Yémen: Lancement de projets financés par l'Arabie saoudite pour un montant de 300 millions de dollars

Al-Alimi, ainsi que des responsables yéménites et saoudiens, ont participé à un événement à Al-Mukalla pour lancer les projets dans plusieurs secteurs. (SPA)
Al-Alimi, ainsi que des responsables yéménites et saoudiens, ont participé à un événement à Al-Mukalla pour lancer les projets dans plusieurs secteurs. (SPA)
Short Url
Publié le Lundi 26 juin 2023

Yémen: Lancement de projets financés par l'Arabie saoudite pour un montant de 300 millions de dollars

  • Les projets comprennent la construction d'un hôpital pour cancéreux, la rénovation d'un hôpital universitaire et la création d'une centrale électrique de 25 mégawatts
  • Le Programme saoudien de développement et de reconstruction pour le Yémen finance également la réhabilitation du poste frontière d'Al-Wadea avec l'Arabie saoudite, la préservation de la vieille ville de Shibam et la construction de deux écoles

AL-MUKALLA : Rashad Al-Alimi, président du Conseil présidentiel de direction du Yémen, a inauguré dimanche 20 projets de développement financés par la SDRPY (Programme saoudien de développement et de reconstruction pour le Yémen), d'un montant total de 1,2 milliard de riyals saoudiens (1 SAR = 0,24 Euro), à Hadramout, la province du sud-est du Yémen.

Al-Alimi, ainsi que des responsables yéménites et saoudiens, ont participé à un événement à Al-Mukalla, la capitale du Hadramout, pour lancer les projets, dans le but de soulager les souffrances des Yéménites et résoudre des problèmes majeurs dans les domaines de la santé, de l'éducation, des transports et de l'énergie.

Les projets comprennent la construction d'un hôpital pour cancéreux, la rénovation d'un hôpital universitaire, la création d'une centrale électrique de 25 mégawatts et de routes à Al-Mukalla, Seiyun et dans d'autres villes de l'Hadramout.

La SDRPY finance également la réhabilitation du poste frontière d'Al-Wadea avec l'Arabie saoudite, la préservation de la vieille ville de Shibam, la construction de deux écoles, la rénovation du palais de Seiyun et de nombreux projets dans les domaines de l'agriculture et de la pêche.

Lors d'une autre réunion de responsables gouvernementaux et de dignitaires locaux, Al-Alimi a déclaré que son gouvernement commencerait à mettre en œuvre la décentralisation dans le Hadramout en permettant à la province de gouverner et de gérer ses propres ressources.

Si la décentralisation réussit dans l'Hadramout, a-t-il dit, d'autres provinces sous le contrôle du gouvernement suivront.

« L'Hadramout gérera ses finances, son administration et sa sécurité de manière indépendante, et nous garantissons que tous les gouvernorats bénéficieront du même niveau de privilège. Si cette initiative est couronnée de succès, elle sera introduite dans toutes les provinces », a poursuivi Al-Alimi.

Le gouverneur du Hadramout, Mabkout ben Madhi, a remercié l'Arabie saoudite pour ces projets et a exhorté le gouvernement yéménite à remédier à la détérioration des services, à la flambée des prix des denrées alimentaires et d'autres produits de base, et à stabiliser le riyal yéménite.

Le dirigeant yéménite, accompagné de ses conseillers et des ministres de son gouvernement, a atterri à Al-Mukalla samedi pour la première fois depuis la création du conseil présidentiel en avril 2022.

Par ailleurs, un soldat yéménite a été tué dimanche lors d'affrontements avec des militants d'Al-Qaïda dans la province d'Abyan, dans le sud du pays, ont indiqué des responsables locaux de la sécurité.

Al-Qaïda a lancé une attaque contre les forces gouvernementales yéménites dans la vaste vallée accidentée d'Omaran, dans la province d'Abyan, provoquant des affrontements de plusieurs heures avec les troupes gouvernementales.

Cette attaque est la plus récente contre-attaque et stratégie de guérilla utilisée par Al-Qaïda contre les troupes yéménites qui ont pris d'assaut la vallée l'année dernière.

Des dizaines de soldats ont été tués ou blessés depuis septembre, lorsque les forces indépendantistes du Sud ont lancé une offensive contre Al-Qaïda dans les provinces d'Abyan et de Shabwa.

Par ailleurs, des combats sporadiques ont éclaté entre les troupes gouvernementales et les Houthis à Taïz et à Dhale, alors que la milice a déployé des troupes à l'extérieur des villes clés et lancé des attaques de drones contre les troupes gouvernementales.

Les troupes de l'armée yéménite ont entamé des combats contre les Houthis à Al-Osefrah, au nord de Taïz, samedi, alors que les militants poursuivaient leurs assauts au sol et par drone pour prendre le contrôle de nouvelles zones de la ville assiégée.

Les soldats yéménites ont également échangé des tirs de mortier et d'armes lourdes avec les Houthis dans la zone d'Al-Ahsha, au nord de Dhale, selon des responsables locaux et les médias.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Maroc: Hausse des salaires pour les enseignants

La signature de l'accord s'est déroulée en milieu d’après-midi à Rabat ce dimanche,  elle a été marquée par la présence du chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et des représentants des quatre syndicats les plus influents du corps enseignant (Photo d'illustration, X).
La signature de l'accord s'est déroulée en milieu d’après-midi à Rabat ce dimanche, elle a été marquée par la présence du chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et des représentants des quatre syndicats les plus influents du corps enseignant (Photo d'illustration, X).
Short Url
  • L'accord conclu prévoit une augmentation nette des salaires des fonctionnaires de l'Éducation nationale de 1500 dirhams par mois
  • La cérémonie de signature, qui s'est déroulée en milieu d’après-midi à Rabat, a été marquée par la présence du chef du gouvernement, Aziz Akhannouch

CASABLANCA: Après d'intenses négociations et trois mois de grève, le gouvernement marocain et les principaux syndicats de l'enseignement sont parvenus à un accord historique ce dimanche 10 décembre 2023. Dans un contexte marqué par les revendications croissantes des enseignants, cet accord représente une avancée sociale inédite dans le secteur de l’éducation nationale au Maroc.

In extremis

La cérémonie de signature, qui s'est déroulée en milieu d’après-midi à Rabat, a été marquée par la présence du chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et des représentants des quatre syndicats les plus influents du corps enseignant. Étaient également présents Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, Younes Sekkouri, ministre de l’Emploi, et Faouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du Budget.

Selon les informations communiquée par la primature, l'accord conclu prévoit une augmentation nette des salaires des fonctionnaires de l'Éducation nationale de 1500 dirhams par mois. Cette augmentation, significative, sera appliquée en deux tranches, respectivement à partir du 1er janvier 2024 et du 1er janvier 2025.

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a exprimé sa satisfaction quant à l’aboutissement de cet accord, fruit d'un dialogue de longue haleine malgré un contexte économique et social difficile et des grèves continues dans le secteur public.


Une vidéo montre les troupes israéliennes en train de brûler de l'aide à Gaza

Des images diffusées sur les réseaux sociaux semblent montrer des soldats des Forces de défense israéliennes en train de mettre le feu à de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza (Photo, Capture d'écran).
Des images diffusées sur les réseaux sociaux semblent montrer des soldats des Forces de défense israéliennes en train de mettre le feu à de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza (Photo, Capture d'écran).
Short Url
  • Sur la vidéo, des hommes en uniforme des Forces de défense israéliennes sourient alors qu'ils mettent le feu à de la nourriture et de l'eau à l'arrière d'un camion
  • L'incident aurait eu lieu dans le quartier Shejaiya de la ville de Gaza

LONDRES : Des séquences vidéo ont circulé sur les médias sociaux, et semblent montrer des soldats des Forces de défense israéliennes en train de mettre le feu à de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Sur ces images, partagées par Euro-Med Human Rights Monitor, on voit des hommes en uniforme des FDI sourire en mettant le feu à de la nourriture et de l'eau à l'arrière d'un camion.

L'incident aurait eu lieu dans le quartier Shejaiya de la ville de Gaza, où les FDI sont engagées dans des combats contre des militants présumés du Hamas.

Mohammad Chehada, chef de la communication de l'Observatoire euro-méditerranéen des droits de l'homme, a déclaré à propos des images diffusées sur X : « Notez l'immense satisfaction et le sourire d'une oreille à l'autre sur le visage de l'un des soldats ! Ce sont eux qui ont filmé et posté cela car il n'y aura AUCUNE conséquence à cette dépravation ».

Gergana Katseva, journaliste au journal britannique Metro, a qualifié ces images de « répugnantes ».

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Égypte lance un nouveau service de rapatriement en ligne pour les citoyens souhaitant rentrer de Gaza

Des camions transportant de l'aide humanitaire près du poste frontière de Rafah avec l'Égypte dans le sud de la bande de Gaza, le 10 décembre 2023 (Photo, AFP).
Des camions transportant de l'aide humanitaire près du poste frontière de Rafah avec l'Égypte dans le sud de la bande de Gaza, le 10 décembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré que les citoyens pouvaient demander leur rapatriement de manière beaucoup plus rapide
  • Une fois approuvés, les noms des candidats retenus seront transmis aux autorités des deux côtés du point de passage de Rafah

LE CAIRE : Les Égyptiens qui souhaitent rentrer dans leur pays depuis la bande de Gaza peuvent désormais le faire via un nouveau service d'enregistrement en ligne.

Ahmad Abou Zeid, porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, a déclaré que les citoyens pouvaient demander leur rapatriement beaucoup plus rapidement et efficacement grâce à la procédure numérique récemment lancée.

Une fois approuvés, les noms des candidats retenus seront transmis aux autorités des deux côtés du point de passage de Rafah, à la frontière entre l'Égypte et la bande de Gaza, a-t-il ajouté.

Les fonctionnaires du ministère égyptien ont exhorté les citoyens à ne demander leur rapatriement que par l'intermédiaire du lien officiel du gouvernement, mettant en garde contre les dangers liés à l'utilisation de méthodes non officielles.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com