Violences dans le sport: une commission d'enquête qui irrite le sport français

Le nouveau président du Comité olympique français, David Lappartient, s'exprime lors d'une conférence de presse à Paris, le 29 juin 2023. (Photo, STEFANO RELLANDINI / AFP)
Le nouveau président du Comité olympique français, David Lappartient, s'exprime lors d'une conférence de presse à Paris, le 29 juin 2023. (Photo, STEFANO RELLANDINI / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 21 septembre 2023

Violences dans le sport: une commission d'enquête qui irrite le sport français

  • Le sport français semble décidément abonné aux crises. Après le football, le rugby, la gym, ou encore le CNOSF, un nouveau front s'est ouvert à 10 mois des JO, sur un terrain plus politique cette fois-ci
  • Depuis le lancement des travaux de cette commission, de nombreux témoignages sur des affaires de violences dans le sport, mais aussi sur de graves problèmes de gouvernance ont été entendus

PARIS: Lancée depuis trois mois, la commission d'enquête parlementaire sur les dysfonctionnements dans les fédérations sportives semble gêner certains cadres du sport français, dont le nouveau président du comité olympique (CNOSF) David Lappartient, qui a dénoncé dans un courrier des "accusations outrancières".

Le sport français semble décidément abonné aux crises. Après le football, le rugby, la gym, ou encore le CNOSF, un nouveau front s'est ouvert à 10 mois des JO, sur un terrain plus politique cette fois-ci.

A peine élu à la présidence du CNOSF (le 29 juin), David Lappartient a décidé de croiser le fer avec cette commission d'enquête, initiée par la députée écologiste Sabrina Sebaihi (Hauts-de-Seine), rapporteuse.

«Cela dérange»

Dans un courrier daté du 19 juillet révélé jeudi par le Monde que l'AFP a pu consulter, et adressé à Sabrina Sebaihi, l'élu breton, également membre du CIO, se dit "étonné" de la description du monde sportif comme "un milieu terriblement opaque" par ladite commission.

Evoquant lors des différentes auditions des "représentations caricaturales", David Lappartient dénonce des "accusations outrancières", et s'interroge sur "les objectifs", "sur les finalités exactes" de la commission lancée à "400 jours de l'ouverture des Jeux olympiques de Paris". "C'est un nouveau coup que vous portez au modèle sportif français", assène-t-il.

Une attaque frontale qu'a peu goûtée la députée écologiste.

"C'est très problématique que David Lappartient remette en cause le travail des parlementaires. C'est comme si l'image des JO était plus importante", s'insurge-t-elle auprès de l'AFP. "C'est la première fois que le principe même d'une commission d'enquête est contesté, c'est plus que des lobbies qui se mettent en marche, je trouve ça totalement antidémocratique".

"Peut-être que cela dérange que l'on vienne toucher à un système mis en place depuis des années. Si la seule réponse +c'est tout va bien dans le meilleur des mondes+ ou +on a déjà mis en place des choses+, cela ne va pas", appuie-t-elle.

Depuis le lancement des travaux de cette commission, de nombreux témoignages sur des affaires de violences dans le sport, mais aussi sur de graves problèmes de gouvernance ont été entendus.

Selon Sabrina Sebaihi, tous ces témoignages concourent à dépeindre un monde sportif "vivant en vase clos".

Avec la présidente de la commission Béatrice Bellamy (Horizons, Vendée), elle a lancé le 13 septembre dernier une plateforme de signalement des violences dans le sport baptisée "Balance ton sport".

Une initiative d'emblée critiquée par la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, qui a réagi sur France Culture trois jours plus tard en soulignant  "qu'une seule plate-forme" existait pour "recueillir les signalements en matière de violences, et notamment de violences à caractère sexiste, elle s'appelle Signal-Sports".

Mise en place par le ministère des sports en 2020, cette cellule a reçu plus de 1 000 signalements selon la directrice des sports Fabienne Bourdais, des chiffres donnés lors de son audition par la commission d'enquête.

"Le lancement d'une nouvelle plateforme de signalement peut entraîner une confusion et une déperdition des signalements", regrette une source proche du mouvement sportif.

«Milieu qui se crispe»

Sabrina Sebaihi assure avoir déjà reçu une "centaine de témoignages" sur la nouvelle plateforme, "certains que les fédérations ne veulent pas entendre". "La cellule Signal-Sports existe, mais les sportifs ne sont pas au courant", cingle-t-elle.

Le Monde fait également état jeudi d'un courrier envoyé par le président de la Fédération française de football (FFF) Philippe Diallo à la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet (Renaissance), pour se plaindre de l'audition du journaliste influenceur Romain Molina.

Le président de la 3F s'offusque du  "contenu de l'audition (...) mettant gravement en cause [ses]  salariés, dirigeants et bénévoles", dénonçant des propos "mensongers et injurieux".

"Il y a une montée en pression d'un milieu qui se crispe et redoute une mauvaise image. Cela ne nous empêchera pas de réaliser notre travail parlementaire de façon indépendante et transparente", assure la députée Béatrice Bellamy, membre de la majorité présidentielle.

La commission doit achever ses travaux en fin d'année.


Expulsion de France de l'imam tunisien Mahjoubi: décision en référé "probablement lundi"

L'imam tunisien Mahjoub Mahjoubi (Photo, AFP).
L'imam tunisien Mahjoub Mahjoubi (Photo, AFP).
Short Url
  • Imam de la petite ville de Bagnols-sur-Cèze (Gard), Mahjoub Mahjoubi a été interpellé puis expulsé jeudi vers la Tunisie
  • Installé en France depuis le milieu des années 1980, marié et père de cinq enfants, l'imam était dans la ligne de mire du ministre de l'Intérieur

PARIS: Le tribunal administratif de Paris a annoncé vendredi qu'il rendrait "en tout début de semaine prochaine" et "probablement lundi" sa décision en urgence sur l'expulsion vers la Tunisie de l'imam Mahjoub Mahjoubi, accusé d'appels à la haine visant les femmes et les juifs dans ses prêches.

L'avocat de M. Mahjoubi, Me Samir Hamroun, avait déposé une demande de référé-liberté (une procédure en urgence) pour contester auprès du juge des référés du tribunal administratif l'arrêté d'expulsion pris par le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en personne à l'encontre de son client.

Vendredi lors de l'audience, l'avocat a dénoncé "une violation des droits inouïe" et "une procédure inédite en termes de célérité" contre son client qui "a été privé de pouvoir faire entendre sa cause devant un juge et laisse derrière lui une situation familiale dramatique, puisqu'il a des enfants mineurs, scolarisés, dont un est atteint d'un cancer assez grave".

"C'est une mesure nécessaire, adaptée et proportionnée" car ainsi "nous prévenons la réitération de propos particulièrement graves par ses prêches", a affirmé la représentante du ministère de l'Intérieur.

Retrait de son titre de séjour

Imam de la petite ville de Bagnols-sur-Cèze, dans le département du Gard (sud de la France), Mahjoub Mahjoubi a été interpellé puis expulsé le 22 février vers la Tunisie.

Installé en France depuis le milieu des années 1980, il était dans la ligne de mire du ministre de l'Intérieur, qui avait demandé quelques jours avant son expulsion le retrait de son titre de séjour.

Il était notamment reproché à Mahjoub Mahjoubi la diffusion d'une vidéo dans laquelle il qualifiait le "drapeau tricolore" - sans préciser s'il s'agissait du drapeau français - de "drapeau satanique" qui n'aurait "aucune valeur auprès d'Allah (Dieu en arabe, ndlr)".

"C'est une atteinte au symbole de la République et une revendication de la volonté de voir instaurer la charia (loi islamique)", a affirmé la représentante de l'Intérieur.

"Il ne voulait pas parler du drapeau tricolore. Il ne maîtrise pas parfaitement la langue française", a répliqué l'avocat, selon qui M. Mahjoubi "regrette beaucoup d'avoir pu laisser croire qu'il porte attentive aux principes de notre Nation".

"Il n'a pas un rôle influent dans le Gard", a ajouté Me Hamroun qui "conteste toute volonté d'orienter des individus vers la radicalisation".

Quant aux prêches, l'avocat a concédé un discours "très patriarcal" et l'expression d'"une liberté d'opinion qui peut être contestable, mais ce n'est absolument pas la visée terroriste qu'avance le ministère".


Derrière un Salon de l'agriculture calme, la colère n'est pas éteinte

Plus de 400 millions d'euros de mesures d'urgence ont été annoncés par le gouvernement, qui a promis un choc de simplification, le renforcement des lois Egalim pour protéger le revenu des agriculture   (Photo, AFP).
Plus de 400 millions d'euros de mesures d'urgence ont été annoncés par le gouvernement, qui a promis un choc de simplification, le renforcement des lois Egalim pour protéger le revenu des agriculture (Photo, AFP).
Short Url
  • Les forces de l'ordre ont encerclé quelques dizaines de manifestants sur un trottoir en haut des Champs Elysées, et 66 ont été interpellés
  • Le syndicat, qui a notamment organisé des blocages d'axes routiers autour de Paris au plus fort de la crise, ne prévoit pas de nouvelles manifestations

PARIS: A deux jours de la clôture d'un Salon de l'agriculture qui s'est "plutôt bien passé" de l'avis général des syndicats agricoles, une action surprise de la Coordination rurale vendredi matin à l'Arc de triomphe interroge sur une éventuelle reprise de la mobilisation sur fond de concurrence entre syndicats.

Après la visite chahutée du chef de l'Etat samedi, suivie d'annonces sur les prix planchers et des aides à la trésorerie, les syndicats ont rendez-vous avec Emmanuel Macron à la mi-mars, avant la présentation d'une grande loi d'orientation agricole.

L'irruption de tracteurs et ballots de paille avant l'aube au pied de l'Arc de Triomphe, lieu hautement symbolique et théâtre de violences lors de la crise des "gilets jaunes" en 2018, a rappelé la colère profonde du monde agricole.

"On ne lâchera rien", a affirmé la présidente de la Coordination rurale (CR) Véronique Le Floc'h à l'AFP. "On ne peut pas dire qu'on va aider les agriculteurs et en même temps signer des accords de libre-échange", a-t-elle ajouté, en référence à des accords commerciaux approuvés la veille par le Parlement européen avec le Chili et le Kenya.

Les forces de l'ordre ont encerclé quelques dizaines de manifestants sur un trottoir en haut des Champs Elysées, et 66 ont été interpellés, selon la préfecture de police. Parmi elles, Patrick Legras, agriculteur dans la Somme et l'une des figures de la Coordination rurale, a confirmé le syndicat.

Une fois la place évacuée, peu après 9H30, la circulation a repris et un convoi de tracteurs a pris la route du château de Versailles, où une vingtaine de tracteurs sont arrivés vers midi, escortés par la police.

"On continue le mouvement parce qu'on n'est pas entendus, on n'a rien de structurel", dit l'un des manifestants, Nicolas Bongay, 40 ans, président de la CR du Doubs.

A la FNSEA, le syndicat majoritaire et concurrent de la CR, pas question pour l'instant d'appeler à une nouvelle mobilisation nationale après le Salon, a dit à l'AFP son numéro deux, Hervé Lapie, qui privilégie le travail avec le gouvernement.

"S'il faut repartir sur des actions syndicales parce que ça bloque, on le fera. Mais je pense que notre objectif, ce n'est pas de faire de l'action syndicale pour faire de l'action syndicale, pour être visible", a-t-il dit.

"Ce qu'on veut voir, c'est la traduction concrète. Au moment où je vous parle, on n'y est pas encore", a aussi souligné le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, aux côtés du ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, après un rendez-vous au Salon. Le ministre a pris soin aussi de souligner que le blocage mené par la CR le matin était "le fait d'un syndicat minoritaire".

Pas d'appel à manifester

A la fin du Salon, "dimanche soir, tout ne sera pas réglé et tout le monde le sait d'ailleurs", a déclaré le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, sur France Bleu Occitanie.

Plus de 400 millions d'euros de mesures d'urgence ont été annoncés par le gouvernement, qui a promis un choc de simplification, le renforcement des lois Egalim pour protéger le revenu des agriculture et qui a placé l'agriculture au rang d'un "intérêt général majeur". L'exécutif a promis d'alléger les contraintes, notamment environnementales, au prix de concessions décriées par les ONG et des scientifiques sur les pesticides.

 


Dupond-Moretti appelle le RN à écarter les «nazillons»: Marine Le Pen n'a pas porté plainte

Marine Le Pen, présidente du groupe d'extrême droite français Rassemblement National (RN) à l'Assemblée nationale (Photo, AFP).
Marine Le Pen, présidente du groupe d'extrême droite français Rassemblement National (RN) à l'Assemblée nationale (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre de la Justice ne peut faire l’objet de poursuites en raison d’une immunité prévue par la loi de 1881 sur la liberté de la presse
  • «Vous préférez opposer la France rurale et tranquille, catholique et blanche, à la France des cités, la France des Mohammed, des Mouloud et des Rachid»

PARIS: Contrairement à ce qu'elle avait annoncé, Marine Le Pen n'a pas porté plainte contre Eric Dupond-Moretti, qui avait appelé fin novembre à l'Assemblée nationale le Rassemblement national à "chasser de ses rangs" les "identitaires, nazillons, racistes et antisémites", selon l'entourage de la figure de proue du parti d'extrême droite.

A l'expiration du délai de prescription de trois mois en vigueur pour les propos diffamatoires ou injurieux, l’entourage de Marine Le Pen, sollicité par l'AFP, a indiqué jeudi soir qu'aucune plainte n'avait été déposée.

Le ministre de la Justice ne peut faire l’objet de poursuites en raison d’une immunité prévue par la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

Cette loi, en son article 41, prévoit que "ne donneront ouverture à aucune action (judiciaire) les discours tenus dans le sein de l'Assemblée nationale ou du Sénat".

«Faites le ménage»

Lors de la traditionnelle session de questions au gouvernement le 28 novembre, le Garde des Sceaux avait été critiqué par la députée RN Michèle Martinez (Pyrénées-Orientales) pour sa "promptitude à dénoncer la légitime indignation de l'opposition" quant à la mort du jeune Thomas, poignardé à mort dans la Drôme dans la nuit du 17 au 18 novembre, "plutôt que les auteurs de ces faits".

Eric Dupond-Moretti avait vertement répondu : "Vous préférez opposer la France rurale et tranquille, catholique et blanche, à la France des cités, la France des Mohammed, des Mouloud et des Rachid".

"Pour être crédibles, faites le ménage. Chassez de vos rangs les +gudards+, les identitaires, les nazillons, les racistes, les antisémites qui sont en réalité planqués dans vos officines économiques", avait encore lancé Eric Dupond-Moretti, alors que les députés RN quittaient l'hémicycle en signe de protestation.

Devant les journalistes, la présidente du groupe Marine Le Pen avait dénoncé une "réponse ordurière" qui insulte "des millions de Français" à travers leurs députés RN.

"Nous allons déposer devant la Cour de justice une plainte pour que le ministre s'explique de ses injures et accessoirement de ses diffamations", avait alors annoncé Marine Le Pen.