Pourparlers jeudi entre l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens du Nagorny Karabakh

Dans cette vidéo extraite d'une séquence diffusée par le ministère russe de la Défense le 21 septembre 2023, un casque bleu russe monte la garde alors que des civils arméniens entrent dans une base militaire russe près de Stepanakert, dans la région du Haut-Karabakh. (Photo, AFP /HANDOUT/ RUSSIAN DEFENCE MINISTRY)
Dans cette vidéo extraite d'une séquence diffusée par le ministère russe de la Défense le 21 septembre 2023, un casque bleu russe monte la garde alors que des civils arméniens entrent dans une base militaire russe près de Stepanakert, dans la région du Haut-Karabakh. (Photo, AFP /HANDOUT/ RUSSIAN DEFENCE MINISTRY)
Short Url
Publié le Jeudi 21 septembre 2023

Pourparlers jeudi entre l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens du Nagorny Karabakh

  • La délégation séparatiste est arrivée dans la matinée à Yevlakh, à 295 km à l'ouest de la capitale azerbaïdjanaise, pour ces négociations, selon l'agence de presse officielle azerbaïdjanaise Azertag
  • Les images de ce média d'Etat montrent une colonne de 4X4 noirs arrivant sur les lieux des discussions, suivie d'un véhicule sur lequel flotte un drapeau russe et portant des plaques d'immatriculation de l'armée russe

BAKOU: De premiers pourparlers entre l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens du Nagorny Karabakh doivent s'ouvrir jeudi dans la ville azerbaïdjanaise de Yevlakh après une victoire militaire éclair de Bakou pour reprendre le contrôle de ce territoire sécessionniste.

La délégation séparatiste est arrivée dans la matinée à Yevlakh, à 295 km à l'ouest de la capitale azerbaïdjanaise, pour ces négociations, selon l'agence de presse officielle azerbaïdjanaise Azertag.

Les images de ce média d'Etat montrent une colonne de 4X4 noirs arrivant sur les lieux des discussions, suivie d'un véhicule sur lequel flotte un drapeau russe et portant des plaques d'immatriculation de l'armée russe.

La Russie a depuis fin 2020 et une précédente guerre une mission de soldats de la paix au Nagorny Karabakh.

Selon le dernier bilan des séparatistes arméniens, l'opération militaire azerbaïdjanaise qui s'est achevée en 24 heures mercredi à la mi-journée a fait au moins 200 morts et 400 blessés. Le ministère russe de la Défense a quant à lui annoncé que deux soldats russes avaient été tués mercredi lorsque leur voiture a été visée par des tirs.

Acculés par la puissance de feu des unités azerbaïdjanaises et la décision de l'Arménie de ne pas leur venir en aide, les séparatistes ont accepté de participer jeudi à de premiers pourparlers sur "la réintégration" à l'Azerbaïdjan du Nagorny Karabakh. Ils ont également accepté de rendre toutes leurs armes.

En parallèle, une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU se déroulera dans l'après- midi, a confirmé la présidence albanaise du Conseil mardi soir.

A la veille des pourparlers, Hikmet Hajiev, un conseiller du président azerbaïdjanais Ilham Aliev, a assuré que l'Azerbaïdjan avait "pour objectif la réintégration pacifique des Arméniens du Karabakh" et une "normalisation" des relations avec l'Arménie.

Il a promis "un passage en toute sécurité" aux forces séparatistes arméniennes, assurant que "toutes les actions" menées "sur le terrain" étaient coordonnées avec le contingent de maintien de la paix russe.

Vingt-quatre heures après le déclenchement de son offensive militaire, l'Azerbaïdjan a "rétabli sa souveraineté" sur le Nagorny Karabakh, s'est félicité mercredi M. Aliev.

Cette victoire azerbaïdjanaise nourrit les craintes d'un départ massif des 120.000 habitants du Nagorny Karabakh, tandis que des images diffusées par des médias locaux montraient une foule rassemblée à l'aéroport de la capitale des séparatistes Stepanakert, contrôlé par les Russes.

Plus de 10.000 personnes, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont d'ores et déjà été évacuées de l'enclave, a fait savoir mercredi soir un responsable des séparatistes.

Les soldats de la paix russes ont affirmé jeudi matin avoir pris en charge environ 5.000 personnes évacuées.

Pachinian sous pression, Aliev renforcé

Après l'instauration du cessez-le-feu mercredi, l'Arménie a accusé l'armée azerbaïdjanaise d'avoir ouvert le feu sur ses positions à la frontière avec l'Azerbaïdjan.

"Des unités des forces armées azerbaïdjanaises ont tiré à l'arme légère sur les avant-postes de combat arméniens près de Sotk", a dit le ministère arménien de la Défense dans un communiqué.

La capitulation des séparatistes a fait monter la pression sur le Premier ministre arménien Nikol Pachinian, critiqué pour ne pas avoir envoyé d'aide au Nagorny Karabakh.

Au lendemain de heurts devant le siège du gouvernement, des milliers de manifestants, partisans des séparatistes du Nagorny Karabakh, se sont de nouveau rassemblés mercredi soir et des incidents ont éclaté avec la police. Nikol Pachinian "doit partir, il ne peut pas diriger le pays", a déclaré l'un d'eux, Sarguis Hayats, un musicien de vingt ans.

Usant de la manne pétrolière pour renforcer son armée, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev est de son côté en passe de réussir son pari de reprendre le contrôle de cette région majoritairement peuplée d'Arméniens, qui a été le théâtre de deux guerres entre les anciennes républiques soviétiques du Caucase que sont l'Azerbaïdjan et l'Arménie : l'une de 1988 à 1994 (30.000 morts) et l'autre à l'automne 2020 (6.500 morts).

Cette victoire "va assurément augmenter la popularité d'Ilham Aliev", au pouvoir depuis vingt

ans mais celui-ci va désormais devoir "tenir sa promesse" de grantir les droits des Arméniens du Nagorny Karabakh, a souligné Chahin Hajiev, un expert azerbaïdjanais indépendant.

Poutine espère un «règlement pacifique»

Totalement absorbée par la guerre en Ukraine depuis plus d'un an et demi, la Russie a joué un rôle de médiateur dans la signature de ce cessez-le-feu, ont affirmé les séparatistes et Bakou. Mais Moscou, qui juge que la crise au Nagorny Karabakh est une "affaire intérieure" de l'Azerbaïdjan, n'a jusqu'ici rien dit de l'accord.

Mercredi soir, le président russe Vladimir Poutine a toutefois déclaré que les négociations sur l'avenir de cette enclave auraient lieu avec "la médiation" des forces russes déployées sur le terrain.

Craignant que la reprise des hostilités ne déstabilise tout le Caucase, les Occidentaux et la Russie avaient appelé dès mardi à un arrêt immédiat des combats.

Les autorités azerbaïdjanaises avaient déclenché ce jour-là leur opération "antiterroriste", à la suite de la mort de six personnes dans l'explosion de mines posées, ont-elles affirmé, par des "saboteurs" arméniens.


Amnesty se félicite de l’annonce du possible abandon des poursuites contre l’équipage du navire d’une ONG

Le navire de sauvetage Iuventa, exploité par l’ONG allemande Jugend Rettet («La jeunesse sauve»), saisi par les autorités judiciaires dans le port de Trapani, le 12 juillet 2018 (AFP)
Le navire de sauvetage Iuventa, exploité par l’ONG allemande Jugend Rettet («La jeunesse sauve»), saisi par les autorités judiciaires dans le port de Trapani, le 12 juillet 2018 (AFP)
Short Url
  • Des membres de l’équipage du navire Iuventa ont été inculpés de «facilitation de l'immigration irrégulière vers l’Italie depuis la Libye»
  • Cette semaine, les procureurs ont indiqué que l’absence de preuves signifiait l’abandon des poursuites

LONDRES: Amnesty International s’est félicitée de l’annonce de l’abandon possible des poursuites engagées contre l’équipage du navire Iuventa appartenant à une ONG, qui a œuvré au sauvetage de milliers de personnes en Méditerranée.

En 2017, les autorités italiennes ont ouvert une enquête sur les activités de l’Iuventa. Quatre membres d’équipage ont finalement été inculpés de «facilitation de l'immigration irrégulière vers l’Italie depuis la Libye». Il semblerait qu’ils aient collaboré avec des trafiquants d’êtres humains, ce qui pourrait leur valoir des peines allant jusqu’à vingt ans d’emprisonnement.

Un tribunal de la ville italienne de Trapani doit se prononcer samedi sur l’inculpation de l’équipage ainsi que des membres de Médecins sans frontières et de Save the Children. Cependant, mercredi, les procureurs ont indiqué que l’absence de preuves signifiait l’abandon des poursuites.

«L’équipage de l’Iuventa a enduré six ans et demi de procédures judiciaires avec une grâce et une résistance inébranlables. Nous sommes heureux qu’il y ait un nouvel espoir que les poursuites soit finalement abandonnées» a déclaré Elisa De Pieri, chercheuse régionale à Amnesty International.

«Le navire Iuventa a secouru plus de 14 000 personnes, notamment des enfants, et son équipage l’a fait en respectant le droit de la mer. Nous appelons les autorités à cesser d’abuser des procédures pénales et des accusations de facilitation de la migration irrégulière pour entraver les activités de sauvetage», a-t-elle poursuivi. 

«L’humanité doit passer avant tout. Nous saluons l’intrépidité de l’équipage de l’Iuventa et des autres personnes qui luttent contre les horreurs qui se déroulent dans les eaux tumultueuses de la Méditerranée.»

«Leurs actes de solidarité avec les réfugiés et les migrants devraient être encouragés et ne jamais être punis. Sans eux, le nombre déjà élevé de morts en Méditerranée centrale ne ferait qu’augmenter», a conclu Mme De Pieri.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Grèves en Corée du Sud: le gouvernement offre de négocier avec les médecins

Le gouvernement sud-coréen s'est engagé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65 pour cent, invoquant la pénurie de professionnels de santé et une crise démographique imminente (Photo, AFP).
Le gouvernement sud-coréen s'est engagé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65 pour cent, invoquant la pénurie de professionnels de santé et une crise démographique imminente (Photo, AFP).
Short Url
  • Les internes affirment que ce plan nuirait à la qualité du service
  • Séoul affirme avoir l'un des ratios médecins-patients les plus faibles parmi les pays développés

SÉOUL: Le gouvernement sud-coréen a indiqué jeudi chercher à ouvrir des négociations avec les jeunes médecins en grève qui paralysent le système de santé du pays, les exhortant à revenir au travail pour ne pas risquer de poursuites.

Près de 10.000 internes en médecine, soit 80% des effectifs, ont débrayé depuis la semaine dernière pour protester contre une réforme ouvrant plus largement l'admission dans les facultés de médecine.

Le gouvernement leur a donné jusqu'à ce jeudi pour reprendre le travail, faute de quoi ils risquent des arrestations ou de perdre leur licence.

"J'ai envoyé un message demandant une rencontre (aux représentants des médecins) (...) Je dois me rendre sur place aujourd'hui pour voir combien de personnes seront présentes", a déclaré le deuxième vice-ministre de la Santé, Park Min-soo, lors d'un point de presse.

Les jeunes médecins rejettent le plan du gouvernement qui prévoit d'augmenter considérablement les admissions dans les écoles de médecine. Les autorités entendent ainsi faire face aux pénuries de personnel de santé et au vieillissement de la population.

Les internes affirment que ce plan nuirait à la qualité du service, et une association de médecins sud-coréens (KMA) a accusé mercredi le gouvernement d'"intimidations".

Selon M. Park, des médecins ont commencé à retourner travailler dans les hôpitaux jeudi. "Nous avons observé une diminution du mouvement de grève depuis deux jours consécutifs", a-t-il déclaré. Mais le ministre de la Santé Cho Kyoo-hong a indiqué jeudi aux médias locaux qu'"un retour massif (des jeunes médecins) ne s'est pas encore concrétisé". "Je les implore de le faire pour les patients", a-t-il déclaré.

M. Cho a souligné que le gouvernement était déterminé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65%.

L'organisation de médecins KMA n'a pas commenté l'offre de négociations, mais un groupe de jeunes médecins sur un réseau social a partagé la capture d'écran d'un message du gouvernement avec la réponse : "Vous devez plaisanter".

«L'impasse va se poursuivre»

Les analystes estiment que la ligne dure du gouvernement pourrait lui être favorable dans la perspective des prochaines élections.

"Si le gouvernement devait faire marche arrière maintenant, cela serait perçu comme un revers majeur avant les élections législatives du 10 avril", a indiqué à l'AFP Kim Jae-heon, responsable d'une ONG en faveur de la gratuité des soins médicaux.

Mais les médecins "pensent que reculer à ce stade serait en leur défaveur. Il semble que l'impasse actuelle va se poursuivre pendant un certain temps".

Les partisans de la réforme estiment que les médecins sont surtout préoccupés par le fait que les changements pourraient dégrader leurs salaires et leur statut social.

Séoul affirme avoir l'un des ratios médecins-patients les plus faibles parmi les pays développés, et le gouvernement insiste pour admettre 2.000 étudiants supplémentaires dans les écoles de médecine chaque année, à partir de l’an prochain.

Près de 75% de la population est en faveur des réformes, selon des sondages, et la ligne dure adoptée par le président Yoon Suk Yeol dans cette crise lui a permis de voir sa cote de popularité augmenter.

Mais Kim Sung-ju, président du Conseil coréen pour les droits des patients atteints de cancer, estime que la vie des patients est "prise en otage".

"C'est incroyable (que les médecins) utilisent la vie des patients comme levier pour promouvoir leurs propres intérêts", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le débrayage massif a entraîné des annulations et des reports d'opérations chirurgicales pour les patients atteints de cancer et de césariennes pour les femmes enceintes.

Pour Kim Tae-hyeon, responsable d'une association de patients de maladie neurodégénérative, les internes en grève sont "pires que des criminels". "Dans les services de soins palliatifs et les unités de soins intensifs les patients luttent pour rester en vie".


Poutine met en garde les Occidentaux contre une «menace réelle» de guerre nucléaire

D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine (Photo, AFP).
D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • Conforté par les succès russes en Ukraine, le chef d'État russe s'est aussi félicité de l'avancée de ses troupes sur le front
  • Dans ses discours à la Nation, Vladimir Poutine fait traditionnellement le bilan de l'année écoulée et définit de nouvelles orientations stratégiques

MOSCOU: Vladimir Poutine a averti jeudi les Occidentaux contre une "menace réelle" de guerre nucléaire en cas d'escalade du conflit en Ukraine, dans son discours annuel à la Nation, grand-messe annuelle lors de laquelle il a défini les priorités pour la Russie.

Conforté par les succès russes en Ukraine, le chef d'État russe s'est aussi félicité de l'avancée de ses troupes sur le front, à deux semaines d'une élection présidentielle qu'il devrait remporter sans surprise.

D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine.

"Ils (les Occidentaux) ont parlé de la possibilité d'envoyer en Ukraine des contingents militaires occidentaux (...) Mais les conséquences de ces interventions seraient vraiment plus tragiques", a-t-il déclaré, depuis le Gostiny Dvor, un palais des Congrès situé près de la place Rouge à Moscou.