Une avalanche fait dix morts dans le nord du Pakistan

Des habitants de cette région sont en train de prendre la direction de l'opération de secours compte tenu de l'accès difficile à cette zone. (Photo, AFP)
Des habitants de cette région sont en train de prendre la direction de l'opération de secours compte tenu de l'accès difficile à cette zone. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 27 mai 2023

Une avalanche fait dix morts dans le nord du Pakistan

  • Plus de dix autres personnes ont été blessées par cette coulée de neige qui s'est produite près du col de Shounter reliant la région du Gilgit-Baltistan au Cachemire sous administration pakistanaise
  • Selon les premières évaluations, jusqu'à 15 têtes de bétail pourraient aussi avoir péri.

PESHAWAR: Une avalanche a fait au moins dix morts samedi dans une région reculée du nord du Pakistan, ont annoncé des responsables officiels, soulignant que la difficulté d'y accéder et le mauvais temps entravaient les opérations de secours.

Plus de dix autres personnes ont été blessées par cette coulée de neige qui s'est produite près du col de Shounter reliant la région du Gilgit-Baltistan au Cachemire sous administration pakistanaise.

"Un groupe d'environ 35 nomades qui revenaient du Cachemire avait installé un camp près d'un ravin", a expliqué à l'AFP un responsable des secours, Subah Khan.

"Ils ont été frappés tard dans la nuit par une avalanche qui a fait au moins 10 morts", a-t-il ajouté.

Selon les premières évaluations, jusqu'à 15 têtes de bétail pourraient aussi avoir péri.

Le nombre des personnes tuées a été confirmé dans un communiqué par les autorités du Gilgit-Baltistan.

Des habitants de cette région sont en train de prendre la direction de l'opération de secours compte tenu de l'accès difficile à cette zone, a dit à l'AFP Muhammad Riaz, un responsable de la police.

Chaque année, les nomades locaux, qui appartiennent à la communauté des Bakarwal, migrent aux côtés de leurs troupeaux à la recherche de pâturages et pour échapper aux sévères conditions météorologiques.


Le pape crée 21 cardinaux appelés à peser sur l'élection de son successeur

L'archevêque de Tanzanie Potrase Rugambwaa (R) est élevé au rang de cardinal par le pape François lors d'un consistoire visant à créer 21 nouveaux cardinaux sur la place Saint-Pierre au Vatican, le 30 septembre 2023. (AFP)
L'archevêque de Tanzanie Potrase Rugambwaa (R) est élevé au rang de cardinal par le pape François lors d'un consistoire visant à créer 21 nouveaux cardinaux sur la place Saint-Pierre au Vatican, le 30 septembre 2023. (AFP)
Short Url
  • Dans une Eglise catholique en pleine réflexion sur son avenir, les profils de ces «promus» reflètent les priorités fixées par Jorge Bergoglio qui a progressivement dessiné un Sacré Collège moins occidental
  • Neuvième Consistoire ordinaire depuis l'élection du jésuite argentin en 2013, cette cérémonie solennelle s'est tenue samedi matin sur la place Saint-Pierre de Rome, sous un grand soleil

CITÉ DU VATICAN, SAINT-SIÈGE: Des diplomates, de proches conseillers et des hommes de terrain: le pape François a créé samedi 21 cardinaux issus de quatre continents, dont la majorité seront appelés à élire un jour son successeur.

Dans une Eglise catholique en pleine réflexion sur son avenir, les profils de ces "promus" reflètent les priorités fixées par Jorge Bergoglio qui a progressivement dessiné un Sacré Collège moins occidental.

Neuvième Consistoire ordinaire depuis l'élection du jésuite argentin en 2013, cette cérémonie solennelle s'est tenue samedi matin sur la place Saint-Pierre de Rome, sous un grand soleil.

Vêtus de leur soutane rouge, les nouveaux cardinaux se sont agenouillés devant le pape pour recevoir la barrette - une toque quadrangulaire pourpre - et un anneau cardinalice.

"Courage!", "En avant!", a glissé le pape en souriant pour les encourager, sous les acclamations des milliers de fidèles, certains agitant des drapeaux de leur pays.

Parmi les 21 prélats appelés à assister le pape dans le gouvernement de l'Eglise, 18 - ceux qui sont âgés de moins de 80 ans - participeront au conclave appelé à élire le prochain pape.

Devant des cardinaux "originaires de toutes les parties du monde", François a comparé le collège cardinalice à un "un orchestre symphonique" où "la diversité est indispensable" mais où "chaque musicien doit écouter les autres".

«Rupture»

Sensible aux "périphéries" et aux communautés minoritaires, François cherche à promouvoir le clergé de pays en développement aux plus hauts rangs de l'Eglise, s'affranchissant de l'usage consistant à distinguer systématiquement certains archevêques titulaires de grands diocèses.

"Il cherche des cardinaux qui correspondent à l'époque. Ce sont des gens qui ont tous fait un pas par rapport à l'Eglise d'autrefois, qui assurent positivement une rupture", explique à l'AFP un observateur avisé du Saint-Siège. "Il aime les évêques qui sont dans l'action".

La liste des nouveaux cardinaux issus de 15 nationalités reflète ainsi des régions où l'Eglise est en expansion, comme l'Amérique latine et l'Afrique, avec la promotion des archevêques de Juba (Soudan du Sud), du Cap (Afrique du Sud) et de Tabora (Tanzanie).

L'Asie, qui a vu sa représentation croître en 10 ans, est représentée par l'évêque de Penang (Malaisie) et celui de Hong Kong, Stephen Chow Sau-Yan, vu comme pouvant jouer un rôle important pour améliorer les relations difficiles entre l'Eglise et Pékin.

Parmi les nouveaux entrants figurent deux Français, portant à six le nombre d'électeurs de l'Hexagone: l'évêque d'Ajaccio, Mgr François Bustillo, 54 ans, un Franciscain d'origine espagnole, et Christophe Pierre, 77 ans, nonce apostolique (ambassadeur du Saint-Siège) aux Etats-Unis après une riche carrière diplomatique.

Quelque 800 fidèles corses ont fait le déplacement pour assister à la cérémonie.

En tant que nonces, "nous sommes des intermédiaires, des serviteurs. Comme cardinal, je pense que ça ne changera pas", a déclaré Mgr Pierre à l'AFP, tout en reconnaissant sentir "un certain poids sur les épaules".

L'archevêque italien Pierbattista Pizzaballa est quant à lui le premier patriarche de Jérusalem en exercice - plus haute autorité catholique d'Orient - créé cardinal.

La ligne de François

L'Europe, dont la représentation a baissé en dix ans, est cette fois en bonne place avec huit représentants, dont le Portugais Américo Aguiar, 49 ans et benjamin de la liste.

A noter également, la distinction de trois proches du pape membres de la Curie, le "gouvernement" central du Saint-Siège: l'Italien Claudio Gugerotti, l'Argentin Victor Manuel Fernandez et l'Américain Robert Prevost.

La nomination des cardinaux est scrutée par les observateurs, qui y voient une indication sur la possible ligne du futur chef spirituel de l'Eglise catholique et de ses 1,3 milliard de fidèles revendiqués.

D'autant que le pape de 86 ans, qui se déplace désormais en fauteuil roulant, a laissé la "porte ouverte" à une renonciation, à l'image de son prédécesseur Benoît XVI, si sa santé déclinante le justifiait.

François a désormais choisi 99 cardinaux électeurs sur le total actuel de 137, soit près des trois quarts, tandis qu'environ 22% ont été créés par Benoît XVI et 6% par Jean-Paul II.

Cette répartition pourrait peser sur la majorité des deux tiers nécessaire pour élire un nouveau pape en augmentant la probabilité qu'il partage les idées de François, même si l'élection d'un pape est toujours imprévisible, comme le dit un vieux dicton romain: "Celui qui entre pape au conclave en ressort cardinal".


Tuerie de l'armée en RDC: peines allant de 10 ans à perpétuité requises contre six militaires

Le colonel Mike Mikombe (C), l'un des officiers de la Garde républicaine accusés, discute avec un officier militaire après l'audience au tribunal militaire de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 6 septembre 2023. (AFP)
Le colonel Mike Mikombe (C), l'un des officiers de la Garde républicaine accusés, discute avec un officier militaire après l'audience au tribunal militaire de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 6 septembre 2023. (AFP)
Short Url
  • La peine la plus lourde, la prison à vie, a été demandée contre le colonel Mike Mikombe, commandant de la garde républicaine à Goma, deux peines de 10 ans et trois de 20 ans ayant été requises contre les cinq autres accusés
  • Le procès se poursuit samedi avec les plaidoiries de la défense

GOMA, RD Congo: Des peines de prison allant de dix ans à la perpétuité ont été requises vendredi contre six militaires jugés à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), pour la répression par l'armée d'une manifestation qui avait fait plus de 50 morts le 30 août.

La peine la plus lourde, la prison à vie, a été demandée contre le colonel Mike Mikombe, commandant de la garde républicaine à Goma, deux peines de 10 ans et trois de 20 ans ayant été requises contre les cinq autres accusés (un autre officier et quatre soldats de 2e classe).

Le colonel Mikombe s'est notamment rendu coupable de "crimes de guerre et crimes contre l'humanité", a déclaré, à l'issue d'un long réquisitoire, l'auditeur supérieur de la cour militaire du Nord-Kivu, le colonel Michel Kachil.

Le procès se poursuit samedi avec les plaidoiries de la défense.

En cours depuis le 5 septembre, les débats n'ont pas permis de répondre à toutes les questions sur les circonstances de la tuerie qui, selon un dernier bilan officiel, a fait 57 morts et provoqué un regain de tension à Goma, au cœur d'une région en proie aux violences armées et rébellions.

Après les faits, le gouvernement avait rapidement annoncé des arrestations de militaires et promis que justice serait faite.

Mais le ministre de l'Intérieur notamment, Peter Kazadi, avait indiqué que la garde républicaine était intervenue en représailles du lynchage d'un policier par des adeptes d'une secte qui avait appelé à manifester ce jour-là contre la présence des forces de l'ONU et d'Afrique de l'Est.

Or, les témoins appelés au procès, parmi lesquels deux colonels, ont affirmé que l'opération avait été lancée avant la mort du policier.

Les mêmes témoins ont aussi affirmé qu'avant la tuerie, des négociations entre l'armée et les fidèles avançaient bien, mais qu'au milieu des discussions, les militaires avaient ouvert le feu sur les adeptes désarmés.

La question restait de savoir si le colonel Mikombe, le principal accusé, avait donné l'ordre de tirer, et s'il l'avait fait pour répondre à des ordres ou de son propre chef.

Au procès, il a laissé entendre qu'il avait été induit en erreur par un "ordre opérationnel" de la 34e région militaire (Nord-Kivu) présentant les adeptes de la secte comme des "supplétifs" des rebelles du M23 et de l'armée rwandaise - qui occupent des pans entiers de la province - chargés de "faciliter l'infiltration de l'ennemi" en "semant des troubles dans la ville".

Par la suite, il avait demandé à l'audience que le gouverneur militaire du Nord-Kivu, rappelé pour "consultations" à Kinshasa après la tuerie et remplacé depuis à Goma par un autre officier, soit entendu par la cour. "On ne peut pas salir l'unité qui est la garde républicaine devant cette auguste cour parce qu'on doit protéger le gouverneur!", avait-il lancé.


Washington alerte sur un lourd déploiement militaire serbe à la frontière du Kosovo

Des officiers de police du Kosovo fouillent un restaurant et un bâtiment dans la partie nord dominée par les Serbes de la ville ethniquement divisée de Mitrovica, le 29 septembre 2023. (AFP)
Des officiers de police du Kosovo fouillent un restaurant et un bâtiment dans la partie nord dominée par les Serbes de la ville ethniquement divisée de Mitrovica, le 29 septembre 2023. (AFP)
Short Url
  • Washington «appelle la Serbie à retirer (ses) troupes», a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche, en annonçant un renforcement de la présence de la force de l'Otan au Kosovo
  • Les relations entre Belgrade, qui refuse toujours de reconnaître l'indépendance déclarée en 2008 par Pristina, vont de crise en crise mais le dernier accès de fièvre en date est le plus grave depuis plusieurs années

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont alerté vendredi sur un "important déploiement militaire serbe le long de la frontière avec le Kosovo" à un moment où les tensions entre Pristina et Belgrade sont très vives.

Washington "appelle la Serbie à retirer (ses) troupes", a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche, en annonçant un renforcement de la présence de la force de l'Otan au Kosovo.

A Belgrade, le président serbe Aleksandar Vucic, rendant compte devant les médias d'un échange vendredi avec le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, a accusé Washington de proférer des "contre vérités" sans démentir explicitement la présence de militaires serbes près de la frontière avec le territoire.

Il a indiqué n'avoir "pas signé" pour ordonner le "plus haut niveau de préparation au combat" des forces serbes, et a assuré: "Nous n'avons même pas la moitié des troupes que nous avions il y a deux ou trois mois" dans la zone à proximité de la frontière avec le Kosovo.

Les relations entre Belgrade, qui refuse toujours de reconnaître l'indépendance déclarée en 2008 par Pristina, vont de crise en crise mais le dernier accès de fièvre en date est le plus grave depuis plusieurs années.

L'Otan s'est dite prête vendredi à renforcer les effectifs de la Kfor, la force qu'elle déploie au Kosovo, pour "faire face à la situation" après une attaque menée dimanche dans le nord par un commando lourdement armé.

L'alliance militaire ne précise pas quel type de forces pourrait être déployées, mais le ministère britannique de la Défense a indiqué de son côté qu'un bataillon, soit environ 500 à 650 hommes, avait été mis à disposition de la Kfor, en cas de besoin.

La Maison Blanche a observé "la mise en place sans précédent d'artillerie sophistiquée, de chars et d'unités d'infanterie" à la frontière du Kosovo, a détaillé John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, précisant que ces mouvements de troupes avaient eu lieu "depuis une semaine".

«Intentions»

Il n'a pas souhaité s'exprimer sur les "intentions" de la Serbie ou sur le risque d'une éventuelle invasion du Kosovo.

John Kirby a indiqué qu'Antony Blinken avait appelé le président serbe pour lui exprimer la "préoccupation" américaine et "souligner la nécessité d'une réduction immédiate des tensions et d'un retour au dialogue."

Le conseiller à la sécurité nationale américain Jake Sullivan s'est lui entretenu avec le Premier ministre kosovar Albin Kurti.

Dans un bref communiqué mercredi, Belgrade avait indiqué que le ministre de la Défense Milos Vucevic s'était rendu, avec le chef d'état-major des armées, le général Milan Mojsilovic, "dans la zone de déploiement d’une partie des unités de l'armée serbe", sans plus de détails.

Les relations entre la Serbie et le Kosovo sont toujours exécrables deux décennies après une guerre meurtrière entre guérilla indépendantiste kosovare et forces serbes qui ne prit fin qu'avec une campagne de bombardements de l'Otan.

Un policier kosovar albanais a été tué dimanche dans une embuscade dans le nord du Kosovo, où les Serbes sont majoritaires dans plusieurs villes. Une fusillade s'en est suivie, opposant les forces spéciales de la police kosovare et un commando lourdement armé, dont les membres identifiés sont des Serbes du Kosovo.

Environ 120 000 Serbes vivent au Kosovo, dont un tiers dans le nord, sur une population d'1,8 million d'habitants, en grande majorité des Albanais kosovars. Les dernières violences remontent au printemps, lorsque les autorités kosovares ont décidé de nommer des maires albanais dans quatre municipalités à majorité serbe.

Cette mesure a déclenché d'importantes manifestations, l'arrestation de trois policiers kosovars par la Serbie et une émeute de manifestants serbes qui a fait plus de 30 blessés parmi les soldats de la KFOR.