Intervention militaire au Niger: L'Algérie aurait fermé son espace aérien à l'armée française

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Short Url

Intervention militaire au Niger: L'Algérie aurait fermé son espace aérien à l'armée française

  • L'Algérie a déjà exprimé sa désapprobation envers la volonté de la France d'intervenir au Niger
  • Le gouvernement algérien a exprimé son opposition au coup d'État tout en restant contre une action militaire

ALGER: En réponse au soutien de la France à une intervention militaire au Niger, l'Algérie aurait pris la décision de fermer son espace aérien aux avions militaires français.

Cette mesure de restriction survient dans le contexte de l'intervention préconisée par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour renverser le régime issu d'un coup d'État au Niger et soutenu par Paris. 

L'Algérie a déjà exprimé sa désapprobation envers la volonté de la France d'intervenir dans cause Niger. 

En effet le gouvernement algérien a exprimé son opposition au coup d'État tout en restant contre une action militaire qui aggraverait la situation au Niger et dans l'ensemble du Sahel. 

D'après des sources relayées par les médias algériens, cette interdiction de survol a été établie en réaction aux préoccupations de l'Algérie concernant les intentions françaises envers le Niger.

Cette décision apparaît comme un moyen de signifier à la France que ses actions et sa position en faveur de l'intervention militaire ont des conséquences diplomatiques directes.

Dès l'instant où les militaires ont pris le pouvoir au Niger à la fin du mois de juillet, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a émis des réserves quant à l'intervention militaire soutenue par la Cedeao.

Il a mis en garde contre les risques potentiels et la déstabilisation régionale que pourrait engendrer une telle action. Ce positionnement reflète l'inquiétude de l'Algérie quant aux effets en chaîne d'une intervention armée, non seulement sur le Niger lui-même, mais aussi sur d'autres nations d'Afrique l’environnant.

La France dément: «Rien n'a été demandé, ni refusé»

Ce mardi soir, la France a cependant nié avoir fait une demande à l'Algérie pour le survol de son territoire dans le cadre d'une opération militaire au Niger. 

Cette déclaration a été émise par l'état-major des forces armées françaises, en réponse à une affirmation diffusée par une station de radio publique algérienne.

La Turquie contre 

Dans un contexte similaire, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a également exprimé des inquiétudes au sujet de la proposition de guerre de la Cedeao, la qualifiant d'injuste. Erdogan a souligné que les pays voisins du Niger, tels que le Mali et le Burkina Faso, avaient déjà averti qu'ils considéreraient une telle intervention comme une déclaration de guerre à leur égard. Il a mis en avant le risque d'une propagation de l'instabilité à travers plusieurs pays d'Afrique en cas d'intervention militaire au Niger.

Il est important de noter que le Maroc aurait répondu positivement à la demande française de survol de son espace aérien dans ce contexte. Cette divergence entre l'Algérie et le Maroc, ainsi que les opinions discordantes parmi d'autres acteurs régionaux et internationaux, mettent en évidence la complexité et les enjeux multiples entourant la question de l'intervention militaire au Niger, ainsi que les préoccupations quant à ses conséquences potentielles sur la stabilité régionale.

Transition de 3 ans 

Les pays ouest-africains opposés au coup d'Etat au Niger ont rejeté l'idée d'une transition de trois ans maximum lancée ce week-end par les militaires qui ont pris le pouvoir, signe qu'une sortie de crise par la voie diplomatique semble encore lointaine.

"Une période de transition de trois ans est inacceptable", a affirmé Abdel-Fatau Musah, commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de la Cedeao.

"Nous voulons que l'ordre constitutionnel soit restauré le plus rapidement possible", a-t-il ajouté dans une interview à Al-Jazeera, réaffirmant la position inflexible de l'organisation régionale depuis le coup d'Etat du 26 juillet.

Le Niger est depuis le 30 juillet sous le coup de lourdes sanctions économiques imposées par la Cedeao. 

(Avec AFP). 


Des organisations mondiales pressent M. Biden de faire pression sur M. Netanyahou au sujet du nombre croissant de journalistes tués dans la bande de Gaza

Des personnes en deuil assistent aux funérailles du journaliste palestinien Mohammed Abu Hatab, tué par une frappe israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 novembre 2023. (Reuters)
Des personnes en deuil assistent aux funérailles du journaliste palestinien Mohammed Abu Hatab, tué par une frappe israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 novembre 2023. (Reuters)
Short Url
  • La directrice générale du CPJ, Jodie Ginsberg : Neuf mois après le début de la guerre à Gaza, les journalistes ... continuent de payer un lourd tribut.
  • Plus de 100 journalistes ont été tués, un nombre sans précédent de journalistes et de professionnels des médias ont été arrêtés, souvent sans inculpation selon Jodie Ginsberg.

Le Comité de protection des journalistes et sept autres organisations de défense des droits de l'homme et de la liberté de la presse ont signé des lettres demandant au président Joe Biden de faire pression sur le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au sujet du nombre croissant de journalistes tués dans la bande de Gaza et de l'interdiction quasi totale faite aux médias internationaux d'entrer dans l'enclave.

Les lettres demandent à Washington de « veiller à ce qu'Israël cesse de tuer des journalistes, autorise l'accès immédiat et indépendant des médias à la bande de Gaza occupée et prenne des mesures urgentes pour permettre à la presse d'informer librement dans tout Israël et les territoires occupés », tout en détaillant le nombre de graves violations de la liberté de la presse et la réponse de l'impunité totale.

Les lettres ont été signées par Amnesty International USA, la Freedom of the Press Foundation, le Knight First Amendment Institute, le National Press Club, PEN America, Reporters sans frontières et le Tahrir Institute for Middle East Policy.

Le Premier ministre israélien devrait rencontrer M. Biden mardi et assister à une session conjointe du Congrès mercredi.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas en octobre dernier, les actions du gouvernement israélien ont créé ce que la lettre décrit comme un « régime de censure ».

Dans un message vidéo adressé à M. Netanyahu la semaine dernière, la directrice générale du CPJ, Jodie Ginsberg, a déclaré : « Neuf mois après le début de la guerre à Gaza, les journalistes continuent de payer un lourd tribut.

« Plus de 100 journalistes ont été tués. Un nombre sans précédent de journalistes et de professionnels des médias ont été arrêtés, souvent sans inculpation. Ils ont été maltraités et torturés ».

L'impunité persistante d'Israël dans les attaques contre les journalistes a également porté atteinte aux droits et à la sécurité de deux journalistes américains : Shireen Abu Akleh, assassinée en 2022, et Dylan Collins, blessé lors d'une attaque israélienne du 13 octobre contre des journalistes couvrant le conflit au Sud-Liban. Cette frappe a tué le photographe de l'agence Reuters Issam Abdullah et blessé d'autres personnes qui portaient visiblement des insignes de presse.

Les enquêtes menées par Amnesty, Human Rights Watch, l'AFP et Reuters ont montré que l'attaque était plus que probablement ciblée.

Dimanche, à Vincennes, en France, M. Collins a rejoint sa collègue de l'AFP Christina Assi, qui a perdu sa jambe droite dans le même attentat, alors qu'elle portait la flamme olympique en l'honneur des journalistes tués.

Le CPJ, qui continue d'exhorter le gouvernement américain à prendre des mesures décisives pour la sécurité des journalistes et l'accès des médias à Gaza, a demandé à M. Biden de garantir, lors de sa rencontre avec M. Netanyahou, que le gouvernement israélien prenne les mesures suivantes :

- Lever le blocus qui empêche les journalistes internationaux, israéliens et palestiniens d'accéder à Gaza de manière indépendante.

- Abroger la législation autorisant le gouvernement à fermer les médias étrangers et s'abstenir de toute autre restriction légale ou réglementaire des activités des médias.

- Libérer tous les journalistes palestiniens placés en détention administrative ou détenus sans inculpation, y compris ceux qui ont disparu de force.

- Abjurer l'assassinat aveugle et délibéré de journalistes.

- Garantir la sécurité de tous les journalistes et permettre l'acheminement d'équipements de collecte d'informations et de sécurité vers les zones de conflit.
de collecte d'informations et d'équipements de sécurité aux reporters à Gaza et en Cisjordanie.

- Permettre à tous les journalistes qui le souhaitent d'évacuer la bande de Gaza.

- Réformer de manière transparente ses procédures afin de garantir que toutes les enquêtes sur des allégations de crimes de guerre, de conduite criminelle ou de violations des droits de l'homme soient rapides, approfondies, efficaces, transparentes, indépendantes et conformes aux pratiques internationalement reconnues, telles que le protocole de Minnesota. Les enquêtes sur les abus commis à l'encontre des journalistes doivent être rapidement menées conformément à ces procédures.

- Autoriser les enquêteurs internationaux et les organisations de défense des droits de l'homme, y compris les rapporteurs spéciaux des Nations unies et la Commission d'enquête internationale indépendante des Nations unies sur les territoires palestiniens occupés et Israël, à accéder sans restriction à Israël et aux territoires occupés afin d'enquêter sur les violations présumées du droit international par toutes les parties. 

La lettre a également été envoyée au leader de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, au leader de la minorité à la Chambre des représentants, Hakeem Jeffries, au leader de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, et au président de la Chambre des représentants, Mike Johnson.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


Le ministre saoudien de la Défense reçoit Ludovic Pouille à Riyad

Le ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid bin Salman, a rencontré l'ambassadeur de France au Royaume, Ludovic Pouille, lundi à Riyad. (SPA)
Le ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid bin Salman, a rencontré l'ambassadeur de France au Royaume, Ludovic Pouille, lundi à Riyad. (SPA)
Short Url
  • Les relations entre le Royaume d'Arabie saoudite et la France ont été passées en revue et un certain nombre de questions et de sujets d'intérêt commun ont été abordés.
  • Du côté français, l'attaché militaire auprès du Royaume, Jean-Christophe Guerdet, et le conseiller de l'ambassadeur, Wassim Zammat, étaient présents.

RIYADH : Le ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid bin Salman, a rencontré lundi à Riyad l'ambassadeur de France au Royaume, Ludovic Pouille.

Au cours de la réunion, ils ont passé en revue les relations entre l'Arabie saoudite et la France et ont examiné un certain nombre de questions et de sujets d'intérêt commun, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Le prince Abdulrahman bin Mohammed bin Ayyaf, vice-ministre de la défense, et le chef d'état-major général, le lieutenant-général Fayyad bin Hamed Al-Ruwaili, ont également assisté à la réunion.

Le ministre adjoint de la défense pour les affaires exécutives, Khalid bin Hussein Al-Bayari, et le directeur général du cabinet du ministre de la défense, Hisham bin Abdulaziz bin Saif, étaient également présents.

Du côté français, l'attaché militaire auprès du Royaume, Jean-Christophe Guerdet, et le conseiller de l'ambassadeur, Wassim Zammat, étaient présents.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Gaza: 70 Palestiniens tués à Khan Younès selon le Hamas, des milliers fuient

Au moins 70 Palestiniens ont été tués et plus de 200 blessés dans des "attaques de l'occupation israélienne dans le gouvernorat de Khan Younès depuis ce matin et jusqu'à maintenant", a indiqué le ministère de la Santé du gouvernement dirigé par le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007. (AFP)
Au moins 70 Palestiniens ont été tués et plus de 200 blessés dans des "attaques de l'occupation israélienne dans le gouvernorat de Khan Younès depuis ce matin et jusqu'à maintenant", a indiqué le ministère de la Santé du gouvernement dirigé par le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007. (AFP)
Short Url
  • Au moins 70 Palestiniens ont été tués et plus de 200 blessés dans des "attaques de l'occupation israélienne dans le gouvernorat de Khan Younès depuis ce matin et jusqu'à maintenant"
  • Devant l'hôpital Nasser de Khan Younès où morts et blessés ont été transportés, des scènes déchirantes ont lieu sous le regard impuissant des soignants

TERRITOIRES PALESTINIENS: Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé lundi que 70 Palestiniens avaient été tués dans des opérations israéliennes à Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza, d'où des milliers de personnes ont fui dans la panique après un ordre d'évacuation militaire.

Alors que la guerre entre Israël et le Hamas palestinien ne connaît pas de répit, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est arrivé lundi à Washington où il doit prononcer mercredi un discours devant le Congrès.

Il doit également rencontrer Joe Biden jeudi, a indiqué lundi à l'AFP un haut responsable américain.

Le président des Etats-Unis s'est engagé lundi à "continuer à travailler pour mettre fin à la guerre à Gaza". Sa vice-présidente Kamala Harris, pressentie pour obtenir l'investiture du Parti démocrate à la présidentielle de novembre, rencontrera elle aussi Benjamin Netanyahu "cette semaine" à Washington, selon ses services.

En quittant Israël lundi, le Premier ministre israélien a estimé que sa visite était "très importante" à un moment de "grande incertitude politique", après la décision de Joe Biden de ne pas se représenter à l'élection de novembre.

Principal allié et soutien militaire d'Israël, l'administration Biden s'était agacée ces derniers mois des conséquences de la riposte israélienne à l'attaque menée le 7 octobre en Israël par le Hamas palestinien, qui a déclenché la guerre à Gaza, insistant sur la protection des civils et l'entrée de l'aide humanitaire.

Dans la bande de Gaza, dévastée et assiégée par Israël depuis plus de neuf mois, l'offensive israélienne se poursuit contre le mouvement islamiste Hamas et d'autres groupes palestiniens, notamment dans des régions dont l'armée avait annoncé auparavant avoir repris le contrôle.

Au moins 70 Palestiniens ont été tués et plus de 200 blessés dans des "attaques de l'occupation israélienne dans le gouvernorat de Khan Younès depuis ce matin et jusqu'à maintenant", a indiqué le ministère de la Santé du gouvernement dirigé par le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007.

Contactée par l'AFP, l'armée n'a pas réagi dans l'immédiat. Mais dans un communiqué, elle a affirmé que son aviation et ses chars "avaient bombardé et éliminé des terroristes dans la région".

Devant l'hôpital Nasser de Khan Younès où morts et blessés ont été transportés, des scènes déchirantes ont lieu sous le regard impuissant des soignants: un homme brandit le cadavre d'un bébé en hurlant, une femme effondrée sous le chagrin se frappe la tête, des gens couverts de sang au regard hagard.