Grèce: douzième jour de lutte contre l'incendie «le plus grand jamais enregistré dans l'UE»

De la fumée s'échappe de la forêt de Dadia, l'une des zones les plus importantes d'Europe pour les oiseaux de proie, le 24 août 2023. (Photo, AFP)
De la fumée s'échappe de la forêt de Dadia, l'une des zones les plus importantes d'Europe pour les oiseaux de proie, le 24 août 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 30 août 2023

Grèce: douzième jour de lutte contre l'incendie «le plus grand jamais enregistré dans l'UE»

  • L'UE a envoyé 11 avions et un hélicoptère de la flotte européenne pour aider la Grèce avec 407 pompiers, soit la moitié des moyens aériens européens communs, selon la Commission européenne
  • La semaine dernière, 20 personnes ont été retrouvées calcinées, en majorité des migrants dont deux enfants, près d'Alexandroupoli, chef-lieu de l'Evros

ATHENES: Pour le douzième jour consécutif, la Grèce lutte contre l'incendie "le plus grand jamais enregistré dans l'UE", dans le nord-est du pays, dans l'Evros, département frontalier avec la Turquie.

Déclaré le 19 août et ayant déjà brûlé plus de 81.000 hectares dont une grande partie du parc national de Dadia dans l'Evros, selon l'observatoire européen Copernicus (EMS), ce feu est "le plus grand jamais enregistré dans l'UE", a indiqué mardi Balazs Ujvari, un porte-parole de la Commission européenne.

L'UE a envoyé 11 avions et un hélicoptère de la flotte européenne pour aider la Grèce avec 407 pompiers, soit la moitié des moyens aériens européens communs, selon la Commission européenne.

La semaine dernière, 20 personnes ont été retrouvées calcinées, en majorité des migrants dont deux enfants, près d'Alexandroupoli, chef-lieu de l'Evros.

Quatre foyers restent problématiques dans l'Evros, selon les pompiers grecs, et des reprises des feux ont conduit à l'évacuation du village de Kotronia.

Il s'agit du plus gros incendie de forêt d’un seul tenant depuis 2008, selon l'EMS. La superficie brûlée correspond à la taille d'une ville comme New York, et plus d'un tiers de la forêt de Dadia a été ravagée, selon le journal de centre-gauche Ta Nea.

Le quotidien souligne également les manques de personnel pour prévenir ces feux de plus en plus intenses avec le changement climatique:" par exemple, seulement sept gardes forestiers gèrent 35.000 hectares dans le mont Parnès", à proximité d'Athènes.

Pour Dimitris Stamatopoulos, environnementaliste, cité par Ta Nea, "il faut un nouveau plan national pour renforcer les services forestiers et la prévention via la meilleure gestion des forêts".

Sur les réseaux sociaux, la Société pour la protection de la biodiversité de la région a publié des photos impressionnantes "avant" et "après" l'incendie de la forêt de Dadia, protégée par le réseau européen de Natura 2000 et mondialement connu comme étant un refuge pour les vautours.

Alexandros Dimitrakopoulos, professeur spécialisé sur les incendies de forêt, a déclaré sur la chaîne de télévision Mega que c'était "un désastre irréversible".

"Il faudra des années pour reconstruire cette forêt unique. Même dans 100 ans, on ne retrouvera peut-être pas cette biodiversité", a-t-il précisé.

Le gouvernement grec a annoncé mardi une série de mesures pour les régions touchées par les incendies.

Le ministre de l'Environnement, Theodoros Skylakakis, a annoncé des travaux anti-inondations et des dédommagements pour éleveurs, agriculteurs et habitants ayant perdu leur logement.

Comme les pays du pourtour méditerranéen, la Grèce est en proie cet été à de nombreux feux ayant brûlé jusqu'ici 120.000 hectares, selon des estimations de l'Observatoire national grec - soit trois fois la moyenne annuelle depuis 2006, relève l'EMS.


Suède: émotion après la mort d'un père de famille tué par balle par un gang

Short Url
  • Le pays nordique est aux prises avec une guerre des gangs qui a atteint un niveau sans précédent fin 2023
  • Ces bandes recrutent des jeunes qui ne sont pas responsables pénalement pour mettre à exécution des actes criminels, certains des auteurs étant âgés de 12 ans

STOCKHOLM: La Suède était sous le choc jeudi après la mort par balle d'un père de famille en plein jour en présence de son fils dans une banlieue de Stockholm, des médias assurant qu'il avait affronté un gang de jeunes.

Le pays nordique est aux prises avec une guerre des gangs qui a atteint un niveau sans précédent fin 2023 avec un nombre record de fusillades sur fond de lutte pour le contrôle du trafic de drogue.

Ces bandes recrutent des jeunes qui ne sont pas responsables pénalement pour mettre à exécution des actes criminels, certains des auteurs étant âgés de 12 ans.

Le Premier ministre Ulf Kristersson et la cheffe de l'opposition Magdalena Andersson ont annoncé se rendre jeudi soir à Skärholmen, dans le sud de la capitale, où le père de famille a été tué.

Plusieurs fusillades ont été enregistrées dans ce quartier au cours des derniers mois.

"Le système criminel auquel est confronté notre pays a des conséquences brutales pour l'ensemble de notre société libre et ouverte", a dit le Premier ministre dans un message sur Instagram.

"Des personnes si violentes ne devraient pas pouvoir intimider les honnêtes citoyens pour qu'ils se taisent", a-t-il ajouté.

"Les gangs, totalement impitoyables, ne s'arrêteront pas tant que nous ne les arrêterons pas", a ajouté le dirigeant.

Le chef du parti anti-immigration Démocrates de Suède, Jimmie Åkesson, a estimé qu'il "ne suffit pas d'éructer des platitudes, il est temps que la Suède déclare une guerre totale à tous les membres de ces gangs criminels".

Le père de famille de 39 ans, identifié par son prénom Mikael dans les médias, a été tué d'une balle dans le front devant son fils mercredi en début de soirée alors qu'ils se rendaient à vélo à la piscine.

Il est décédé jeudi, selon la police.

Plusieurs médias, dont la chaine de télévision TV4 et les tabloïds Aftonbladet et Expressen, affirment qu'il a été tué parce qu'il s'est confronté à une bande criminelle.

La police, qui n'a procédé à aucune arrestation, n'a pas confirmé ce fait.

"Il détestait l'injustice. Cela lui a coûté la vie", a dit sa soeur, sous couvert d'anonymat, à Expressen. "Il était sensible, il n'aimait pas lire tout ce qui concernait les fusillades".

Ce meurtre intervient alors que le Parlement suédois a adopté mercredi une loi autorisant la police à créer des zones temporaires pour mener des fouilles au corps sans suspicion de crime, pour tenter d'endiguer la violence des bandes criminelles.


La justice argentine accuse l'Iran des attentats de Buenos Aires de 1992 et 1994 contre la communauté juive

Deux attentats ont visé la communauté juive d'Argentine à Buenos Aires. Un premier en 1992, contre l'ambassade d'Israël (29 morts et 200 blessés) et un deuxième en 1994. (AFP).
Deux attentats ont visé la communauté juive d'Argentine à Buenos Aires. Un premier en 1992, contre l'ambassade d'Israël (29 morts et 200 blessés) et un deuxième en 1994. (AFP).
Short Url
  • Le jugement de la Chambre fédérale de cassation pénale II désigne également le mouvement chiite Hezbollah comme auteur de l'attentat, déclare l'Iran "État terroriste"
  • "Le Hezbollah a mené une opération qui répondait à un dessein politique, idéologique, révolutionnaire et sous le mandat d'un gouvernement, d'un Etat", a déclaré à Radio con Vos, en se référant à l'Iran, le juge Carlos Mahiques

BUENOS AIRES: La justice argentine a estimé jeudi que les attentats meurtriers contre l'ambassade d'Israël en 1992 et la mutuelle israélienne AMIA en 1994 à Buenos Aires avaient été commandités par l'Iran, une position qualifiée d'"historique" par la communauté juive locale.

Le jugement de la Chambre fédérale de cassation pénale II désigne également le mouvement chiite Hezbollah comme auteur de l'attentat, déclare l'Iran "État terroriste" et qualifie l'attentat contre l'AMIA de "crime contre l'humanité", selon le texte, cité dans la presse.

"Le Hezbollah a mené une opération qui répondait à un dessein politique, idéologique, révolutionnaire et sous le mandat d'un gouvernement, d'un Etat", a déclaré à Radio con Vos, en se référant à l'Iran, le juge Carlos Mahiques, l'un des trois magistrats qui ont rendu la décision.

Deux attentats ont visé la communauté juive d'Argentine à Buenos Aires. Un premier en 1992, contre l'ambassade d'Israël (29 morts et 200 blessés) et un deuxième en 1994 contre le bâtiment de l'Association mutuelle israélo-argentine (Amia) où 85 personnes avaient été tuées et 300 blessées, pire attentat de l'histoire du pays.

Le jugement de jeudi "est historique, unique en Argentine, on ne le devait pas seulement à l'Argentine : on le devait aux victimes", a déclaré Jorge Knoblovitz, président de la délégation des associations israélites argentines, à la télévision LN+.

En outre, il "ouvre la possibilité d'une plainte auprès de la Cour pénale internationale car il a été clairement établi que l'État iranien est un État terroriste", a-t-il estimé.

Mandats d'arrêt 

L'attentat contre l'Amia n'a jamais été revendiqué ni élucidé. Mais la justice argentine et Israël considéraient déjà que l'Iran en était le commanditaire et qu'il avait été exécuté par des hommes du groupe armé chiite libanais Hezbollah.

Des mandats d'arrêt sont toujours en vigueur depuis 2006 à l'encontre de huit Iraniens. Et en 2023 la justice argentine a sollicité un mandat d'arrêt international contre quatre ressortissants libanais, soupçonnés d'avoir participé "à titre secondaire" à l'attentat de l'AMIA.

L'Iran a nié toute implication dans l'attentat et a toujours refusé que ses hauts responsables de l'époque soient interrogés.

Le prononcement des juges jeudi, en des termes clairs et inédits, intervient cependant dans le cadre de procédures parallèles aux attentats proprement dits.

Elles concernent des recours pour des condamnations pour entrave à l'enquête notamment de la part d'un juge, et d'un ancien chef des renseignements, qui ont vu leurs peine confirmées mais réduites.

L'arrêt des juges, de 711 pages, examine le contexte géopolitique des deux attentats et établit que leur motivation, multiple, répondait indirectement à la politique étrangère du président péroniste (libéral) de l'époque, Carlos Menem (1989-1999).

"Ils trouvent leur origine principalement dans la décision unilatérale du gouvernement - motivée par un changement dans la politique extérieure de notre pays entre la fin 1991 et mi-1992 - d'annuler trois contrats de fourniture de matériel et de technologie nucléaires conclus avec l'Iran", indique un des deux jugements de jeudi, consulté par l'AFP, qui passe en revue des irrégularités au cours de l'enquête.

Le prononcement de jeudi intervient alors que la proximité affichée par le président ultralibéral Javier Milei, avec le judaïsme et l'Etat d'Israël, comme sa volonté de déplacer l'ambassade d'Argentine à Jérusalem, a fait réémerger des craintes de voir l'Argentine ciblée par des attentats terroristes antisémites.

"Et d'où croyez-vous que venaient les attentats (de 1992 et 1994, NDLR) ? Nous sommes déjà sur le radar", a déclaré cette semaine Javier Milei, interrogé sur ce risque. "La question est de savoir si nous sommes des lâches, ou si nous nous positionnons du côté du bien" a-t-il insisté, en référence à une alliance étroite avec Israël.

La communauté juive d'Argentine est la plus importante d'Amérique latine, avec plus de 250.000 membres.


Colère agricole: les eurodéputés voteront en urgence sur la révision de la PAC

Les députés européens votent lors d'une mini-session plénière au Parlement européen à Bruxelles le 11 avril 2024. (Photo de Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Les députés européens votent lors d'une mini-session plénière au Parlement européen à Bruxelles le 11 avril 2024. (Photo de Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Short Url
  • Le texte prévoit de supprimer complètement l'obligation de laisser au moins 4% des terres arables en jachères ou surfaces non-productives
  • La fédération de l'agriculture bio et la coordination agricole alternative internationale Via Campesina ont protesté contre une réforme «ignorant (leurs) préoccupations» sur les effets environnementaux

BRUXELLES: Le Parlement européen à approuvé jeudi une procédure d'urgence lui permettant de se prononcer fin avril sur la révision de la Politique agricole commune (PAC) détricotant certaines règles environnementales pour répondre à la colère du secteur dans l'UE.

Les eurodéputés, réunis à Bruxelles, ont validé à une forte majorité (432 voix pour, 155 voix contre, 13 abstentions) le recours à une procédure accélérée pour voter sur ce texte lors d'une séance plénière à Strasbourg du 22 au 25 avril, la dernière avant les élections de juin.

Abandon des jachères obligatoires, haies, contrôles... Au grand dam des ONG écologistes, la Commission européenne a proposé mi-mars d'assouplir, voire de supprimer une partie des critères "verts" que la nouvelle PAC impose depuis 2023 aux exploitations.

Réclamées par les Vingt-Sept face aux manifestations agricoles qui balayent le continent depuis mi-janvier, ces révisions législatives ont été entérinées sans changement substantiel par les Etats membres le 26 mars. Le Parlement se prononcera à son tour en avril, conformément à son vote jeudi.

Le texte prévoit de supprimer complètement l'obligation de laisser au moins 4% des terres arables en jachères ou surfaces non-productives (haies, bosquets, mares...) Une exigence qui faisait partie des contraintes vertes jugées impraticables par les organisations agricoles.

L'obligation de rotation des cultures serait remplacée par une simple "diversification", le maintien de prairies permanentes serait considérablement assoupli, tout comme les périodes pour l'obligation de couverture des sols.

En cas d'épisodes climatiques extrêmes, des dérogations seraient possibles pour éviter des pénalités -- et les exploitations de moins de 10 hectares seraient exemptées des contrôles liés aux règles environnementales.

Le groupe des Verts a "condamné une initiative infondée et antidémocratique, la procédure accélérée tournant en dérision le rôle du Parlement comme colégislateur", et ce "sans analyse des impacts" attendus.

"Non seulement cela ne résoudra pas le véritable problème des revenus des agriculteurs, mais cela nuira gravement aux objectifs environnementaux de la PAC pour le grand plaisir de l'industrie agro-alimentaire", a déploré l'élu écologiste Bas Eickhout.

"Supprimer les dernières protections vertes serait un cadeau empoisonné aux agriculteurs, en les condamnant à subir encore plus fortement l'impact des sécheresses, inondations, grêle", abonde Suzanne Dalle, de l'ONG Greenpeace, qui manifestait jeudi devant le Parlement.

La fédération de l'agriculture bio (Ifoam) et la coordination agricole alternative internationale Via Campesina ont également protesté cette semaine contre une réforme  "ignorant (leurs) préoccupations" sur les effets environnementaux.