touristiques de premier ordre et tournés vers l'avenir. Cette reconnaissance renforce notre engagement à garantir les normes les plus élevées au sein de notre destination et à établir la confiance entre les visiteurs, la communauté, les parties prenantes et nos partenaires. En faisant partie de Destinations International, un incubateur de meilleures pratiques, nous espérons partager notre méthodologie unique avec le monde entier et montrer pourquoi AlUla est l'une des destinations de luxe les plus innovantes et les plus convoitées au monde à l'heure actuelle ».

Pour recevoir l'accréditation DMAP, une organisation de destination doit satisfaire à plus de 100 normes de performance dans des domaines tels que la gouvernance, la gestion financière, les ressources humaines, les ventes et le marketing, l'engagement des parties prenantes et le développement de la destination. Les normes sont établies par un groupe indépendant de vétérans de l'industrie représentant un éventail d'organisations de destination. Les normes sont régulièrement mises à jour pour refléter l'évolution des meilleures pratiques dans l'industrie.

Pour AlUla, cette nouvelle reconnaissance vient s'ajouter à plusieurs autres. En mai, les 2024 World Travel Awards ont récompensé AlUla en tant que principale destination de festivals et d'événements au Moyen-Orient, principal projet de tourisme culturel en Arabie saoudite et principal projet de tourisme culturel au Moyen-Orient. En mai également, l'UCR a reçu une note de cinq étoiles pour son excellence organisationnelle de la part de la Fondation européenne pour la gestion de la qualité et un prix d'excellence de la part de l'Association de gestion des installations du Moyen-Orient (Middle East Facility Management Association).

Grâce à ses nombreuses récompenses régionales et mondiales, AlUla continue de consolider son statut de destination de luxe et de patrimoine, où les voyageurs peuvent se rapprocher des arts et de la culture, de la beauté naturelle, du bien-être holistique et de l'aventure palpitante.

Pour en savoir plus sur AlUla, visitez le site experiencealula.com.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


La RSG s'associe à la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée pour encourager le tourisme d'aventure

RSG et la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée s'associent pour développer des expériences d'aventure exaltantes dans la région. (Fournie)
RSG et la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée s'associent pour développer des expériences d'aventure exaltantes dans la région. (Fournie)
Short Url
  • Cette collaboration devrait révolutionner le paysage touristique en offrant des expériences passionnantes tout en privilégiant la sécurité et le professionnalisme.
  • Ce partenariat sera dirigé par Akun, la marque de sports d'aventure de RSG, chargée de superviser toutes les activités de randonnée, d'escalade et d'aventure dans les destinations de RSG.

JEDDAH : Red Sea Global a récemment annoncé un partenariat avec la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée dans le but de renforcer les activités de tourisme d'aventure dans la région de la mer Rouge.

Selon le communiqué, cette collaboration devrait révolutionner le paysage touristique en offrant des expériences palpitantes tout en donnant la priorité à la sécurité et au professionnalisme.

Le partenariat sera dirigé par Akun, la marque de sports d'aventure de RSG chargée de superviser toutes les expériences de randonnée, d'escalade et d'aventure dans les destinations de RSG, y compris The Red Sea et AMAALA.

Nicholas King, directeur du développement du groupe Red Sea Global, a souligné l'importance de combiner l'aventure avec le tourisme de luxe, en déclarant dans un communiqué de presse : « Notre partenariat avec la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée permet à Akun d'offrir des expériences revigorantes qui complètent l'élégance de nos complexes hôteliers de manière sûre et professionnelle. Ensemble, nous propulsons l'industrie du tourisme d'aventure dans toute la région de la mer Rouge ».

Grâce à cette collaboration, les stagiaires de la SCHF auront l'occasion d'acquérir de l'expérience en effectuant des stages chez Akun, tout en bénéficiant d'une formation et d'un soutien fournis par des formateurs qualifiés de la SCHF.

Yasmin Gahtani, directrice générale de la SCHF, a mis en avant les paysages de la côte saoudienne de la mer Rouge et a exprimé le désir de présenter ces terrains étonnants par le biais d'expériences d'escalade et de randonnée.

Elle a déclaré : « L'Arabie saoudite possède certains des plus beaux paysages du monde : « L'Arabie saoudite possède certains des plus beaux paysages du monde, en particulier le long de la côte de la mer Rouge. Nous voulons aider les Saoudiens et le reste du monde à découvrir ce terrain spectaculaire en l'ouvrant à des expériences d'escalade et de randonnée à la fois exaltantes et sûres. Grâce à ce partenariat, nous pouvons faire de l'Arabie saoudite et de la mer Rouge une destination incontournable pour les alpinistes, les randonneurs et les amateurs de sensations fortes les plus passionnés ».

Pour promouvoir la région de la mer Rouge en tant que destination d'aventure de premier plan, RSG et SCHF prévoient d'organiser une série d'événements locaux, régionaux et internationaux, notamment des compétitions d'escalade, des randonnées et des festivals.

Selon la déclaration, les évaluations techniques et de sécurité de la fédération aideront à certifier les développements de RSG en tant que destinations d'aventure de classe mondiale.

À l'avenir, RSG et SCHF envisagent la création d'un contenu de randonnée et d'escalade adapté à la région de la mer Rouge. Cette ressource offrira des informations précieuses sur les sentiers, les sites d'escalade, les détails logistiques et les consignes de sécurité, positionnant ainsi la mer Rouge comme une plaque tournante de premier ordre pour les amateurs de plein air du monde entier.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Yémen: nappe de pétrole de 220 km en mer Rouge après une attaque des Houthis (ONG)

Cette photo obtenue par le centre des médias de Huthi Ansarullah au Yémen montre ce qu'ils disent être le ciblage du CHIOS LION, un pétrolier battant pavillon libérien, par des navires de surface sans équipage en mer Rouge, le 15 juillet 2024 (AFP)
Cette photo obtenue par le centre des médias de Huthi Ansarullah au Yémen montre ce qu'ils disent être le ciblage du CHIOS LION, un pétrolier battant pavillon libérien, par des navires de surface sans équipage en mer Rouge, le 15 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • Des images du satellite Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne ont montré mardi une nappe près de l'endroit où les Houthis ont attaqué le navire Chios Lion, a ajouté l'ONG
  • Mardi, le Centre conjoint d'information maritime (JMIC), dirigé par une coalition navale occidentale, a déclaré que le Chios Lion enquêtait sur une éventuelle fuite de pétrole.

DUBAI : Une nappe de pétrole de 220 kilomètres a été repérée au large des côtes du Yémen après une attaque des rebelles houthis qui a endommagé un pétrolier cette semaine, a indiqué mercredi une ONG spécialisée dans la protection de l'environnement.

Des images du satellite Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne ont montré mardi une nappe près de l'endroit où les Houthis ont attaqué le navire Chios Lion, a ajouté l'ONG Conflict and Environment Observatory (CEOBS), basée en Grande-Bretagne.

La nappe suggère que "le navire endommagé laisse échapper du pétrole", a précisé le CEOBS dans un message publié sur le réseau social X, estimant qu'elle s'étendait sur 220 km de long.

Le pétrolier Chios Lion, battant pavillon libérien, a été attaqué lundi à 97 milles nautiques (environ 180 km) au nord-ouest de la ville portuaire yéménite de Hodeidah.

Un navire sans équipage a "heurté" le pétrolier, provoquant des dégâts mineurs, a rapporté le United Kingdom Maritime Trade Operations, géré par la marine britannique.

Selon le CEOBS, la nappe de pétrole s'est formée à 106 milles nautiques (environ 196 km) au nord-ouest de Hodeidah, ce qui correspond à l'endroit de l'attaque lundi contre le Chios Lion, a-t-il ajouté.

Mardi, le Centre conjoint d'information maritime (JMIC), dirigé par une coalition navale occidentale, a déclaré que le Chios Lion enquêtait sur une éventuelle fuite de pétrole.

Les rebelles yéménites attaquent des navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden depuis le mois de novembre, dans le cadre d'une campagne destinée, selon eux, à marquer leur solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza, où Israël est en guerre depuis le 7 octobre contre le mouvement islamiste palestinien Hamas.

"Les frappes incessantes sur divers pétroliers, chimiquiers et cargos ne mettent pas seulement en danger le personnel maritime et le trafic maritime en général, mais détériorent gravement les écosystèmes de la mer Rouge", a averti Wim Zwijnenburg, de l'ONG néerlandaise de promotion de la paix PAX.

"Les frappes actuelles constituent une menace supplémentaire pour l'environnement et les communautés côtières du Yémen", a-t-il déclaré à l'AFP.