La canicule s'intensifie, les mesures préventives se multiplient

Des personnes sont assises à l'ombre sur les quais du Rhône à Lyon, le 21 août 2023, alors que la vigilance rouge canicule est activée dans quatre départements, signe d'un épisode "durable" qui touche également 49 départements d'une grande moitié sud, toujours en vigilance orange. (AFP)
Des personnes sont assises à l'ombre sur les quais du Rhône à Lyon, le 21 août 2023, alors que la vigilance rouge canicule est activée dans quatre départements, signe d'un épisode "durable" qui touche également 49 départements d'une grande moitié sud, toujours en vigilance orange. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 23 août 2023

La canicule s'intensifie, les mesures préventives se multiplient

  • la France a connu lundi sa journée la plus chaude jamais mesurée après un 15 août avec un indicateur thermique national qui a atteint 26,63 degrés, selon Météo-France
  • Face à la canicule qui écrase les deux tiers du pays - seul le tiers nord étant classé vert- les habitants tentent de s'adapter, avec des mesures en faveur des plus vulnérables

LYON: "Freecooling" pour les plus âgés, sorties suspendues pour les jeunes, lieu de fraicheur pour les sans-abris, festivals sous surveillance... Face à la canicule persistante, les mesures préventives se multiplient et la vigilance rouge sera étendue à 19 départements, 37 autres étant en orange.

L'Ardèche, la Drôme, la Haute-Loire et le Rhône sont au plus haut niveau de vigilance depuis mardi midi. Ils seront rejoints mercredi à midi par 15 autres:  Ain, Loire, Isère, Lozère, Gard, Vaucluse, Hérault, Aveyron, Tarn, Tarn-et-Garonne, Aude, Lot, Lot-et-Garonne, Haute-Garonne et Gers.

La vague de chaleur tardive qui touche l'ensemble du pourtour méditerranéen pousse localement les températures - le thermomètre a atteint 43°C à Puy-Saint-Martin (Drôme). Plusieurs records absolus ont été battus, à Orange dans le Vaucluse (42,7°) ou  Durban-Corbières dans l'Aude (42.5°).

Lundi a été la journée la plus chaude jamais enregistrée en France après un 15 août, avec des températures peinant à baisser la nuit, comme à Nice avec 29,6°C comme minimale.

Seul le tiers nord reste en vert sur les cartes de Météo-France. Ailleurs, la chaleur s'accentuera mercredi et les autorités multiplient les consignes de prudence.

La vigilance rouge "est inédite dans le département du Rhône et cela nous a amené à mettre en place un certain nombre de mesures particulièrement renforcées", a souligné la préfète déléguée pour la défense et la sécurité Juliette Bossart-Trignat lors d'un point presse.

Depuis 2003, "ce n'est que la sixième fois que le niveau (de vigilance) rouge est activé, et jamais on ne l'avait activé aussi tardivement", a souligné mardi soir le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu sur BFMTV, appelant les Français à "la vigilance".

«Site rafraichi»

Un "site rafraichi" pour les sans-abris a été ouvert mardi dans un gymnase du centre de Lyon, "les grosses chaleurs représentant autant de risques que les grands froids", selon Raimon Schmidt, un responsable de la Croix-Rouge à Lyon.

Le rythme des maraudes a doublé depuis le passage de Lyon en vigilance orange mi-août.

Les sorties prévues par les établissements accueillant des mineurs (protection de l’enfance, accueils de loisirs, séjours de vacances et scoutisme) sont annulées, a précisé de son côté la Métropole de Lyon, cette consigne concernant aussi les crèches.

Plusieurs musées seront gratuits à partir de mercredi dans la capitale des Gaules, tandis que Marseille prolonge jusqu'à dimanche la gratuité des piscines municipales.

Le festival Woodstower de rap et d'électro est maintenu en périphérie de Lyon avec des horaires aménagés et des limitations sur les ventes d'alcool. Mais, "par mesure de précaution", la ville de Nîmes a préféré reporter d'une semaine un événement commercial "Vid-boutik".

A Bourg-en-Valence (Drôme), la municipalité livre, pour la deuxième année consécutive, des bouteilles d'eau fraîche à ses agents en extérieur. "C'est histoire d’aller voir les agents sur le terrain, c’est vraiment très important de pouvoir aussi rappeler quels sont les bons gestes, les premiers symptômes", explique Morgane Pironato, assistance de prévention à la mairie.

Les Ehpad font aussi l'objet de précautions particulières. A Bordeaux, l'établissement Henri Dunant de la Croix-Rouge bénéficie d’un système de "freecooling", un air de l'extérieur retraité et redistribué pour que les résidents puissent passer trois heures par jour au frais, comme recommandé par les autorités

Canicule, pic et vague de chaleur, quelles différences ?

Pic, vague de chaleur et canicule correspondent à des critères climatologiques précis, les vigilances canicules prenant aussi en compte les potentiels impacts sur la santé, explique Météo-France.

Que signifient un pic et une vague de chaleur ?

"Un pic de chaleur désigne un épisode bref, de 24 à 48 heures durant lequel les températures sont supérieures aux normales de saison", explique Météo-France sur son site internet.

"Une vague de chaleur désigne un épisode de températures nettement plus élevées que les normales de saison pendant plusieurs jours consécutifs", poursuit le service public de météorologie et de climatologie en France.

La définition d'une vague de chaleur varie selon les régions, en fonction des températures et de sa durée, les populations n'ayant pas la même capacité d'adaptation.

Au niveau national "un épisode de vague de chaleur est détecté dès que l'indicateur thermique national (moyenne de mesures quotidiennes de température moyenne de l’air dans 30 stations météorologiques) atteint ou dépasse 25,3 °C et qu'il demeure élevé pendant au moins trois jours", ajoute Météo-France.

Et une canicule ?

La canicule désigne "un épisode de températures élevées, de jour comme de nuit, sur une période prolongée (au moins trois jours)", explique Météo-France.

Les météorologues "ont défini des seuils qui varient selon les départements. Par exemple, à Toulouse, Météo-France parlera de canicule quand, durant les trois jours et trois nuits, les températures maximales seront supérieures à 36°C et les températures minimales supérieures à 21°C".

Les températures pourront être plus basses dans le nord de la France.

La vigilance canicule peut être jaune, orange ou rouge, ce dernier seuil correspondant à la fois à un événement météorologique exceptionnel et à une alerte sanitaire justifiant une mobilisation maximale, avec des risques de surmortalité.

Multiplication des épisodes

Ces épisodes de chaleur touchent habituellement la France métropolitaine entre début juillet et mi-août, mais ils peuvent également survenir en dehors de cette période.

Depuis 1947, 46 vagues de chaleur ont été recensées en France, la dernière remontant à août 2022, avant la vague actuelle commencée le 17 août.

Ces vagues "ont été sensiblement plus nombreuses au cours des dernières décennies. Sur les 38 dernières années, elles ont été quatre fois plus nombreuses que sur les 38 années précédentes. Le nombre de jours de vagues de chaleur a été multiplié par neuf", indique Météo-France.

Cela "s'inscrit dans la logique du réchauffement climatique qui implique que de tels épisodes pourraient s’avérer plus fréquents ou tardifs durant la saison estivale", précise Météo-France. Leur fréquence devrait doubler d'ici à 2050.

Premiers patients

En Haute-Loire, aux urgences du Puy-en-Velay, la vigilance est aussi de mise.

"Il y a plus de personnes âgées qui font des malaises liés à la chaleur mais pas d’explosion constatée à l'entrée des urgences. Sur deux-trois jours, nous pouvons gérer la situation mais si elle devait perdurer au-delà, cela risque d’être plus compliqué", explique le docteur Julien Allirand, chef du service. Selon lui, il manque 10 ETP (emploi temps plein) aux urgences où les patients sont actuellement orientés toutes les nuits par manque de médecins.

A l’hôpital Pasteur de Nice, les premiers effets de l'épisode caniculaire se font aussi sentir : "nous avons eu ce matin une dizaine de personnes avec des douleurs intestinales, des pathologies souvent en lien avec cette montée des températures", indique Séverine Kacemi, responsable soignants du pôle urgences. "Mais nous n’avons plus ces personnes âgées qui arrivaient en masse en état de déshydratation complète comme lors de l’épisode de 2003", observe-t-elle.

Dans ce contexte de chaleur durable, la qualité de l'air se dégrade, avec des concentrations d’ozone en hausse sur une moitié sud et est du pays, selon le site Prév'Air. Quatre départements - le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-Maritimes - passent en alerte de niveau 2 mercredi.

Selon les scientifiques, les canicules à répétition sont un marqueur sans équivoque du réchauffement de la planète et ces vagues de chaleur sont appelées à encore se multiplier, s'allonger et s'intensifier.


Double infanticide en région parisienne, le père en garde à vue

Le procureur n'a fourni aucun élément sur le contexte familial ou conjugal de l'affaire qui intervient après trois infanticides multiples en région parisienne, perpétrés par des pères, depuis octobre. (AFP)
Le procureur n'a fourni aucun élément sur le contexte familial ou conjugal de l'affaire qui intervient après trois infanticides multiples en région parisienne, perpétrés par des pères, depuis octobre. (AFP)
Short Url
  • Après avoir tenté de se tuer jeudi soir, il a avoué avoir tué ses enfants, selon le parquet d'Evry (Essonne)
  • Les corps des enfants ont été retrouvés dans un champ à Forges-les-Bains, à une quarantaine de kilomètres au sud de Paris, et le père a été placé en garde à vue, a indiqué le parquet à l'AFP

EVRY: Après avoir tenté de se suicider au volant, un père a reconnu vendredi avoir tué sa fille de trois ans et son fils de 20 mois en région parisienne, où trois infanticides multiples ont déjà été recensés ces derniers mois.

Après avoir tenté de se tuer jeudi soir, il a avoué avoir tué ses enfants, selon le parquet d'Evry (Essonne).

Les corps des enfants ont été retrouvés dans un champ à Forges-les-Bains, à une quarantaine de kilomètres au sud de Paris, et le père a été placé en garde à vue, a indiqué le parquet à l'AFP.

Une enquête a été ouverte pour assassinats.

Le procureur n'a fourni aucun élément sur le contexte familial ou conjugal de l'affaire qui intervient après trois infanticides multiples en région parisienne, perpétrés par des pères, depuis octobre.

Un homme de 33 ans, soupçonné d'avoir tué peu avant Noël sa femme et leurs quatre enfants à Meaux "dans une scène de crime d'une très grande violence", a été mis en examen.

Fin novembre, un homme de 41 ans, déjà condamné pour des violences familiales, a avoué le meurtre de ses trois filles âgée de quatre à 11 ans à Alfortville, en évoquant un contexte conflictuel avec son ex-conjointe au sujet de la garde des enfants.

Un mois plus tôt, en octobre, un gendarme avait tué ses trois filles avant de se donner la mort, à Vémars. Les faits avaient également eu lieu "dans un contexte familial compliqué" d'après le parquet.

En 2023, plus de 60 enfants ont été tués par leurs parents, selon La Voix de l'Enfant, une association qui réalise un décompte à partir des cas rapportés dans les médias. Un rapport remis au gouvernement en 2019 estimait qu'un enfant était tué tous les cinq jours.

Il n'existe pas de chiffres annuels officiels, regrettent les associations.

Selon une étude sur les "morts violentes au sein du couple", publiée en septembre par le ministère de l’Intérieur, 12 infanticides ont été commis en 2022 en France "sur fond de conflit conjugal", dont huit commis concomitamment à l’homicide de l'un des parents.

La même année, le ministère a recensé 118 féminicides.

Dans un avis publié mi-décembre, la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) a distingué différents cas de figure : les morts violentes de nourrisson, les infanticides liés à un épisode psychotique, les enfants qui décèdent en raison de maltraitances répétées et ceux tués par un parent dans le cadre d'une séparation conjugale, afin de faire souffrir l'autre parent.

Dans ce dernier cas, on parle de "violence vicariante" en Espagne, un concept encore peu connu en France.


Les Français doivent «  s'abstenir » de se rendre en Iran, Liban, Israël et territoires palestiniens 

Short Url
  • Le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné "recommande aux Français de s'abstenir impérativement de se rendre dans les jours qui viennent en Iran, au Liban, en Israël et dans les territoires palestiniens"
  • La décision intervient alors que l'Iran menace de frapper Israël, accusée d'une attaque le 1er avril sur le consulat iranien à Damas, et a été "actée en réunion de crise"

PARIS: Le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné "recommande aux Français de s'abstenir impérativement de se rendre dans les jours qui viennent en Iran, au Liban, en Israël et dans les territoires palestiniens", a indiqué vendredi son entourage à l'AFP.

La décision intervient alors que l'Iran menace de frapper Israël, accusée d'une attaque le 1er avril sur le consulat iranien à Damas, et a été "actée en réunion de crise", précise le ministre. Il a aussi demandé le "retour des familles des agents diplomatiques de Téhéran" ainsi que l'interdiction des missions de fonctionnaires français dans ces pays.


Notre-Dame: 5 ans après l'incendie, les principaux défis de la reconstruction relevés

Le 15 avril 2019, un gigantesque incendie a ravagé la cathédrale, symbole de la chrétienté inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco qui accueillait 12 millions de visiteurs chaque année. (AFP)
Le 15 avril 2019, un gigantesque incendie a ravagé la cathédrale, symbole de la chrétienté inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco qui accueillait 12 millions de visiteurs chaque année. (AFP)
Short Url
  • Le 15 avril 2019, un gigantesque incendie a ravagé la cathédrale, symbole de la chrétienté inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco qui accueillait 12 millions de visiteurs chaque année
  • Des millions de personnes sont restées médusées devant les images diffusées en direct

PARIS: Cinq ans après l'incendie qui a dévasté Notre-Dame de Paris, les principaux défis posés par sa restauration ont été relevés, à l'image de sa flèche dont l'aiguille vêtue de sa couverture en plomb pointe à nouveau dans le ciel, selon Philippe Jost, à la tête du chantier.

Quelque 250 entreprises et des centaines d'artisans d'art, d'architectes et de professionnels ont travaillé dans ce chantier hors norme pour permettre la réouverture du chef-d'oeuvre de l'art gothique, toujours prévue le 8 décembre, affirme à l'AFP M. Jost, qui dirige l'établissement public chargé de cette restauration depuis le décès du général Jean-Louis Georgelin l'été dernier.

Le 15 avril 2019, un gigantesque incendie a ravagé la cathédrale, symbole de la chrétienté inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco qui accueillait 12 millions de visiteurs chaque année. Il a provoqué l'effondrement de sa flèche et celui, partiel, de sa toiture, ravagées par les flammes.

Des millions de personnes sont restées médusées devant les images diffusées en direct.

Déblaiement et sécurisation

"Nous avons tous vécu le choc de la cathédrale après l'incendie, avec ces visions de désolation: les brèches béantes dans les voûtes, les décombres qui jonchaient le sol. On a utilisé des robots car on ne pouvait pas pénétrer sous les voûtes. La phase de sécurisation a duré plus de deux ans", se souvient M. Jost, qui fut d'abord le bras droit du général Georgelin.

Des tonnes de gravats (bois calciné, pierres écroulées...) ont dû être dégagées. Un chantier interrompu plusieurs semaines en raison du Covid.

La sécurisation s'est poursuivie avec le cintrage des arcs-boutants qui soutiennent les voutes, qui menaçaient de s'effondrer à leur tour, ainsi que par la dépollution de 450 tonnes de plomb partiellement vaporisées dans l'atmosphère.

Un échafaudage extérieur de 40.000 tubes tordus et calcinés, qui entourait avant l'incendie la flèche (dont 16 statues avaient été démontées pour restauration), a été démantelé.

Cette "étape majeure" sous haute sécurité s'est achevée à l'été 2021, pour un coût de 150 millions d'euros.

Reconstruction

La reconstruction a démarré à l'automne 2021 sur le chantier de la cathédrale (où des échafaudages intérieurs et extérieurs ont été installés) et dans de nombreux ateliers d'art (charpentiers, maîtres-verriers, tailleurs de pierre...).

Parmi les défis techniques, M. Jost cite les charpentes de la nef, du choeur et de la flèche, qui ont pu être reconstruites à l'identique en chêne massif, avec plus d'un millier d'arbres bicentenaires spécialement sélectionnés dans les forêts françaises.

Elles étaient toutes achevées en mars, la flèche, identique à celle de l'architecte du XIXe siècle Viollet-le-Duc, ayant recouvré aussi une partie de sa couverture et de ses ornements en plomb, ainsi que sa croix et son coq.

Parmi les "très grands moments", M. Jost cite "avril 2023, lorsque les maçons-tailleurs de pierre ont refermé la grande brèche de la voûte de la nef" et lorsque "la flèche est réapparue aux yeux de tous" en février 2024.

Le budget global de cette phase de reconstruction devrait rester "en-deçà" des 550 millions d'euros estimés au départ, anticipe M. Jost.

846 millions d'euros de dons ont été recueillis à travers le monde, dont environ 150 doivent servir à la restauration de parties extérieures de la cathédrale très érodées et touchées par différentes pathologies de la pierre avant l'incendie.

Intérieur

A l'intérieur, Notre-Dame a retrouvé une luminosité inconnue de mémoire de vivant: le nettoyage des murs, voûtes et décors est quasiment achevé.

Il révèle la blondeur de la pierre d'Ile-de-France et des décors peints qui étaient enfouis sous des couches de saleté. La repose des sols en damier noir et blanc se poursuit, ainsi que l'installation, totalement repensée, des dispositifs techniques et électriques et d'un système anti-incendie inédit, selon M. Jost.

Le diocèse a choisi d'épurer l'axe central de la cathédrale et de la doter d'un nouveau mobilier liturgique massif et sobre en bronze brun, ainsi que de 1.500 chaises au design ajouré en chêne massif, qui seront installés à l'automne.

Les vitraux (parmi lesquels seulement trois grandes roses sont médiévales) n'ont pas été endommagés par l'incendie mais ils ont tous été nettoyés. Six vitraux contemporains devraient intégrer certaines chapelles côté Seine, mais pas avant 2026, selon le souhait du président de la République.

Le grand orgue (le plus grand de France) a été épargné par le feu mais recouvert de poussière de plomb. Après nettoyage, ses 8.000 tuyaux ont été remontés un par un. Son harmonisation devrait durer six mois pour redonner sa "voix" à Notre-Dame.

Prochaines étapes

D'ici l'été, les toitures de la nef, du choeur et de la flèche, la restauration des sols, ainsi que des travaux sur du mobilier d'art intérieur, doivent être achevés.

A partir de l'automne, le parvis et les accès seront dégagés et réaménagés en lien avec la Ville de Paris, chargée de restructurer les abords, qui doivent être verdis, à l'horizon 2028.