Au Japon, des habits et accessoires réfrigérants pour affronter la canicule

Cette photo prise le 30 juillet 2023 montre des personnes utilisant des parapluies et des ombrelles pour se soulager de la chaleur en marchant devant la gare de Shinjuku, alors que des températures de plus de 35°C ont brûlé la capitale japonaise Tokyo pendant des semaines. (Photo de Richard A. Brooks / AFP)
Cette photo prise le 30 juillet 2023 montre des personnes utilisant des parapluies et des ombrelles pour se soulager de la chaleur en marchant devant la gare de Shinjuku, alors que des températures de plus de 35°C ont brûlé la capitale japonaise Tokyo pendant des semaines. (Photo de Richard A. Brooks / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 18 août 2023

Au Japon, des habits et accessoires réfrigérants pour affronter la canicule

  • Confronté comme le reste du monde au réchauffement climatique, le Japon vient de connaître son mois de juillet le plus chaud jamais enregistré
  • La veste ventilée, équipée de deux mini-ventilateurs placés en bas du dos, est ainsi l'un des objets portables qui conquièrent le grand public nippon depuis quelques années

TOKYO : Veste ventilée, T-shirt en tissu rafraîchissant ou tube glacé à se mettre sur la nuque: le marché des habits et accessoires réfrigérants a le vent en poupe au Japon, où les étés sont toujours plus chauds.

Confronté comme le reste du monde au réchauffement climatique, le Japon vient de connaître son mois de juillet le plus chaud jamais enregistré. En de nombreux endroits, la température a frisé certains jours les 40°C, une chaleur étouffante encore accentuée par un fort taux d'humidité.

Plus de 35 700 personnes ont été hospitalisées et 39 sont mortes de coups de chaleur le mois dernier dans le pays, selon les données de l'Agence nippone de gestion des incendies et des catastrophes.

La veste ventilée, équipée de deux mini-ventilateurs placés en bas du dos, est ainsi l'un des objets portables qui conquièrent le grand public nippon depuis quelques années, alors que ce produit se destinait initialement à une clientèle de niche, comme les ouvriers de chantier.

"Avec un climat de plus en plus chaud, les personnes qui n'en avaient jamais porté veulent trouver un moyen de se rafraîchir et sont de plus en plus nombreuses à vouloir en acheter", constate Yuya Suzuki, chargé des relations publiques chez Workman, une enseigne japonaise de vêtements de travail.

Cette entreprise a lancé en 2020 une version grand public de sa veste ventilée, vendue entre 12 000 et 24 000 yens (75 à 150 euros) en fonction des différents modèles de batteries rechargeables.

Une autre entreprise japonaise, Chikuma, est allée jusqu'à intégrer des mini-ventilateurs à des costumes de bureau, destinés à être portés "dans des lieux où les vêtements décontractés ne sont pas autorisés", explique à l'AFP Yosuke Yamanaka, un représentant de la société.

Innover pour mieux lutter

La firme MI Creations mise elle sur ses tubes glacés et colorés à placer sous la nuque, plus innovants qu'il n'y parait.

"Il y a des artères situées dans le cou et en les refroidissant, on peut baisser la température corporelle", explique Nozomi Takai, une commerciale de cette société.

Avec un contour intérieur en forme pentagonale, ce tube s'ajuste "à toutes les tailles de col", ajoute-t-elle. Son contenu - un liquide qui se solidifie à 18 degrés - "peut préserver une température constante, ni tiède, ni trop froide".

Quant à l'entreprise Liberta, elle propose des habits aux effets rafraîchissants, comme des T-shirts ou des couvre-bras faits en tissu.

Des composés organiques y sont incorporés, provoquant une sensation de froid lorsqu'ils réagissent à l'eau ou à la sueur.

"On ressent le frais tant que le tissu reste mouillé", détaille Momo Shirota, chargée des relations publiques de Liberta, qui voit la vente de ses habits rafraîchissants "monter en flèche".

"On peut souffrir de coups de chaleur même chez soi. On a donc mis en vente des pyjamas et des jinbei" (une tenue traditionnelle pour l'été, NDLR), ajoute Mme Shirota.

Les hommes osent les ombrelles

Si certains consommateurs nippons optent pour des objets innovants, d'autres se tournent vers des méthodes plus traditionnelles comme l'usage des ombrelles, en passe de devenir un accessoire populaire auprès des hommes également.

Cette tendance est en partie due à une recommandation du ministère japonais de l'Environnement, lancée en 2019, encourageant la population à les utiliser pour éviter les coups de chaleur.

Les hommes étaient jusqu'alors "gênés" car les ombrelles ont été longtemps associés aux femmes soucieuses de leur peau, se souvient Hiroyuki Komiya, gérant de Komiya Shoten, une boutique de parapluies de luxe à Tokyo qui fabrique aussi des petits parasols pour hommes depuis quatre ans.

En visitant le quartier traditionnel d'Asakusa à Tokyo, sous un soleil de plomb, Kiyoshi Miya, 42 ans, a décidé d'utiliser son parapluie noir comme ombrelle.

"C'est mieux que de ne rien avoir du tout - c'est un peu plus frais, ça me permet de sortir", raconte-t-il à l'AFP.

D'autres en restent aux ventilateurs portables, déjà très répandus au Japon, sans forcément être totalement satisfaits.

"Cela rend la situation un peu plus confortable mais ne résout pas tout" face au réchauffement des températures, soupire Shoma Kawashima, 21 ans, un autre touriste à Asakusa.


Sofia Carson en robe Elie Saab sur le tapis rouge

 Sofia Carson éblouit dans une robe Elie Saab sur le tapis rouge. (AFP)
Sofia Carson éblouit dans une robe Elie Saab sur le tapis rouge. (AFP)
Short Url
  • Conseillée par Erin Walsh, Sofia Carson a pris la pose sur le tapis rouge, vêtue d’une jupe drapée et des ornements sur le décolleté
  • À la fin de 2023, l'actrice était élégamment vêtue d’une robe Zuhair Murad lors de la 2e édition de l'événement annuel Cam for a Cause

DUBAÏ: L'actrice américaine Sofia Carson a fait le choix d’une robe du créateur libanais Elie Saab lors de la cérémonie de clôture du 77e festival de Cannes.

La star, qui a déjà arboré des marques libanaises sur de nombreux tapis rouges dans le passé, a opté pour un ensemble aux tons olive de la collection couture printemps/été 2024 du créateur.

Conseillée par Erin Walsh, Sofia Carson a pris la pose sur le tapis rouge, vêtue d’une jupe drapée et des ornements sur le décolleté.

Cette dernière apparition sur le tapis rouge témoigne de l’engouement de Sofia Carson pour les couturiers libanais. En 2022, l'actrice de Purple Hearts a été aperçue à New York portant un ensemble signé Zuhair Murad. Elle a assisté au Global Citizen Festival dans un ensemble coordonné de la collection Resort 2023 de Zuhair Murad. La tenue comprenait un haut court et une minijupe assortie de cuissardes en cuir.

À la fin de 2023, l'actrice était élégamment vêtue d’une robe Zuhair Murad lors de la 2e édition de l'événement annuel Cam for a Cause, en mémoire de son ancien partenaire Cameron Boyce, décédé à l'âge de 20 ans des suites d'une crise d'épilepsie.

En 2024, le festival de Cannes, désormais terminé, a vu défiler plusieurs tenues créées par des designers arabes.

carson
La styliste saoudienne Eman al-Ajlan a habillé Leomie Anderson. (Getty Images).

La styliste saoudienne Eman al-Ajlan a habillé la mannequin et présentatrice de télévision britannique Leomie Anderson lors du gala 2024 de l'Amfar à Cannes. La tenue se composait d'une minirobe avec une jupe en filet ajustée en dessous.

Plusieurs célébrités ont également opté pour des créations de Zuhair Murad lors de cet événement prestigieux. Parmi elles, on compte la mannequin allemande Toni Garrn, la commentatrice sportive Alex Scott et la mannequin brésilienne Thayna Soares.

La mannequin allemande Kim Dammer a, quant à elle, ébloui le tapis rouge dans une robe noire glamour à col licou, brodée de formes géométriques par le couturier libanais Rami Kadi. L'actrice turque Hande Ercel a arboré une robe noire ornée de perles rouges et bleues, une création du designer libanais Nicolas Jebran.

L'actrice égyptienne Yasmine Sabri a également fait sensation avec une robe argentée éblouissante du créateur libanais Jean Pierre Khoury. La robe était ornée de milliers de perles scintillantes, cousues à la main sur une silhouette corsetée, selon la maison de couture.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Réapparition de deux tableaux mystérieusement disparus du Kunsthaus de Zurich

Une photo prise le 14 mars 2023 montre "Le garçon au gilet rouge", 1888, un chef-d'œuvre de Paul Cézanne, faisant partie de la collection Emil Buhrle exposée au Kunsthaus de Zurich (Photo, AFP).
Une photo prise le 14 mars 2023 montre "Le garçon au gilet rouge", 1888, un chef-d'œuvre de Paul Cézanne, faisant partie de la collection Emil Buhrle exposée au Kunsthaus de Zurich (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces deux petit formats - qui sont des prêts permanents de collectionneurs privés - avaient été décrochés en même temps que près de 700 autres œuvres afin d'être nettoyés
  • Le mystère de la réapparition reste entier

GENEVE: Deux tableaux qui avaient mystérieusement disparu du Kunsthaus de Zurich, un musée doté de l'une des collections d'art les plus prestigieuses de toute la Suisse, sont réapparus dans des circonstances encore floues, a annoncé le musée dimanche.

Les deux œuvres "ont refait surface en bon état et pourront bientôt de nouveau être exposées parmi les collections", souligne le musée.

Début 2023, le Kunsthaus avait perdu la trace des deux tableaux, encadrés et sous verre: un Robert van den Hoecke du milieu du XVIIe siècle dépeignant des soldats dans leur campement, et une nature morte au vase de fleurs de Dirck de Bray datant de 1673.

Ces deux petit formats - qui sont des prêts permanents de collectionneurs privés - avaient été décrochés en même temps que près de 700 autres œuvres afin d'être nettoyés et restaurés par les services du musée, où un incendie avait éclaté dans la nuit du 2 au 3 août 2022.

L'affaire avait fait du bruit et inquiété, d'autant que près des trois quarts de la collection de peintures et de sculptures sont des dons de particuliers ou des prêts permanents.

"Après examen des tableaux par le service de restauration du Kunsthaus, on a pu constater que l’état des deux tableaux est bon", a souligné l'établissement.

Mystère 

Le mystère de la réapparition reste entier, le Kunsthaus précisant qu'en raison de l'enquête de la police en cours, "aucune autre information ne peut être fournie pour le moment".

Ann Demeester, la directrice du musée, et Philipp Hildebrand, président de la société d'art du Kunsthaus Zurich, se sont dits "extrêmement heureux d'avoir retrouvé ces deux précieux tableaux" et ont souligné que "la joie du propriétaire privé et de sa famille est aussi très grande".

Aucune autre pièce parmi toutes celles décrochées après l'incendie ne manquait à l'inventaire minutieux qui avait été réalisé.

Le musée avait aussi fait inscrire les deux tableaux dans l'Art Loss Register, la plus grande base de données au monde d’œuvres d'art perdues et volées.

Selon le site internet du musée, les collections du Kunsthaus comptent près de 4.000 peintures et sculptures et 95.000 œuvres graphiques, qui s'étendent du XIIIe siècle à nos jours. Environ 1.000 œuvres sont exposées en permanence.

Le musée dispose notamment d'un vaste ensemble d'Edward Munch et d'Alberto Giacometti.


Les Journées franco saoudiennes de la mode : de belles perspectives pour les créateurs saoudiens

Journées franco-saoudienne de la mode (Loai Al Kelawi )
Journées franco-saoudienne de la mode (Loai Al Kelawi )
Résidence de création du futur Jax District, Dirriyah (Loai Al Kelawy)
Résidence de création du futur Jax District, Dirriyah (Loai Al Kelawy)
Short Url
  • Deux journées dédiées exclusivement à la mode et dont l’objectif est de mettre en relief l’expertise française en matière de mode auprès des professionnels saoudiens.
  • Burak Çakmak a déclaré : « La Commission saoudienne de la mode ne ménage pas ses efforts pour soutenir les créateurs locaux et leur offrir des opportunités et des initiatives leur permettant d'atteindre un public mondial. »

RIYAD : L’ambassade de France, l’Alliance française d’Arabie et la Commission saoudienne de la mode organisent pour la deuxième année consécutive les journées franco-saoudienne de la mode ou le « French Saudi fashion days » dans le cadre des cérémonies du Mois de l’Europe du 25 au 26 juin au sein des locaux de « Future Creative Residence » à JAX District à Riyad.

Dans son allocution d’ouverture, l’ambassadeur français, Mr. Ludovic Pouille a déclaré : « Je suis heureux de participer à cette seconde édition des journées franco saoudienne de la mode.  Cette continuité prouve d’une part l’excellence des relations franco-saoudiennes en général et d’établir d’autre part une stratégie commune de coopération pour développer et promouvoir l’industrie de la mode. Il est impossible de parler de mode sans évoquer la France, ses couturiers, ses créateurs et ses marques de renommée mondiale qui font la notoriété et la fierté de la France.

Ludovic Pouille ambassadeur de France en Arabie saoudite)LoaiAl Kelawy)
 Journées franco-saoudienne de la mode

Deux journées dédiées exclusivement à la mode et dont l’objectif est de mettre en relief l’expertise française en matière de mode auprès des professionnels saoudiens afin d’établir ensemble des relations de coopération durables dans la réalisation de projets communs.

Les experts français sont ici pour présenter des conférences, mais aussi proposer des ateliers de travail avec des designers saoudiens qui ont l’opportunité de présenter leur collection et d’échanger en termes de formation. »

Depuis sa création et dans le cadre de l’initiative Vision 2030, la commission saoudienne de la mode cherche à promouvoir l’éducation et la créativité dans l’industrie de la mode, à soutenir le développement de produits et à accroître la localisation de la chaîne de fabrication et d’approvisionnement.

Panel Actualités de la mode, nouveaux enjeux, nouvelles tendances, marques émergentes, par Giovanna Casimiro, Professeur à l'IFM et Hans de Foer, Directeur du programme « Savoir Faire » à l'IFM.
Panel Actualités de la mode, nouveaux enjeux, nouvelles tendances, marques émergentes, par Giovanna Casimiro, Professeur à l'IFM et Hans de Foer, Directeur du programme « Savoir Faire » à l'IFM.
 

Burak Çakmak, directeur général de la commission a confié à Arab News en français : « L'idée des journées de la mode était de donner un aperçu de ce qui se passe dans le domaine de la mode en Arabie Saoudite, mais aussi de faire venir de nouveaux experts de France qui peuvent vraiment partager leurs connaissances, mais apprendre aussi ce qui se déroule en Arabie Saoudite.

Depuis l'année dernière, beaucoup de choses nouvelles se sont produites dans le pays. Nous nous appuyons donc sur les décisions initiales de l'année dernière, mais nous sommes allés plus loin au cours de l'année écoulée.

Nous nous sommes beaucoup engagés dans les formations de l'Institut français de la mode qui se déroulent en France et en Arabie Saoudite. Et comme vous pouvez le voir, certains des professeurs qui ont enseigné les talents saoudiens participent également à ces journées et soutiennent le programme proposé dans le cadre de cet événement de deux jours. »

 l’ambassadeur de France a affirmé: «La France est un partenaire naturel puisque nous sommes le pays de la mode par excellence» (Photo, fournie).
 L’ambassadeur de France a affirmé: «La France est un partenaire naturel puisque nous sommes le pays de la mode par excellence» (Photo, fournie).

« Nous allons approfondir certains des ateliers clés liés à la construction d’une marque, comprendre les éléments fondamentaux de ce que cela signifie de construire une entreprise de luxe et aussi s'engager avec les designers saoudiens qui ont déjà été à Paris plusieurs fois faire des semaines de la mode, Nous avons assisté à la Semaine de la mode ici à Riyad.

Il s'agit donc de pouvoir partager leurs connaissances et leurs expériences avec les créateurs saoudiens qui ont envie de faire partie de l'avenir de la mode saoudienne, d’établir des relations avec des entreprises françaises de la mode, avec les nouveaux créateurs pour augmenter le nombre de personnes qui entrent dans ce secteur dans le pays. » a-t-il expliqué.  

Burak Çakmak, directeur général de la commission saoudienne de la mode et Giovanna Caimiro professeure à l'IFM (Loai Al Kelawy)​   ​
Burak Çakmak, directeur général de la commission saoudienne de la mode et Giovana Casimiro, professeure à l’IFM (Loai Al Kelawy)  

La Commission saoudienne de la mode est totalement déterminée à montrer au monde ce qu’est la mode saoudienne. Les designers saoudiens ont l’occasion de côtoyer et de s’engager avec des experts français considérés mondialement comme leaders et partenaires incontestables dans le domaine de la mode.

La commission accorde une grande importance à la formation et établit des programmes de qualité élaborés avec le soutien de l’Institut francais de la mode contribuant ainsi à préparer les créateurs et à perfectionner leurs compétences.

À ce propos, Burak Çakmak a annoncé : « La Fashion Commission travaille avec les talents saoudiens depuis déjà trois ans. Évidemment, notre programme phare Saudi 100, c’était le point de départ et nous en sommes à notre troisième édition, et c’est en fait notre principal programme d’incubation pour tous les talents prêts à construire une entreprise.

De plus, nous offrons beaucoup de programmes de formation sur le terrain. Nous avons fait beaucoup de cours courts et des programmes plus longs, mais aussi des formations techniques professionnelles telles que le savoir-faire, nous l’avons déjà fait, notre première classe a été très réussie en France et nous avons commencé à investir dans les programmes pour cadres.

Journées franco-saoudienne de la mode 25 et 25 mai 2024 (Loai Al Kelawy)
les journées franco-saoudienne de la mode

Ainsi, nous avons envoyé plusieurs de nos principaux propriétaires de marques à Paris pour étudier le programme exécutif sur la gestion d’entreprise de luxe. Nous voulons continuer à apporter des connaissances sur la façon de construire des entreprises de luxe, mais aussi éduquer sur les connaissances techniques, sur la façon de faire de beaux produits.

Nous allons ajouter des éléments qui sont encore plus nécessaires, axés sur le style ainsi que la photographie de mode et se spécialiser afin de répondre aux besoins du secteur dans le pays. »

Durant ces deux journées, des experts saoudiens et français de la mode ont animé des panels de discussion, des ateliers sur le savoir-faire et le luxe, le patrimoine et l’environnement. Ils ont également abordé leurs points de vue respectifs sur l’impact de l’écosystème de la mode.