Ecran noir pour Gérard Leclerc, visage familier de la télé

Le journaliste français Gérard Leclerc assiste à la cérémonie funéraire du journaliste français Philippe Gildas au cimetière du Père-Lachaise à Paris, le 5 novembre 2018 (AFP).
Le journaliste français Gérard Leclerc assiste à la cérémonie funéraire du journaliste français Philippe Gildas au cimetière du Père-Lachaise à Paris, le 5 novembre 2018 (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 16 août 2023

Ecran noir pour Gérard Leclerc, visage familier de la télé

  • Le petit avion de tourisme à bord duquel se trouvaient deux ou trois personnes, dont Gérard Leclerc, s'est écrasé mardi à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantique)
  • Le journaliste de 71 ans devait assister jeudi soir à La Baule à un concert de Julien Clerc, 75 ans, a indiqué sur CNews le compositeur Didier Barbelivien

PARIS: Le monde de la télévision est en deuil au lendemain de la mort dans un crash d'avion du journaliste Gérard Leclerc, visage familier des téléspectateurs depuis 30 ans et demi-frère du chanteur Julien Clerc.

"Cette disparition brutale paraît irréelle", a lâché Pascal Praud, l'animateur star de CNews, dont Gérard Leclerc était l'un des chroniqueurs, lors d'une émission spéciale mercredi matin.

M. Praud, qui a interrompu ses vacances pour présenter cet hommage, a souligné la "volonté de nuance" de son collègue et "la complicité de désaccords" qu'ils entretenaient. Une allusion à la manière parfois vive dont il l'interpellait sur le plateau de l'émission de débats "L'heure des pros".

Autre vedette de CNews, chaîne du groupe Canal+ (contrôlé par le milliardaire Vincent Bolloré), Laurence Ferrari s'est dite "bouleversée", à l'unisson des innombrables réactions dans le monde des médias et de la politique depuis mardi soir.

L'avion de tourisme piloté par Gérard Leclerc s'est écrasé mardi après être parti vers 11h00 de Loudun (Vienne) pour La Baule (Loire-Atlantique).

Concert

Le journaliste de 71 ans devait assister jeudi soir à La Baule à un concert de Julien Clerc, 75 ans, a indiqué sur CNews le compositeur Didier Barbelivien. Les deux demi-frères partageaient d'ailleurs une ressemblance physique indéniable.

Gérard Leclerc était sur CNews depuis la création de la chaîne en 2017 sur les cendres d'iTélé, après une longue grève motivée par la prise de contrôle de Vincent Bolloré.

Auparavant, il avait été l'un des visages célèbres du service public. D'abord sur Antenne 2, devenue France 2, où il avait été chef du service économique, rédacteur en chef de Télématin ou encore directeur adjoint de la rédaction.

Il avait ensuite été rédacteur en chef du service politique, économique et social à France 3 (2007-09) puis président de La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale (LCP-AN) de 2009 à 2015.

Il avait débuté sa carrière à la radio, notamment sur Europe 1, dont il avait épousé une grande voix, l'animatrice Julie, avec laquelle il a eu trois enfants.

Dans un communiqué mercredi matin, le groupe public France Télévisions a souligné ses "qualités humaines et professionnelles". LCP-Assemblée nationale, elle, a salué "le parcours d'un grand professionnel".

Pour la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, Gérard Leclerc était un "journaliste populaire, cher au cœur des Français dont il a accompagné le quotidien pendant des années".

Il "laissera l'image d'un homme de conviction, apprécié de ses pairs et des téléspectateurs", a estimé le régulateur de l'audiovisuel, l'Arcom.

Unanimement louée, la carrière de Gérard Leclerc a toutefois connu quelques accrocs.

En 2004, il avait déploré avoir été écarté sans "motif ni explication" de son poste de rédacteur en chef du service politique de France 2. "Il faut redonner un peu de crédibilité et de vigueur au service politique", avait commenté Arlette Chabot, alors directrice générale adjointe en charge de l'information.

Sarkozy et le «placard»

Cinq ans plus tard, sa nomination à la tête de LCP-Assemblée nationale avait été entachée d'une polémique.

Il avait été choisi par le président de l'Assemblée d'alors, Bernard Accoyer, bien qu'il ait recueilli moins de voix que son concurrent sortant devant le comité de sélection composé de députés.

Le journal Le Monde avait écrit que M. Leclerc bénéficiait "des faveurs de Nicolas Sarkozy", président de la République à l'époque. Le journaliste avait protesté contre cette "allégation" que "pas le moindre élément ne vient étayer", dénonçant des "arguments déloyaux".

Enfin, fin juin 2008, une vidéo du plateau du "19/20" de France 3 avait été mise en ligne sans l'autorisation de la chaîne, montrant un passage non diffusé.

On voyait Nicolas Sarkozy demander à Gérard Leclerc combien de temps il était resté "au placard". "J'avais protesté quand tu avais été mis au placard", lui disait-il.

"Il incarnait cette génération de journalistes qui traitait la politique avec une passion réelle", a réagi l'ancien président sur le réseau X (ex-Twitter) mercredi à la mi-journée.

M. Leclerc avait par ailleurs signé plusieurs livres sur la gauche: deux ouvrages sur Lionel Jospin coécrits avec sa consoeur Florence Muracciole, en 1996 (pour la première biographie de celui qui allait devenir Premier ministre) et 2001, puis "La guerre des deux roses" sur les luttes intestines au PS (2006).


Derrière un Salon de l'agriculture calme, la colère n'est pas éteinte

Plus de 400 millions d'euros de mesures d'urgence ont été annoncés par le gouvernement, qui a promis un choc de simplification, le renforcement des lois Egalim pour protéger le revenu des agriculture   (Photo, AFP).
Plus de 400 millions d'euros de mesures d'urgence ont été annoncés par le gouvernement, qui a promis un choc de simplification, le renforcement des lois Egalim pour protéger le revenu des agriculture (Photo, AFP).
Short Url
  • Les forces de l'ordre ont encerclé quelques dizaines de manifestants sur un trottoir en haut des Champs Elysées, et 66 ont été interpellés
  • Le syndicat, qui a notamment organisé des blocages d'axes routiers autour de Paris au plus fort de la crise, ne prévoit pas de nouvelles manifestations

PARIS: A deux jours de la clôture d'un Salon de l'agriculture qui s'est "plutôt bien passé" de l'avis général des syndicats agricoles, une action surprise de la Coordination rurale vendredi matin à l'Arc de triomphe interroge sur une éventuelle reprise de la mobilisation sur fond de concurrence entre syndicats.

Après la visite chahutée du chef de l'Etat samedi, suivie d'annonces sur les prix planchers et des aides à la trésorerie, les syndicats ont rendez-vous avec Emmanuel Macron à la mi-mars, avant la présentation d'une grande loi d'orientation agricole.

L'irruption de tracteurs et ballots de paille avant l'aube au pied de l'Arc de Triomphe, lieu hautement symbolique et théâtre de violences lors de la crise des "gilets jaunes" en 2018, a rappelé la colère profonde du monde agricole.

"On ne lâchera rien", a affirmé la présidente de la Coordination rurale (CR) Véronique Le Floc'h à l'AFP. "On ne peut pas dire qu'on va aider les agriculteurs et en même temps signer des accords de libre-échange", a-t-elle ajouté, en référence à des accords commerciaux approuvés la veille par le Parlement européen avec le Chili et le Kenya.

Les forces de l'ordre ont encerclé quelques dizaines de manifestants sur un trottoir en haut des Champs Elysées, et 66 ont été interpellés, selon la préfecture de police. Parmi elles, Patrick Legras, agriculteur dans la Somme et l'une des figures de la Coordination rurale, a confirmé le syndicat.

Une fois la place évacuée, peu après 9H30, la circulation a repris et un convoi de tracteurs a pris la route du château de Versailles, où une vingtaine de tracteurs sont arrivés vers midi, escortés par la police.

"On continue le mouvement parce qu'on n'est pas entendus, on n'a rien de structurel", dit l'un des manifestants, Nicolas Bongay, 40 ans, président de la CR du Doubs.

A la FNSEA, le syndicat majoritaire et concurrent de la CR, pas question pour l'instant d'appeler à une nouvelle mobilisation nationale après le Salon, a dit à l'AFP son numéro deux, Hervé Lapie, qui privilégie le travail avec le gouvernement.

"S'il faut repartir sur des actions syndicales parce que ça bloque, on le fera. Mais je pense que notre objectif, ce n'est pas de faire de l'action syndicale pour faire de l'action syndicale, pour être visible", a-t-il dit.

"Ce qu'on veut voir, c'est la traduction concrète. Au moment où je vous parle, on n'y est pas encore", a aussi souligné le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, aux côtés du ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, après un rendez-vous au Salon. Le ministre a pris soin aussi de souligner que le blocage mené par la CR le matin était "le fait d'un syndicat minoritaire".

Pas d'appel à manifester

A la fin du Salon, "dimanche soir, tout ne sera pas réglé et tout le monde le sait d'ailleurs", a déclaré le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, sur France Bleu Occitanie.

Plus de 400 millions d'euros de mesures d'urgence ont été annoncés par le gouvernement, qui a promis un choc de simplification, le renforcement des lois Egalim pour protéger le revenu des agriculture et qui a placé l'agriculture au rang d'un "intérêt général majeur". L'exécutif a promis d'alléger les contraintes, notamment environnementales, au prix de concessions décriées par les ONG et des scientifiques sur les pesticides.

 


Dupond-Moretti appelle le RN à écarter les «nazillons»: Marine Le Pen n'a pas porté plainte

Marine Le Pen, présidente du groupe d'extrême droite français Rassemblement National (RN) à l'Assemblée nationale (Photo, AFP).
Marine Le Pen, présidente du groupe d'extrême droite français Rassemblement National (RN) à l'Assemblée nationale (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre de la Justice ne peut faire l’objet de poursuites en raison d’une immunité prévue par la loi de 1881 sur la liberté de la presse
  • «Vous préférez opposer la France rurale et tranquille, catholique et blanche, à la France des cités, la France des Mohammed, des Mouloud et des Rachid»

PARIS: Contrairement à ce qu'elle avait annoncé, Marine Le Pen n'a pas porté plainte contre Eric Dupond-Moretti, qui avait appelé fin novembre à l'Assemblée nationale le Rassemblement national à "chasser de ses rangs" les "identitaires, nazillons, racistes et antisémites", selon l'entourage de la figure de proue du parti d'extrême droite.

A l'expiration du délai de prescription de trois mois en vigueur pour les propos diffamatoires ou injurieux, l’entourage de Marine Le Pen, sollicité par l'AFP, a indiqué jeudi soir qu'aucune plainte n'avait été déposée.

Le ministre de la Justice ne peut faire l’objet de poursuites en raison d’une immunité prévue par la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

Cette loi, en son article 41, prévoit que "ne donneront ouverture à aucune action (judiciaire) les discours tenus dans le sein de l'Assemblée nationale ou du Sénat".

«Faites le ménage»

Lors de la traditionnelle session de questions au gouvernement le 28 novembre, le Garde des Sceaux avait été critiqué par la députée RN Michèle Martinez (Pyrénées-Orientales) pour sa "promptitude à dénoncer la légitime indignation de l'opposition" quant à la mort du jeune Thomas, poignardé à mort dans la Drôme dans la nuit du 17 au 18 novembre, "plutôt que les auteurs de ces faits".

Eric Dupond-Moretti avait vertement répondu : "Vous préférez opposer la France rurale et tranquille, catholique et blanche, à la France des cités, la France des Mohammed, des Mouloud et des Rachid".

"Pour être crédibles, faites le ménage. Chassez de vos rangs les +gudards+, les identitaires, les nazillons, les racistes, les antisémites qui sont en réalité planqués dans vos officines économiques", avait encore lancé Eric Dupond-Moretti, alors que les députés RN quittaient l'hémicycle en signe de protestation.

Devant les journalistes, la présidente du groupe Marine Le Pen avait dénoncé une "réponse ordurière" qui insulte "des millions de Français" à travers leurs députés RN.

"Nous allons déposer devant la Cour de justice une plainte pour que le ministre s'explique de ses injures et accessoirement de ses diffamations", avait alors annoncé Marine Le Pen.


Franck Riester au «château de la francophonie» de Villers-Cotterêts

Situé à 100 km de Paris, ce château est construit au XVIᵉ siècle sous le règne de François Iᵉʳ, considéré comme le roi emblématique de la période de la Renaissance française. (AFP)
Situé à 100 km de Paris, ce château est construit au XVIᵉ siècle sous le règne de François Iᵉʳ, considéré comme le roi emblématique de la période de la Renaissance française. (AFP)
Short Url
  • Le président français, Emmanuel Macron, a inauguré en octobre dernier le «château de la francophonie», son grand chantier destiné à faire de la culture un «antidote au sentiment d'abandon» dans l'Aisne, un département au chômage élevé
  • En août 1539, c'est dans ce château royal de l'Aisne que le monarque signe l’«ordonnance générale sur le fait de la justice»; les articles 110 et 111 imposent la langue française à la place du latin dans tous les actes à portée juridique

PARIS: Le ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité, de la Francophonie et des Français de l’étranger, Franck Riester, se rend aujourd’hui, vendredi 1er mars, dans l'Aisne, au château de Villers-Cotterêts, lieu culturel qui accueille la Cité internationale de la langue française ainsi qu'un festival sur le même thème. 

Plus tôt dans la matinée, le ministre a rencontré la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo, où ils ont mené des discussions sur les grands enjeux de la Francophonie pour cette année. 

Après cet entretien, il va donc visiter la Cité internationale de la langue française, qui accueillera le 19e Sommet de la francophonie, les 4 et 5 octobre prochains

Il présidera aussi un déjeuner de travail en présence de Bruno Fuchs, député de la 6e circonscription du Haut-Rhin et secrétaire général parlementaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie; de sept membres du Groupe des ambassadeurs francophones et de François Vandeville, secrétaire général du Sommet de la francophonie. Le ministre clôturera sa visite en échangeant avec les élus locaux. 

«Château de la francophonie» 

Le président français, Emmanuel Macron, a inauguré en octobre dernier le «château de la francophonie», son grand chantier destiné à faire de la culture un «antidote au sentiment d'abandon» dans l'Aisne, un département au chômage élevé, selon l'Élysée. La cité est le plus important projet porté par un président de la République en dehors de la capitale. 

Situé à 100 km de Paris, ce château est construit au XVIᵉ siècle sous le règne de François Iᵉʳ, considéré comme le roi emblématique de la période de la Renaissance française. En août 1539, c'est dans ce château royal de l'Aisne que le monarque signe l’«ordonnance générale sur le fait de la justice». Les articles 110 et 111 imposent la langue française à la place du latin dans tous les actes à portée juridique de l'administration et de la justice du Royaume, pour qu’ils soient, désormais, «prononcés, enregistrés, délivrés aux parties en langage maternel français et non autrement». 

Ainsi, il fait du français la langue officielle pour tous les actes administratifs du Royaume. Son règne a permis un développement important des arts et des lettres au sein de l’Hexagone. Les humanistes et les poètes célébreront sa victoire. L'ancienne résidence royale avait été toutefois abandonnée. 

À partir du XIXe siècle, le château héberge un dépôt de mendicité pour les nécessiteux du département de la Seine, qui recouvre alors une partie de l'actuelle Île-de-France. De 1889 à 2014, le site est transformé en maison de retraite avant d'être abandonné. Classé au titre des monuments historiques en 1997 et propriété de l'État, ce lieu est entièrement dédié aux cultures francophones. 

Après cinq ans de travaux, 265 000 ardoises utilisées, 220 entreprises, 600 compagnons et 65 corps de métier mobilisés et un budget de 220 millions d’euros financés en grande partie par l'État, le domaine est désormais dédié à «cet objet patrimonial et culturel qu'est la langue française», selon les mots de l'Élysée. 

Sur les 23 000 m2 du château, 1 200 m2 sont consacrés à une exposition permanente qui s'étend sur 15 salles, avec un espace d’introduction sur le château et son territoire. Le domaine comprend un parcours de visite, des résidences pour toutes les disciplines artistiques, un auditorium, un laboratoire de recherche dédié à la linguistique. 

Le budget de fonctionnement du château est estimé à 8 millions d'euros par an. Le projet espère attirer plus de 200 000 visiteurs par an, selon l'Élysée.