Des journalistes français révèlent l’étendue de l’influence qatarie en Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel et l'émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani assistent au Forum Allemagne-Qatar sur les affaires et l'investissement à Berlin, le 7 septembre 2018. (Tobias SCHWARZ/AFP)
Short Url
Publié le Mardi 28 juillet 2020

Des journalistes français révèlent l’étendue de l’influence qatarie en Allemagne

  • Les journalistes français Chesnot et Malbrunot ont affirmé qu’en échange du soutien allemand, l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a promis des milliards d’euros d’investissements dans le pays
  • Au cœur de la stratégie de Doha se trouve le Qatar Charity, l’une des organisations caritatives les plus importantes au monde, et accusée depuis des années de financer l’extrémisme et l’antisémitisme

LONDRES: Un nouveau reportage publié dans les médias allemands a révélé comment le Qatar utilisait ses importantes richesses et son réseau caritatif pour financer et infiltrer des mosquées, développer les réseaux des Frères Musulmans et acheter des soutiens en Allemagne. L’information récemment publiée fait partie d’une série de documents confidentiels remis à un journaliste français en 2016.

Au cœur de la stratégie de Doha se trouve le Qatar Charity, l’une des organisations caritatives les plus importantes au monde, accusée depuis des années de financer l’extrémisme et l’antisémitisme.

D’après les documents publiés dans la presse allemande, on apprend que cet organisme a largement puisé dans ses caisses pour financer pas moins de 140 mosquées et centres islamiques à travers l’Allemagne – pour un coût estimé à 72 millions d’euros. Pour la seule année 2016, l’organisme caritatif a dépensé près de 5 millions d’euros pour divers projets de constructions dans de grandes villes allemandes, notamment Berlin et Munich.

La relation entre ces mosquées et l’organisme caritatif du Qatar est devenue inextricable, a révélé l’enquête, au point que les responsables des mosquées allemandes ont écrit directement au président de Qatar Charity pour lui réclamer des versements en espèces pour financer leurs projets. Un exemple illustre bien la situation, celui de l’Association arabo-allemande d’Ulm, que les experts suspectent d’être en lien avec les Frères Musulmans.

Une lettre du directeur de l’association adressée directement à l’organisme caritatif qatari commence par ses mots : « Pour qui construit une mosquée, Allah construit une maison au paradis. » Elle se poursuit par une demande de financement pour un terrain et la construction d’une mosquée, avec le détail des coûts du projet et des transferts bancaires nécessaires pour sa réalisation.

Christian Chesnot et Georges Malbrunot, les journalistes français qui ont dévoilé l’étendue de la pénétration qatarie en Allemagne et qui sont les auteurs de l’ouvrage Qatar Papers, sont formels: de tels agissements font partie d’une vaste stratégie de politique étrangère de Doha, qui mobilise les réseaux des Frères musulmans pour agir sur le terrain, tout en utilisant les énormes réserves d’argent en espèces du Qatar pour influencer le gouvernement allemand et les hautes sphères du pouvoir.

Les deux journalistes d’investigation précisent que le Qatar se trouvait de plus en plus isolé dans le Golfe – en raison de son financement terroriste et extrémiste – et qu’il cherchait à présent à étendre son influence à une plus grande échelle.

Chesnot et Malbrunot affirment qu’en échange du soutien allemand, l’émir qatari Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a promis des milliards d’euros d’investissements, considérant ce pays européen comme un puissant allié potentiel. « Cela, assurent-ils, fait partie d’une double stratégie qui a déjà été appliquée en France: une influence religieuse du Qatar, associée à un renforcement des relations économiques et politiques. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com


Tentative d'attaque en Cisjordanie occupée, l'assaillant tué

Des manifestants défilent le 27 septembre 2003 à Paris, avec des panneaux symbolisant la clôture de sécurité qu'Israël érige le long de la Cisjordanie (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Des soldats israéliens ont repéré un assaillant qui tentait de poignarder deux autres soldats qui sécurisaient le carrefour Gitai Avisar
  • La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu

JÉRUSALEM: Un assaillant palestinien a été tué mardi en Cisjordanie occupée après avoir tenté d'attaquer des soldats israéliens au couteau, ont rapporté l'armée israélienne et le ministère palestinien de la Santé.  

Des soldats israéliens ont repéré un assaillant qui tentait de poignarder deux autres soldats qui sécurisaient le carrefour Gitai Avisar, près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué l'armée dans un communiqué.  

« L'un des soldats a empêché les multiples tentatives d'attaques au couteau de l'assaillant et le commandant qui était sur place a ouvert le feu et l'a neutralisé », a poursuivi cette source.  

L'armée a précisé que le « terroriste (était) mort ».  

Les soldats israéliens n'ont pas été blessés, a précisé l'armée.  

De son côté, le ministère palestinien de la Santé a indiqué dans un communiqué avoir été informé qu'un « citoyen » avait été abattu par l'armée israélienne, sans l'identifier dans l'immédiat.  

La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu.  

Plus de 450 000 Israéliens résident dans les colonies --jugées illégales par le droit international-- en Cisjordanie, où vivent 2,8 millions de Palestiniens.  

Israël et la Cisjordanie occupée ont été le théâtre à partir d'octobre 2015, et pendant plusieurs mois, d'attaques anti-israéliennes commises le plus souvent au couteau par de jeunes Palestiniens isolés, parfois aussi à la voiture-bélier et, dans une moindre mesure, à l'arme à feu. Ces violences ont depuis diminué d'intensité mais persistent de manière sporadique. 


La gronde populaire se poursuit en Tunisie

Short Url
  • Les manifestants réclament la libération des jeunes arrêtés lors des manifestations nocturnes qui se sont déroulées au cours de la semaine écoulée
  • Malgré l’installation de barricades aux abords de l’avenue Habib Bourguiba, les manifestants tunisois étaient nombreux, samedi dernier, au cœur de la capitale tunisienne

PARIS:Paralysée par les divisions, la classe politique peine à répondre à l’urgence sociale. En un an, trois chefs de gouvernement se sont succédé. Aujourd’hui encore, le Premier ministre, Hichem Mechichi, est dans l’attente du vote de confiance du Parlement, attendu ce mardi 26 janvier. Largement compromis en raison de la crise politique et la défiance des partis d’opposition, ce vote se déroulera dans un contexte de gronde populaire. 

En effet, une journée de manifestation, organisée par vingt-huit organisations, est programmée ce mardi devant l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour dénoncer la non-réalisation des revendications de la révolution et la détérioration de la situation socio-économique du pays. 

Lors de cette journée de mobilisation, baptisée la «révolution de la faim et de l’appauvrissement», les organisateurs ont pour objectif de faite entendre la voix du peuple, celle qui exige un changement radical dans la prise en charge des crises endémiques qui paralysent le pays. 

Ces derniers estiment que, depuis la révolution du 14 janvier 2011, les gouvernements successifs n’ont pas réussi à prendre en charge les revendications fondamentales de la population, notamment en matière de développement régional et d’accès à l’emploi, à l’éducation et à la santé. Pire encore, les répercussions de la crise sanitaire de la Covid-19 sont venues amplifier la dégradation des conditions de vie des citoyens, à savoir la détérioration du pouvoir d’achat, la hausse du chômage, l’augmentation de la pauvreté et la déscolarisation des enfants. 

Afin de sensibiliser les habitants des quartiers populaires, des groupes de jeunes venus de cités comme Ettadhamen, Mnihla ou Douar Hicher s’activent, via les réseaux sociaux, pour accentuer la mobilisation lors de cette journée de colère et de révolte populaire.  

Malgré les barricades

Malgré l’installation de barricades aux abords de l’avenue Habib Bourguiba, les manifestants tunisois étaient nombreux, samedi dernier, au cœur de la capitale tunisienne. Les contestataires se sont de nouveau rassemblés pour dénoncer la répression policière vis-à-vis de ces jeunes qui ont été arrêtés lors des manifestations nocturnes de ces derniers jours. «Ni police, ni islamistes, le peuple veut la révolution» ou «Le peuple veut la chute du régime» figurent parmi les slogans scandés samedi. Dans un live diffusé sur Facebook, un manifestant déclare: «Nos politiciens sont corrompus, nous voulons le changement du système politique.» 

1
Les manifestants réclament la libération des jeunes arrêtés lors des manifestations nocturnes qui se sont déroulées au cours de la semaine écoulée (Photo, Fournie)

Ce jour-là, devant le siège de la Banque centrale, les manifestants ont dénoncé la corruption, le manque d’emplois, la cherté de la vie ainsi que le manque d’opportunités et de visibilité relatives à leur avenir. Cette jeunesse clame, par-dessus tout, une dignité sociale. Car, estiment de nombreux observateurs, si des progrès ont été réalisés sur le plan des libertés publiques, les jeunes sont encore beaucoup trop nombreux à vivre dans la misère. 

«Les enfants de la révolution, de la liberté et de la dignité réalisent que leurs droits les plus élémentaires – l’accès à l’alimentation, à la santé, à l’éducation et au travail – leur ont été dérobés par une administration et une classe politique véreuses et pourries, qui a pour seul souci ses avantages et ses privilèges», souligne Elyes Kasri, ancien ambassadeur en Allemagne, dans une tribune publiée sur un site d‘information tunisien. 

Répression policière et arrestations arbitraires 

Les manifestants réclament la libération des jeunes arrêtés lors des manifestations nocturnes qui se sont déroulées au cours de la semaine écoulée. Bravant le couvre-feu et l’interdiction des fêtes et de rassemblements instaurés pour en raison de la pandémie de Covid-19, des jeunes des quartiers défavorisés se sont heurtés aux forces de l’ordre. Des tirs de gaz lacrymogènes ont répondu aux jets de pierres. 

Les organisations de la société civile et des familles ont indiqué que, durant ces nuits de protestation, plus de mille arrestations arbitraires, dont certaines concernaient des mineurs, ont été recensées. 

Selon les organisations de la société civile, certains jeunes ont été traduits devant la justice de manière expéditive. Un constat confirmé par Bassem Trifi, vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme. Ce dernier indique lors d’une déclaration publique qu’un comité d’avocats a été formé, en coordination avec les organisations de la société civile, dans le but de défendre les manifestants arrêtés. «Les tentatives des autorités pour décourager ces organisations en arrêtant le plus grand nombre possible de protestataires seront vouées à l’échec», prévient-il. De leurs côtés, plusieurs associations dénoncent une «gestion sécuritaire de la crise» et pointent du doigt «une instrumentalisation de la pandémie pour limiter les libertés publiques». 

tunisie
Un appel pour une manifestation devant l’Assemblée des représentants du peuple ce mardi 26 janvier (Photo, Fournie)

De plus, la Ligue tunisienne des droits de l’homme a mis en garde, le 23 janvier, contre les dérives, les agressions policières, et contre les opérations de harcèlement qui visent les activistes et les blogueurs sur les réseaux sociaux. Des opérations qui, selon l’organisation, porte atteinte à la liberté d’expression, garantie par la Constitution.  

De son côté, Abderrahmane Hedhili, président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), a appelé les autorités à éviter le recours à la répression. Selon lui, en effet, cette dernière «ravive les tensions dans la rue». Interrogé par Arab News en français sur la dégradation du contexte socio-économique du pays, Abderrahmane Hedhili indique que son organisation a, à plusieurs reprises, alerté au sujet de la hausse des revendications socio-économiques au sein la société tunisienne. Des protestations ont eu lieu dans plusieurs localités où jeunes et moins jeunes ont réclamé des emplois, de la justice et l’amélioration de leurs conditions de vie. 


Moscou et Téhéran appellent à «sauver» l'accord sur le nucléaire iranien

Le ministre russe Sergueï Lavrov en présence de son homologue iranien Mohammad Javad Zarif (Photo, AFP)
Short Url
  • L'administration de Joe Biden doit décider si les Etats-Unis reviennent à ce texte clé
  • «Un thème particulièrement d'actualité est celui de sauver (l'accord) et nous, comme l'Iran, souhaitons un retour à sa mise en oeuvre pleine et entière», a assuré Lavrov

MOSCOU: La Russie et l'Iran veulent « sauver » l'accord sur le nucléaire iranien, ont annoncé mardi les chefs de la diplomatie de ces pays, alors que l'administration de Joe Biden doit décider si les Etats-Unis reviennent à ce texte clé.  

« Un thème particulièrement d'actualité est celui de sauver (l'accord) et nous, comme l'Iran, souhaitons un retour à sa mise en oeuvre pleine et entière », a assuré le ministre russe Sergueï Lavrov en présence de son homologue iranien Mohammad Javad Zarif à Moscou, qui a dit « partager l'idée qu'il faut sauver » l'accord.  

Le responsable iranien a souligné « partager l'idée qu'il faut sauver (l'accord) des risques et des dangers qui sont apparus après la sortie des Etats-Unis de ce plan ». 

En 2015, la République islamique d'Iran et le Groupe des Six (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont conclu à Vienne un Plan d'action global commun censé régler la question nucléaire iranienne après douze années de tensions. 

Mais il menace de voler en éclats depuis que Donald Trump en a sorti unilatéralement les Etats-Unis en 2018, rétablissant les sanctions américaines contre l'Iran que l'accord avait permis de lever. 

Jugeant que la politique iranienne de son prédécesseur était un échec, Joe Biden a fait part de son intention de ramener les Etats-Unis dans le giron de l'accord de Vienne. 

Mais il a lié cela à un retour préalable de l'Iran au strict respect de ses engagements. Or Téhéran demande de son côté la levée des sanctions et le respect par Washington de ses obligations.