La langue des signes à la peine dans le monde masqué

Les masques transparents sont indispensables pour les enfants atteints de surdité (Photo, Sabah ARAR/AFP).
Les masques transparents sont indispensables pour les enfants atteints de surdité (Photo, Sabah ARAR/AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 06 décembre 2020

La langue des signes à la peine dans le monde masqué

  • Maëly, 10 ans, élève dans une classe de CM2 pour enfants sourds, comprend « mieux » ses maîtresses depuis qu'elles portent des masques transparents
  • L'arrivée de ces masques fournis par le rectorat après les vacances de la Toussaint a « soulagé » les enseignants en langues des signes de deux écoles de Ramonville

RAMONVILLE: Maëly, 10 ans, élève dans une classe de CM2 pour enfants sourds, comprend « mieux » ses maîtresses depuis qu'elles portent des masques transparents, après des mois « difficiles » pour saisir le sens sans voir l'expression du visage.

L'arrivée de ces masques fournis par le rectorat après les vacances de la Toussaint a « soulagé » les enseignants en langues des signes de deux écoles de Ramonville, dans la banlieue de Toulouse. Cependant, ils regrettent que les enfants n'en soient pas encore dotés et doivent porter des masques classiques.

« Le visage est très important dans la langue des signes. Les informations sont beaucoup moins perceptibles s'il est caché, notamment les émotions, la colère, le plaisir... Avec un masque transparent, on a davantage accès aux expressions », explique Vanessa Andrieu, institutrice à l'école maternelle Gabriel Sajus de Ramonville.

Autour d'elle, ses petits élèves passent au tableau à tour de rôle pour exprimer avec leurs mains et leur visage leur connaissance des jours de la semaine ou de l'approche de Noël. Mais les mains et le visage de Vanessa Andrieu peuvent aussi servir à les gronder quand ils « dorment » ou regardent ailleurs.

Les élèves de cette enseignante sourde ne portent pas de masques, mais elle regrette que, dans cette école publique accueillant des classes pour enfants sourds, les enseignants « entendants n'aient pas eu aussi des masques transparents ». « Il est très compliqué de communiquer avec eux », souligne-t-elle.

« Buée sur le masque »

D'autre part, note Fabienne Guelagueli, l'une des quatre personnes qui assistent Vanessa Andrieu dans sa classe de 24 élèves, même si le masque transparent permet de mieux saisir les expressions, « parfois, avec les petits, il faut le descendre pour qu'ils comprennent », d'autant que les modèles actuels « prennent la buée » et ne sont pas confortables.

Aussi bien à Gabriel Sajus qu'à l'école primaire Jean Jaurès, celle de Maëly, les enseignants espèrent que la qualité des masques transparents, fournis en nombre limité, s'améliorera.

Dans le domaine des masques et dans bien d'autres, « il reste encore beaucoup de travail », résume pour sa part la présidente de l'Association nationale de parents d'enfants sourds (ANPES), Catherine Vella.

Elle aussi rappelle que, dans la langue des signes, « les mains donnent certes l'information la plus importante, mais tout le haut du corps compte également pour bien comprendre ».

De ce fait, Maëly, comme nombre de ses petits camarades, tend à enlever son masque quand elle s'exprime : « c'est difficile. On a du mal à se comprendre ».

L'une des institutrices de cette fille de 10 ans, Marie-Paule Kellerhals, raconte, tout en le montrant avec ses mains, comment elle a adapté sa manière de s'adresser aux enfants quand elle a dû mettre un masque : « Je signe plus large, plus grand », avec des gestes plus amples, « un peu comme si un entendant parlait plus fort ».

Ce matin-là, dans sa classe de CM2, après un exercice de calcul, les élèves se mettent par deux pour préparer un débat entre les « pour » et les « contre le téléphone portable pour les moins de 11 ans ».

Loris, 11 ans, est « pour » car quand « on se sent seul », on peut « envoyer des messages à ses amis », explique-t-il à sa coéquipière, laquelle met en avant sa « peur » quand ses parents sont sortis : « Je peux les joindre si j'ai un problème », se rassure-t-elle, gardant cette fois-ci son masque sur la bouche.


Le compositeur franco-libanais Gabriel Yared à l'honneur au Festival de Cannes

Gabriel Yared prononce un discours lors de la 12e édition de la cérémonie de remise des prix Lumière du festival du film à Lyon, dans le centre-est de la France, le 16 octobre 2020. (Photo, AFP)
Gabriel Yared prononce un discours lors de la 12e édition de la cérémonie de remise des prix Lumière du festival du film à Lyon, dans le centre-est de la France, le 16 octobre 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • En partenariat avec la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), le Festival de Cannes rendra un hommage aux 50 ans de carrière de Gabriel Yared
  • Le compositeur français d'origine libanaise Gabriel Yared, né le 7 octobre 1949 à Beyrouth, est l'un des compositeurs de musique de film français les plus courus et dont le travail a été distingué internationalement

CASABLANCA : La bande originale d’un film peut souvent faire pencher la balance aux yeux du jury, lorsqu’il s’agit de départager ces œuvres du 7eme art. Le Festival de Cannes dans sa 75e édition met dans ce sens, les compositeurs des bandes originales à l'honneur.

Parmi ces compositrices et compositeurs de renom, le nom du franco-libanais Gabriel Yared est souvent murmuré. En effet, en partenariat avec la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), le Festival de Cannes rendra un hommage aux 50 ans de carrière de Gabriel Yared. 

Dès sa première BO en 1980, pour «Sauve qui peut la vie» de Jean-Luc Godard, il figurait au générique d'un film de la compétition. Il revient deux ans plus tard pour «  »Invitation Au Voyage" de Peter Del Monte. Puis ce sont les films de Jean-Jacques Beineix, "La Lune Dans Le Caniveau" (1983), de Youssef Chahine, «Adieu Bonaparte» (1985), et d' Axel Corti, qui lui permettent de revenir à intervalles réguliers soutenir un film en lice pour la caméra d'or

Le compositeur français d'origine libanaise Gabriel Yared, né le 7 octobre 1949 à Beyrouth, est l'un des compositeurs de musique de film français les plus courus et dont le travail a été distingué internationalement. 

Depuis 1980 il consacre l'essentiel de son activité à la composition de musiques de films -plus d'une centaine à ce jour- dont plusieurs lui ont valu de prestigieuses récompenses. En 1997 sa notoriété s'impose au niveau international : il obtient, entre autres, un Oscar, un Golden Globe, un Grammy Award pour la musique du film «Le Patient Anglais» d'Anthony Minghella. Une nouvelle consécration au Festival de Cannes viendra-t-elle étoffer son palmarès ? Les plus optimistes affirment que oui !
 


La lutte contre les déserts médicaux, priorité de la nouvelle ministre de la Santé

La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon (Photo, AFP).
La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon (Photo, AFP).
Short Url
  • La nouvelle ministre a toutefois concédé que repenser le système de santé «est une tâche difficile»
  • Elle a rendu hommage à son prédécesseur et aux «gros chantiers» entrepris en deux ans malgré la gestion «éprouvante» de la pandémie

PARIS: La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon veut faire de "l'accès aux soins pour tous" une priorité de son mandat, notamment en luttant contre les déserts médicaux, a-t-elle affirmé samedi lors de sa passation de pouvoir avec Olivier Véran.

"Ma feuille de route est claire, c'est celle du président" Emmanuel Macron qui est d'"assurer l'accès aux soins pour tous", a déclaré Brigitte Bourguignon devant le personnel du ministère des Solidarités et de la Santé à Paris.  

Il faudra "poursuivre nos efforts pour la prévention, consolider, adapter le système de soins en ville, à l'hôpital, avec l'enjeu particulier de cette lutte contre les déserts médicaux", a poursuivi l'ex-ministre déléguée à l'Autonomie des personnes âgées.

"Nous allons en particulier devoir gérer cette pénurie de médecins, accélérée par une pyramide des âges vieillissante et une évolution des mentalités" préférant le soin à domicile plutôt qu'à l'hôpital, selon elle.

Son premier déplacement en tant que ministre de la Santé s'inscrit dans ce cadre: la native de Boulogne-sur-Mer visitera ce samedi après-midi une maison de santé du Pas-de-Calais.

Un accès pour tous les Français au système de santé, "c'est mon combat depuis des années sur le terrain, je viens d'un territoire rural", a rappelé Brigitte Bourguignon, ancienne travailleuse sociale et élue socialiste dans le Pas-de-Calais.

La nouvelle ministre a toutefois concédé que repenser le système de santé "est une tâche difficile (...), nous sortons d'une crise Covid qui a fatigué et éprouvé tous les professionnels" de santé, alors que 120 hôpitaux sont contraints de limiter leurs activités aux urgences.

Elle a rendu hommage à son prédécesseur et aux "gros chantiers" entrepris en deux ans malgré la gestion "éprouvante" de la pandémie.

De son côté, Olivier Véran a rappelé à son ex-ministre de tutelle "les difficultés de recrutement de médecins et paramédicaux qui ont nécessité que nous prenions toutes les mesures qu'il fallait prendre pour arriver à sauver nos hôpitaux".

Nommé ministre des Relations avec le Parlement, Olivier Véran a également salué l'arrivée de Damien Abad, transfuge des Républicains, qui récupère le nouveau portefeuille de l'Autonomie, des Solidarités et des personnes handicapées.

"Tu reviens aux valeurs premières qui ont jalonné ton parcours politique: le sens de l'Europe, la modération politique et la jeunesse", a dit M. Véran à l'ex n°1 de LR au Parlement, qui s'est présenté comme "le petit nouveau de la bande".

Dans son discours, Damien Abad a estimé qu'il fallait "faire [du handicap] une force, (...) de ne pas se mettre d'auto-barrières, il y en a assez dans la vie", en restant discret par rapport au handicap dont il est lui-même atteint.


Le salon du survivalisme boosté par les crises sanitaire et énergétique

Les gens visitent un stand d'éoliennes en bois au Survival Expo, le 23 mars 2018 à Paris (Photo, AFP).
Les gens visitent un stand d'éoliennes en bois au Survival Expo, le 23 mars 2018 à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 150 exposants se sont regroupés porte de la Villette, proposant vêtements ou équipements de protection
  • Les exposants surfent également sur la vague du «bushcraft», qui consiste à vivre en milieu naturel avec un minimum d'impact sur l'environnement

PARIS: La pandémie a empêché pendant deux ans la tenue de Survival Expo, salon dédié au survivalisme et à l'autonomie, mais elle lui a permis de rouvrir plus fort vendredi dans le nord de Paris, grâce à l'engouement grandissant du public et des professionnels.

Plus de 150 exposants se sont regroupés porte de la Villette, proposant vêtements ou équipements de protection, couteaux et arbalètes ou stages de survie mais aussi matériel de pêche, cours permettant de fabriquer sa propre éolienne ou encore diagnostic pour améliorer l'autonomie énergétique de son logement.

"Avant la crise sanitaire, on avait 120 exposants. On a réussi à augmenter malgré deux années d'absence", se réjouit Clément Champault, cofondateur du salon. "L'intérêt est grandissant, tant en nombre de visiteurs dès l'ouverture que de professionnels présents", ajoute-t-il.

Le hall du Paris Event Center a été organisé autour de deux thématiques, d'un côté "Survival expo", où sont regroupés les couteaux, équipements de protections et de premier secours ainsi que les stages de survie. Et de l'autre "Vivre en autonomie", avec les stands consacrés à la "low tech", avec leur lot de machines à laver à pédale, mais aussi aux panneaux solaires et aux kits pour créer son potager bio.

"Le thème de la survie fait partie de notre ADN mais on pense avant tout autosuffisance et adaptation au changement. Le marché du +survivalisme+ n'existe pas à proprement parler, il faut parfois convaincre les marques de l'intérêt", détaille M. Champault.

Les exposants surfent également sur la vague du "bushcraft", qui consiste à vivre en milieu naturel avec un minimum d'impact sur l'environnement, une activité pour laquelle le spécialiste de la distribution sportive, Décathlon, a d'ailleurs développé une gamme de produits.

"Après le confinement, les réservations pour nos stages sont reparties très vite, on a senti qu'il y avait une grosse demande pour des activités nature et un besoin d'immédiateté", souligne Eléonore Lluna, fondatrice de Time on Target, qui propose des stages de survie et d'autonomie.

«Volonté de chercher des solutions»

"Le profil de nos clients n'a pas vraiment évolué, surtout des hommes, de 30-40 ans, plutôt des cadres supérieurs. En revanche, on constate un afflux supplémentaire depuis la pandémie et une évolution des centres d'intérêts. Quand je me suis lancée, on pouvait penser qu'il y avait un effet de mode, aujourd'hui on voit que ça s'installe dans la durée", détaille Mme Lluna.

Un intérêt qui ne concerne pas seulement le retour à la nature mais également l'autonomie des logements, en particulier en matière de consommation d'énergie, dans un contexte de tension sur les marchés et d'augmentation drastique des prix avec la guerre en Ukraine.

"Quand on voit comment évolue la situation, on se dit que ce n'est pas idiot d'y réfléchir", explique Eric, 45 ans, qui vit en région parisienne. "Avec les difficultés d'EDF avec ses réacteurs nucléaires, on fait comment s'il y a des problèmes d'approvisionnement?", s'interroge-t-il.

Après s'être renseigné sur un stage de fabrication d'éolienne artisanale, Eric part en quête d'informations sur les panneaux solaires et les systèmes de stockage d'énergie.

Il passe également devant le stand tenu par Sébastien Deroo et trois autres familles, toutes venues du Cantal pour proposer des solutions "low tech", des stages de formation à la décroissance et des diagnostics sur l'autonomie énergétique.

"On était déjà présents en 2019 et on sent une nette différence dans la démarche des gens, les questions sont plus précises, avec une vraie volonté de chercher des solutions, moins de la simple curiosité", assure M. Deroo.

Dans sa maison, il subvient à tous les besoins du quotidien de sa famille grâce à quatre panneaux solaires et un poêle de masse. Installé à 1 200 mètres d'altitude, il assure ne plus être client d'EDF "depuis 2014" et ne consommer, en appoint, que 25 litres d'essence, "pour le générateur, huit à dix jours dans l'année, quand c'est vraiment trop nuageux".

Un modèle que rêverait de suivre Eric, mais pas tout de suite, car pour cela "il faudrait déjà quitter la région parisienne".