Le sermon du chef de la Ligue islamique mondiale écrit une nouvelle page de l'histoire de Jama Masjid en Inde

«Le message d'harmonie religieuse et de paix du Dr Al-Issa a été très bien accueilli», a indiqué Rasheed à Arab News (Photo, Fournie).
«Le message d'harmonie religieuse et de paix du Dr Al-Issa a été très bien accueilli», a indiqué Rasheed à Arab News (Photo, Fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 19 juillet 2023

Le sermon du chef de la Ligue islamique mondiale écrit une nouvelle page de l'histoire de Jama Masjid en Inde

  • Depuis son achèvement en 1656, la mosquée a façonné la mémoire populaire des habitants de Delhi
  • Le discours du cheikh Al-Issa à Jama Masjid a été le premier prononcé en quatre cent ans par une personnalité religieuse extérieure à l'Inde

NEW DELHI: Construite sous l'empire moghol il y a quelque quatre cents ans, la mosquée Masjid-e-Jahan Numa de la ville de Delhi, dans le nord de l'Inde, communément appelée Jama Masjid, compte parmi les lieux de culte les plus grands, les plus beaux et les plus appréciés du sous-continent indien.

Bien que le complexe puisse accueillir 85 000 fidèles, il n'y avait que des places debout lorsque le cheikh Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale et président de l'Organisation des savants musulmans, a prononcé le sermon du vendredi la semaine dernière.

Selon le site web de la Ligue islamique mondiale, c'était la première fois en quatre cents ans qu'une personnalité religieuse extérieure à l'Inde prononçait un sermon dans la mosquée. Al-Issa l'a fait à l'invitation de son imam et a reçu un accueil chaleureux de la part des fidèles.

S
Une congrégation composée uniquement de places debout a écouté le premier sermon depuis quatre cent ans à la mosquée Jama Masjid (Photo, Shutterstock).

L'empereur Shâ Jahân, cinquième souverain moghol de l'Inde, a présidé à l'achèvement de la mosquée Jama Masjid en 1656. Depuis lors, elle a façonné la mémoire populaire des habitants de Delhi et de l'ensemble de la nation indienne.

«Sa première pierre a été posée le 6 octobre 1650, sous la supervision de Saadullah Khan, le Premier ministre, et de Fazil Khan, le chef de la maison de Shahjahan, pour un coût de dix lacs de roupies», écrit Sadia Aziz, chercheuse au département d'histoire de l'université de Delhi, dans son essai de 2017 intitulé «Mosque, Memory and State : A Case Study of Jama Masjid (India) and the Colonial State c. 1857" (Mosquée, mémoire et État : une étude de cas de Jama Masjid (Inde) et de l'État colonial c. 1857. (Un lac est une unité du système de numération indien égale à 100 000).

Elle a été construite sur une colline appelée Bhojla Pahari, à 1 000 mètres du Fort Rouge, le palais-forteresse de l'empire moghol dans sa nouvelle capitale, Shahjahanabad.

La mosquée mesurait environ 261 pieds de long (79.55 mètres) et 90 pieds (27.43 mètres) de large, son toit étant surmonté de trois dômes décorés de bandes de marbre noir et blanc.

Jama Masjid possède trois entrées, au nord, au sud et à l'est, dont la dernière était la porte Shahi, réservée exclusivement à l'empereur, qui arrivait en procession avec des princes, des nobles et leur entourage depuis le Fort Rouge, tous les vendredis et les jours de l'Aïd.

La mosquée est connue sous deux noms, le premier étant le nom royal qui lui a été donné par l'empereur : Masjid i-Jahan Numa. «Jahan» signifie «monde» et «Numa» signifie «visible», ce qui signifie, au sens figuré, une structure qui offre une vue sur le monde entier.

Le second nom, Jama Masjid, qui signifie «masjid collectif ou de congrégation», est né de la conscience sociale de la population et il est devenu, avec le temps, plus populaire que le nom officiel.

D
Cheikh Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane (Photo, Fournie).

Lorsque la ville de Delhi a été reprise par les Britanniques en 1803, laissant l'empereur moghol en place en tant que chef impérial rituel, les autorités coloniales ont aidé à la réparation et à la rénovation de la mosquée.

Cependant, les efforts déployés par les autorités coloniales pour se rapprocher de la population locale ont été brusquement interrompus lors du soulèvement de 1857, qualifié de Première guerre d'indépendance.

Lorsque l'autorité coloniale a été rétablie à la mi-septembre 1857, la population musulmane a été particulièrement visée, les Britanniques considérant le soulèvement comme une conspiration musulmane contre eux. En conséquence, de nombreuses mosquées de Delhi ont été démolies.

Histoire mouvementée 

Les Britanniques ont envisagé plusieurs options quant au sort de la Jama Masjid. Les plans allaient de la démolition à la conversion en église ou en collège laïque. Finalement, un plan a été élaboré pour le transformer en caserne pour les soldats sikhs du Pendjab.

Toutefois, après cette première planification, les autorités coloniales ont adouci leur approche et ont essayé d'utiliser la mosquée comme monnaie d'échange pour gagner la confiance des habitants musulmans de Delhi. Après de nombreuses pétitions, la mosquée a été rendue aux habitants de la vieille ville le 28 novembre 1862, avec l'imposition de plusieurs règles et règlements à respecter par les fidèles.

Compte tenu de la longue histoire mouvementée de la Jama Masjid, le fait que le chef la Ligue islamique mondiale prononce le sermon du vendredi et dirige la prière devant une assemblée reflétant la diversité et l'unité de l'Inde moderne, a été un moment très important.

C
Le complexe peut accueillir 85 000 fidèles (Photo, Shutterstock).

Al-Issa est arrivé dans la ville le 10 juillet à la tête d'une délégation de la Ligue islamique mondiale, à la suite d'une invitation officielle du gouvernement indien. Au cours de sa visite, il a rencontré le président indien, Droupadi Murmu, le Premier ministre, Narendra Modi, et la ministre des Affaires des minorités, Smriti Irani. Il a également rencontré des érudits islamiques indiens et des chefs religieux de diverses confessions.

Sa visite avait pour but de promouvoir le dialogue fraternel et amical, de renforcer la compréhension et la coopération, et de discuter de nombreux sujets d'intérêt commun entre les religions, ont déclaré les responsables.

«La visite de Son Excellence le Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa renforce les relations entre les deux pays ainsi que les relations entre les musulmans et les adeptes d'autres religions en Inde», a indiqué Mohammed Abdel Hakim al-Kandi, l'imam de la mosquée Jama Masjid, dans un message vidéo pour la Ligue mondiale musulmane. 

L'Inde compte 1,4 milliard d'habitants, dont environ 210 millions musulmans qui constituent la plus grande minorité musulmane du monde. La majorité des Indiens sont hindous. Les autres minorités comprennent les jaïns, les sikhs, les chrétiens et les bouddhistes.

Plus de soixante-quinze ans après l'indépendance de l'Inde, le pays est généralement parvenu à respecter les idéaux d'une société dans laquelle les adeptes de nombreuses religions peuvent vivre en harmonie et pratiquer leur foi librement. Cependant, des conflits intercommunautaires ont régulièrement éclaté, entraînant des appels à la médiation et au dialogue.

Les chefs religieux qui ont assisté au sermon d'Al-Issa et à d'autres événements en sa compagnie ont souligné qu'ils espéraient que cela encouragerait davantage l'harmonie interconfessionnelle.

FAITS SUR LA JAMA MASJID

Ancien nom: Masjid-i-Jehan-Numa (la mosquée qui reflète le monde entier)

Lieu: Vieux Delhi, Inde

Date de construction: 1644-1656

Construite par l'empereur moghol Shah Jahan

Architecte: Ustad Ahmad Lahori

Capacité d'accueil: 85 000 personnes au total

Longueur: 40 mètres

Largeur: 27 mètres

Dômes: 3

Portes: 3

Minarets: 2

Hauteur du minaret: 41 mètres

Matériau: Grès rouge, marbre

Coût: 1 million de roupies

Asghar Ali Imam Mahdi Salafi, président de l’organisation Jamiate Ahle Hadeeth en Inde, a déclaré qu'il espérait que la visite aurait «une grande portée» et un «profond impact positif».

Syed Naseruddin Chishty, président de l’organisation All India Sufi Sajjadanashin Council, a déclaré que cette visite envoyait un message selon lequel les musulmans croient en l'harmonie et la coexistence religieuses.

«Aujourd'hui est un grand événement», a-t-il déclaré. «C'est un message au monde entier, au monde musulman en particulier, aux musulmans vivant en Inde. L'Inde ne veut que la paix. L'Inde croit en l'unité, en la diversité et en la fraternité universelle.»

S'adressant à Arab News, Muddassir Quamar, professeur à l'université Jawaharlal Nehru, a déclaré : «L'Arabie saoudite a œuvré à l'instauration d'un dialogue interconfessionnel à l'échelle mondiale. À une époque où le monde a connu tant de divisions et de tensions entre les différentes cultures et confessions, un dialogue interconfessionnel plus poussé peut contribuer à guérir l'humanité et à développer des relations interculturelles durables.»

Partenaires proches 

Il a poursuivi : «L'Arabie saoudite et l'Inde sont des partenaires proches et le berceau de deux religions, l'islam et l'hindouisme. Tous deux croient en la paix et en l'universalité de l'humanité, de sorte que la visite du cheikh Al-Issa contribuera à développer des liens culturels encore plus étroits entre l'Inde et l'Arabie saoudite. Les musulmans indiens ont vu cette visite d'un œil positif.»

L'un des discours prononcés par Al-Issa dans la capitale indienne, à la Fondation internationale Vivekananda, a été suivi par d'éminents chefs religieux, intellectuels, universitaires, hommes politiques et parlementaires. Adil Rasheed, analyste principal des affaires stratégiques et de la politique de défense en Inde, figurait parmi les participants.

«Le message d'harmonie religieuse et de paix du Dr Al-Issa a été très bien accueilli», a indiqué Rasheed à Arab News.

C
La Jama Masjid, que l'on voit ici sur une photo de 1877, a été rendue par les autorités coloniales britanniques aux habitants musulmans de Delhi en 1862 (Photo, Getty Images).

«Son savoir, sa sagesse et son art oratoire ont captivé les auditoires, entrecoupés de fréquentes salves d'applaudissements spontanés», a-t-il ajouté.

Rasheed a mentionné : «Le message du Dr Al-Issa sur l'éducation adéquate des enfants, qui n’est pas contaminée par la pensée radicale et extrémiste, a été très apprécié, de même que son insistance sur la nécessité d'un dialogue constant entre les religions et les civilisations, seul moyen légitime de résoudre les différends et les malentendus.»

Le point de vue de Rasheed a été appuyé par Siraj Kureshi, président du Centre indien de la culture islamique. «Le cheikh Al-Issa est une personnalité importante et un érudit. Il jouit d'une immense réputation, en particulier dans les pays islamiques, de sorte que partout où il va, les gens le regardent avec beaucoup de respect», a-t-il expliqué à Arab News.

«Le message était bon»

«Le message qu'il a délivré aux Indiens était bon. Il a notamment abordé les thèmes de l'humanité, de l'émancipation des femmes, de la jeunesse et de l'éducation. Ce sont ses qualités. C'est pourquoi les gens l'apprécient et l'écoutent attentivement.»

«Les relations entre l'Arabie saoudite et l'Inde sont très anciennes. Elles remontent à des centaines d'années. Ils ont honoré nos premiers ministres. Une importante population indienne travaille en Arabie saoudite. Je suis sûr que son message a été bien reçu», a-t-il ajouté.

«La visite du cheikh Al-Issa ne doit pas être liée aux affaires intérieures de l'Inde. Nous devons garder à l'esprit nos relations séculaires avec l'Arabie saoudite. Je suis certain qu'il avait des messages à adresser au Premier ministre et au président lorsqu'il les a rencontrés au cours de sa visite.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Suisse fait le «facteur» entre Washington et Téhéran pendant les crises

Des automobilistes passent devant un panneau d'affichage représentant des missiles balistiques iraniens en service, avec un texte en arabe disant «la promesse [de la personne] honnête» et en persan «Israël est plus faible qu'une toile d'araignée», sur la place Valiasr, dans le centre de Téhéran, le 15 avril 2024. (Photo Atta Kenare AFP)
Des automobilistes passent devant un panneau d'affichage représentant des missiles balistiques iraniens en service, avec un texte en arabe disant «la promesse [de la personne] honnête» et en persan «Israël est plus faible qu'une toile d'araignée», sur la place Valiasr, dans le centre de Téhéran, le 15 avril 2024. (Photo Atta Kenare AFP)
Short Url
  • Il y a eu «une série de communications directes relayées par la Suisse» entre les Etats-Unis et l'Iran, selon un responsable américain, avant l'attaque sans précédent de plusieurs centaines de drones et missiles de l'Iran contre Israël
  • Les intérêts de l'Iran aux Etats-Unis sont quant à eux représentés par le Pakistan

GENÈVE : Washington et Téhéran n'ont pas de relations diplomatiques mais pour autant les deux capitales ennemies peuvent continuer à se parler grâce aux bons offices de la Suisse.

C'est dans les moments de plus grande tension que le rôle de «facteur» de la Confédération helvétique est particulièrement précieux.

Ainsi, il y a eu «une série de communications directes relayées par la Suisse» entre les Etats-Unis et l'Iran, selon un responsable américain, avant l'attaque sans précédent de plusieurs centaines de drones et missiles de l'Iran contre Israël.

Le chef des forces armées iraniennes, le général Mohammad Bagheri, a été plus précis sur le contenu qui avertit les Etats-Unis «que s'ils coopéraient avec Israël pour leurs prochaines actions éventuelles, leurs bases ne seront pas sûres».

Un message transmis via l'ambassade de Suisse.

A Berne, le Département fédéral suisse des Affaires étrangères (DFAE) a indiqué pour sa part lundi à l'AFP qu'il «ne s'exprime pas sur les activités liées à ses mandats de puissance protectrice».

La Suisse représente les intérêts américains en Iran depuis la prise d'otages à l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran en 1980, rappelle le DFAE sur son site.

En tant que puissance protectrice, elle permet aux deux pays de maintenir un minimum de relations diplomatiques et consulaires.

Sur le plan diplomatique, «la Suisse peut proposer elle-même ses services de +facteur+ ou assumer cette fonction à la demande des pays concernés, pour autant que toutes les parties y consentent», précise le DFAE.

Conformément à sa tradition de bons offices, la Suisse joue aussi un rôle de médiatrice.

Elle a par exemple aidé à plusieurs reprises dans le cadre d'échanges de prisonniers entre l'Iran et les Etats-Unis.

Les intérêts de l'Iran aux Etats-Unis sont quant à eux représentés par le Pakistan.

Outre la communication entre les deux Etats, la section des intérêts étrangers de l'ambassade de Suisse à Téhéran traite l'ensemble des affaires consulaires des Etats-Unis en Iran (demandes de passeport, changements d'état civil ou encore la protection consulaire de ressortissants américains).

La Suisse a pour la première fois assumé le rôle de puissance protectrice en représentant en France les intérêts du Royaume de Bavière et du Grand-Duché de Bade pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, rappelle le ministère.

Elle a également exercé des mandats de puissance protectrice pendant la Première Guerre mondiale et «elle est apparue, au cours de la Seconde Guerre mondiale, comme la puissance protectrice par excellence en raison de sa neutralité», souligne le DFAE.

Pendant cette période, Berne a représenté les intérêts de 35 Etats, dont certaines des grandes puissances en guerre, à travers plus de 200 mandats ponctuels.


Réunie à Paris, la communauté internationale exhorte à ne pas oublier le Soudan

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock (à gauche), et le ministre français des Affaires étrangères et européennes, Stéphane Sejourne, participent à la conférence internationale sur le Soudan, à Paris, le 15 avril 2024, un an exactement après que la guerre a éclaté entre l'armée soudanaise et les forces paramilitaires de soutien rapide dans ce pays d'Afrique du Nord-Est, provoquant une crise humanitaire et politique. (Photo Bertrand Guay AFP)
La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock (à gauche), et le ministre français des Affaires étrangères et européennes, Stéphane Sejourne, participent à la conférence internationale sur le Soudan, à Paris, le 15 avril 2024, un an exactement après que la guerre a éclaté entre l'armée soudanaise et les forces paramilitaires de soutien rapide dans ce pays d'Afrique du Nord-Est, provoquant une crise humanitaire et politique. (Photo Bertrand Guay AFP)
Short Url
  • Dès l'ouverture de la réunion, co-présidée par la France, l'Allemagne et l'Union européenne, plus de 840 millions ont été annoncés dont 110 millions par Paris, 244 par Berlin, 350 par Bruxelles et 138 par Washington
  • Il y a urgence à agir alors que le Soudan «s'effondre», a souligné pour sa part le commissaire européen à l'aide humanitaire Janez Lenarcic, pointant le risque de déstabilisation de toute la Corne de l'Afrique

PARIS : Une conférence humanitaire sur le Soudan s'est ouverte lundi à Paris avec la volonté de «briser le silence» entourant la guerre «oubliée» qui se déroule depuis tout juste un an dans ce pays d'Afrique, de récolter plus d'un milliard d'euros de dons et de coordonner les médiations pour mettre fin au conflit.

«Depuis un an, les Soudanais sont victimes d'une guerre terrible (...) qui ne produit que chaos et souffrance», a déploré le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné. «Les Soudanais sont aussi victimes de l'oubli et de l'indifférence», a-t-il poursuivi.

«C'est le sens de nos réunions d'aujourd'hui : briser le silence qui entoure ce conflit et mobiliser la communauté internationale», a également déclaré le chef de la diplomatie française.

Dès l'ouverture de la réunion, co-présidée par la France, l'Allemagne et l'Union européenne, plus de 840 millions ont été annoncés dont 110 millions par Paris, 244 par Berlin, 350 par Bruxelles et 138 par Washington.

La conférence se décline en trois volets: un volet politique avec la participation essentiellement d'ambassadeurs et ministres des Affaires étrangères (Sud Soudan, Djibouti, Kenya, Tchad entre autres), un volet humanitaire pour récolter les dons et une réunion d'une quarantaine de membres de la société civile soudanaise.

La ministre allemande Annalena Baerbock a relevé que cette conférence se tenait alors que les yeux restent rivés sur la situation au Proche Orient après l'attaque de l'Iran contre Israël survenue samedi soir.

Pour autant, la communauté internationale ne doit pas se détourner de la guerre au Soudan qui a provoqué une crise humanitaire catastrophique, a-t-elle souligné, évoquant la «souffrance indicible» et le sentiment d'abandon des Soudanais, victimes de la guerre que se mènent «deux généraux impitoyables».

Les multiples initiatives de médiation sont restées sans effet, a-t-elle poursuivi, appelant «à œuvrer à une meilleure coordination» et exhortant la communauté internationale à «agir de concert pour amener les belligérants à la table de négociation et parvenir à un cessez-le-feu».

«Seule la pression internationale» pourra pousser les belligérants à négocier, a renchéri le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Et il y a urgence à agir alors que le Soudan «s'effondre», a souligné pour sa part le commissaire européen à l'aide humanitaire Janez Lenarcic, pointant le risque de déstabilisation de toute la Corne de l'Afrique, la guerre ayant poussé de nombreux Soudanais à se déplacer.

Plus de 3,4 millions de personnes ont ainsi un besoin «urgent» d'une réponse humanitaire au Tchad, selon Action contre la faim (ACF), conséquence de l'afflux massif de réfugiés fuyant la guerre au Soudan.

La guerre au Soudan a éclaté le 15 avril 2023 entre les forces loyales au chef de l'armée Abdel Fattah al-Burhane et celles de Mohamed Hamdane Daglo, son ancien adjoint et commandant des forces paramilitaires de soutien rapide.

«Les civils souffrent de famine, de violences sexuelles massives, de massacres ethniques à grande échelle et d'exécutions. (...) Pourtant le monde continue de regarder ailleurs», se désespère Will Carter, le directeur au Soudan du Norwegian Refugee Council.

- L'espoir d'un «réveil» international -

«Aujourd'hui marque un tournant dans la honte pour les parties belligérantes au Soudan, ainsi que pour la communauté internationale qui a laissé cette catastrophe s'aggraver», poursuit Will Carter dans un communiqué.

Alors que 25 millions de personnes, soit la moitié de la population du pays, ont besoin d'aide, Jean Stowell, chef de mission de Médecins sans frontières au Soudan, dénonce pour sa part «un vide humanitaire extrêmement inquiétant».

«En plus des décès liés à la violence, nous voyons des enfants qui meurent à cause de la malnutrition et du manque de vaccins, des femmes qui souffrent de complications après des accouchements dangereux», énumère-t-il dans un communiqué.

«L'an dernier l'appel humanitaire des Nations unies n'a été financé qu'à moitié. Cette année, 5%» seulement sur les 3,8 milliards d'euros demandés, pointe le Quai d'Orsay. «Nous n'avons pas la prétention de les atteindre à Paris mais avons bon espoir que la communauté internationale se réveille».

Directrice adjointe de la division Afrique de l'ONG Human Rights Watch, Laetitia Bader appelle, elle, à «un message très dur» et des sanctions internationales contre les belligérants, qui ont «empêché la réponse humanitaire», «pillé massivement l'aide» et planifié des «tueries d'humanitaires», en plus des nombreuses exactions contre les civils.


Européennes: une liste «Free Palestine party» en préparation dans plusieurs pays

Le président et fondateur de l'Union démocratique des musulmans de France (UDMF) Nagib Azergui (à droite) s'entretient avec le conférencier Eric Berlinger lors de la première réunion de campagne pour les élections municipales de 2020 à Clichy-la-Garenne, le 1er décembre 2019. (photo Jacques Demarthon AFP)
Le président et fondateur de l'Union démocratique des musulmans de France (UDMF) Nagib Azergui (à droite) s'entretient avec le conférencier Eric Berlinger lors de la première réunion de campagne pour les élections municipales de 2020 à Clichy-la-Garenne, le 1er décembre 2019. (photo Jacques Demarthon AFP)
Short Url
  • Cette coalition réunira «des partis indépendants partageant la même éthique musulmane» en France, Espagne (Partido Andalusi), Allemagne (BIG Partei), Belgique (porté par Fouad Ahidar), Pays-Bas (Nida) et Suède (Partiet Nyans)
  • Au delà de la Palestine, l’UDMF liste aussi des propositions en matière d'écologie, de lutte contre l'évasion fiscale et contre les discriminations

PARIS : L'Union des démocrates musulmans français (UDMF) compte se présenter aux élections européennes, au sein d'une coalition «Free Palestine party» réunissant plusieurs partis européens, a indiqué lundi l'UDMF confirmant une information de La Tribune dimanche.

Il s'agit «de faire entendre la voix du peuple palestinien» et de «lutter contre la contamination des idées d'extrême droite visant les citoyens de confession musulmane», a expliqué à l'AFP le président et fondateur de l'UDMF, Nagib Azergui, qui compte déposer sa liste «début mai».

Cette coalition réunira «des partis indépendants partageant la même éthique musulmane» en France, Espagne (Partido Andalusi), Allemagne (BIG Partei), Belgique (porté par Fouad Ahidar), Pays-Bas (Nida) et Suède (Partiet Nyans).

L'UDMF demande sur son site «un changement radical de la diplomatie française et européenne» avec la mise en place de sanctions vis-à-vis d'Israël (interdiction de ventes d'armes, embargo commercial et exclusion de toute compétition internationale notamment).

Au delà de la Palestine, il liste aussi des propositions en matière d'écologie, de lutte contre l'évasion fiscale et contre les discriminations.

Créée en 2012, l'UDMF revendique 650 adhérents. Elle avait recueilli moins de 29.000 voix aux européennes de 2019, avec des pics dans certaines communes: 7,43% à Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), 6,77% à Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Le parti compte compenser son manque de moyens financiers par une campagne de terrain, avec un bus qui se rendra à partir de la mi-mai dans les quartiers populaires, de Strasbourg jusqu'à l'Ile-de-France.

«On a une concurrence très aiguisée face à nous», ajoute M. Azergui, alors que LFI insiste elle aussi sur la situation à Gaza dans sa campagne. Mais «on veut travailler différemment» en «ne se satisfaisant pas de grandes déclarations», ajoute-t-il.

Au delà du résultat des européennes, le responsable assure que «notre vraie ambition est 2026» avec les municipales, auxquelles l'UDMF compte se présenter dans trois villes.

M. Azergui rejette par ailleurs toute accusation de communautarisme: si elle compte défendre les droits des musulmans», l'UDMF n'est «pas un parti confessionnel car on n'a pas fait du Coran la base de notre programme», explique-t-il.