Niger: la France « ne reconnaît pas les autorités» issues du putsch

Le président français Emmanuel Macron reçoit le président nigérien Mohamed Bazoum avant un déjeuner de travail au palais présidentiel de l'Elysée à Paris le 16 février 2023. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron reçoit le président nigérien Mohamed Bazoum avant un déjeuner de travail au palais présidentiel de l'Elysée à Paris le 16 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 28 juillet 2023

Niger: la France « ne reconnaît pas les autorités» issues du putsch

  • « Nous réitérons dans les termes les plus fermes les demandes claires de la communauté internationale appelant à la restauration sans délai de l'ordre constitutionnel et du pouvoir civil démocratiquement élu au Niger»
  • Le coup d'Etat à Niamey est le troisième dans cette zone depuis 2020, après l'arrivée de militaires au pouvoir au Mali et au Burkina Faso

PARIS: La France "ne reconnaît pas les autorités" issues du putsch mené par le général Abdourahamane Tchiani et considère Mohamed Bazoum, "démocratiquement élu", comme "le seul président de la République du Niger", affirme vendredi le ministère des Affaires étrangères.

"Nous réitérons dans les termes les plus fermes les demandes claires de la communauté internationale appelant à la restauration sans délai de l'ordre constitutionnel et du pouvoir civil démocratiquement élu au Niger", poursuit le Quai d'Orsay dans un communiqué.

Le général Tchiani s'est présenté vendredi à la télévision publique comme "président du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie", après un putsch qu'il a justifié par "la dégradation de la situation sécuritaire" dans un pays miné par la violence de groupes djihadistes.

Le président français Emmanuel Macron, en déplacement en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a condamné vendredi "avec la plus grande fermeté le coup d'Etat militaire" en cours au Niger, "dangereux" pour la région, et a appelé "à la libération" du président Mohamed Bazoum.

"Ce coup d'Etat est parfaitement illégitime et profondément dangereux pour les Nigériens, pour le Niger, et pour toute la région", a relevé M. Macron. "C'est pourquoi nous appelons à la libération du président Bazoum et à la restauration de l'ordre constitutionnel".

Le Niger, un pays pauvre à l'histoire jalonnée de coups d'Etat, était l'un des derniers alliés de la France au Sahel, une région minée par l'instabilité, la précarité et les attaques djihadistes.

Le coup d'Etat à Niamey est le troisième dans cette zone depuis 2020, après l'arrivée de militaires au pouvoir au Mali et au Burkina Faso.

La France, qui a mis fin à l'opération antiterroriste Barkhane et s'est retirée du Mali sous la pression de la junte de Bamako, a actuellement 1.500 militaires déployés au Niger qui opéraient jusqu'ici avec l'armée nigérienne.


Attentat de Nice: les deux accusés fixés sur leur sort en appel

Alors qu'en première instance le parquet avait requis 15 ans d'emprisonnement contre les deux hommes, l'avocate générale, Naïma Rudloff, a cette fois requis le maximum légal prévu, soit 20 ans de réclusion à leur encontre. (AFP).
Alors qu'en première instance le parquet avait requis 15 ans d'emprisonnement contre les deux hommes, l'avocate générale, Naïma Rudloff, a cette fois requis le maximum légal prévu, soit 20 ans de réclusion à leur encontre. (AFP).
Short Url
  • Seuls deux des huit accusés de première instance, Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud, deux amis de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le Tunisien de 31 ans auteur de l'attentat au camion-bélier ont choisi de faire appel
  • Poursuivis pour association de malfaiteurs terroriste, ils avaient été tous deux condamnés à 18 ans de réclusion criminelle lors du premier procès en décembre 2022.

PARIS: La cour d'assises spéciale de Paris rend jeudi son verdict en appel contre deux accusés jugés pour leur rôle présumé dans l'attentat de Nice qui a fait 86 morts le 14 juillet 2016.

Seuls deux des huit accusés de première instance, Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud, deux amis de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le Tunisien de 31 ans auteur de l'attentat au camion-bélier sur la promenade des Anglais le soir du feu d'artifice, ont choisi de faire appel.

Poursuivis pour association de malfaiteurs terroriste, ils avaient été tous deux condamnés à 18 ans de réclusion criminelle lors du premier procès en décembre 2022.

Alors qu'en première instance le parquet avait requis 15 ans d'emprisonnement contre les deux hommes, l'avocate générale, Naïma Rudloff, a cette fois requis le maximum légal prévu, soit 20 ans de réclusion à leur encontre.

Estimant que le dossier ne reposait que sur des "fantasmes" et des "hypothèses", les avocats des deux accusés ont plaidé leur acquittement.

La cour composée uniquement de magistrats professionnels et présidée par Christophe Petiteau, un magistrat habitué aux procès pour terrorisme - il était notamment président de la cour d'assises qui a jugé l'attentat de Magnanville - doit donner une dernière fois la parole aux accusés jeudi matin avant de se retirer pour délibérer.

Le verdict est attendu en fin d'après-midi ou en début de soirée.

Mohamed Ghraieb, réceptionniste d'hôtel franco-tunisien de 48 ans, et Chokri Chafroud, 44 ans, un migrant tunisien sans-papiers, sont soupçonnés d'avoir apporté "un soutien logistique et idéologique" à l'auteur de l'attentat de Nice.

Selon l'accusation, qui admet que les deux accusés ne sont ni complices, ni co-auteurs des actes de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, ils auraient néanmoins été sollicités par leur compatriote pour lui fournir une arme et auraient été associés à la location du camion qui a servi au massacre.

« Sens moral défaillant »

Lors du procès, les deux accusés ont répété qu'ils n'avaient pas cherché d'arme pour Mohamed Lahouaiej-Bouhlel - mais M. Chafroud a livré plusieurs versions sur le sujet - et qu'ils n'avaient pas été associés à la location du camion.

Quelques jours avant l'attentat, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait invité séparément les deux hommes à monter avec lui dans son camion. Mais il ne s'agissait pas de faire des repérages en vue de l'attentat, a reconnu l'accusation.

Cependant, a insisté l'avocate générale, MM. Ghraieb et Chafroud ont beaucoup de points communs avec Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, notamment "le complotisme, une constante dans les dossiers de terrorisme".

"Chez ces trois hommes, on retient le ressentiment, la victimisation, la duplicité et un sens moral défaillant, tous les leviers puissants qui peuvent mener au terrorisme", a soutenu la magistrate.

Issu d'une famille rurale du Sud tunisien, Chokri Chafroud a arrêté l'école à l'âge de 11 ans.

Après un premier passage à Nice à l'été 2015 où il a rencontré pour la première fois Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, il était reparti en Tunisie au début de l'année 2016, sans perdre contact avec son compatriote, avant de revenir clandestinement à Nice au printemps 2016.

Lus à l'audience, les messages envoyés par Chokri Chafroud à Lahouaiej-Bouhlel alors qu'il se trouvait en Tunisie, frustré et sans le sou, sont d'une rare obscénité et souvent très violents.

Trois mois avant l'attentat, Chokri Chafroud avait ainsi écrit à son ami: "vas-y, charge le camion avec 2.000 tonnes de fer et nique, coupe-lui les freins mon cher, et moi je regarde".

Pour l'accusation, ce genre de messages a pu inspirer le mode opératoire de Lahouaiej-Bouhlel.

Quant à Mohamed Ghraieb, l'accusation considère qu'il pourrait être à l'origine de la radicalisation du tueur.

En janvier 2015, trois jours après l'attentat contre Charlie Hebdo, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait écrit sur ses réseaux sociaux "Je suis Charlie". Mohamed Ghraieb lui avait répondu: "Je suis pas Charlie (...) T'as vu comment Dieu a envoyé des soldats d'Allah pour les finir comme des m... !!".

En première instance, M. Ghraieb avait nié être l'auteur de ces messages de haine. En appel, il a reconnu les avoir rédigés. "Quand je vois ce que j'ai écrit, j'ai honte", a-t-il dit.


Pour une partie des électeurs socialistes, la « trahison » du «  Front populaire »

Certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. (AFP).
Certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. (AFP).
Short Url
  • Les socialistes, menés par Raphaël Glucksmann, ont fini premiers des listes de gauche aux européennes dimanche. Leur nombre de candidats augmente par rapport aux accords de la Nupes en 2022
  • "Ça fait mal au cœur, l’essence du parti s’effrite", lâche Florence

PARIS: Entre "désillusion" et "trahison", une partie des électeurs socialistes s'élève contre le nouveau "Front populaire" entre le PS, LFI, les communistes et les Écologistes. Pour ceux qui ont choisi Raphaël Glucksmann lors des élections européennes, l'union avec LFI a parfois un goût amer.

"Tout le monde sait bien que le PS est arrivé en tête, mais le parti n'aborde pas l'élection en leader" de la gauche, dénonce Daniel, chef d'entreprise parisien. Encarté depuis 20 ans au sein du parti à la rose, le quadragénaire se sent "trahi". Le "Front populaire" devrait présenter 175 candidats PS aux élections législatives, contre 229 Insoumis, 92 écologistes et 50 communistes.

Les socialistes, menés par Raphaël Glucksmann, ont fini premiers des listes de gauche aux européennes dimanche. Leur nombre de candidats augmente par rapport aux accords de la Nupes en 2022, mais reste sous le nombre d'Insoumis, forts de leur score de 22% à l'élection présidentielle de 2022.

"Ça fait mal au cœur, l’essence du parti s’effrite", lâche Florence, entrepreneure albigeoise et électrice socialiste depuis toujours. "Comment avoir confiance en des gens qui changent de discours toutes les trois minutes ?" interroge Vincent, directeur d'établissement de santé à Toulouse, aujourd'hui "dépité".

L'alliance impossible

Pour eux, le problème n’est pas le principe d’une union à gauche, mais la présence de La France insoumise en son sein. "LFI enfreint complètement les valeurs socialistes", affirme Florence.

Plus précisément, certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. "Mélenchon, c’est du Trump" estime Vincent.

Parmi les reproches au leader LFI : "communautarisme", "complotisme", "propos violents", "soutien à des régimes autoritaires en Chine et en Russie". Certains dénoncent également des propos qu'ils considèrent antisémites depuis les attaques du Hamas le 7 octobre.

Faire barrage au RN ?

Si les partis de gauche veulent s'allier pour contrer le RN, l'argument ne convainc pas tous les sympathisants socialistes. Pour Daniel, mieux vaut "accepter de perdre plutôt qu’essayer de sauver quelques sièges".

Mais tout le monde n’est pas aussi définitif. Gaëlle, quinquagénaire, cheffe d'une petite agence de communication et fidèle à l'aile libérale du PS, attend de voir le programme avant d’arrêter son choix. Elle souhaite par exemple des positions pro-européennes, la défense de l’Ukraine, ou encore la protection des services publics. Si ses exigences sont satisfaites, elle pourrait voter pour un candidat LFI, "en [se] bouchant le nez".

"Si c'est un LFI qui n’a pas fait de déclaration antisémite, je pourrais tout de même voter pour eux, sinon je m’abstiendrai", explique Daniel. Florence, elle, a fait son choix: elle votera Renaissance, à contrecœur.

Malgré tout, 65% des électeurs de Raphaël Glucksmann aux européennes prévoient de voter pour l'alliance des gauches, selon un sondage Elabe pour BFMTV et La Tribune Dimanche paru mercredi.


Macron pour l'interdiction du téléphone «avant 11 ans» et des réseaux «avant 15 ans»

Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes (Photo, AFP).
Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes (Photo, AFP).
Short Url
  • Rendre obligatoire l'adoption de ces outils nécessiterait de faire peser cette responsabilité légale sur les applications ou les parents
  • Les échanges avaient porté sur les moyens de contrôle de cette majorité numérique et du consentement parental pour les mineurs de 13 et 14 ans

PARIS: Emmanuel Macron s'est prononcé pour l'interdiction du téléphone "avant 11 ans" et des réseaux sociaux "avant 15 ans", dans la ligne du rapport remis au président par une commission d'experts sur l'impact de l'exposition des jeunes aux écrans.

"Tous les experts le disent, l'addiction aux écrans est le terreau de toutes les difficultés: harcèlement, violence, décrochage scolaire", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse pour lancer la campagne des élections législatives anticipées après la dissolution.

"Il faut un âge pour la majorité numérique, ça protège", a-t-il ajouté.

Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes.

Lors de son discours sur l'Europe à la Sorbonne au mois d'avril, Emmanuel Macron avait défendu l'idée "(d') une Europe de la majorité numérique à 15 ans", avec, avant cet âge, un contrôle parental sur l'accès aux réseaux sociaux.

Mais, l'aspect pratique d'implémenter une telle mesure reste à définir: en avril, la Secrétaire d'état en charge du Numérique, Marina Ferrari, avait réuni à Bercy les acteurs du secteur pour discuter notamment d'une solution technique pour contrôler l'âge des internautes souhaitant accèder à certains sites.

Les échanges avaient porté sur les moyens de contrôle de cette majorité numérique et du consentement parental pour les mineurs de 13 et 14 ans.

Application 

L'application au niveau européen pose également question: dans une lettre envoyée mi-août, le commissaire européen Thierry Breton avait notamment reproché au gouvernement d'avoir adopté une loi visant à instaurer une majorité numérique à 15 ans, lui semblant "contredire" le cadre européen.

En France, des outils de limitation du temps d'écran pour les mineurs sont déjà disponibles sur certaines applications ou téléphones, et sont d'ailleurs listés sur un site gouvernemental.

Les parents peuvent ainsi limiter le temps passé sur les réseaux sociaux Instagram ou TikTok, définir une limite de connexion en ligne sur les iPhone ou les consoles Nintendo, ou installer une application de contrôle parental développée par Google, permettant de restreindre la durée globale en ligne ou par application.

Meta a, de son côté, introduit une fonctionnalité "Notification tardive" qui apparaît "automatiquement" sur le compte Instagram des utilisateurs mineurs en cas d'utilisation entre 22H00 et 4H00, pour les encourager à fermer l'application.

Rendre obligatoire l'adoption de ces outils nécessiterait de faire peser cette responsabilité légale sur les applications ou les parents.

"Techniquement, l'Etat pourrait demander aux applications de bloquer l'accès à partir d'un certain temps", avait indiqué en janvier Olivier Ertzscheid, maître de conférences en Sciences de l'information et de la communication, à l'AFP. Il avait ajouté que la question serait davantage celle du fondement juridique et de l'acceptabilité sociale d'une telle obligation. "Ce type de mesure serait inédit dans un pays européen démocratique".