Jeux paralympiques: Entre volonté de réussite et héritage, Paris dans la dernière ligne droite

Les athlètes de triathlon roulent avec la Tour Eiffel en arrière-plan lors d'une épreuve test pour le triathlon féminin en vue des prochains Jeux Olympiques de 2024 à Paris (Photo, AFP).
Les athlètes de triathlon roulent avec la Tour Eiffel en arrière-plan lors d'une épreuve test pour le triathlon féminin en vue des prochains Jeux Olympiques de 2024 à Paris (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 28 août 2023

Jeux paralympiques: Entre volonté de réussite et héritage, Paris dans la dernière ligne droite

  • Le message des organisateurs est le suivant: pas de distinction entre Jeux olympiques et paralympiques
  • Cette accélération doit aussi concerner, au-delà des transports, le tourisme ou l'accès au sport

PARIS: Un succès populaire, sportif, une prise de conscience collective, que restera-t-il des Jeux paralympiques de Paris? Les espoirs sont nombreux, tout comme les attentes, à un an de la cérémonie d'ouverture entre les Champs-Élysées et la Concorde, le 28 août 2024.

Au coeur de leur communication, le message des organisateurs est le suivant: pas de distinction entre Jeux olympiques et paralympiques, rassemblés dans un seul événement et une seule même équipe de France.

Mais pour autant, si la capitale avait déjà été le théâtre des JO en 1924, elle accueillera pour la première fois les Jeux paralympiques (28 août - 8 septembre), avec des sites de compétition en commun comme l'Esplanade des Invalides ou la Tour Eiffel, ses quelque 4.400 athlètes, mais aussi ses questions de société.

Il y a l'accessibilité bien sûr, particulièrement mise en avant pour l'événement, bien que la question se posera aussi pour les JO, et après, dans une ville souvent pointée du doigt sur ce sujet.

"100% des sites seront accessibles", assure Grégoire de Lasteyrie, vice-président d'Ile-de-France Mobilités. Cela concerne 17 lieux allant du Stade de France à Roland-Garros en passant par le Grand Palais, grâce à une amélioration des réseaux de trains, bus et taxis mais aussi la mise en place, éphémère, de navettes.

Selon Marie-Amélie Le Fur, présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF), "tout le plaidoyer sur la difficile accessibilité, liée aux Jeux, va accélérer les choses", alors que 12 millions de Français se trouvent en situation de handicap et qu'environ 350.000 visiteurs concernés devraient assister à l'événement.

Cette accélération doit aussi concerner, au-delà des transports, le tourisme ou l'accès au sport.

Un recensement des chambres d'hôtel accessibles sera effectué en début d'année prochaine tandis qu'un plan de sensibilisation des établissements doit être mis en place.

Du côté du CPSF, on espère utiliser la dynamique des Jeux pour augmenter le nombre de clubs dits "inclusifs", ouverts aux personnes souffrant de handicap, avec un objectif: obtenir 3.000 structures supplémentaires de ce type d'ici la fin de l'année prochaine.

Course aux Jeux 

Mais la réussite passera aussi par la capacité à attirer le public.

Alors que les derniers Jeux paralympiques organisés en Europe, à Londres en 2012, avaient engendré la vente de 2,7 millions de billets, 2,8 seront mis en vente à partir du 9 octobre.

Loin des polémiques autour des prix et de l'accès aux places pour les JO, la billetterie des "para" se voudra bien plus accessible avec des entrées à partir de 15 euros pour assister aux épreuves de para équitation au Château de Versailles, d'athlétisme au Stade de France ou de para judo au Grand Palais.

"On a besoin d’engager les Français, qu’ils soient au rendez-vous", poursuit Marie-Amélie Le Fur alors qu'il reste un an pour développer les outils pédagogiques et autres journées permettant de familiariser le public, pas toujours connaisseur, avec le vocabulaire paralympique et ses athlètes.

L'espoir d'une forte médiatisation 

L'équipe de France n'a pas brillé pendant les Mondiaux de para athlétisme de Paris (4 médailles de bronze), largement dominés par la Chine et le Brésil. Les para cyclistes eux ont récolté une pluie de médailles aux "Super Mondiaux de Glasgow" avec 13 titres, dont cinq pour le seul Alexandre Léauté, champion paralympique en poursuite.

En natation, Alex Portal, 21 ans, a brillé avec trois titres aux Mondiaux de Manchester cet été - les Français sont repartis avec 16 médailles - alors qu'à 37 ans, Alexis Hanquinquant, champion paralympique de triathlon, s'est adjugé l'épreuve test organisé mi-août au Pont Alexandre III, qui a lancé "la course aux Jeux".

Celui qui avait décroché l'or à Tokyo pense que "les athlètes qui 'performeront' à Paris auront une médiatisation incroyable, (car) des para sportifs connus, il y en a peu". Encore une autre évolution que Paris aimerait laisser en héritage.


L'Iran appelle à bannir Israël des Jeux olympiques 2024

La Lune se lève derrière les anneaux olympiques affichés sur la Tour Eiffel à Paris, le 22 juillet 2024, . (Photo AFP)
La Lune se lève derrière les anneaux olympiques affichés sur la Tour Eiffel à Paris, le 22 juillet 2024, . (Photo AFP)
Short Url
  • Les sportifs israéliens "ne méritent pas d'être présents aux JO de Paris à cause de la guerre contre les innocents de Gaza", a indiqué le ministère iranien des Affaires étrangères sur X.
  • Le ministre français des Affaires étrangères avait annoncé lundi que la délégation israélienne était la "bienvenue en France", et que la protection des athlètes serait assurée par une unité d'élite de la gendarmerie nationale.

TEHERAN : L'Iran a appelé mardi à interdire aux athlètes Israéliens de participer aux Jeux olympiques 2024 de Paris en raison de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien à Gaza, selon un communiqué officiel.

Les sportifs israéliens "ne méritent pas d'être présents aux JO de Paris à cause de la guerre contre les innocents de Gaza", a indiqué le ministère iranien des Affaires étrangères sur X.

La République islamique ne reconnaît pas Israël, son ennemi juré, et interdit tout contact entre athlètes iraniens et israéliens.

"Annoncer l'accueil et la protection de la délégation du régime terroriste sioniste de l'apartheid signifie seulement donner une légitimité aux tueurs d'enfants", a ajouté le texte iranien en utilisant le hashtag #BanIsraelFromOlympics ("Interdire Israël des Jeux olympiques").

Le ministre français des Affaires étrangères avait annoncé lundi que la délégation israélienne était la "bienvenue en France", et que la protection des athlètes serait assurée par une unité d'élite de la gendarmerie nationale.

Dans une déclaration similaire en février, la Fédération iranienne de football avait demandé à la FIFA de suspendre son homologue israélienne en raison de la guerre menée par Israël dans la bande Gaza.

La guerre a été déclenchée le 7 octobre quand des commandos du Hamas infiltrés dans le sud d'Israël ont mené une attaque qui a entraîné la mort de 1.197 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza, dont 44 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, Israël a lancé une offensive sur la bande de Gaza, qui a fait 39.090 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

En août dernier, un haltérophile iranien a été suspendu par les autorités de son pays après avoir serré la main d'un sportif israélien au cours d'une compétition en Pologne.

En 2021, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avait exhorté les sportifs à "ne pas serrer la main d'un représentant du régime criminel (israélien) pour obtenir une médaille".


LFI dépose une proposition de loi d'abrogation de la réforme des retraites, le RN veut la voter

La députée française et chef du groupe parlementaire du parti de gauche La France Insoumise (LFI) Mathilde Panot vote au second tour pour élire le président de la chambre basse à l'Assemblée nationale française à Paris le 18 juillet 2024. (AFP).
La députée française et chef du groupe parlementaire du parti de gauche La France Insoumise (LFI) Mathilde Panot vote au second tour pour élire le président de la chambre basse à l'Assemblée nationale française à Paris le 18 juillet 2024. (AFP).
Short Url
  • Les insoumis vont déposer mardi à l'Assemblée nationale une proposition de loi d'abrogation de la réforme des retraites, a annoncé la cheffe de file des députés LFI, Mathilde Panot, sur France inter
  • L'Assemblée nationale ayant suspendu ses travaux, cette proposition de loi ne sera pas débattue avant plusieurs mois

PARIS: Les insoumis vont déposer mardi à l'Assemblée nationale une proposition de loi d'abrogation de la réforme des retraites, a annoncé la cheffe de file des députés LFI, Mathilde Panot, sur France inter.

"Aujourd'hui (mardi), nous déposons une proposition de loi pour abroger la réforme de la retraite à 64 ans", a-t-elle déclaré.

L'Assemblée nationale ayant suspendu ses travaux, cette proposition de loi ne sera pas débattue avant plusieurs mois.

Sauf si d'ici là le Nouveau Front populaire accédait au gouvernement, auquel cas il déposerait un projet de loi en ce sens puisque cela fait partie de ses mesures prioritaires.

Dans ce cas, "chacun prendra ses responsabilités pour savoir s’il veut oui ou non faire tomber un gouvernement sur la question de l'abrogation de la retraite à 64 ans", a ajouté Mme Panot, en réponse au fait qu'un tel gouvernement sans majorité absolue risquerait de se heurter rapidement à une motion de censure à l'Assemblée nationale.

Le texte sera voté par le RN, a fait savoir sur BFMTV Laurent Jacobelli, député du parti d'extrême droite. "C'était dans notre programme", a-t-il précisé.


JO-2024: Avant la fête, le Comité international olympique se réunit à Paris

Avant la fête, la Tour Eiffel teste ses jeux de lumière. (AFP).
Avant la fête, la Tour Eiffel teste ses jeux de lumière. (AFP).
Short Url
  • Sans Kylian Mbappé mais entraîné par Thierry Henry, les Bleus du foot entameront eux aussi leur quête de médaille tout comme l'Espagne
  • Ils seront quelque 300.000 vendredi à saluer les bateaux et les milliers d'athlètes embarqués pour une parade inédite, première cérémonie d'ouverture à sortir d'un stade dans l'histoire des Jeux olympiques

PARIS: Les sportifs arrivent à bon port et découvrent les sites, les délégations désignent leurs porte-drapeaux et le Comité international olympique (CIO) a entamé mardi sa traditionnelle session d'avant-Jeux, à la veille du coup d'envoi des premières épreuves.

Si la cérémonie d'ouverture, très attendue, a lieu vendredi sur la Seine, les premiers tournois olympiques commencent dès mercredi, avec l'équipe de France masculine de rugby à VII, emmenée par Antoine Dupont, qui ambitionne de détrôner les doubles champions en titre fidjiens.

Sans Kylian Mbappé mais entraîné par Thierry Henry, les Bleus du foot entameront eux aussi leur quête de médaille tout comme l'Espagne qui, après son triomphe à l'Euro en Allemagne, vise un doublé sous les yeux des premiers spectateurs.

Ils seront quelque 300.000 vendredi à saluer les bateaux et les milliers d'athlètes embarqués pour une parade inédite, première cérémonie d'ouverture à sortir d'un stade dans l'histoire des Jeux olympiques. Elle sera entourée d'un dispositif de sécurité exceptionnel.

En attendant, un silence inhabituel s'est installé dans la rue de Rivoli, qui longe le musée du Louvre et le jardin des Tuileries, coeur touristique de Paris où les visiteurs se pressent d'ordinaire par milliers. Pour quelques jours encore, ils sont cantonnés derrière les grilles dressées pour sanctuariser les berges de Seine.

"Les JO, ça bloque pas mal de choses", constate Catherine Samson, du Finistère, de passage pendant deux jours dans la capitale avec sa famille. Elle se "fiche" des JO et explique avoir "tourné pendant une heure" avant d'atteindre la tour Eiffel.

Emmanuel Macron a répété lundi que la France était prête à accueillir les 10.500 sportives et sportifs et les millions de visiteurs attendus pour l'événement sportif majeur de la planète, qui s'achèvera le 11 août.

Trois ans après l'édition de Tokyo soumise à de strictes conditions sanitaires en raison de la pandémie de covid, près de neuf millions de billets ont été vendus, selon les organisateurs, qui se félicitent d'avoir battu le record d'Atlanta en 1996.

Des réserves sur 2030?

Mardi, les membres du CIO ont entamé leur session pour un ultime point sur les préparatifs des Jeux de Paris.

"Maintenant le moment de vérité est arrivé: la compétition commence, pour les athlètes et les organisateurs", a souligné leur président, Thomas Bach.

Dans un contexte géopolitique marqué par les guerres à Gaza et en Ukraine, les membres du CIO devraient se féliciter d'avoir réussi à rassembler "206 comités nationaux olympiques", préservant la promesse olympique d'universalité. Une trentaine de Russes et de Bélarusses participeront à titre individuel et sous bannière neutre, leurs comités ayant été exclus. Le Comité olympique palestinien a demandé de son côté l’exclusion de la délégation israélienne.

Mais le CIO devra surtout préparer l'avenir, au-delà des deux prochaines éditions prévues à Milan-Cortina à l'hiver 2026 et Los Angeles à l'été 2028: mercredi, la session est censée attribuer les Jeux d'hiver 2030 aux Alpes françaises et ceux de 2034 à Salt Lake City.

Si la désignation de la capitale de l'Utah ne fait aucun doute, "la situation politique rend les choses un peu plus compliquées" pour le dossier français, reconnaissait samedi Mark Adams, le porte-parole de l'instance.

Faute de gouvernement de plein exercice, la France n'a pas pu fournir la garantie de livraison des Jeux signée par le Premier ministre, alors que Thomas Bach a répété jeudi dernier qu'il n'y aurait pas de "décision inconditionnelle" sans ce document.

Danseurs mécontents 

Deux possibilités se dessinent: un report du scrutin, simple à organiser pour le CIO mais qui ferait mauvais effet pour le pays hôte, ou une désignation sous réserves, inédite dans l'histoire des Jeux.

"Il n’y aura pas de report du vote, je suis très affirmatif", a déclaré à l'AFP une source à la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui porte le projet des Alpes françaises avec la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. "Ce vote confirmera l’attribution des JO à la France", "le CIO peut émettre une réserve" mais "rien n’est remis en cause", insiste, optimiste, cette source.

Emmanuel Macron va se rendre mercredi devant le CIO pour appuyer la candidature de la France. Il va également préciser ses intentions après les législatives et définir la "trêve olympique et politique" qu'il invoque, face à une gauche qui réclame toujours de gouverner malgré ses divisions et une droite qui propose une entente a minima.

L'avant-Jeux et notamment la cérémonie d'ouverture seront l'occasion de nombreux échanges entre chefs d'Etat et de gouvernement. Le prince Albert de Monaco, féru de sport, a été parmi les tout premiers dignitaires à arriver lundi à Paris sous un ciel nuageux.

Selon Météo-France, des pluies éparses pourraient toucher Paris dans l'après-midi mais la cérémonie d'ouverture devrait être épargnée, avec de possibles éclaircies.

Les organisateurs doivent tenir mardi une nouvelle réunion de négociations avec le syndicat défendant les artistes interprètes (SFA-CGT), qui a déposé un préavis de grève pour vendredi. Le syndicat dénonce de "criantes inégalités de traitement" (droits à l'image, défraiements) entre les danseurs recrutés.