Des journalistes français révèlent l’étendue de l’influence qatarie en Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel et l'émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani assistent au Forum Allemagne-Qatar sur les affaires et l'investissement à Berlin, le 7 septembre 2018. (Tobias SCHWARZ/AFP)
Short Url
Publié le Mardi 28 juillet 2020

Des journalistes français révèlent l’étendue de l’influence qatarie en Allemagne

  • Les journalistes français Chesnot et Malbrunot ont affirmé qu’en échange du soutien allemand, l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a promis des milliards d’euros d’investissements dans le pays
  • Au cœur de la stratégie de Doha se trouve le Qatar Charity, l’une des organisations caritatives les plus importantes au monde, et accusée depuis des années de financer l’extrémisme et l’antisémitisme

LONDRES: Un nouveau reportage publié dans les médias allemands a révélé comment le Qatar utilisait ses importantes richesses et son réseau caritatif pour financer et infiltrer des mosquées, développer les réseaux des Frères Musulmans et acheter des soutiens en Allemagne. L’information récemment publiée fait partie d’une série de documents confidentiels remis à un journaliste français en 2016.

Au cœur de la stratégie de Doha se trouve le Qatar Charity, l’une des organisations caritatives les plus importantes au monde, accusée depuis des années de financer l’extrémisme et l’antisémitisme.

D’après les documents publiés dans la presse allemande, on apprend que cet organisme a largement puisé dans ses caisses pour financer pas moins de 140 mosquées et centres islamiques à travers l’Allemagne – pour un coût estimé à 72 millions d’euros. Pour la seule année 2016, l’organisme caritatif a dépensé près de 5 millions d’euros pour divers projets de constructions dans de grandes villes allemandes, notamment Berlin et Munich.

La relation entre ces mosquées et l’organisme caritatif du Qatar est devenue inextricable, a révélé l’enquête, au point que les responsables des mosquées allemandes ont écrit directement au président de Qatar Charity pour lui réclamer des versements en espèces pour financer leurs projets. Un exemple illustre bien la situation, celui de l’Association arabo-allemande d’Ulm, que les experts suspectent d’être en lien avec les Frères Musulmans.

Une lettre du directeur de l’association adressée directement à l’organisme caritatif qatari commence par ses mots : « Pour qui construit une mosquée, Allah construit une maison au paradis. » Elle se poursuit par une demande de financement pour un terrain et la construction d’une mosquée, avec le détail des coûts du projet et des transferts bancaires nécessaires pour sa réalisation.

Christian Chesnot et Georges Malbrunot, les journalistes français qui ont dévoilé l’étendue de la pénétration qatarie en Allemagne et qui sont les auteurs de l’ouvrage Qatar Papers, sont formels: de tels agissements font partie d’une vaste stratégie de politique étrangère de Doha, qui mobilise les réseaux des Frères musulmans pour agir sur le terrain, tout en utilisant les énormes réserves d’argent en espèces du Qatar pour influencer le gouvernement allemand et les hautes sphères du pouvoir.

Les deux journalistes d’investigation précisent que le Qatar se trouvait de plus en plus isolé dans le Golfe – en raison de son financement terroriste et extrémiste – et qu’il cherchait à présent à étendre son influence à une plus grande échelle.

Chesnot et Malbrunot affirment qu’en échange du soutien allemand, l’émir qatari Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a promis des milliards d’euros d’investissements, considérant ce pays européen comme un puissant allié potentiel. « Cela, assurent-ils, fait partie d’une double stratégie qui a déjà été appliquée en France: une influence religieuse du Qatar, associée à un renforcement des relations économiques et politiques. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com


Mais où sont donc passés les 128 milliards de dollars de la banque centrale turque ?

L’ancien gouverneur de la Banque centrale de Turquie, Naci Agbal, dans son bureau à Istanbul, en Turquie, le 4 février 2021. M. Agbal aurait été licencié après avoir tenté de mener une enquête sur les réserves manquantes. (Reuters)
Short Url
  • L’opposition lance une campagne publicitaire qui exige de savoir comment l’énorme somme d’argent a été dépensée
  • Le pouvoir fait intervenir la police pour empêcher l’affichage des bannières et des panneaux publicitaires

ANKARA : La disparition de 128 milliards de dollars de réserves de la Banque centrale de Turquie a poussé le parti d’opposition du pays à lancer une campagne publicitaire qui exige de savoir où se trouve cet argent, ainsi qu’une intervention de la police pour empêcher que la question soit posée.

Le parti républicain du peuple (CHP) a précisé que 128 milliards de dollars de réserves de change ont été utilisées durant le mandat de l’ancien ministre des Finances, Berak Albayrak, afin de stabiliser la livre turque dont la valeur ne cesse de chuter, et qu’il était du droit constitutionnel d’un parti de vérifier où les réserves du pays étaient dépensées.

Le CHP a accroché des banderoles de son parti dans tout le pays pour demander où était passé l’argent manquant, tout en essayant de sensibiliser le public aux difficultés financières auxquelles la Turquie est confrontée.

La police est intervenue pour stopper les efforts du parti en utilisant des canons à eau et des véhicules armés. Des bannières accrochées aux balcons ont été enlevées par les agents sous prétexte de mesures contre la pandémie.

Le CHP a affirmé qu’il continuerait à afficher les bannières sur les bâtiments et les panneaux publicitaires si la police persistait à les retirer.

« Nous demandons où est passé l’argent des pauvres, des personnes dans le besoin et des orphelins », a tweeté Kemal Kilicdaroglu, chef du CHP.

Des centaines de députés et de membres du CHP ont changé leurs photos de profil sur les réseaux sociaux pour les remplacer par « 128 », en référence à la campagne publicitaire.

Naci Agbal, ancien gouverneur de la Banque centrale, aurait été licencié après avoir tenté de mener une enquête sur les réserves manquantes.

La banque a changé de gouverneurs quatre fois au cours des 20 derniers mois et chacun d’eux a été limogé par décret présidentiel sans qu’aucune raison ne soit donnée.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré le 24 février que la grande somme d’argent avait été consacrée à la lutte du pays contre le coronavirus.

Les réserves de la banque s’élèveraient actuellement à environ 43,2 milliards de dollars.

Goldman Sachs a indiqué en novembre que la banque avait mal dépensé plus de 100 milliards de dollars de ses réserves pour arrêter la dépréciation de la livre au cours des 10 premiers mois de 2020.

« Le budget de la NASA pour 2020 est de 22,6 milliards de dollars », a tweeté l’éminent journaliste Serif Turgut. « Nous aurions même pu aller sur Mars avec 128 milliards de dollars ».

Selon Kamil Oktay Sindir, député du CHP, les réserves manquantes démontraient le manque de transparence financière dans le pays, où plusieurs projets de partenariat public-privé avaient été exemptés de l’audit de la Cour des comptes turque.

Il a expliqué que l’une des missions clés des députés, qui sont les représentants de la volonté du peuple, était de surveiller le budget et les ressources financières de Turquie.

« Nous tenons ce droit de la constitution », a-t-il indiqué à Arab News. « Les Turcs, qui paient déjà des impôts exorbitants, méritent que le gouvernement leur rende des comptes sur chaque centime qu’il dépense. De telles actions de la Banque centrale sapent sérieusement la crédibilité de l’économie turque et découragent les investisseurs étrangers d’investir dans le pays, car leur confiance dans le fonctionnement de l’économie s’érode. Le fonctionnement économique d’un pays ne devrait pas dépendre à ce point d’un seul homme ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com


Algérie: forte mobilisation pour la libération des détenus d'opinion

Les Algériens se rassemblent lors d'une manifestation antigouvernementale dans la capitale Alger le 16 avril 2021.(AFP)
Short Url
  • Les manifestants ont mis en avant les 23 militants arrêtés lors d'une marche du Hirak le 3 avril à Alger et qui observent une grève de la faim depuis le 7 avril, selon le Comité nationale pour la libération des détenus
  • La marche hebdomadaire, hérissée de parapluies et de portraits de prisonniers, s'est tenue dans le calme dans les artères du centre-ville, en dépit d'un froid mordant, de la pluie et du jeûne du mois sacré du ramadan qui a débuté mardi

ALGER: Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Alger, bravant le froid et le jeûne du ramadan, pour réclamer la libération des militants récemment incarcérés du Hirak, le mouvement populaire antirégime, selon un journaliste de l'AFP.

Comme chaque vendredi depuis fin février, un premier cortège a défilé de la rue Didouche Mourad, principale artère du centre de la capitale, en direction de la Grande Poste, lieu emblématique de rassemblement des hirakistes. Ils ont été rejoints après la prière hebdomadaire du vendredi par des cortèges, plus fournis, venus notamment des quartiers populaires de Bab El Oued et de Belouizdad.  

Derrière une banderole affirmant "Liberté pour tous les détenus d'opinion, manifester pacifiquement n'est pas un crime", la marche hebdomadaire, hérissée de parapluies et de portraits de prisonniers, s'est tenue dans le calme dans les artères du centre-ville, en dépit d'un froid mordant, de la pluie et du jeûne du mois sacré du ramadan qui a débuté mardi. 

Les manifestants ont mis en avant les 23 militants arrêtés lors d'une marche du Hirak le 3 avril à Alger et qui observent une grève de la faim depuis le 7 avril, selon le Comité nationale pour la libération des détenus (CNLD).

Incarcérés à la prison algéroise d'El Harrach, ils sont poursuivis pour "atteinte à l'unité nationale et attroupement non armé".

Jeudi, huit associations algériennes de défense des droits humains se sont inquiétées de la dégradation de leur état de santé.

Scandant "Etat civil et non militaire", pour la démilitarisation du régime, les protestataires, toutes générations confondues, ont réitéré leur rejet des élections législatives du 12 juin: "Pas d'élections avec les partis ventrus", une allusion aux formations politiques proches du pouvoir, accusées de corruption par les hirakistes.

Dans un message à l'occasion de la "journée du savoir", jeudi, le président Abdelamadjid Tebboune a exhorté "la société algérienne (...) à s'exprimer lors des échéances politiques à venir, en toute liberté et par les voies les plus civilisées". 

Les opposants dénoncent, quant à eux, à chacun de leurs rassemblements, un scrutin qualifié de "mascarade". Les principaux partis de l'opposition laïque ont décidé de le boycotter.     

Des marches du Hirak ont également eu lieu en province, en Kabylie notamment, à la veille du 20e anniversaire de la répression des émeutes du "Printemps noir" en avril 2001 (126 morts et des milliers de blessés). 


Migrants: au moins 41 morts repêchés au large de la Tunisie

Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari.(AFP)
Short Url
  • Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari
  • Les recherches ont été interrompues vendredi en raison du mauvais temps, et doivent reprendre samedi

TUNIS : Les corps de 41 migrants, dont au moins un enfant, qui tentaient de rallier l'Europe depuis les côtes tunisiennes ont été repêchés en Méditerranée après le naufrage de leur embarcation de fortune, ont déclaré vendredi les Nations unies.

Seules trois personnes ont pu être secourues par les gardes-côtes tunisiens après le naufrage jeudi soir du bateau au large de Sidi Mansour, dans le sud-est de la Tunisie, indiquent dans un communiqué conjoint le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

"Les corps de 41 personnes, dont au moins un enfant, ont jusqu'à présent été retrouvés", indique-t-on, précisant que toutes étaient originaires d'Afrique subsaharienne.

Plus tôt vendredi, la garde maritime à Sfax, dans l'est de la Tunisie, avait fait état de 20 morts, "onze hommes, huit femmes et un bébé (...) repêchés jeudi au large de Sfax", et 17 portés disparus. 

Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari.

Les recherches ont été interrompues vendredi en raison du mauvais temps, et doivent reprendre samedi, a indiqué M. Ayari.

Ces candidats à cette traversée très dangereuse étaient partis jeudi à l'aube des côtes de Sidi Mansour à Sfax, point de départ quotidien ces deux dernières années de ces tentatives pour rallier l'Europe.

Cette tragédie "souligne une nouvelle fois la nécessité d'améliorer et d'étendre les opérations de recherche et de sauvetage menées par les Etats en Méditerranée centrale, où quelque 290 personnes ont péri depuis le début de l'année", soulignent l'UNHCR et l'OIM.

"La solidarité à travers la région et le soutien aux autorités nationales dans leurs efforts pour empêcher des morts et poursuivre les passeurs et trafiquants devraient être une priorité", ont ajouté les deux organisations. 

D'après leurs chiffres, le nombre des traversées depuis la Tunisie vers l'Europe a plus que triplé comparé à la même période l'an dernier. 

Au moins 292 migrants ont péri depuis le 1er janvier 2021 en Méditerranée, et 1 200 en 2020 dont la grande majorité sur cette route centrale, selon l'ONU.