Ministre des AE par intérim du Soudan du Sud: «Avoir deux armées dans un même pays était une grosse erreur»

Le ministre des Affaires étrangères par intérim du Soudan du Sud, Deng Dau Deng Malek, à Arab News (Capture d'écran, AN).
Le ministre des Affaires étrangères par intérim du Soudan du Sud, Deng Dau Deng Malek, à Arab News (Capture d'écran, AN).
Short Url
Publié le Mardi 23 mai 2023

Ministre des AE par intérim du Soudan du Sud: «Avoir deux armées dans un même pays était une grosse erreur»

  • Pour Deng Dau Deng Malek, la crise était, d’une certaine manière, inévitable, même si elle a pris le monde au dépourvu
  • Le diplomate appelle les dirigeants soudanais en conflit à protéger l’oléoduc qui passe par le Soudan afin de garantir la viabilité de l’économie du Soudan du Sud

DUBAÏ: Les combats au Soudan, qui entament leur deuxième mois, ne semblent pas près de cesser et contribuent à faire grandir le nombre de personnes déplacées par les conflits en Afrique. Ce qui a commencé comme un conflit entre deux factions à Khartoum s’est étendu à d’autres régions, faisant des victimes, interrompant la vie publique, détruisant les infrastructures et déclenchant une crise humanitaire avec d’importantes pénuries de médicaments, de carburant et de nourriture.

Aujourd’hui, les voisins du Soudan, dont beaucoup sont confrontés depuis des décennies à leurs propres conflits, à l’instabilité et aux défis humanitaires, appellent à la fin des combats entre les Forces armées soudanaises (FAS) et le groupe paramilitaire des Forces de soutien rapides (FSR), avant qu’ils s’étendent au-delà des frontières et ne les engloutissent.

Avant même l’éruption de violence à Khartoum le 15 avril, des efforts étaient en cours pour éviter que les tensions qui couvaient entre les factions soudanaises rivales ne se transforment en une guerre totale.

«Une semaine avant le début de la crise, notre négociateur en chef s’est rendu à Khartoum pour s’entretenir avec le président du Conseil souverain, le général Abdel Fattah al-Burhane, et le vice-président du Conseil souverain de l’époque, le général Mohammed Hamdane Daglo», raconte le ministre des Affaires étrangères par intérim du Soudan du Sud, Deng Dau Deng Malek, à Arab News lors d’une récente interview effectuée sur la plate-forme Zoom depuis Juba.

Des volutes de fumée s’élèvent du marché d’Omdourman, le 17 mai au Soudan (Photo, Reuters).

Selon lui, les efforts diplomatiques de dernière minute déployés par le gouvernement du Soudan du Sud visaient à trouver des solutions aux difficultés de la transition prévue vers un gouvernement dirigé par des civils à Khartoum.

Parmi les nombreux obstacles à un règlement pacifique figurait l’épineuse question de l’intégration des forces de sécurité de Daglo dans l’armée, question qui a mis le feu aux poudres dans le conflit actuel du Soudan.

Malek a refusé d’attribuer la responsabilité exclusivement à l’une ou l’autre des parties, se contentant de dire que, d’une certaine manière, le conflit au Soudan était inévitable.

Il affirme que si le monde a été largement pris au dépourvu par l’éruption des combats au Soudan, l’expérience de son propre pays en matière de résolution des conflits et de rétablissement de la paix lui a donné la clairvoyance nécessaire pour prédire qu’une guerre était inévitable à l’intérieur des frontières de son voisin du nord.

Au Soudan du Sud, rappelle Malek, «il y avait une disposition qui prévoyait deux armées dans un même pays, ce qui était une très grosse erreur à l’époque. Une fois que les deux armées sont arrivées à Juba, une guerre s’est déclenchée en juillet 2016.»

«Nous étions tout à fait conscients qu’il est toujours difficile d’accepter la présence de deux armées dans un même pays, quels que soient la nature et le niveau de cette armée», ajoute-t-il. «Nous savions donc que le Soudan se dirigeait vers une situation identique.»

Même si le gouvernement du Soudan du Sud s’attendait à des tensions liées aux accords de partage du pouvoir au Soudan, Malek a reconnu qu’il n’était pas préparé à la crise qui a éclaté le 15 avril.

Des immeubles de Khartoum ont été touchés lors des affrontements entre les deux généraux rivaux, le 19 mai 2023 (Photo, AFP).

«Nous n’étions pas vraiment préparés à une guerre d’une telle ampleur, qui allait dégénérer de la sorte», indique-t-il. «Nous savions qu’il s’agirait d’un affrontement limité entre les FAS et les FSR, mais nous ne pensions pas que la suite allait se dérouler de cette manière.»

Ni Al-Burhane ni Daglo ne souhaitant demander un temps mort, le Soudan du Sud et les autres voisins du Soudan se préparent à faire face aux répercussions du conflit. Des centaines de milliers de personnes ont déjà fui le pays meurtri, et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) prévoit que les combats forceront 860 000 personnes à fuir.

«Les répercussions du conflit sont l’une de nos plus grandes préoccupations», assure Malek. Le Soudan partage une frontière, par ordre de longueur, avec le Soudan du Sud, le Tchad, la République centrafricaine, l’Égypte, l’Érythrée, l’Éthiopie et la Libye.

Le HCR envisage trois scénarios : la fuite de réfugiés soudanais vers les pays voisins, le retour des réfugiés accueillis par le Soudan, et le déplacement des réfugiés accueillis par le Soudan vers d’autres pays voisins.

«À ce stade précis, il y a (relativement) très peu de personnes qui se sont déplacées vers le Soudan du Sud», précise Malek, expliquant que la majorité des personnes déplacées par les combats au Soudan avaient fui vers l’Égypte et le Tchad, alors que le Soudan du Sud a accueilli 58 000 personnes.

Parmi ces personnes, d’après Malek, 8 000 sont Soudanaises. D’ailleurs, avant même le début des combats le mois dernier, le Soudan accueillait plus d’un million de réfugiés – pour la plupart originaires du Soudan du Sud – ainsi que plus de 3 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

La situation sécuritaire au Soudan n’étant plus adaptée à ceux qui y ont trouvé refuge, de nombreux anciens réfugiés sont aujourd’hui doublement déplacés, retournant dans leur pays d’origine ou cherchant la sécurité ailleurs.

Outre la gestion des vagues de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, les voisins du Soudan devront également faire face aux multiples conséquences du conflit.

Les deux-tiers du Soudan du Sud ont été submergés par les inondations cette année (Photo, AFP).

EN CHIFFRES

  • 705 personnes tuées dans les combats depuis le 15 avril (OMS).
  • Plus de 5287 personnes ont été blessées (OMS).
  • 1,1 million de personnes ont été déplacées à l’intérieur de leur propre pays ou dans les pays voisins.

«La viabilité économique du Soudan du Sud dépend également de l’oléoduc ou du pétrole qui passe par le territoire de la République du Soudan», explique Malek. Les exportations de pétrole brut du Soudan du Sud se situaient à 144 000 barils par jour au début de l’année, la majeure partie étant acheminée vers la côte soudanaise de la mer Rouge. Aujourd’hui, le prix du pétrole est passé de 100 à 70 dollars (un dollar = 1,08 euros) le baril.

Bien que le pétrole continue d’être acheminé par cet oléoduc vital, le conflit menace les recettes pétrolières et l’approvisionnement mondial en énergie. «Notre message aux deux dirigeants des factions soudanaises et aux combattants est le suivant : nous avons besoin de protéger cet oléoduc car la viabilité de l'économie de notre pays en dépend», lance Malek.

Près d’un million de personnes ont été affectés par les inondations au Soudan du Sud (Photo, AN/Robert Bociaga).

L’effet combiné des revers économiques et de l’afflux de personnes déplacées menace de submerger les voisins du Soudan en Afrique du Nord et en Afrique centrale, dont la plupart sont eux-mêmes pauvres et instables.

Le Soudan du Sud n’est pas encore remis de sa guerre civile de six ans qui s’est achevée il y a tout juste trois ans. Cette catastrophe d’origine humaine a été suivie de graves inondations, qui se poursuivent encore aujourd’hui et ont poussé les quelque 12 millions d’habitants du pays, dont plus de 2 millions sont déplacés à l’intérieur de leur propre pays, au bord de la famine en rendant les terres agricoles inaccessibles.

«L’ONU est elle aussi dépassée par la situation dans notre pays», remarque Malek, ajoutant que «les agences de l’ONU ont été soumises à de très fortes pressions». En raison des nombreuses crises qui se chevauchent, les trois-quarts de la population du Soudan du Sud dépendent de l’aide humanitaire, selon les données du HCR.

Malek indique que le Soudan du Sud a accueilli plus de 340 000 Soudanais dans plusieurs camps de l’État du Nil supérieur. «Nous nous coordonnons avec les agences de l’ONU pour pouvoir faire face à la situation de ceux qui reviennent et de ceux qui traversent (vers le Soudan du Sud) depuis le Soudan», assure-t-il.

«Aujourd’hui, en particulier, nous parlons de la partie nord du Soudan du Sud, dans laquelle les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays retournent. Les infrastructures y posent problème. De plus, le Soudan était la seule manière pour nous de recevoir des marchandises de Port-Soudan, et nous nous demandons si cela va continuer à fonctionner, la question se pose sérieusement.»

Interrogé sur l’avenir, Malek estime que le soutien international est essentiel pour limiter les dégâts causés par la crise au Soudan et pour éviter que les pays voisins ne soient déstabilisés par une catastrophe humanitaire.

Les produits de première nécessité manquent cruellement pour les sinistrés du Soudan du Sud (Photo, AN/Robert Bociaga).

Dans ce contexte, Malek a souligné que les agences de l’ONU devraient «fournir le soutien nécessaire aux localités à l’intérieur du Soudan» afin de mettre un terme à la libre circulation des combattants. Il a rappelé que si «l’insécurité et la guerre s’étendent de Khartoum à la région, la situation sera difficile pour tous les pays voisins».

Abordant les problèmes qui accablent le Soudan du Sud, Malek a noté que si les États-Unis étaient depuis longtemps un allié, soutenant la plus jeune nation du monde en période de conflit – du référendum sur l’indépendance de 2011 aux pourparlers de paix de 2018 au Kenya – il reste encore du travail à faire pour que les sanctions et les embargos sur les armes imposés au pays soient levés.

«Nous avons dit que nous devions maintenant ouvrir une nouvelle page avec les États-Unis  et que nous devions travailler ensemble», dit-il. «Bien entendu, la situation des droits de l’homme, de la démocratie, de la corruption ou de la gouvernance dans notre pays leur pose problème», soutient-il.

«Le Soudan du Sud fait l’objet de sanctions et les États-Unis sont les principaux responsables de ces sanctions (à l’ONU). Ils demandent que nous respections cinq critères de référence. S’ils sont remplis par le gouvernement du Soudan du Sud, nous pourrons alors nous débarrasser des sanctions et de l’embargo sur les armes.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Catherine Colonna à Riyad pour la réunion de la Coalition globale contre Daech

La ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna (Photo, AFP).
La ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna (Photo, AFP).
Short Url
  • Constituée en 2014 dans un contexte de montée en puissance très rapide de Daech, «la coalition a largement rempli ses objectifs», affirme Paris
  • La réunion de Riyad est ainsi l’occasion de faire une évaluation sécuritaire qui permettra aux militaires de la coalition de présenter la manière dont ils perçoivent la menace

PARIS: À la veille de la réunion ministérielle de la Coalition globale contre Daech qui se tient demain à Riyad et à laquelle participe la ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna, Paris insiste sur l’importance de cette coalition, d’autant plus que l’organisation terroriste désormais clandestine «n’a pas renoncé à son agenda».

Tous les membres de la coalition – au nombre de 86, dont 4 organisations internationales – participeront à la réunion organisée par l’Arabie saoudite et les États-Unis.

Constituée en 2014 dans un contexte de montée en puissance très rapide de l’organisation, «la coalition a largement rempli ses objectifs», affirme Paris, puisque à partir de 2019, l’intégralité du territoire irakien qui était sous son emprise a été libéré.

Pour Paris, Daech reste terroriste

Cependant, pour Paris, la coalition reste d’une «importance particulière», car la menace a simplement changé de nature du fait que Daech ne contrôle plus de territoire aujourd’hui.

La France veut marquer le fait que Daech «reste un acteur terroriste dangereux» dans les nombreuses zones où l’organisation s’est implantée, notamment en Afrique et en Afghanistan, mais également en Syrie.

L’organisation, estime Paris, «n’est pas aujourd’hui à un stade suffisamment puissant pour projeter de nouvelles attaques sur notre territoire» comme en 2015 et 2016. On constate toutefois qu’elle cherche à profiter de la déstabilisation qui reste très importante notamment en Syrie, mais aussi dans certains pays africains et en Afghanistan, «pour reconstituer ses bases et se remettre en mesure de recruter et de projeter de nouvelles menaces».

«On est face à une organisation qui n’a pas du tout renoncé à son agenda global», affirme Paris.


Yémen: Boycott des négociations par le gouvernement tant que Mohammed Qahtan ne pourra recevoir de visites

Des Yéménites saluent leurs proches libérés lors d’un échange de prisonniers à Taïz, au Yémen, le 29 septembre 2021. (Photo, AFP)
Des Yéménites saluent leurs proches libérés lors d’un échange de prisonniers à Taïz, au Yémen, le 29 septembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • La réticence des Houthis à autoriser les proches du politicien à lui rendre visite ou à révéler où il se trouve fait craindre qu’il soit mort en détention
  • En mars, le gouvernement yéménite et les Houthis étaient convenus d’échanger plus de 900 prisonniers

AL-MOUKALLA: Les négociateurs du gouvernement yéménite ont déclaré qu’ils boycotteraient toute nouvelle négociation avec les Houthis au sujet des échanges de prisonniers sous la médiation de l’ONU jusqu’à ce que la milice révèle où se trouve Mohammed Qahtan, le politicien détenu, et qu’elle autorise sa famille ainsi que des représentants du gouvernement à lui rendre visite.

Dans un message publié sur Twitter, Hadi Haig, chef de la délégation gouvernementale en charge des pourparlers, écrit: «Notre position est claire: nous ne prendrons pas part aux négociations tant que cette visite n’aura pas eu lieu. Nous espérons que le bureau de l’envoyé de l’ONU exercera des pressions à cet égard pour faire progresser le dossier.»

M. Qahtan, un éminent homme politique yéménite, a été enlevé il y a huit ans par les Houthis, qui ont ignoré les demandes répétées en faveur de sa libération formulées par le Conseil de sécurité de l’ONU, des groupes de défense des droits locaux et internationaux et la famille du politicien.

La réticence des Houthis à autoriser les proches du politicien à lui rendre visite ou à révéler où il se trouve fait craindre qu’il soit mort en détention.

Lors d’un premier cycle de négociations pour l’échange de prisonniers, au mois de mars, le gouvernement yéménite et les Houthis étaient convenus d’échanger plus de neuf cents prisonniers et de s’accorder l’accès aux prisons de Marib et de Sanaa. Les deux parties devaient se réunir après ces visites pour un deuxième cycle de négociations dans l’espoir de négocier la libération d’un plus grand nombre de prisonniers.

Cependant, les membres d’une délégation gouvernementale qui devait se rendre dans les prisons houthies ont déclaré qu’on leur avait refusé de voir Qahtan. En conséquence, ils ont annulé leur visite et suspendu leur participation aux pourparlers avec la milice.

Entre-temps, les Houthis ont déclaré que les «conditions préalables» du gouvernement avaient retardé la visite de leur propre délégation dans une prison de Marib gérée par le gouvernement  .

La suspension des pourparlers avec les Houthis par la délégation gouvernementale intervient alors que Hans Grundberg, l’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, continue de voyager entre les capitales régionales dans le but de faire participer les personnes impliquées dans le conflit à des pourparlers. L’objectif est de prolonger la trêve négociée par l’ONU et, finalement, de conclure un accord de paix.

Le bureau de M. Grundberg soutient qu’il est arrivé lundi à Mascate, où il a rencontré des responsables omanais et le négociateur principal houthi, Mohammed Abdelsalam, pour «explorer les moyens de faire progresser les efforts de paix en cours».

L’émissaire s’est précédemment rendu à Riyad, où il a rencontré, dans le même but, l’ambassadeur de l’Arabie saoudite auprès du Yémen, Mohammed al-Jaber, les ambassadeurs au Yémen des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (États-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Chine), Rachad al-Alimi, le chef du Conseil présidentiel du Yémen et d’autres hauts responsables yéménites.

Dans un entretien accordé à China Global Television Network la semaine dernière, M. Grundberg souligne qu’un cessez-le-feu durable au Yémen «est envisageable dans un avenir proche», mais qu’il nécessitera beaucoup d’efforts et des concessions de la part des factions belligérantes ainsi qu’un soutien international.

«Je crois que c’est possible, mais je ne peux pas dire que ce sera facile», ajoute-t-il. «Cela nécessite toujours des compromis de la part des parties afin d’atteindre ce degré d’entente.»

«Actuellement, des discussions sont en cours à différents niveaux pour soutenir les efforts de médiation de l’ONU.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un adolescent turc en prison pour une moustache au président

"Insulte au président" est l'une des inculpations les plus fréquentes en Turquie où elle a été prononcée à 16.753 reprises en 2022, selon les statistiques du ministère de la Justice. (AFP)
"Insulte au président" est l'une des inculpations les plus fréquentes en Turquie où elle a été prononcée à 16.753 reprises en 2022, selon les statistiques du ministère de la Justice. (AFP)
Short Url
  • Le lycéen de Mersin, sur la côte sud-est du pays, a été accusé d'avoir «dessiné au stylo-bille une moustache de Hitler et écrit des commentaires insultants» sur une affiche du chef de l'Etat
  • Identifié grâce aux caméras de surveillance, indique la presse, il a été interpellé au domicile familial et interrogé par la brigade des mineurs

ISTANBUL: Un adolescent de seize ans a été arrêté et incarcéré mardi soir en Turquie pour avoir dessiné une moustache au président Recep Tayyip Erdogan sur une de ses affiches de campagne, rapporte la presse turque.

Selon plusieurs médias proches de l'opposition, comme les quotidiens BirGun, Cumhuriyet et la chaine de télévision privée Halk TV, le lycéen de Mersin, sur la côte sud-est du pays, a été accusé d'avoir "dessiné au stylo-bille une moustache de Hitler et écrit des commentaires insultants" sur une affiche du chef de l'Etat, collée près de son domicile.

Identifié grâce aux caméras de surveillance, indique la presse, il a été interpellé au domicile familial et interrogé par la brigade des mineurs où "il a reconnu avoir dessiné la moustache mais nié les commentaires" qui l'accompagnaient.

Déféré devant le procureur, il a été aussitôt inculpé pour "insulte au président" et incarcéré au centre pour mineurs de la prison de Tarsus, près de Mersin, précise Halk TV.

Au pouvoir depuis vingt ans, M. Erdogan a été reconduit le 28 mai avec 52% des voix au deuxième tour de l'élection présidentielle pour un nouveau mandat présidentiel de cinq ans.

"Insulte au président" est l'une des inculpations les plus fréquentes en Turquie où elle a été prononcée à 16.753 reprises en 2022, selon les statistiques du ministère de la Justice.