Brigitte Thomas, celle qui ressuscite des jeux de société délaissés

Brigitte Thomas travaille dans sa maison où cet entrepreneur indépendant rénove méticuleusement des jeux de société d'occasion avant de les revendre, à Erstein, dans l'est de la France, le 15 décembre 2020 . Depuis près de quatre ans, Brigitte Thomas vend à prix réduit sur son site internet des jeux de société retapés qui lui ont été donnés ou achetés chez Emmaüs, parfois incomplets et souvent abîmés. (Frédéric FLORIN / AFP)
Brigitte Thomas travaille dans sa maison où cet entrepreneur indépendant rénove méticuleusement des jeux de société d'occasion avant de les revendre, à Erstein, dans l'est de la France, le 15 décembre 2020 . Depuis près de quatre ans, Brigitte Thomas vend à prix réduit sur son site internet des jeux de société retapés qui lui ont été donnés ou achetés chez Emmaüs, parfois incomplets et souvent abîmés. (Frédéric FLORIN / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 18 décembre 2020

Brigitte Thomas, celle qui ressuscite des jeux de société délaissés

  • Depuis bientôt quatre ans, elle vend sur son site www.ludessimo.fr à prix réduit des jeux de société retapés, qui lui ont été donnés ou achetés chez Emmaüs, parfois incomplets, souvent abîmés.
  • "Là, je fais des Monopoly parce que je n'en ai plus sur le site", explique cette ancienne responsable de centre socio-culturel de 57 ans, au milieu des piles de boîtes de jeux qui peuplent la pièce à vivre de sa maison alsacienne typique, à une vingtaine

ERSTEIN : Mais où mettre le sapin de Noël ? Dans la maison de Brigitte Thomas, les jeux de société ont tout envahi, du sol au plafond, des jeux que cette auto-entrepreneuse rénove méticuleusement avant de les revendre.

"Là, je fais des Monopoly parce que je n'en ai plus sur le site", explique cette ancienne responsable de centre socio-culturel de 57 ans, au milieu des piles de boîtes de jeux qui peuplent la pièce à vivre de sa maison alsacienne typique, à une vingtaine de kilomètres au sud de Strasbourg.

Depuis bientôt quatre ans, elle vend sur son site www.ludessimo.fr à prix réduit des jeux de société retapés, qui lui ont été donnés ou achetés chez Emmaüs, parfois incomplets, souvent abîmés.

Quatre gares, trois titres de propriété rouges, trois jaunes, seize cartes chance. Sur sa table, Brigitte Thomas compte toutes les éléments du Monopoly, vérifie les faux billets de banque en francs. A côté, les pions trempent dans une petite bassine. S'il en manque, elle ira en chercher dans sa réserve de pions aux formes, couleurs et époques multiples.

Dans un bac, des feutres aux variations de couleur infinies. "Le 52, c'est le vert Scrabble, le 43 c'est pour les anciennes boîtes de Mystères de Pékin, pour le bleu Ravensburger, j'en mélange deux", explique-t-elle, consacrant une à deux heures pour nettoyer, réparer, compléter et reconditionner un jeu.

Rush de Noël 

Seuls les chambres, la salle de bains et les toilettes sont épargnés par l'invasion des jeux en attente d'une seconde vie. Partout ailleurs, les piles de Docteur Maboul, si difficiles à rénover "car soit il n'y a plus de lumière, soit il n'y a plus de son", côtoient celles d'éditions variées du Trivial Pursuit, de Risk ou de "Qui est-ce ?".

L'étage aussi est un dédale de jeux de société, ceux-ci sont classés, numérotés et prêts à être vendus. Quand le mari de Brigitte Thomas aura trouvé le temps, le soir après sa journée de travail comme logisticien, de les enregistrer sur le site internet de vente en ligne.

Entre sa maison, le garage de son fils et un autre lieu de stockage loué, cette Troyenne d'origine estime à 16.000 le nombre de jeux qu'elle a en réserve.

Trois mille sont déjà rénovés et prêts à être vendus, mais, avec le rush de Noël et l'intérêt pour les jeux de société décuplé par les confinements, seuls 1.300 figurent sur le site en ce moment.

"Là, j'ai vendu 1.000 jeux en 15 jours", se réjouit celle, qui un peu dépassée, se retrouve à préparer la nuit les colis à envoyer dans toute la France, métropole et outre-mer, la Belgique et même parfois le Canada.

Après le troisième Noël de sa boutique en ligne et des heures de travail sans fin, Brigitte Thomas espère pouvoir atteindre 1.200 euros de salaire.

Lien social 

Pendant ses nombreuses années dans le secteur social, le jeu de société était déjà un outil de travail.

"Le jeu a toujours été pour moi un support intergénérationnel, interculturel et de lien social autant que le livre", considère-t-elle. Elle y voit aussi "des clés d'éducation".

Quand, pour des raisons familiales, Brigitte Thomas quitte son travail pour revenir en Alsace, d'où est originaire son mari, elle ne retrouve pas de poste dans son secteur. Approchant alors de la cinquantaine, "j'avais passé la DLC" (date limite de consommation), résume-t-elle "un peu fâchée".

Au terme de ses droits au chômage, elle met en vente ses propres jeux de société pour se faire un peu d'argent. Des acheteurs potentiels commencent alors à la contacter pour lui demander si elle n'aurait pas "ci ou ça".

Quand ce n'est pas le cas, celle qui a toujours bien "aimé réparer, créer" commence à se mettre en quête de ces jeux dans les brocantes ou autres lieux de récup et finit par en faire son activité. "Je suis de nouveau contente de servir à quelque chose", se réjouit-elle.

En août, un tour de France au volant de son van aux couleurs de Ludessimo lui a permis de récupérer 1,2 tonne de jeux de société dont les gens voulaient se séparer sans pour autant les jeter. "Je pense que je dois avoir cinq ou six ans de boulot devant moi."


Irak: une école de cinéma créée à Mossoul en partenariat avec un théâtre belge

Théâtre de Gand. (Photo, www.ntgent.be)
Théâtre de Gand. (Photo, www.ntgent.be)
Short Url
  • Il s'agit de permettre à vingt étudiants irakiens de suivre à partir de l'automne un cursus de quatre mois qui leur apprendra le processus menant «d'une idée à un film abouti»
  • Plusieurs comédiens et professionnels belges du cinéma participeront au cursus de formation

BRUXELLES: Un département Cinéma va voir le jour à l'école des Beaux-Arts de Mossoul, en partenariat avec le théâtre de Gand (Belgique), dans le cadre de la reconstruction de la ville irakienne financée par l'Unesco, ont annoncé vendredi les deux institutions partenaires.

Il s'agit de permettre à vingt étudiants irakiens de suivre à partir de l'automne un cursus de quatre mois qui leur apprendra le processus menant "d'une idée à un film abouti", ont-elles indiqué dans un communiqué.

Le projet est appuyé par le metteur en scène suisse Milo Rau, directeur artistique du théâtre de Gand (NTGent), une des grandes scènes européennes d'art dramatique. Milo Rau s'est déjà rendu plusieurs fois depuis 2016 dans le nord irakien dévasté par la guerre pour y travailler.

La ville de Mossoul est un ex-fief du groupe Etat islamique, libérée en 2017, mais qui est en grande partie en ruines.

En 2019, dans sa pièce "Oreste à Mossoul", Milo Rau a transposé la tragédie grecque d'Eschyle dans un récit confrontant les Irakiens aux questions de l'homosexualité et de la misogynie. La pièce impliquant des acteurs locaux a été jouée au centre culturel de Mossoul.

"Aider à créer un département Cinéma à Mossoul pourrait paraître exceptionnel pour un scène de théâtre européenne", mais "c'est le prolongement logique d'une collaboration qui dure depuis des années" et va se poursuivre, a affirmé le metteur de scène, cité dans le communiqué.

Plusieurs comédiens et professionnels belges du cinéma participeront au cursus de formation. Le premier des quatre séjours programmés sur place est prévu en octobre.

Cette "collaboration structurelle" qui démarre entre les deux institutions belge et irakienne s'inscrit dans le cadre d'un vaste projet de l'Unesco ("Revive the Spirit of Mosul") qui porte aussi sur la reconstruction d'églises et de mosquées. L'organisme de l'Onu établi à Paris a lancé cette initiative en 2018.


Une nouvelle convention renforce les liens entre l'IMA et les musées du Maroc

Le président de l’Institut du Monde Arabe, Jack Lang, et le président de la Fondation Nationale des Musées du royaume du Maroc, Mehdi Qotbi ont signé, ce vendredi 17 septembre à l'IMA, une convention importante qui marque une nouvelle étape dans la collaboration entre les deux institutions. Photo Glob’Art / IMA
Le président de l’Institut du Monde Arabe, Jack Lang, et le président de la Fondation Nationale des Musées du royaume du Maroc, Mehdi Qotbi ont signé, ce vendredi 17 septembre à l'IMA, une convention importante qui marque une nouvelle étape dans la collaboration entre les deux institutions. Photo Glob’Art / IMA
Short Url
  • Le président de l’Institut du Monde Arabe, Jack Lang, et le président de la Fondation Nationale des Musées du royaume du Maroc, Mehdi Qotbi ont signé une convention importante
  • « Le Maroc, pays d’exception, mérite une relation d’exception avec l’Institut du monde arabe »

Le président de l’Institut du Monde Arabe, Jack Lang, et le président de la Fondation Nationale des Musées du royaume du Maroc, Mehdi Qotbi ont signé, ce vendredi 17 septembre à l'IMA, une convention importante qui marque une nouvelle étape dans la collaboration entre les deux institutions.

Cette collaboration prévoit notamment pour l'année 2022 la création d’une bibliothèque d’art au Musée Mohammed VI ; le prêt d’œuvres de l’IMA pour une exposition itinérante dans les villes de Tanger, Rabat et Marrakech ; ainsi qu’une Biennale de la photographie de l'IMA sur le Maroc contemporain qui se tiendra simultanément à l’IMA et au Musée national de la photographie du Maroc. 

Dans un communiqué publié par l'institution, son président Jack Lang se réjouit de ces projets qui renforcent les liens étroits, amicaux, fraternels entre l’IMA et la FNM : « Le Maroc, pays d’exception, mérite une relation d’exception avec l’Institut du monde arabe », rappelant que le Maroc a toujours occupé une place centrale à l’IMA, et que le royaume a été le sujet d’une première grande exposition, « Le Maroc contemporain », en 2014.

 

Législatives marocaines: Jack Lang félicite Aziz Akhannouch pour sa victoire
Par Arab News en français -
Disparition de Nawal El Saadawi: l’hommage de Jack Lang
Par Arab News en Français -

Cinéma: «Notturno», un documentaire en zone de guerre sur les «victimes de l'Histoire»

Le réalisateur italien Gianfranco Rosi et sa fille Emma Rosi arrivent pour la projection du film "Notturno" présenté en compétition le septième jour du 77e Festival du Film de Venise, le 8 septembre 2020. Alberto PIZZOLI / AFP
Le réalisateur italien Gianfranco Rosi et sa fille Emma Rosi arrivent pour la projection du film "Notturno" présenté en compétition le septième jour du 77e Festival du Film de Venise, le 8 septembre 2020. Alberto PIZZOLI / AFP
Short Url
  • Le cinéaste a passé trois ans aux frontières de Syrie, d'Irak, du Kurdistan et du Liban, tournant 90 heures d'images qui ont donné naissance à ce documentaire de 100 minutes
  • Des mères qui pleurent leur fils tué en prison, des enfants qui dessinent les horreurs auxquelles ils ont assisté, ou encore des survivants abandonnés dans un asile psychiatrique: les témoins victimes de décennies de conflit au Moyen-Orient sont au centre

PARIS : Des vagues de soldats défilent dans les images d'ouverture du nouveau documentaire de Gianfranco Rosi, "Notturno" en salles mercredi, mais le but du cinéaste n'est pas de décrire la guerre, seulement ceux qui s'y retrouvent piégés.

Le cinéaste a passé trois ans aux frontières de Syrie, d'Irak, du Kurdistan et du Liban, tournant 90 heures d'images qui ont donné naissance à ce documentaire de 100 minutes.

Des mères qui pleurent leur fils tué en prison, des enfants qui dessinent les horreurs auxquelles ils ont assisté, ou encore des survivants abandonnés dans un asile psychiatrique: les témoins victimes de décennies de conflit au Moyen-Orient sont au centre du film de Rosi. Leur silence meurtri en dit long.

Le réalisateur s'est dit lassé de la couverture journalistique de la guerre, ses images de blessés, d'explosions ou de champs de ruines. "Je voulais faire un film sur les gens qui sont victimes de tout cela", a-t-il expliqué à l'AFP, lors de la Mostra de Venise en 2020, où son film était présenté.

Derrière les destructions, la vie reprend ses droits, "mais on ne voit jamais cela, c'est pourquoi j'ai voulu commencer ce film au moment précis où la couverture journalistique s'arrête".

Dans "Notturno", un enfant dans une classe explique à son professeur que ses dessins colorés montrant des montagnes, le soleil et un groupe de maisons représente le jour où le groupe Etat islamique est venu "exterminer" son village yezidi. L'enfant montre ensuite calmement les dessins de ses camarades scotchés sur un mur: décapitations, pendaisons, femmes enchaînées ou brûlées vives.

Dans une autre scène, une file de femmes vêtues de noir entrent dans un bâtiment abandonné, puis on entend des lamentations. Une femme commence à caresser un mur de béton: "Mon fils, je sens ta présence. Mon fils, la prison est pour les méchants et toi tu étais bon".

Rosi, qui avait décroché un Lion d'Or en 2013 avec un autre documentaire, "Sacro GRA", réussit à saisir aussi des moments intimes d'humanité dans les vies de ces personnes qu'il appelle "archétypes". Il a passé des mois avec ses personnages avant de commencer à filmer, observant leurs rituels quotidiens, afin que sa caméra devienne invisible au moments du tournage. "Parfois, j'attendais un mois entier pour faire une seule prise parce que la lumière n'était pas la bonne", confie-t-il.