En Espagne, le potager de l'Europe au coeur d'une « guerre de l'eau»

Juan Francisco Abellaneda, agriculteur espagnol et président de la coopérative Deilor, dans un champ à Lebor Alto près de Totana, dans la communauté de Murcie, le 27 mars 2023. (Photo, AFP)
Juan Francisco Abellaneda, agriculteur espagnol et président de la coopérative Deilor, dans un champ à Lebor Alto près de Totana, dans la communauté de Murcie, le 27 mars 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 03 mai 2023

En Espagne, le potager de l'Europe au coeur d'une « guerre de l'eau»

  • Comme pour le Nil en Egypte ou le Tigre en Irak, l'eau du Tage, qui s'écoule sur un millier de kilomètres dans le centre de l'Espagne pour se jeter dans l'océan Atlantique au Portugal, est devenue une source de tensions
  • Un conflit exacerbé à l'approche d'élections régionales et législatives, alors que l'agriculture intensive espagnole, pilier économique du pays, voit son modèle remis en cause

TOTANA: Ses choux, salades et pastèques inondent hiver comme été les supermarchés européens. Mais pour Juan Francisco Abellaneda, agriculteur du sud-est aride de l'Espagne, irrigué depuis des années grâce aux eaux détournées du Tage, tout risque de basculer.

Avec les sécheresses à répétition et les énormes besoins des cultures intensives, la donne est sur le point de changer dans cette région quasi-désertique où sont produits près de la moitié des fruits et légumes exportés par l'Espagne, première puissance horticole de l'Union européenne.

Pour lutter contre les effets du réchauffement climatique et la désertification qui menace 75% du pays, le gouvernement de Pedro Sanchez a décidé en février de limiter les transferts d'eau massifs réalisés du Tage vers les terres agricoles du Levant espagnol.

Car dans le même temps, dans le centre du pays, le plus long fleuve de la péninsule ibérique a vu son débit baisser dangereusement - au point que par endroits, l'été, il est possible de traverser à pied son lit transformé en une bande de terre craquelée.

Comme pour le Nil en Egypte ou le Tigre en Irak, l'eau du Tage, qui s'écoule sur un millier de kilomètres dans le centre de l'Espagne pour se jeter dans l'océan Atlantique au Portugal, est devenue une source de tensions.

Un conflit exacerbé à l'approche d'élections régionales et législatives, alors que l'agriculture intensive espagnole, pilier économique du pays, voit son modèle remis en cause.

"Si on nous enlève (l'eau du Tage), il n'y aura plus ici que le désert", soupire Juan Francisco Abellaneda, propriétaire d'une ferme de 300 hectares près de Murcie.

Canaux, aqueducs et réservoirs

En ce début de printemps anormalement sec, le maraîcher de 47 ans, teint halé et voix rocailleuse, inspecte d'un oeil anxieux ses rangs de brocolis, plantés sur des sillons de terre poussiéreux.

Avec ses frères, il exporte 3.000 tonnes de fruits et légumes chaque année. L'activité est florissante, comme pour beaucoup d'agriculteurs de la région où se succèdent serres immenses, hangars flambant neufs et vergers à perte de vue.

Mais "si on ne nous apporte pas d'eau, de quoi va-t-on vivre ?", s'alarme ce membre fondateur d'une coopérative agricole de 700 salariés (Deilor), qui craint de voir chuter sa production au cours des prochains mois avec des pertes d'emplois à la clé.

A l'époque de son père et de son grand-père, cultivateurs avant lui, la région de Murcie était l'une des plus pauvres d'Espagne et son agriculture essentiellement vivrière.

"La région est l'une des plus arides" du pays, rappelle Domingo Baeza, professeur d'écologie fluviale à l'Université autonome de Madrid. "Les ressources hydriques" y sont structurellement "insuffisantes" pour l'agriculture intensive.

Pour contourner ce handicap, l'Espagne a misé sur une infrastructure gigantesque: le "Trasvase Tajo-Segura". Un ouvrage de 300 kilomètres mêlant canaux, tunnels, aqueducs et réservoirs, destiné à dévier une partie des eaux du Tage vers le bassin du Segura, à cheval entre l'Andalousie et Murcie.

Lancé sous la dictature de Franco dans les années 1960 et mis en service en 1979 dans le cadre de grands travaux destinés à développer l'agriculture, cet ouvrage - capable de transporter des milliards de litres d'eau par an - a longtemps été perçu comme un modèle d'adaptation face au manque de pluie.

Le Levant espagnol, qui regroupe les provinces de Murcie, Alicante et Almeria, a ainsi pris son essor, avec un chiffre d'affaires annuel de trois milliards d'euros et plus de 100.000 emplois directs et indirects.

«Le Tage souffre»

Mais aujourd'hui, "le Tage souffre", poursuit Domingo Baeza. "Il est très dégradé en de nombreux endroits" car "on a dépassé de loin les capacités" du fleuve en "développant de manière incontrôlée les surfaces irriguées."

Depuis la mise en place du Trasvase, la température moyenne en Espagne a progressé d'1,3°C, d'après l'agence météorologique Aemet. Le débit du fleuve a baissé de 12% et pourrait chuter de 14% à 40% à l'horizon 2050, selon le gouvernement.

Les vagues de chaleur extrêmes des dernières années - parfois exceptionnellement précoces, comme celle qui a frappé la péninsule ces derniers jours - ont asséché rivières et réservoirs, entraîné des coupures d'eau.

Avec "le réchauffement climatique, la situation a changé", dit Julio Barea de Greenpeace Espagne. Le Trasvase "n'est plus adapté" aux besoins du pays: "le Tage a besoin de l'eau" prélevée pour les cultures du sud-est "pour survivre", affirme-t-il.

En Castille-La Manche, région du centre de l'Espagne où débutent les déviations, les effets cumulés des ponctions d'eau et du manque de pluie sont visibles depuis longtemps.

"Notre territoire a été sacrifié" au profit des agriculteurs du Levant, dénonce Borja Castro, maire socialiste d'Alcocer, village de 300 âmes situé près des réservoirs d'Entrepeñas et de Buendía, où est pompée l'eau envoyée vers le sud-est.

Baptisée la "mer de Castille" en raison de ses immenses lacs artificiels, nés avec la construction de barrages sur le Tage dans les années 1950, cette région attirait autrefois de nombreux visiteurs.

On y venait de la ville le week-end pour bronzer, faire du bateau, tester ses restaurants ou admirer ses eaux turquoise coincées entre des collines couvertes de pins et de chênes verts.

"C'était la piscine du coin (...) c'était très animé", raconte le père de Borja, Carlos Castro, 65 ans, en désignant les ruines d'un café près duquel il venait se baigner adolescent. Maintenant "on dirait un désert (...) ça fait mal au coeur", soupire cet ancien employé de banque.

Autour de lui, la plage a cédé la place à un talus de terre et d'herbes rêches, surplombant de plusieurs dizaines de mètres les eaux du lac en contrebas.

«Sécurité alimentaire»

"Tout s'est arrêté quand on a commencé à réaliser ces maudits transferts d'eau: l'eau est partie et avec elle les commerces, l'emploi et une partie des habitants", reprend le maire d'Alcocer, qui réclame l'arrêt total des ponctions d'eau dans sa région.

"On a converti le Levant en potager de l'Europe, mais avec une ressource qui vient d'ailleurs: c'est irrationnel", s'agace le dynamique édile de 32 ans.

Le plan du gouvernement prévoit de réduire de 38 à 27 hectomètres cubes mensuels d'ici 2027 le plafond des transferts via le Trasvase, hors cas de pluies abondantes.

Cette baisse des prélèvements de près de 30% est censée faire remonter les eaux du Tage et protéger sa faune, aujourd'hui menacée.

Mais sans cette eau, dans le sud-est du pays, "on ne va pas pouvoir maintenir une agriculture compétitive et moderne", au risque de nuire à la "sécurité alimentaire" de l'Europe, prévient Alfonso Gálvez, responsable local du syndicat agricole Asaja.

Selon le Syndicat central des irrigants de l'aqueduc Tage-Segura (Scrats), la réforme pourrait entraîner l'abandon de 12.200 hectares de cultures, un manque à gagner annuel de 137 millions d'euros, la perte de 15.000 emplois.

Offensives médiatiques, manifestations, recours en justice... A l'approche des élections régionales fin mai, le débat a pris des allures de guerre de tranchées, avec la formation d'alliances parfois contre-nature.

La région socialiste de Valence s'est associée à celle de Murcie, dirigée par les conservateurs du Parti populaire (PP), pour demander l'abandon du décret. Celle de Castille-La Manche, socialiste, a soutenu l'exécutif de gauche, avec l'appui ponctuel d'élus de droite.

Le gouvernement dit se conformer aux arrêts de la Cour suprême ainsi qu'aux règles environnementales de l'UE, qui exige des plans de protection des bassins hydrologiques. Et promet une hausse des investissements pour développer des sources d'eau alternatives.

Le décret est basé sur "la meilleure connaissance scientifique" possible, assure la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, qui mise sur la désalinisation d'eau de mer - déjà utilisée en faible quantité - pour compenser la baisse des transferts d'eau.

«Pas tenable»

La solution laisse les agriculteurs dubitatifs. L'eau dessalée "manque de nutriments" et "a un impact environnemental important car il faut beaucoup d'électricité pour la produire" et ce processus crée "des déchets" nocifs pour l'écosystème marin, souligne Alfonso Gálvez.

Le président de la région de Murcie, Fernando López Miras, souligne aussi son coût, trois à quatre fois plus élevé que l'eau du Tage. "On parle de près de 1,4 euro le litre. C'est le prix d'un litre d'essence !"

L'eau désalinisée peut constituer "un complément, pas une alternative", poursuit le responsable conservateur, rappelant que "l'eau de l'Espagne appartient à tous les Espagnols selon la Constitution".

Pour les écologistes espagnols, c'est en réalité tout un système qu'il faut revoir.

"En Espagne, plus de 80% de l'eau douce est utilisée par l'agriculture (...) Cette situation n'est pas tenable", juge Julio Barea.

Pour éviter un "choc hydrologique", le responsable de Greenpeace appelle à réduire drastiquement les surfaces dédiées à l'agriculture intensive: "L'Espagne ne peut pas être le potager de l'Europe, alors que l'eau s'y fait de plus en plus rare."


Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre

Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre
Short Url
  • Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions
  • Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements…

KOSTIANTYNIVKA: Lioudmyla Polokova erre parmi les décombres de son école, frappée en janvier par deux missiles russes. L'enseignante sait qu'il est loin le jour où, peut-être, y résonneront de nouveau des rires d'enfants.

Marchant sur le sol jonché de bris de verre et de pages arrachées, elle raconte son épuisement, après deux années à vivre avec les bombes russes qui s'abattent sur sa ville de Kostiantynivka et sur le reste du Donbass ukrainien.

A 18 kilomètres de là, sur le front, les forces russes sont à l'offensive. Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions.

"Nous sommes fatigués d'entendre que nos hommes meurent. Nous sommes fatigués de voir tout ça de nos propres yeux, de ne pas dormir la nuit à cause du bruit, à cause des missiles", confie à l'AFP cette prof de 62 ans depuis la cour d'école, qui surplombe un cimetière et des cheminées d'usines soviétiques.

Elle veut encore croire en "des jours meilleurs", alors que l'Ukraine marquera le 24 février le deuxième anniversaire de l'invasion russe. Mais dans toute la région, un sentiment croissant d'abattement est palpable.

Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements, la consolidation de la machine de guerre russe, et désormais aussi la chute d'Avdiïvka, ville forteresse ukrainienne abandonnée aux Russes le 17 février.

Et chez les soldats ukrainiens, le sentiment de vaciller au bord d'un abîme grandit.


«Nous devrions tous les tuer», réagit un membre du Congrès américain sur Gaza

Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Short Url
  • Les propos d’Ogles sont «révélateurs de la complicité de Washington» dans les souffrances des habitants de Gaza, avertissent les experts
  • Une vidéo controversée révèle que les États-Unis ont opposé leur veto à la résolution de l’ONU sur le cessez-le-feu pour la troisième fois

LONDRES: Un membre du Congrès américain a suscité l’indignation après avoir lancé «Nous devrions tous les tuer» en référence aux Palestiniens de Gaza.

Mardi, le représentant américain de la cinquième circonscription du Tennessee, Andy Ogles, a été approché par un groupe d’activistes propalestiniens à Washington.

L’un d’entre eux lui a dit: «J’ai vu les images de corps d’enfants déchiquetés. C’est l’argent que je paye en impôts qui va bombarder ces enfants.»

«Vous savez quoi? Je pense que nous devrions tous les tuer, si cela peut vous rassurer. Le Hamas et les Palestiniens attaquent Israël depuis vingt ans. Il est temps de payer les pots cassés», a répondu Ogles.

La vidéo choquante du membre républicain du Congrès a suscité une condamnation générale sur les réseaux sociaux, les experts avertissant que les propos d’Ogles sont révélateurs de la complicité de Washington dans les souffrances des habitants de Gaza. 

«Pour ceux d’entre vous qui se demandent comment les nazis, Daech, etc. peuvent tuer des gens sans discernement, vous voyez maintenant des dirigeants et des personnes éminentes dans les sociétés démocratiques soi-disant éclairées démontrer que l’adhésion aveugle à toute idéologie peut transformer des gens ordinaires en monstres diaboliques», a écrit Faisal Kutty, avocat, auteur et défenseur des droits de l’homme, sur la plate-forme X.

«Ces personnes ont toutes vendu leur âme au plus offrant», a-t-il ajouté.

Indignation

Ogles, connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël, a déjà voté en faveur de la censure de la députée Rashida Tlaib, accusée d’avoir soutenu l’attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre. Ogles a également proposé une loi visant à empêcher les Palestiniens d’entrer aux États-Unis.

L’indignation suscitée par les propos d’Ogles survient alors que l’administration Biden est de plus en plus critiquée pour avoir opposé son veto à une résolution sur le cessez-le-feu au Conseil de sécurité de l’ONU. Il s’agit du troisième veto américain depuis le 7 octobre.

L’Unicef a mis en garde contre une augmentation potentielle des décès évitables d’enfants à Gaza en raison de la malnutrition et de la maladie. Jason Lee, de l’ONG Save the Children, a qualifié la situation d’«astronomique» et a averti qu’aucun mot ne pouvait décrire l’ampleur de la mort et de la destruction dans l’enclave.

L’armée israélienne aurait tué plus de 12 400 enfants à Gaza depuis le 7 octobre, et plus de 600 000 enfants sont actuellement bloqués à Rafah. Save the Children a révélé le nombre alarmant d’amputations: en moyenne, plus de dix enfants par jour à Gaza ont perdu une jambe ou les deux depuis le mois d’octobre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Washington va sanctionner plus de 500 entités liées à la «machine de guerre» russe

Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre" (Photo, AFP).
Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre" (Photo, AFP).
Short Url
  • La Maison Blanche avait indiqué plus tôt dans la journée que des sanctions majeures contre la Russie seraient annoncées vendredi
  • Joe Biden a rencontré jeudi à San Francisco la veuve et la fille d'Alexeï Navalny

WASHINGTON: Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre", a indiqué jeudi à l'AFP une porte-parole du département américain du Trésor.

"Il s'agira de la tranche la plus importante depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par Poutine", a-t-elle précisé, soulignant que ces sanctions seront prises à la fois par le département du Trésor et par le département d'Etat.

La Maison Blanche avait indiqué plus tôt dans la journée que des sanctions "majeures" contre la Russie seraient annoncées vendredi, en réponse au décès de l'opposant russe d'Alexeï Navalny, mais aussi pour marquer les deux années écoulées depuis l'invasion de l'Ukraine.

Le président américain Joe Biden a rencontré jeudi à San Francisco la veuve et la fille d'Alexeï Navalny. Le démocrate de 81 ans a accusé le président russe Vladimir Poutine d'être "responsable" de sa mort, annoncée le 16 février.

"Nous avons déjà des sanctions mais nous sommes en train d'en considérer des supplémentaires", avait-il déjà dit lundi.

Les Etats-Unis et l'Union européenne appliquent déjà une batterie de sanctions contre Moscou depuis le déclenchement de la guerre consécutive à l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février 2022.

L'administration Biden assure régulièrement l'Ukraine de son soutien, mais l'aide militaire américaine de 60 milliards de dollars est actuellement bloquée au Congrès.

Le Royaume-Uni, de son côté, a annoncé jeudi des sanctions supplémentaires contre la Russie, visant plus de 50 personnalités et entreprises, notamment dans des secteurs qui permettent à l'armée russe de se fournir en munitions, missiles et explosifs, et des "sources clés de revenus pour la Russie", comme le commerce de métaux, de diamants et de ressources énergétiques.

Londres a également annoncé de nouvelles livraisons de missiles aux Ukrainiens.