Des journalistes français révèlent l’étendue de l’influence qatarie en Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel et l'émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani assistent au Forum Allemagne-Qatar sur les affaires et l'investissement à Berlin, le 7 septembre 2018. (Tobias SCHWARZ/AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel et l'émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani assistent au Forum Allemagne-Qatar sur les affaires et l'investissement à Berlin, le 7 septembre 2018. (Tobias SCHWARZ/AFP)
Short Url
Publié le Mardi 28 juillet 2020

Des journalistes français révèlent l’étendue de l’influence qatarie en Allemagne

  • Les journalistes français Chesnot et Malbrunot ont affirmé qu’en échange du soutien allemand, l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a promis des milliards d’euros d’investissements dans le pays
  • Au cœur de la stratégie de Doha se trouve le Qatar Charity, l’une des organisations caritatives les plus importantes au monde, et accusée depuis des années de financer l’extrémisme et l’antisémitisme

LONDRES: Un nouveau reportage publié dans les médias allemands a révélé comment le Qatar utilisait ses importantes richesses et son réseau caritatif pour financer et infiltrer des mosquées, développer les réseaux des Frères Musulmans et acheter des soutiens en Allemagne. L’information récemment publiée fait partie d’une série de documents confidentiels remis à un journaliste français en 2016.

Au cœur de la stratégie de Doha se trouve le Qatar Charity, l’une des organisations caritatives les plus importantes au monde, accusée depuis des années de financer l’extrémisme et l’antisémitisme.

D’après les documents publiés dans la presse allemande, on apprend que cet organisme a largement puisé dans ses caisses pour financer pas moins de 140 mosquées et centres islamiques à travers l’Allemagne – pour un coût estimé à 72 millions d’euros. Pour la seule année 2016, l’organisme caritatif a dépensé près de 5 millions d’euros pour divers projets de constructions dans de grandes villes allemandes, notamment Berlin et Munich.

La relation entre ces mosquées et l’organisme caritatif du Qatar est devenue inextricable, a révélé l’enquête, au point que les responsables des mosquées allemandes ont écrit directement au président de Qatar Charity pour lui réclamer des versements en espèces pour financer leurs projets. Un exemple illustre bien la situation, celui de l’Association arabo-allemande d’Ulm, que les experts suspectent d’être en lien avec les Frères Musulmans.

Une lettre du directeur de l’association adressée directement à l’organisme caritatif qatari commence par ses mots : « Pour qui construit une mosquée, Allah construit une maison au paradis. » Elle se poursuit par une demande de financement pour un terrain et la construction d’une mosquée, avec le détail des coûts du projet et des transferts bancaires nécessaires pour sa réalisation.

Christian Chesnot et Georges Malbrunot, les journalistes français qui ont dévoilé l’étendue de la pénétration qatarie en Allemagne et qui sont les auteurs de l’ouvrage Qatar Papers, sont formels: de tels agissements font partie d’une vaste stratégie de politique étrangère de Doha, qui mobilise les réseaux des Frères musulmans pour agir sur le terrain, tout en utilisant les énormes réserves d’argent en espèces du Qatar pour influencer le gouvernement allemand et les hautes sphères du pouvoir.

Les deux journalistes d’investigation précisent que le Qatar se trouvait de plus en plus isolé dans le Golfe – en raison de son financement terroriste et extrémiste – et qu’il cherchait à présent à étendre son influence à une plus grande échelle.

Chesnot et Malbrunot affirment qu’en échange du soutien allemand, l’émir qatari Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a promis des milliards d’euros d’investissements, considérant ce pays européen comme un puissant allié potentiel. « Cela, assurent-ils, fait partie d’une double stratégie qui a déjà été appliquée en France: une influence religieuse du Qatar, associée à un renforcement des relations économiques et politiques. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com


L’ambassade d’Iran rouvre ses portes en Arabie saoudite

Des personnes se tiennent devant l’ambassade d'Iran à Riyad, en Arabie saoudite. (Photo, Reuters)
Des personnes se tiennent devant l’ambassade d'Iran à Riyad, en Arabie saoudite. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Al Arabiya a rapporté que l’ambassade iranienne dans le Royaume avait rouvert ses portes mardi
  • Les deux pays ont accepté de rétablir leurs relations diplomatiques dans le cadre d’un accord conclu en mars sous l’égide de la Chine

RIYAD: L’ambassade d’Iran, située dans la capitale saoudienne Riyad, a rouvert ses portes, a rapporté Al Arabiya mardi.

Les deux pays ont accepté de rétablir leurs relations diplomatiques dans le cadre d’un accord conclu en mars sous l’égide de la Chine.

«L’ambassade d’Iran à Riyad, notre consulat général à Djeddah et notre bureau auprès de l’Organisation de la coopération islamique seront officiellement rouverts mardi et mercredi», avait annoncé lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Nasser Kanaani.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le ministère saoudien de la Santé forme des bénévoles au service des pèlerins âgés à Médine

Des pèlerins indonésiens à la mosquée du prophète à Médine. (@wmngovsa)
Des pèlerins indonésiens à la mosquée du prophète à Médine. (@wmngovsa)
Short Url
  • Les bénévoles ont été formés pour communiquer avec des pèlerins issus d’autres cultures et parlant d’autres langues
  • Ils sensibilisent également les pèlerins aux questions de santé afin qu’ils puissent accomplir leurs rituels en toute sécurité et de manière efficace

RIYAD: La branche du ministère de la Santé à Médine a lancé un programme géré par des bénévoles pour fournir des services de santé, d’éducation et d’ambulance aux pèlerins âgés et aux résidents de la ville sainte.

Le ministère a précisé que 121 bénévoles s’étaient inscrits au programme et fournissaient leurs services dans des centres situés à proximité des sites islamiques de Médine fréquentés par les pèlerins, notamment la mosquée du Prophète, la mosquée de Qouba, la mosquée Al-Qiblatain, la mosquée Miqat et la mosquée Sayed al-Shouhada.

Les bénévoles ont été formés pour communiquer avec des pèlerins issus d’autres cultures et parlant d’autres langues.

Ils sensibilisent également les pèlerins aux questions de santé afin qu’ils puissent accomplir leurs rituels en toute sécurité et de manière efficace. Le programme se poursuivra jusqu’à la fin de la saison du Hajj de cette année.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Yémen: des enquêteurs blanchissent l’alliance militaire dirigée par l’Arabie saoudite de violations des droits de l’homme

La Jiat a mené une enquête sur quatre allégations de mauvaise conduite opérationnelle formulées contre l’alliance militaire. (Photo, AFP)
La Jiat a mené une enquête sur quatre allégations de mauvaise conduite opérationnelle formulées contre l’alliance militaire. (Photo, AFP)
Short Url
  • La Jiat a mené une enquête sur quatre allégations de mauvaise conduite opérationnelle formulées contre l’alliance militaire dirigée par le Royaume au Yémen
  • Les enquêteurs ont rejeté les affirmations des organisations humanitaires et des médias selon lesquelles la coalition avait lancé des frappes aériennes dans les lieux mentionnés

RIYAD: Des enquêteurs ont blanchi l’alliance militaire dirigée par l’Arabie saoudite de violations présumées des droits de l’homme au Yémen.

Lundi, la Joint Incident Assessment Team (Jiat) a déclaré qu’elle avait rejeté les affirmations des organisations humanitaires et des médias selon lesquelles la coalition avait lancé des frappes aériennes, dont une sur l’aéroport de Sanaa en 2020.

La Jiat a mené une enquête sur quatre allégations de mauvaise conduite opérationnelle formulées contre l’alliance.

Le 8 décembre 2020, l’ONG médicale humanitaire Médecins sans frontières avait signalé à la coalition ce qu’elle avait décrit comme une «mission aérienne» contre l’aéroport de Sanaa. Cependant, selon le porte-parole de l’équipe, Mansour al-Mansour, une enquête a conclu que la cible militaire la plus proche de la coalition à cette date se trouvait dans le gouvernorat d’Amran, à 22 km de l’aéroport.

Une autre allégation, formulée par le Groupe d’experts éminents (GEE) sur le Yémen en janvier 2020, concernait une frappe aérienne présumée contre un camion-citerne à eau dans le district d’As-Sawadiya, dans le gouvernorat d’Al-Bayda, en avril 2019. M. Al-Mansour a rappelé que ce jour-là, les forces de la coalition les plus proches se trouvaient à 158 km de la région, dans le gouvernorat de Sanaa.

La Jiat a également exonéré la coalition d’une violation présumée des droits de l’homme dans un centre de détention de la ville de Saada, dans le nord-ouest du Yémen, signalée par le porte-parole du secrétaire général de l’ONU en janvier 2022. L’équipe a établi que le site visé était la Sécurité centrale située à Saada, à environ 2 400 m au sud de l’aéroport de Saada.

Par ailleurs, l’ONG Physicians for Human Rights a accusé les forces de la coalition d’avoir mené une frappe aérienne contre l’hôpital Al-Karama à Taïz en mars 2020, causant des dommages considérables au bâtiment ainsi que la mort d’un civil.

Les spécialistes de la Jiat ont découvert que l’hôpital figurait sur une liste de sites interdits aux forces de la coalition et qu’aucune mission aérienne n’avait eu lieu dans le gouvernorat de Taïz à cette date. M. Al-Mansour a indiqué que les enquêtes de l’équipe montraient que «les procédures étaient sûres et respectaient les règles du droit humanitaire international».

Il a ajouté que les responsables de la Jiat avaient rencontré le personnel militaire et les personnes concernées au Yémen ainsi que des unités sur le terrain, tenant compte des règles et des valeurs du droit international humanitaire pour parvenir à leurs conclusions.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com